mer 01 février 2023 - 05:02

Théories du complot, occultisme… les jeunes de plus en plus critiques à l’égard de la science

De notre confrère midilibre.fr – Par Vincent Coste

Une enquête de l’Ifop pour les fondations Reboot et Jean-Jaurès étudie la porosité des jeunes aux contre-vérités scientifiques à l’heure d’un usage massif des réseaux sociaux.

Les jeunes de 18 à 24 ans, en France, sont 19 % à penser que “les pyramides égyptiennes ont été bâties par des extraterrestres”, 20 % à assurer que “les Américains ne sont jamais allés sur la lune”, 25 % à estimer qu’on “peut avorter sans risque avec des produits à base de plantes”, 31 % à affirmer que “le résultat de l’élection américaine de 2020 a été faussé aux dépens de Donald Trump”.

Tels sont quelques-uns des constats les plus surprenants relevés en consultant l’enquête de l’Ifop pour les fondations Reboot et Jean-Jaurès qui étudie la porosité de cette population jeune aux contre-vérités scientifiques, et ce à l’heure d’un usage massif des réseaux sociaux. 

Une enquête dont l’enseignement principal montre que dans cette tranche d’âge, “à peine un jeune sur trois (33 %) a aujourd’hui l’impression que la science apporte à l’homme plus de bien que de mal, alors qu’ils étaient une majorité à le penser il y a cinquante ans (55 % en 1972)” rapportent les enquêteurs.

Fake news médicales nocives

Qui pointent également, “une sécession de la jeunesse avec le consensus scientifique et médiatique”, que des thèses comme le platisme ou le créationnisme rencontrent désormais “un écho loin d’être marginal dans la jeunesse française”, et que dans un “contexte post-Covid, les fake news médicales nocives trouvent aussi un public chez les jeunes”. 

Jeunes qui, relève encore l’Ifop “plus sensibles que les seniors au récit poutinien sur la crise ukrainienne ou aux thèses trumpistes sur la vie politique américaine”, et “plus sensibles qu’avant aux parasciences et à l’occultisme”.

“Confiance accordée aux réseaux sociaux”

Ces tendances “s’inscrivent plus largement dans le cadre d’une révolution informative majeure. En l’absence de déviance à l’égard des contenus qu’ils trouvent, les réseaux sociaux constituent une source d’information importante pour une partie des jeunes” constate encore l’Ifop dans sa note d’analyse.  

Et de préciser : “Le rejet des vérités scientifiques et des croyances dans le paranormal semble alors corrélé avec la confiance accordée aux réseaux sociaux. Ainsi, 37 % de ceux qui adhèrent à au moins une contre-vérité scientifique leur font confiance, et 44 % de ceux croyant en au moins une discipline de mancie (tout ce qui est en rapport avec les arts divinatoires, ou les prédictions, l’occultisme, etc., NDLR). La confiance en l’information sur les réseaux sociaux se voit même exacerber si elle est produite par un influenceur. En effet, plus de 40% des utilisateurs de TikTok estiment que le nombre d’abonnés est un marqueur de fiabilité de l’information”.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES