jeu 08 décembre 2022 - 18:12

L’automne maçonnique

De notre confrère italien expartibus.it – De Rosmunda Cristiano

La signification de l’équinoxe d’automne pour ceux qui sont en voyage initiatique est l’activation d’un nouveau cycle de croissance. Lorsque nous devenons silencieux et que nous nous reposons, nous laissons émerger notre vision plus large.

Alors que les jours raccourcissent et que les nuits s’allongent, nous faisons face à notre propre obscurité intérieure pour préparer la naissance de la lumière intérieure, célébrée à l’occasion du solstice d’hiver.

Dans le chaos du quotidien, fait de circulation, d’engagements, de stress et de rendez-vous, on s’accorde le temps de se taire, d’écouter ce qui essaie d’émerger en nous.

Nous les francs-maçons avons de la chance car nous avons un endroit merveilleux où nous pouvons mener cette réflexion : le Temple. Asseyons-nous, méditons, savourons sa beauté, profitons de l’atmosphère qu’elle nous offre à chaque fois, regardons-la toujours avec des yeux nouveaux, à chaque fois nous découvrirons qu’elle nous accueille puis nous dirige vers un nouveau chemin, fait de renaissance .

La nature change sous nos yeux, impliquant tous nos sens, avec ses nouvelles senteurs et avec le calme qui a remplacé la joie de l’été. Le cycle de production et de reproduction est terminé, les feuilles commencent à jaunir et les animaux commencent à s’approvisionner en prévision de l’arrivée des mois froids.

Les fruits tombent des arbres, abandonnent leurs coques, tandis que les graines sont sélectionnées pour être consommées ou conservées ; plus tard, ils seront plantés dans la terre pour que le cycle reprenne. Le travail de séparation et de tri qui se produit dans la nature ne concerne pas seulement la végétation, mais implique également les francs-maçons.

Comme le fruit se sépare de l’arbre et la graine du fruit, ainsi l’âme se détache du corps.

Le corps correspond à l’enveloppe, l’âme à la graine qui est plantée en haut et le jour où le fruit représenté par le Maçon sera mûr il ne devra pas tomber sur le sol comme la graine d’une plante, mais continuer vers le Ciel.

L’automne est la période où vit le détachement dont parle Ermete Trismégiste (Hermès Trismégiste) lorsqu’il dit :

Vous séparerez le subtil de l’Épais avec une grande habileté

ce qui signifie séparer le spirituel du matériel.

Au cours de l’automne, ce processus de séparation, qui est une loi de la vie, a lieu dans toute la nature pour se préparer à une nouvelle vie et c’est exactement ce qui devrait se passer dans chaque Loge.

Voici donc ce que nous devons apprendre pendant le solstice d’automne : sélectionner, discerner, apprendre à séparer le pur de l’impur, l’utile de l’inutile, le nuisible du sain, le mort du vivant. Et la cause de tout le mécontentement au sein de la Loge est précisément le manque de capacité de discernement.

Le bien et le mal sont si étroitement unis qu’ils ne peuvent être éliminés prématurément sans causer de lacérations. L’art de séparer les contraires est le plus difficile qui soit ; et c’est dans la nature que les Initiés s’en sont inspirés. Il n’est pas facile de séparer la noix de son écale, mais la nature sait le faire : elle laisse mûrir le fruit, l’écale s’ouvre d’elle-même et la noix se détache.

Rien de forcé ou de lourd, l’univers suit simplement son cours.
La même chose arrive à celui qui a frappé à la porte du temple, le travail de discernement qui a commencé en lui suit le cycle naturel.

A l’automne, c’est le moment pour chacun de faire le bilan, même pour les francs-maçons : nous avons sous les yeux ce que nous avons semé durant l’année et nous pouvons voir quels fruits nous avons récoltés.

Le fait que tout ce qui se passe ait une valeur allégorique, laisse deviner que la chute des feuilles a aussi à voir avec les francs-maçons. C’est un symbole qui nous invite à nous débarrasser de tout le superflu, puis à revêtir une nouvelle robe faite d’émotions nouvelles, de pensées aux intrigues différentes, de situations différentes de celles que, comme les feuilles d’automne, nous avons laissées tomber en attendant le renouveau hivernal. .

Il est significatif que la franc-maçonnerie ait accordé et continue d’accorder tant d’importance aux symboles de la nature, aux côtés de ceux du travail, préfigurant un équilibre harmonieux des deux parties constituant notre qualité d’être humain, à savoir la culture et la nature, en fait.

Si le reste du monde voit les feuilles mourir en automne, j’aime à penser que les francs-maçons observent les couleurs qui naissent !

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES