jeu 18 avril 2024 - 16:04

Voyage au cœur du XIXe siècle : secret, occultisme, rêve mystique…

C’est avec Le XIXe siècle à travers les âges de l’écrivain, essayiste et critique social de Philippe Muray* (1945-2006) que nous vous invitons à faire un beau voyage sur la mer de la vie, plein d’aventures et de découvertes.

À la rencontre des personnages fascinants tels le philosophe et sociologue considéré comme le fondateur du positivisme Auguste Comte (1798-1857), de l’occultiste cofondatrice de la Société Théosophique Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891), de Gérard de Nerval (1808-1855), poète et romancier, de Victor Hugo (1802-1885), ardent défenseur de la justice sociale, ou encore de celui qui fut carbonaro dans sa jeunesse, Louis Auguste Blanqui (1805-1881), révolutionnaire socialiste.

Lithographie de Comte par Hoffmeister.

Publié pour la première fois en 1984 chez Denoël, puis, en 1999, dans la collection « intermédiaire » de semi-poche « Tel » chez Gallimard – une édition identique à celle de leur publication d’origine, mais à un prix de vente deux à trois fois inférieur –, il faut attendre 2024 pour que Les Belles Lettres, maison d’édition française indépendante fondée en 1919 spécialisée dans la publication de textes anciens et contemporains en français et en latin, ainsi que dans la traduction d’œuvres littéraires étrangères, nous offre cette remarquable étude du XIXe siècle.

Portrait d’Helena Blavatsky par Tomás Povedano.

Un siècle de profonds bouleversements sociaux, politiques et économiques qui ont eu un impact majeur sur la littérature et les arts (romantisme, réalisme, naturalisme, impressionnisme, ésotérisme, occultisme, etc.). Mais aussi un XIXe siècle avec ses révolutions industrielles, ses mouvements nationaux, ses révolutions et réformes,  son impérialisme et sa colonisation, ses conflits et alliances et ses avancées scientifiques qui, sur le continent européen mais aussi dans le monde entier, a jeté les bases des sociétés modernes.

Gérard de Nerval, par Félix Nadar (1820-1910).

Dans cet ouvrage, Philippe Muray propose au lecteur une exploration profonde et originale de cette époque cruciale de l’histoire, en se concentrant sur les courants de pensée et les mouvements sociaux qui ont façonné ce XIXe siècle. L’auteur y développe l’idée que les racines de nombreux phénomènes et contradictions de la modernité peuvent être retracées jusqu’au XIXe siècle, période de transformations majeures qui ont modelé le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Philippe Muray explore divers aspects de cette influence, allant des bouleversements sociaux et économiques à l’émergence de nouvelles idéologies et à la transformation des arts et de la littérature. Il s’intéresse particulièrement à la façon dont les idéaux et les aspirations du XIXe siècle se manifestent dans les attitudes, les croyances et les comportements de l’ère postmoderne, soulignant souvent les ironies et les contradictions qui en résultent.

Le livre se distingue par son approche interdisciplinaire, mêlant critique littéraire, analyse historique et réflexion philosophique. Philippe Muray utilise un large éventail de références culturelles, tirées de la littérature, de la philosophie, de l’art et de l’histoire, pour étayer ses arguments, faisant de l’ouvrage une lecture dense mais enrichissante pour ceux qui s’intéressent à la compréhension des fondements de la modernité et de ses effets durables sur la société contemporaine.

Portrait de Victor Hugo par Nadar (vers 1884).

L’auteur identifie et décrit, pour notre plus grand profit et plaisir, une multiplicité des mouvements tels que le socialisme, l’occultisme, le féminisme, et l’antisémitisme, qui, bien que distincts en apparence, partagent selon lui un code commun sous-jacent. Il explore comment ces idéologies et croyances ont contribué à façonner les perspectives sociétales et politiques de l’époque.

Il nous dessine, parfois sous un angle peu connu, des portraits authentiques de figures marquantes: Le livre examine les contributions d’individus clés tels que Victor Hugo, Auguste Comte, et Louis-Auguste Blanqui, en soulignant comment leurs actions et leurs œuvres reflètent les tensions et les aspirations de leur temps. Philippe Muray s’interroge sur les motivations profondes de ces figures lorsqu’elles se tournent vers l’occultisme, fondent de nouvelles religions ou envisagent l’utopie et l’éternité à travers des prisme inattendus.

Auguste Blanqui photographié par Eugène Appert.

Par son étude, Philippe Muray vise à éclairer les origines et les mécanismes des « sorcières modernistes » de notre époque, en suggérant que les idéologies et pratiques du XIXe siècle continuent d’influencer la manière dont les sociétés contemporaines envisagent le progrès, la gouvernance et la dissidence. Il aborde les « sortilèges » utilisés pour susciter l’enthousiasme, la conformité et la participation du public en vue d’un futur qu’il qualifie d’abominable.

Comme dans le reste de son œuvre, l’auteur fait preuve dans ce livre d’un esprit critique aiguisé et d’une érudition impressionnante, tout en ne manquant pas de provoquer le lecteur par des analyses souvent à contre-courant des interprétations conventionnelles de l’histoire et de la culture. Le XIXe siècle à travers les âges est ainsi représentatif de la démarche intellectuelle de Philippe Muray, caractérisée par une volonté de démasquer les illusions et les impasses de l’époque moderne.

L’ouvrage reste donc d’un étonnante actualité, l’auteur ne se contentant pas de dresser un panorama historique. Il nous invite à réfléchir sur les continuités et ruptures entre le XIXe siècle et aujourd’hui. Son analyse suggère que pour comprendre les défis contemporains – qu’ils concernent la politique, la société ou la culture –, il est essentiel de revenir aux racines idéologiques et aux transformations du XIXe siècle.

L’ouvrage de Philippe Muray se présente donc comme une œuvre importante pour quiconque s’intéresse à l’histoire des idées, à la critique de la modernité, et aux origines des débats contemporains sur le progrès et ses désillusions. Ce livre enrichira certainement le lecteur désireux de comprendre les dynamiques complexes qui ont façonné le monde moderne et continuent d’influencer notre présent et notre futur. Il s’agit d’un essai brillant et audacieux qui éclaire d’un jour nouveau un siècle souvent mal compris.

Un must-read (à lire absolument) !

Philippe Muray – Photo site Les Belles Lettres.

*Philippe Muray (1945-2006) était un écrivain, essayiste et critique social français, connu pour son analyse acerbe de la société moderne et postmoderne. Avec un style incisif et souvent teinté d’ironie, il a exploré les travers et les absurdités de l’époque contemporaine, se montrant particulièrement critique envers ce qu’il percevait comme les excès du politiquement correct, de la consommation de masse, et de l’hyperindividualisme.

Au cours de sa carrière, Philippe Muray a écrit une variété d’œuvres, allant des romans aux essais, en passant par des articles et des chroniques. Parmi ses ouvrages les plus célèbres, on trouve L’Empire du Bien (1991), Après l’Histoire (en deux volumes, en 2006) et Exorcismes spirituels (une série de textes critiques sur divers sujets de société, de 1997 à 2005). Ces travaux offrent une critique cinglante de ce qu’il considérait comme les dérives de la société occidentale à la fin du XXe et au début du XXIe siècle, notamment l’idéologie du progrès, l’effacement des frontières entre culture haute et culture de masse, et la montée de ce qu’il appelait l’homo festivus, symbole de l’individu moderne constamment en quête de divertissement et d’expériences superficielles.

Bandeau ouvrage.

Philippe Muray était également reconnu pour son utilisation du concept de « festivisme », qu’il définissait comme une tendance de la société moderne à célébrer indéfiniment et sans discernement, masquant ainsi les vrais problèmes sociaux, politiques et économiques sous une couche de festivités et de bonheur artificiel.

Bien que controversé pour ses prises de position tranchées et son pessimisme quant à l’évolution de la société, Philippe Muray reste une figure influente dans le paysage intellectuel français, apprécié pour sa capacité à provoquer la réflexion et à questionner les idées reçues. Son œuvre continue d’être lue et débattue, témoignant de l’importance de sa contribution à la critique sociale et culturelle.

Le XIXe siècle à travers les âges 

Philippe Muray – Les Belles Lettres, 2024, 654 pages, 29 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES