sam 20 avril 2024 - 06:04

De la pop culture, les 13 desserts de Noël en Provence ?

La pop culture ou culture populaire fait référence à l’ensemble des idées, perspectives, attitudes, images, phénomènes, et autres éléments culturels qui sont prédominants ou très populaires au sein d’une société à un moment donné. Elle est souvent associée aux goûts du grand public plutôt qu’à ceux des élites culturelles, et elle se manifeste à travers divers médias et formes d’art.

Drapeau provençal

La pop culture est donc un miroir dynamique de la société, reflétant et influençant les intérêts, les croyances, et les comportements des gens à travers le temps.

À ce titre, les 13 desserts de Noël en Provence peuvent être considérés comme un élément de la culture populaire, mais avec certaines nuances. Les 13 desserts de Noël, en revanche, sont un exemple de tradition culturelle spécifique à une région et transmise de génération en génération. Ici, en Provence, une région historique et culturelle dans le sud-est de la France. Elle est célèbre pour ses paysages pittoresques, son climat méditerranéen… ainsi que sa cuisine savoureuse. Voici quelques éléments clés qui caractérisent la Provence :

Le Gros Souper.

Des plus anciennes traditions provençales de Noël, la présentation des treize desserts est certainement celle qui, aujourd’hui, est la plus célébrée dans les chaumières de Provence. Disposés sur les 3 nappes, au milieu des 3 bougies ou des 3 chandeliers, et des 3 coupelles le blé de la Sainte-Barbe (symbole de la Trinité), les treize desserts représentent le nombre de convives lors de la Cène, repas rassemblant le Christ et les douze apôtres. Cette tradition n’est pas formellement datée dans le temps, mais elle remonte à plusieurs siècles.

Cette tradition doit aujourd’hui son importance notamment grâce aux Félibres, Frédéric Mistral en tête, qui se penchent sur les cérémonies du Noël provençal traditionnel au XIXe siècle. Cette période donne un second souffle à cette tradition, et aujourd’hui en Provence, on ne peut pas concevoir un Réveillon sans les 13 desserts sur la table.

Les treize desserts provençaux sont servis après le Gros Souper provençal qui est composé de plats maigres, en attendant de se rendre à la messe de minuit. D’une région à l’autre, la composition des treize desserts varie. En voici la liste des 13 desserts, et quelques explications quant à leurs présences sur la table :

Tout d’abord, la pompe à huile, véritable tradition provençale, qu’il faut présenter rompue, comme Jésus le fit avec le pain, et non coupée au couteau. Traditionnellement, la pompe à huile, appelée aussi gibassier ou fougasse, qui est un gâteau à base de fleur de farine, d’huile d’olive, de cassonade et parfumé à la fleur d’oranger, est porté dans la crèche provençale par le personnage Pistachier.

La Pompe à huile

Autour de la pompe à huile, ce pain sucré (une fougasse) aromatisé à l’huile d’olive et au zeste d’orange ou de citron, il représente des ordres religieux, les 4 mendiants (li pachichoi) : leur couleur sombre rappelant celle des robes des ordres des mendiants :

–           les noix ou noisettes représentent l’ordre des Augustins,

–           les amandes celui des Carmélites,

–           les figues sèches, celui des Franciscains,

–           les raisins secs symbolisent l’ordre des Dominicains.

Le nougat noir et le nougat blanc représentent le pénitent noir et le pénitent blanc. Mis aussi, le nougat blanc symbolise le bien, avec des amandes, du miel et du blanc d’œuf et le noir représente le mal, avec du miel caramélisé et des amandes.

Viennent ensuite les dattes (symbole du Christ venu d’Orient), figues séchées et autres fruits d’extrême orient, rappelant l’origine des rois mages.

Enfin, des fruits de saison tels que le melon d’eau qui est peu à peu abandonné, du raisin, des pommes, des poires, des oranges, des clémentines, de la pâte de coing, des oreillettes (les oreillettes font parties de la famille des beignets au même titre que les merveilles, les bugnes et terminent la plupart des repas festifs et notamment ceux de Noël et de carnaval), etc.

Ces desserts resteront 3 jours sur la table, et les convives se doivent de tous les goûter ! Les treize desserts sont accompagnés de vin cuit en référence au vin du Christ.

Cette tradition est non seulement un festin pour les papilles, mais aussi un moment de partage et de convivialité en famille, reflétant l’esprit et les valeurs de Noël.

Sources : YouTube, Notre Provence, Maquis de Provence, Provence Verte & Verdon Tourisme

Les santons – Source Provence Verte & Verdon Tourisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES