mar 23 avril 2024 - 16:04

Mysticisme de Samara Art Nouveau – Partie 1

De notre confrère russe sgpress.ru – Par Tatyana Gridneva

Le personnel du Musée d’Art Nouveau, avec sa nouvelle exposition, a soulevé un sujet intéressant, qui faisait partie de l’atmosphère générale qui régnait dans la société au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est une passion pour diverses pratiques mystiques, les nouveaux mouvements philosophiques et les théories psychologiques.

Séances spiritualistes, divination, étude de la théorie de Sigmund Freud, des œuvres d’Helena Blavatsky et de Nicholas Roerich, participation à des sociétés et pratiques spirituelles secrètes. Tout cela se reflétait dans la littérature et les beaux-arts de l’âge d’argent. Belle époque est le nom donné à cette période de transition. D’une part, il était plutôt prospère. D’un autre côté, les personnes les plus sensibles et les plus créatives de l’époque ressentaient les signes d’une catastrophe imminente : de longues années de révolutions et de guerres à venir. Les gens ont perdu confiance en eux et se sont tournés vers des forces d’un autre monde. 

Selon la directrice du musée, Irina Sviridova, le mysticisme, comme un dôme, recouvre toute la culture de l’ère moderne. 

Dans la famille Kurlin

Les Kurlins, propriétaires du manoir le plus luxueux de Samara, n’étaient pas non plus étrangers au mysticisme. Surtout si l’on se souvient de leur sort malheureux, malgré tout leur bien-être matériel. Diplômé de la Faculté de droit de l’Université de Moscou, commerçant prospère et personnalité publique respectée, Alexander Kurlin a soudainement perdu la tête. Sa jeune épouse a été obligée de rendre visite à son mari dans un hôpital psychiatrique, contribuant financièrement à son organisation jusqu’à la mort prématurée de son mari. Leur unique enfant est mort en bas âge. Et après la révolution, la belle Alexandra elle-même partit pour Moscou et mourut complètement seule dans une pièce exiguë d’un appartement commun. On peut imaginer comment cette dame la plus en vogue de Samara prédit l’avenir avec des cartes dans un salon décoré d’orchidées en stuc ou organise une séance, invoquant l’ombre de son mari décédé et la consultant sur ce qu’il faut faire dans les circonstances actuelles. 

L’une des sections de l’exposition est spécifiquement dédiée à la croyance en l’autre monde. Ici vous pouvez voir une grande table ronde qui tournait sous les mains des participants à la séance au rythme des murmures et des cris du médium. Si vous retournez les cartons disposés ici, vous pourrez lire le décryptage des termes utilisés par les esprits voyants. Par exemple, la transfiguration. Il s’agit d’un changement dans l’apparence du médium jusqu’au degré de similitude avec la personne qu’il appelle. La transe est un sommeil magnétique profond permettant de reproduire les actions des esprits. L’ectoplasme est une substance qui apparaît de l’air lors d’une séance et contribue à la matérialisation des fantômes. 

Les visiteurs se voient présenter un portrait photographique des premiers médiums, les sœurs Fox, qui vivaient aux États-Unis.  

Voici des échantillons des premières photographies « transcendantales » qui ont suscité un véritable engouement. Ils représentent des images de personnes réelles, prétendument représentées en compagnie d’esprits surpris. Il est difficile de juger s’il s’agissait d’erreurs dans l’élaboration des planches ou d’actions conscientes des photographes. Parmi ceux qui croyaient en l’authenticité des photographies de ce genre se trouvait Arthur Conan Doyle lui-même. La nature de ces effets a peut-être été discutée par les membres de la Samara Photographic Society, qui se réunissaient régulièrement dans le fumoir d’Alexander Kurlin. 

Mysticisme de Samara Art Nouveau. Partie 1
Mysticisme de Samara Art Nouveau. Partie 1

Aksakovs et télékinésie

L’un des monuments du mysticisme de Samara est la maison détruite du gouverneur, à l’emplacement de laquelle est aujourd’hui aménagé le parc Aksakov. 

Écrivain et traducteur, neveu de l’auteur de « La Fleur écarlate », Alexandre Nikolaïevitch Aksakov était un ardent partisan du spiritualisme. Il est même devenu l’auteur du terme « télékinésie ». Et dans la seconde moitié des années 1860, il trouva une confirmation de sa philosophie dans les écrits du spiritualiste américain E. J. Davis. Il a écrit des articles sur le magnétisme animal et le spiritualisme et réalisé des traductions thématiques de l’allemand et de l’anglais. Il les publia à Saint-Pétersbourg et à Leipzig. Depuis 1870, il commence lui-même à participer à des séances mystiques. 

Depuis 1874, Aksakov publie à Leipzig la revue mensuelle Psychische Studien, consacrée à l’étude de phénomènes peu connus de la vie mentale. En 1893, en réponse au traité Der Spiritismus d’Eduard Hartmann, il publie son propre livre, Animisme et spiritualisme. 

Le gouverneur de Samara, Grigori Aksakov, et toute sa famille avaient entendu parler des excentricités de leur proche. Mais peut-être ne les ont-ils pas condamnés, mais séparés. Il est désormais difficile de déterminer si Alexandre Aksakov a rendu visite à son cousin à Samara. Mais on peut supposer que les habitants de la maison du gouverneur ont tenté d’évoquer l’esprit de Pouchkine. A cette époque, les cendres du poète étaient bouleversées par tout le monde. D’après les souvenirs de ma grand-mère, un jour, regardant des parents plus âgés prédire l’avenir des mariés à l’aide d’une soucoupe en porcelaine et évoquant l’esprit d’Alexandre Sergueïevitch, elle a également osé poser la question : qui sera ma fiancée ? A quoi « l’esprit de Pouchkine » a répondu : tu es toujours vert ! Cet incident l’a affectée pour le reste de sa vie. Et l’homme croyait fermement au spiritualisme. 

Mysticisme de Samara Art Nouveau. Partie 1
Mysticisme de Samara Art Nouveau. Partie 1

Extrait du livre « Animisme et spiritualisme » d’Alexandre Aksakov :

« Hartmann dit qu’une relation étroite doit être établie entre le médium et les participants à la séance avant que les transfigurations et les matérialisations puissent avoir lieu. Cette relation s’établit, selon lui, par la répétition fréquente de séances du même médium avec le même cercle. Les phénomènes de transfiguration sont le plus souvent découverts dans les photographies spiritualistes, lorsque la figure du médium, déguisée ou apparaissant de manière floue sur la photographie, ressemble dans ses traits à l’apparence d’une autre personne décédée. 

En 1848, deux très jeunes filles de l’État de New York, les sœurs Maggie et Katie Fox, convainquirent leurs parents et leurs voisins qu’elles pouvaient communiquer avec les morts, qui auraient répondu aux questions par une série de coups. Au départ, ce n’était qu’une blague. Cependant, Leah, la sœur aînée des filles, a vu le potentiel de profit du tirage au sort. Elle a commencé à emmener Maggie et Katie à des séances avec des personnes prêtes à payer pour avoir l’opportunité de parler avec leurs proches décédés. La performance des jeunes spiritualistes prenait de l’ampleur. Bientôt, les filles partirent en tournée en Amérique. Leur activité a prospéré pendant des décennies. D’autres charlatans, voyant le succès des sœurs Fox, reprennent leur idée et se déclarent médiums.

À suivre.

Mysticisme de Samara Art Nouveau. Partie 1

Photos de l’auteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES