mer 29 mai 2024 - 04:05

Démystification d’un nouvel article antimaçonnique

Le Salon Beige est un blog d’actualité catholique, créé en 2004 en France. Il est classé à l’extrême droite et proche des milieux « catholiques traditionalistes et intégristes ». Plusieurs médias de vérification de l’information ont mis en avant le fait que le site diffuse régulièrement de fausses informations. Aujourd’hui, la rédaction de 450fm s’attaque à un article de cette semaine qui fait la promotion de l’imposteur antimaçon Serge Abad-Gallardo, en publiant avec l’intitulé : «Les franc-maçons représentent 0,34 % des électeurs mais 40 % des parlementaires.»

La rédaction propose de reprendre l’essentiel de cet article mensonger.

Le Salon Beige : « Serge Abad-Gallardo, ancien haut fonctionnaire territorial, a passé plus de vingt ans dans les loges maçonniques du Droit humain, jusqu’à atteindre le grade de vénérable maître. Depuis sa conversion, il dénonce la nature réelle de cette société secrète. Il a été interrogé dans Valeurs Actuelles à l’occasion de la sortie de son dernier livre. »

FAUX : Tout d’abord, Vénérable Maître n’est absolument pas un grade. Il s’agit exclusivement d’une fonction élective dans la Loge. Ensuite, entre les déclarations d’Abad-Gallardo et la réalité, il y a de nombreux fossés. Nous vous proposons de découvrir l’article que nous avions consacré après enquête sur ce triste sire il y a quelques mois. La rédaction avait relevé, suite aux témoignages de quelques membres de sa loge, des zones d’ombre dont l’intéressé se garde bien de dévoiler. Il serait peut-être utile qu’il y consacre un ouvrage vérité cette fois !

Le Salon Beige : « […] Aujourd’hui, malgré les dénégations de certains de ses dignitaires, la franc-maçonnerie est toujours aussi opposée à l’Église. Cette opposition actuelle prend deux formes : directe et frontale (voir les déclarations virulentes du Grand Orient de France à l’égard de l’Église lors du projet de loi dit du “mariage pour tous” en 2012) ; ou bien indirecte et subreptice, selon la technique que je compare à celle du cheval de Troie. C’est par exemple celle de la Grande Loge nationale française (aujourd’hui scindée en GLNF et GL-AMF)… »

FAUX : « La Franc-maçonnerie serait opposée à l’Église », il s’agit là d’une accusation complotiste qui démontre clairement que l’intéressé ne connait absolument pas la complexité des structures de la Franc-maçonnerie ou feint de les ignorer, ainsi que l’histoire des origines de notre sociabilité faisant référence aux « Anciens Devoirs » de la maçonnerie dite opérative…
Il fait un amalgame entre les Francs-maçons et les Obédiences, les premiers ayant tous leur avis personnel sur la religion, sur le clergé ou encore sur la politique. Cela reviendrait à affirmer qu’être initié au GODF rend de facto le nouveau membre de gauche, anticlérical et athée. Or les membres sont libres de leurs opinions, de leurs votes et leur rapport à Dieu et à l’Église. Les loges du GODF sont libres d’ouvrir leurs travaux au Grand Architecte de l’Univers ou de citer Dieu si les Maîtres de la loge le souhaitent et le votent. Il est cependant exact qu’il existe un courant anticlérical au GODF, mais ce serait abusif que d’affirmer qu’il représente la Franc-maçonnerie. Les autres Obédiences ont des tendances politiques à droite (ex : GLDF ou GLNF…) ou à gauche (GODF ou DH…), mais en aucune manière les membres ont de quelconques obligations. Pour conclure la preuve qu’Abad-Gallardo est dans l’approximation, voire dans la méconnaissance de l’évolution du paysage maçonnique français en affirmant que la GLNF s’est scindée en deux. C’est donc méconnaitre l’histoire et faire un raccourci un peu trop rapide. En effet, en 1958, une première siscion a permis à la Loge Opéra de naître (devenue GLTSO avec ses 4000 membres actuels). Puis, à la suite de la crise de 2010 avec le Grand Maître François Stifani, il y eu plusieurs Obédiences qui se sont créées (GLIF, GLTF, GL-AMF).

Le Salon Beige : « La technique consiste alors à maintenir (contre les déclarations officielles, pertinentes du Vatican, réitérées inlassablement maintes fois depuis 1738) l’imposture que l’on peut être catholique et franc-maçon, dans la mesure où la croyance en “dieu” est exigée pour entrer à la GLNF. Or je démontre que le “dieu” maçonnique est le “Grand Architecte de l’Univers” et n’est en aucune manière le Dieu trine des chrétiens. L’éminent auteur de doctrine maçonnique Oswald Wirth confirme mon analyse : « Gardons-nous de céder à cette paresse d’esprit qui confond le Grand Architecte de l’Univers des initiés avec le Dieu des croyants. »

FAUX : L’entrée dans les Obédiences déistes ou théistes n’est jamais assujettie à la croyance en Dieu dans la mesure où le travail du maçon ne repose pas sur la foi d’un Dieu révélé mais dans la quête de la Gnose et la recherche de la Vérité. Il est donc demandé dans ces Obédiences au candidat de croire en un principe créateur, ce qui est fondamentalement différent. Le maçon se réfère ainsi à son propre Dieu, qu’elle que soit sa religion ou sa croyance. C’est pourquoi, les Loges sont constituées de croyants de tous horizons qui travaillent ensemble en parfaite harmonie.

Le Salon Beige : « Il existe des obédiences de gauche (Grand Orient, Le Droit humain, etc.) et de “droite” (Grande Loge de France, Grande Loge nationale française, etc.) : 45 % des adeptes s’inscrivent à droite et 55 % plutôt à gauche. En réalité ces loges, de “droite” comme de gauche, sont surtout progressistes, mondialistes et réformistes, sinon partisanes de la “déconstruction”. Par exemple, le divorce, d’inspiration maçonnique, est lié à la conception du couple selon le rituel, considéré non pas comme une union sacrée devant Dieu mais comme un simple “contrat” entre deux personnes, résiliable à tout moment. Car le moteur de la franc-maçonnerie est le progrès, la révolution permanente. Elle veut voir émerger un homme nouveau, androgyne, qui déciderait de sa vie comme de sa mort. Elle porte en son sein la transgression des principes judéo-chrétiens qui ont bâti notre Occident. Par les dispositions législatives, elle cherche ainsi à transformer la société. […] »

FAUX : Une fois encore Abad-Gallardo cherche à créer la confusion en généralisant certains courants de pensée de quelques maçons en l’appliquant à toute la maçonnerie. Il est en effet exact d’affirmer que le corps maçonnique, dans son ensemble, est majoritairement de gauche de quelques pour cents. Cependant, d’affirmer que droite ou gauche, les maçons sont tous réformistes, mondialistes et partisans de la déconstruction est un sophisme qui frôle la malhonnêteté. La majorité des Francs-maçons est profondément attachée à l’humain non augmenté, le transhumanisme fait très peur au sein des Loges et déclarer que les maçons veulent voir émerger un homme nouveau et androgyne est absolument faux.

Le Salon Beige : « Alors qu’un projet de loi sur la fin de vie s’annonce, vous révélez, en effet, que la franc-maçonnerie essaie de la faire légaliser depuis quarante-cinq ans… »

VRAI : De nombreuses institutions maçonniques oeuvrent depuis longtemps pour faire émerger cette idée du droit à mourir dans la dignité, en réalité que chaque Française et chaque Français puisse choisir les conditions de sa propre fin de vie. Affirmer que la majorité des Francs-maçons de France est favorable à cette idée, personne ne peut répondre à cette question car aucun référendum n’a jamais été fait. Mais il est vrai qu’un important courant de maçons est porteur de ce projet.

Le Salon Beige : « Une “fraternelle” est un groupe de francs-maçons de diverses obédiences, réunis par leur activité professionnelle ou politique. Il existe des fraternelles des magistrats, des architectes, des avocats, des hauts fonctionnaires, etc. Les fraternelles se réunissent dans des lieux secrets. Cette Fraternelle parlementaire est plus qu’un État dans l’État. Comme l’explique un de ses anciens présidents, « la Fraternelle parlementaire n’est pas en lien avec la franc-maçonnerie, c’est la franc-maçonnerie ». C’est dire à quel point celle-ci intervient secrètement dans l’élaboration et le vote de nos lois… »

FAUX : S’il est vrai qu’il existe des dizaines de Fraternelles de toutes natures, ces dernières n’ont aucunement pour fonction de comploter. Tout d’abord, notons que si les Fraternelles se sont crées c’est justement pour permettre aux maçons d’échanger sur les problèmes de la cité hors des Tenues. C’est donc la preuve que la Loge n’est pas un lieu de complot, sinon pourquoi se revoir ailleurs ? Pour revenir aux Fraternelles, et plus particulièrement à la Fraternelle parlementaire, c’est un lieu où les Frères et Sœurs peuvent créer des passerelles et échanger en bonne intelligence sans conflit hors des partis. C’est ainsi que de nombreuses lois ont pu aboutir. En effectuant une rapide enquête, il y a fort à parier que de nombreuses autres lois ont pu voir le jour sur les greens lors d’une partie de golf ou après l’office du dimanche matin de certaines religions. Devons -nous en conclure que le golf et la religion sont de dangereuses organisations complotistes ? C’est, une fois de plus, ridicule. Imaginez bien que si une organisation maçonnique influençait la politique au point de la manipuler, il y a très longtemps que la majorité de profanes élus au sein de l’hémicycle se serait élevée et aurait dénoncé fermement cet état de fait. Si nous voulons trouver des boucs-émissaires, il serait plus utile de rechercher du côté des sociétés de lobbying qui investissent des milliards pour convaincre nos élus français et européens de voter du bon côté.

Le Salon Beige : « Environ 40 % des parlementaires seraient francs-maçons. Quelles conséquences ? »

FAUX : Selon l’ancien Grand Maître du GODF Alain Bauer, aujourd’hui seulement 10 % de la classe politique appartient à une loge.
Alain Bauer considère également que la franc-maçonnerie a subi une “considérable perte d’influence“. Il précise ainsi qu’avant la Seconde Guerre mondiale, 50 % de la classe politique appartenait à une loge. Aujourd’hui, ils ne sont que 10 %. Bauer précise enfin qu’aucun président de la Ve République n’a été franc maçon. Concernant Jacques Chirac, “son grand-père l’a été“, Valéry Giscard d’Estaing “a voulu mais les conditions qu’il aurait mises à son passage n’ont pas été jugées acceptables“. Quant à François Hollande, “son suppléant et beaucoup de gens autour de lui” sont francs-maçons. (L’article intégral du JDD)

Regardez à ce sujet la vidéo enquête de France Info

Lire l’article intégral sur le site de France Info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES