jeu 13 juin 2024 - 21:06

Maçonnerie et Satanisme

De notre confrère du Brésil folhadolitoral.com.br

Comme presque tout ce que l’ignorance moyenne attribue à tort à la franc-maçonnerie, dans cette accusation de liens avec le satanisme, il y a une longue histoire d’attaques contre l’Institution à travers des distorsions et des farces de nature linguistique, religieuse et politique.

Les lecteurs qui suivent cette chronique ont été informés chaque semaine de ce qu’est la franc-maçonnerie, « une institution essentiellement philosophique, philanthropique, éducative et progressiste », et nous avons déjà abordé plusieurs aspects de chacun de ces adjectifs. Ce qu’est effectivement la vraie franc-maçonnerie, elle s’exprime par ses bonnes œuvres, que ce soit dans la réforme éthique et morale de l’homme franc-maçon et de la société dans laquelle il vit, ou dans les actions fréquentes de philanthropie, d’éducation et de progrès. Les questions qui ont été abordées ici, de nature historique et philosophique, permettent également, dans un autre parti pris, d’arriver de bonne foi à la conclusion que la Franc-Maçonnerie n’est pas un instrument du mal.

Nous évoquions dans « La vérité, un défi », paru en février de cette année, que la personne distraite, ou celle qui limite sa recherche de savoir à la lecture de « whatsapp », est facilement empêtrée par des informations dont il ne connaît pas l’origine et la véracité. connaître. « Bientôt, il diffusera et amplifiera également la résonance de ces « nouvelles » : si des « fausses nouvelles », littéralement de « fausses informations », sont délibérément créées pour une raison obscure, elles trouvent généralement une plus grande diffusion en raison du manque d’intelligence individuelle. »

Ces dernières semaines, nous avons eu un exemple prêt et fini pour cette déclaration. Une « nouvelle » a circulé et s’est répercutée sur les réseaux sociaux tentant de lier négativement un certain homme politique au satanisme, du fait qu’il avait visité une loge maçonnique, impliquant ainsi un éventuel lien entre la franc-maçonnerie et un culte à l’idée ou au culturel ou personnage religieux connu sous le nom de Satan, satan, ou d’autres dénominations plus ou moins populaires. Ce sont des déclarations mensongères et des images grossièrement falsifiées, claironnées par des “enfants du mensonge” comme si elles étaient vraies, pour dénigrer une personne ou un groupe de personnes, ce qui a déjà été vu dans des moments historiques très tristes pour l’humanité, comme dans la propagande nazie de la seconde Guerre mondiale.

Cet exemple de « post-vérité » a heureusement déjà été pleinement clarifié dans une publication du 10/07/22 du blog « Estadão Verification – Comprova », du journal O Estado de S. Paulo, qui concluait que les messages relatifs à la candidat étaient “trompeurs” au satanisme et à la franc-maçonnerie, et qu’il avait promis de “livrer le Brésil à Satan” (politica.estadao.com.br/blogs/estadao-verifica/postagens-enganam-ao-associar-bolsonaro-ea -maconaria-ao- satanismo/), une lecture très instructive.

La franc-maçonnerie, entité spiritualiste par opposition à la prédominance du matérialisme, “reconnaît l’existence d’un principe unique créateur, régulateur, suprême et infini” qu’elle appelle le Grand Architecte de l’Univers, une manière d’être universelle et non pas un religion, ne faire aucune distinction et respecter la croyance de chacun de ses membres, quel que soit le nom donné à ce « principe créateur » (Dieu ou Allah, par exemple). “Ces facteurs, qui sont essentiels et indispensables pour l’interprétation vraiment religieuse et logique de l’Univers, forment la base de soutien et les grandes lignes directrices de toute l’idéologie et de l’activité maçonniques.”

Or, force est de constater que ces exigences ne correspondent définitivement pas au soi-disant « satan » qui, même pour ceux qui le conçoivent, dans la culture ou la religion, n’est rien de plus qu’une idée ou une créature, que ce soit en tant que personnification du mal. être comme un ange déchu. Ce n’est assurément pas un “principe créateur” et une telle conception philosophique, ou la malignité qui en découle, ne trouve pas refuge chez les hommes libres de bonne moralité qui composent la franc-maçonnerie légitime, où les vertus et l’amélioration morale doivent prévaloir, sans place pour le mensonge, le mensonge, la médisance et tant d’autres “maux” attribués au soturno.

Comme presque tout ce que l’ignorance moyenne attribue à tort à la franc-maçonnerie, dans cette accusation de liens avec le satanisme, il y a une longue histoire d’attaques contre l’Institution par des distorsions et des farces de nature linguistique, religieuse et politique, si longue qu’il ne conviendrait pas de rapporter en détail dans cet espace, mais qui peut être résumé superficiellement avec quelques faits révélateurs, comme nous le verrons dans le prochain numéro.

Suite 2…

Si c’est dans l’ignorance que telle malédiction des ombres a le plus de retentissement (ces oui – ignorance et mal humain – susceptibles d’être attribués à ladite mante), rien de moins satanique que d’apporter à l’affaire quelques éclaircissements.
Nous avons vu la semaine précédente l’incompatibilité totale des principes et des valeurs destinées à l’amélioration morale de l’homme en hommage au Créateur, vécues dans la franc-maçonnerie et par la franc-maçonnerie, avec le soi-disant “satanisme”, que ce soit en tant que culte païen d’une pseudo-divinité créée, et non créatrice, ou comme la pratique d’actes malfaisants qui ne sont pas compatibles avec la bonté, la générosité, la tolérance et bien d’autres attributs maçonniques résultant de l’amour fraternel.

Si c’est dans l’ignorance que telle malédiction de l’ombre a le plus de retentissement (ces oui – ignorance et mal humain – susceptibles d’être imputés au dire maniaque), rien de moins satanique que d’apporter quelques éclaircissements à l’affaire.

Dans un premier temps, il faut savoir que le terme hébreu « satan » signifie « adversaire », ainsi que l’arabe « shaitan », tous deux dérivés de la même racine sémitique qui signifie « hostile ». Dans le Tanakh, qui est la collection canonique des textes israélites et la source du canon chrétien de l’Ancien Testament, ce mot est utilisé pour désigner des adversaires ou des opposants à la fois dans un sens général et spirituel.

« Dans l’Ancien Testament, le mot satan (hébreu satan ; le verbe satan, ennuyer) signifie adversaire en général, et plus particulièrement celui qui devant le tribunal joue le rôle d’accusateur (procureur public), et peut s’appliquer à n’importe qui. qui, à une certaine occasion, s’oppose à une autre; même l’ange de Yahweh qui a empêché Balaam et son âne de passer est ainsi appelé. Mais satan par excellence est un être surhumain dont la responsabilité est d’accuser impie et de contredire les hommes devant le siège du jugement de Dieu.

Il existe également des documents indiquant que le mot “satan” provient directement du grec “sátyros” – satyre, un personnage avec une représentation physique de cornes et de pattes de chèvre mais un torse humain. Il est naturellement associé dans la culture latine au mal en raison de la rivalité entre Rome et la Grèce dans le besoin de portée et d’ampleur religieuse, certaines de ces inventions de la “propagande romaine” se perpétuant jusqu’à la modernité dans la pensée vulgaire, comme ce qui se passe avec une autre dénomination .commun, Lucifer.

Or, « lucifer » en latin signifie « porteur de lumière », qui peut être aussi spirituellement neutre que le phosphore, du grec « phosphoros », aussi littéralement « porteur de lumière ». Lucifer “est l’une des nombreuses figures folkloriques associées à la planète Vénus. Le nom de l’entité a ensuite été absorbé dans le christianisme en tant que nom du diable. L’érudition moderne traduit généralement le terme dans le passage biblique pertinent où le nom de la figure grecque antique était historiquement utilisé (Isaïe 14:12) comme “étoile du matin” ou “brillante” plutôt qu’un nom propre, “Lucifer”.

La lutte de Vénus, l’étoile du matin, “lucifer”, pour s’élever quotidiennement dans les cieux pour “tomber” inévitablement devant l’immense luminosité du Soleil – la plus grande divinité pour de nombreux anciens, donc comparable à Dieu, est une origine plausible pour le mythe de “l’ange déchu”, Lucifer.

“A la fin du siècle dernier (XIXe), à ​​la belle époque de l’anti-franc-maçonnerie, la franc-maçonnerie était vue comme une contre-religion, dans son Symbole le Grand Architecte de l’Univers une évocation de Lucifer et dans ses Temples une synagogue de Satan », y compris le titre d’un livre publié par un évêque français en 1893 – « La Franc-Maçonnerie, synagogue de Satan ».

Cependant, c’est l’écrivain et journaliste français Marie Joseph Gabriel Antoine Jogand Pagès (1854 – 1907), seul ou avec des collaborateurs, qui est responsable d’une farce qui a causé peut-être le plus grand dommage à l’image de la franc-maçonnerie, une histoire qui n’en est pas moins intéressante. et est assez éclairant, et que nous raconterons la semaine prochaine. Bien que presque personne en dehors du milieu maçonnique n’ait jamais entendu parler ou même se souvienne de l’auteur, ses fausses accusations se sont tellement enracinées dans l’imaginaire populaire qu’elles fondent encore, en ce milieu du XXIe siècle, certains fantasmes qui ressurgissent de temps à autre. au temps – par ignorance ou par raison – mauvaise foi – associant franc-maçonnerie et satanisme.

Suite 3…

Nous avons déjà démontré combien les principes et les valeurs morales de la Franc-Maçonnerie, vécues par ses membres, sont incompatibles avec tout rattachement de l’Institution avec tout ce qui se résume dans la dénomination « satan ».

Nous avons déjà démontré combien les principes et les valeurs morales de la Franc-Maçonnerie, vécues par ses membres, sont incompatibles avec tout lien entre l’Institution et tout ce qui se résume dans la dénomination « satan ». Nous avons également vu que plus l’ignorance est grande (qui est l’état de ceux qui ne sont pas conscients de l’existence ou de l’occurrence de quelque chose ; ou de ceux qui manquent de connaissances, de culture, par manque d’étude, d’expérience ou de pratique), plus le champ de la culture des demi-vérités ou des contre-vérités, au profit de ceux qui, d’une manière ou d’une autre, peuvent bénéficier de ce que l’on appelle aujourd’hui les « fausses nouvelles », ou les « fausses nouvelles ».

Cependant, étant un Ordre très ancien, la Franc-Maçonnerie ne s’étonne plus de ce type d’attaques, bien qu’elle garde toujours les Francs-Maçons justement indignés par l’impudence. En ce sens, il est intéressant de connaître l’histoire, bien que sous une forme très résumée, de Marie Joseph Gabriel Antoine Jogand Pagès (1854 – 1907), dont nous avons parlé plus haut.

Sous le pseudonyme de Léo Taxil, ce journaliste et écrivain français a été, à la fin du XIXe siècle, le protagoniste d’une fraude qui a duré des années, avec non seulement la franc-maçonnerie mais aussi l’Église catholique et le pape Léon XIII parmi ses victimes. Malgré le fait que la farce ait été révélée et clarifiée, en partie par les propres aveux de Taxil, et malgré le fait qu’il soit désormais un personnage inconnu, les dommages causés par lui produisent toujours leurs effets pervers, principalement son affirmation selon laquelle la franc-maçonnerie est associée à culte à Lucifer.

Eh bien. « Le Canular Taxil de 1890 est probablement le canular anti-maçonnique français le plus célèbre. Son auteur, Léo Taxil, voulait se venger de la franc-maçonnerie, dont il fut exclu en 1882 pour une affaire de plagiat. Il “a même initialement publié plusieurs livres anti-catholiques, qui décrivaient la hiérarchie ecclésiastique comme hédoniste et sadique”. Il a rejoint la franc-maçonnerie en 1881, “mais n’a pas passé le premier degré, étant expulsé dix mois plus tard, en 1882, pour avoir été impliqué dans certaines affaires de plagiat et de diffamation”.

Deux ans plus tard, en 1884, le pape Léon XIII publia l’encyclique Humanum Genus , déclarant que le genre humain était “séparé en deux parties opposées et diverses, dont l’une aspire résolument à la vérité et à la vertu, l’autre est de ce qui est contraire”. à la vertu et à la vérité. L’un est le royaume de Dieu sur terre, à savoir la véritable Église de Jésus-Christ… L’autre est le royaume de Satan. Taxil, comme il l’avouera plus tard, y vit “une grande opportunité pour une farce où il ridiculiserait l’Église et se vengerait de la franc-maçonnerie pour l’avoir expulsé”.

En 1885, il annonce qu’il s’est converti au catholicisme romain et qu’il entend réparer son erreur contre la « vraie foi ». Puis, il se mit à faire connaître « un ordre maçonnique satanique (…), dont l’objectif principal serait de dominer le monde » et à « accuser la franc-maçonnerie de cacher les pires misères morales et d’inciter ses adeptes au vice, quand pas au meurtre, puis, accusé d’être une secte satanique qui voue ses cultes à Baphomet » ( figure symbolique à tête de bouc ).

Il « a convaincu de nombreux catholiques avec sa farce – à tel point qu’en 1887 il a été reçu (…) par le pape Léon XIII, qui s’est déclaré admirateur de l’œuvre de Taxil, lui a demandé d’écrire plus de livres et a commencé à le financer » – même s’il a été alerté du canular par l’évêque de Charleston (USA).

L’histoire est longue et avec de nombreux détails qui peuvent être facilement recherchés par quiconque est intéressé, mais l’important ici est que, le 19 avril 1897, après DIX ANS de patronage du Pape, Taxil a appelé la presse et publiquement ” a avoué que ses révélations sur les francs-maçons étaient fictives ; … il a longuement expliqué le soin qu’il avait pris pour créer et maintenir le canular et a remercié le clergé pour son aide dans la publication de ses allégations sauvages.

Blason officiel de “The Satanic Temple”

En bref, “bien que le matériel produit par Taxil soit certes une fraude, ce matériel est encore utilisé contre les francs-maçons à ce jour”. Nous continuerons la semaine prochaine à analyser les aspects philosophiques autour du “mensonge”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES