dim 16 juin 2024 - 14:06

L’idéal, notre étoile du Berger

Sur ce site, il y a peu, Matthieu Ricard explicitait la notion de responsabilité universelle prônée par le Dalaï-lama . Je voudrais y revenir.

Cette expression est étourdissante a priori. Certains pourraient tout à trac en conclure que l’on serait responsable de tout, à tout moment. Cela, évidemment, est de nature à dissoudre notre sens des responsabilités et à nous décourager de tout engagement particulier. Bref, ce principe trop étendu de responsabilité tuerait l’exigence qui la sous-tend. Je comprends cette vision réactive et quelque peu fataliste.

Cependant, j’invite tout initié à méditer sur l’interdépendance de toutes les réalités dont nous avons connaissance. A procéder à cet examen à différentes échelles, à ancrer cette perception dans ses propres circonstances de vie, en faisant effort pour en discerner des causes et des conséquences au-delà de ce que, dans l’enchaînement de ses pensées et de ses expériences communes, il veut bien s’avouer au jour le jour. Et, alors, vont se tisser des effets, des influences, des séries complexes de causes qui atténuent grandement aussi bien les déterminations uniques qu’on entrevoit que le jeu incertain du hasard dans ce que l’on observe.

La vie est un immense réseau de phénomènes prompts à manifester des turbulences.

Une haute conscience, en y apportant de la lucidité, souhaite aussi y propager une lumière de paix. Son principe d’action est la non-violence, seule à même de dissiper, en responsabilité, les peurs, les possessions, les illusions qui subissent autant qu’elles répandent, en sourdine comme avec éclat, la mort et le désespoir.

Il ne s’agit pas, dans mon esprit, de prôner le non-agir mais d’aider à la survenance d’événements harmonieux et prometteurs, qui amorcent des cycles vertueux dans les relations que les hommes entretiennent entre eux et avec le monde qui les entourent et dont ils sont plus que jamais partie prenante dans l’économie globale qu’ils ont engendrée et dans les rapports souvent forcés qu’ils se sont imposés entre leurs cultures.

Il n’est donc pas faux de considérer que nous sommes tous les gardiens de nos troupeaux d’humanité. Nous devons devenir nos propres bergers. Et même s’il est immense et inaccessible et sans doute pour cela même, notre idéal est bel et bien notre étoile, notre étoile du Berger

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Christian Roblin
Christian Roblin
Christian Roblin est le directeur d'édition de 450.fm. Il a exercé, pendant trente ans, des fonctions de direction générale dans le secteur culturel (édition, presse, galerie d’art). Après avoir bénévolement dirigé la rédaction du Journal de la Grande Loge de France pendant, au total, une quinzaine d'années, il est aujourd'hui président du Collège maçonnique, association culturelle regroupant les Académies maçonniques et l’Université maçonnique. Son activité au sein de 450.fm est strictement personnelle et indépendante de ses autres engagements.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES