sam 02 juillet 2022 - 15:07

ESPAGNE : Un franc-maçon de La Moncloa se dévoile : « Je m’appelle Antonio Hernández, je montre mon visage même si ensuite certains chercheront à me briser »

De notre confrère espagnol elespanol.com – Edouard du Champ

Il est le responsable de la stratégie de Pedro Sánchez. Il accorde sa première interview pour mettre fin à la stigmatisation qui pèse encore sur les loges. « Nous sommes en phase de reconstruction ; la franc-maçonnerie et la politique doivent être séparées », dit-il.

Il rencontre « des députés, des ministres, des conseillers et des directeurs généraux de différents partis » , passés et présents, qui lui ont révélé en privé leur statut de frères francs-maçons . Mais Antonio Hernández Espinal (Séville, 1973) admet qu’actuellement, il est le seul franc-maçon de la haute politique espagnole qui ose franchir le pas, le reconnaître et d’en parler publiquement, comme maintenant dans cette interview exclusive avec EL ESPANOL . Peu le connaissent en dehors du palais Moncloa car il fait partie de ces plombiers qui travaillent dans l’ombre dans les coulisses du pouvoir. Mais le maître maçon Antonio Hernández n’est pas n’importe quel homme politique : consultant spécialisé dans les campagnes électorales, il est le chef de l’unité stratégique au sein du cabinet de la présidence du gouvernement et, par conséquent, une personne de confiance de Pedro Sánchez. Il est également le nouveau secrétaire des données, de l’analyse et de la prospective du PSOE andalou de Juan Espadas .

Il montre son visage – « au risque d’être brisé », ajoute-t-il métaphoriquement – pour aider à éliminer la stigmatisation qui pèse encore sur ces confréries libérales semi-secrètes que la dictature franquiste a balayées. Avant lui, il ne se souvient que du « coming out » d’un autre socialiste, celui qui fut ministre des Administrations publiques et de l’Éducation et des Sciences, maire de Las Palmas et président des îles Canaries, Jerónimo Saavedra , né en 1936, il y a des années. le sévillan Antonio Hernández ne cache pas non plus son affiliation maçonnique, mais c’est la première fois qu’il donne une longue interview.

Le conseiller présidentiel sait qu’il aurait été fusillé s’il avait été franc-maçon au moment du coup d’État de Franco en 1936, comme cela est arrivé à nombre de ses coreligionnaires qui reposent encore dans les fosses communes du cimetière de Séville , à commencer par le maire de l’époque, Horacio Hermoso Araújo, du Parti de la Gauche Républicaine et Maçon de la Loge Espagne et Travail, âgé de 42 ans.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES