mer 29 juin 2022 - 11:06

ESPAGNE : Les francs-maçons réintégrés à l’écran et par la loi

De notre confrère espagnol elpais.com – Par Marie Fabre

Un documentaire ressuscite d’éminents membres de la franc-maçonnerie valencienne soumis à la répression franquiste

Parmi le public qui assista à l’inauguration de la statue de Giordano Bruno dans le quartier romain de Trastevere le 17 février 1889, se trouvait l’avocat valencien Aurelio Blasco Grajales. Ils disent que ce jour-là ils ont agité plus d’une centaine de drapeaux maçonniques pour honorer le philosophe et astronome au même endroit où il a été brûlé vif, plus de 200 ans auparavant, sur ordre de l’Inquisition. Blasco Grajales a assisté à l’événement en tant que commissaire des loges valenciennes et, pour cela, a été critiqué par l’archevêque de Valence, Antolín Monescillo, qui était également sénateur par nomination royale. L’attaque a incité Grajales à traduire le prélat en justice dans le cadre d’un procès en diffamation. « Grâce à vous, un Prince de l’Église qui croit avoir le droit de calomnier ceux qui ne pensent pas comme lui, est réduit à la catégorie de simple citoyen, donc responsable de ses actes, et court le risque imminent d’être condamné… Aujourd’hui, nous avons remporté une victoire importante dans le domaine de l’égalité de tous les citoyens devant la loi », ont-ils écrit à Grajales depuis une loge de Malaga.

Le procès n’a abouti à rien car l’archevêque a utilisé son privilège de sénateur pour éviter d’être jugé, mais le Valencien a obtenu une large reconnaissance. Trois ans après la bagarre judiciaire, il est élu adjoint au maire de la ville de Valence, d’où il collabore à l’essor de la démocratie, à la lutte contre la chefferie et en faveur de la laïcité et de la séparation Église-État. Mais son chiffre est à peine connu. Aucune rue ne porte son nom. Maintenant la loi de mémoire démocratique de la Communauté valencienne, tout comme le fera la loi de l’État lorsqu’elle sera approuvée, appelle à la reconnaissance et à la restitution « de ceux qui ont subi l’illégitimité des cours martiales, des cours de responsabilité politique, du Tribunal spécial pour la répression de la franc-maçonnerie et du communisme et du Tribunal de l’ordre public », comme le dit la norme. Juan Carlos García a profité de cette particularité pour réaliser un documentaire sur la franc-maçonnerie à Valence, avec un focus particulier sur les francs-maçons les plus méconnus, les « Enfants de l’oubli ».

Blasco Grajales, juriste, député provincial, avocat, homme politique, journaliste, républicain et franc-maçon, a fondé la loge « Puritana » à Valence. Contemporain de Vicente Blasco Ibáñez et Joaquín Sorolla, autres francs-maçons de renom, firent partie en 1931 de l’équipe de rédaction de l’Avant-Projet du Statut d’Autonomie de la Région Valencienne. En 1937, il est nommé membre du Conseil Suprême Maçonnique Degré 33, le plus élevé. À ce moment-là, les loges étaient déjà installées à Valence, où elles ont commencé à émerger dans l’administration démocratique, à partir de 1868, comme le raconte le docteur en histoire contemporaine de l’Université Jaume I de Castellón et membre du Centre d’études historiques de la franc-maçonnerie, Vincent Sampedro. Le but de Grajales, selon le jésuite et professeur d’histoire à l’Université pontificale de Comillas, Pedro Álvarez Lázaro, qui est également l’une des références internationales dans l’étude de la franc-maçonnerie, était que « la franc-maçonnerie a réalisé une nouvelle société avec des droits plus larges pour tous les citoyens » à travers la politique. Pour cette raison, dans ces années-là, les républicains se caractérisaient par un double militantisme, dans le républicanisme et la franc-maçonnerie.

La franc-maçonnerie a également utilisé les médias pour diffuser ses idées. Et Aurelio Blasco Grajales y a également participé; Il a dirigé La Antorcha Valentina, une publication qui prônait la laïcité et la liberté de conscience, dans laquelle Elena Just a également signé; elle a fini par être une référence du premier féminisme valencien, avec des principes qu’ont plus tard développé d’autres francs-maçons comme Clara Campoamor, mais aussi un acteur clé de la lutte ouvrière, dans laquelle elle est entrée avec sa participation à la grève des filateurs de soie à Valence. Ce fut la première grève féminine dont il existe des preuves dans la ville. Elena Just était connue dans le monde maçonnique sous le nom de Palmira Luz, un pseudonyme qui donne aujourd’hui son nom à une future loge mixte dont Catalina Espinosa est la présidente. « Actuellement il y a beaucoup de loges mixtes, mais les femmes ne pouvaient pas occuper les différents postes au sein des loges », explique Espinosa, qui fait référence aux loges maçonniques qui sont guidées par le rite français car les anglo-saxons ne permettent toujours pas la participation des femmes. « Ils faisaient aussi partie de cette histoire qui doit rester dans la mémoire collective », explique le producteur du documentaire,

Le Grand Maître de la Grande Loge d'Espagne, Óscar de Alfonso, avec Juan Carlos García, réalisateur du documentaire "Hijos del olvido".
Le Grand Maître de la Grande Loge d’Espagne, Óscar de Alfonso, avec Juan Carlos García, réalisateur du documentaire « Hijos del olvido ».

Le documentaire vise à faire la lumière sur toutes ces histoires pour influencer également le changement qu’a subi cette institution, « qui est passée de vivre dans le secret absolu, contraint par les persécutions auxquelles elle a été soumise par le régime franquiste, à être aujourd’hui simplement discrète dans sa manière de procéder ».Ce qui affecte le plus, c’est ce qui se passe le plus près. 

La torche de la Saint-ValentinIl a promu d’autres initiatives telles que la création de cimetières « neutres », aujourd’hui appelés cimetières civils. Cependant, dans la ville valencienne de Buñol, il y en avait déjà un, construit en 1886, beaucoup plus petit que le religieux. Ensuite les cimetières civils furent la destination des suicidés, des enfants non baptisés et autres « embarras des familles de ceux qui y restaient », comme le raconte Consuelo Trasobares dans son livre sur le cimetière de Buñol. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé avec celui-ci, qui est devenu « le manoir du silence » pour les francs-maçons, les républicains et les libres penseurs et reste aujourd’hui l’un des rares où, malgré la répression de Franco, des dizaines de symboles et d’icônes non seulement des maçons mais aussi de libre pensée et républicanisme. Séparé par un mur blanchi à la chaux, du cimetière catholique, le cimetière de Buñol a bafoué l’obligation du régime franquiste de « faire disparaître d’eux toutes les inscriptions et symboles des sectes maçonniques et tous autres qui, de quelque manière que ce soit, sont hostiles ou offensants à la religion catholique ou à la morale chrétienne ». La coexistence a sauvé cette iconographie et le documentaire l’utilise comme décor pour la dramatisation d’une sépulture maçonnique.

Et c’est que ni les catholiques ni les maçons ne voulaient leur repos éternel ensemble. L’anticléricalisme était l’une des caractéristiques de ce dernier mais, comme l’explique le jésuite Pedro Álvarez, il existait parce qu’il y avait auparavant un cléricalisme et que les catholiques et les francs-maçons se battaient pour la domination de la société et de la politique et, par conséquent, de l’éducation. La réaction de l’église fut implacable. Et plus avec le franquisme. En 1940, la loi de répression contre la franc-maçonnerie et le communisme a été approuvée, la seule rédigée ad hoc pour persécuter une association, selon Vicente Sampedro, qui permettait aux francs-maçons d’être punis même après 40 ans de leur mort. Et, s’ils étaient pris vivants, ils étaient non seulement jugés, mais forcés d’abjurer leurs idées, comme cela est arrivé à Blasco Grajales. A près de 90 ans, dans la misère la plus absolue et réfugié à l’asile des Petites Sœurs des Pauvres, il signe une rétractation de son appartenance à la franc-maçonnerie. C’était l’un des processus qu’Álvarez Lázaro considère comme « obligatoire » et convient avec Sampedro que la répression franquiste a cherché avec eux non seulement à punir mais à humilier.

« Les enfants de l’oubli » commenceront à être projetés sous peu et visent à « dissiper les doutes sur l’histoire de la franc-maçonnerie, valencienne en particulier, étant donné que certains intérêts politiques ont tenté de semer la peur ou la haine envers cette institution ». « Nous, historiens, avons essayé, avec peu de diffusion au-delà de la sphère académique, de briser ce tabou, donc le documentaire lui permettra de toucher plus de monde », conclut le docteur en histoire Vicent Sampedro.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES