jeu 25 juillet 2024 - 17:07

1717 La franc-maçonnerie moderne naît à Londres

De notre confrère ticinolive.ch – Par Giuseppe Bellantonio

Le 24 juin 1717, le jour le plus saint pour les francs-maçons, quatre loges londoniennes se sont réunies, formant la Grande Loge Unie d’Angleterre, « Mère du Monde ». Anthony Sayer a été élu Grand Maître. Au fil du temps, cette loge est devenue de plus en plus importante, à tel point qu’elle est devenue l’institution maçonnique centrale capable de « reconnaître » ou de « ne pas reconnaître » les obédiences de telle ou telle nation.

Ce jour-là est née la franc-maçonnerie moderne, également appelée « spéculative », car ce qui avait existé jusqu’alors était une franc-maçonnerie « opérationnelle » ; ainsi appelée parce que les francs-maçons médiévaux construisaient des bâtiments religieux et militaires, et des résidences de seigneurs ; tandis que les « spéculatifs » traitent de problèmes théoriques et philosophiques.

Notre brève mention historique de la Saint-Jean, le 24 juin, a été suivie de cette lettre de Rome d’un haut dignitaire maçonnique, que nous publions dans son intégralité.

Chers rédacteurs, je lis et commente depuis l’Italie voisine.

J’ai lu avec intérêt la note qui entend rappeler la naissance de la franc-maçonnerie « moderne », et je vous félicite d’avoir réussi à donner – en quelques coups de pinceau – une représentation qui peut certainement être un stimulant pour des études approfondies.

À la fois de nature générale et donc historique, et purement actuelle, contemporaine et donc contextuelle aux événements de la Société.

Évidemment, je me réfère à des situations générales, mais permettez-moi de souligner combien le moment historique et social actuel marque une certaine lourdeur pour la franc-maçonnerie italienne, contrairement à ce qui peut arriver dans la Confédération suisse, où la franc-maçonnerie jouit du respect de la société et des institutions publiques et civiles.

Je voudrais juste souligner deux choses . La première : si celle de 1717 était « moderne », l’actuelle est certainement « post-moderne » et – d’un certain point de vue, qu’il n’est pas possible d’aborder ici sans abuser de l’espace – elle est « post-contemporaine », c’est-à-dire orientée vers un avenir possible et probable où une profonde action de désintoxication des scories actuelles a eu lieu.

La seconde : l’opération des « francs-maçons » a été suivie par l’opération « spéculative » des francs-maçons (à la fois les francs-maçons et les anciens et ceux qui ont été acceptés plus tard) ; Mais par « spéculatif », nous devons entendre la science distincte de la pratique qui comprend la capacité accessible à l’esprit humain de « maintenir l’intellect fixe dans la contemplation des choses », c’est-à-dire une activité de type purement intellectuel, qui remplace la pratique manuelle, opérationnelle.

Il y aurait beaucoup plus à dire, surtout en connaissant l’attention et la curiosité avec lesquelles les Frères suisses suivent – notamment au Tessin – les événements de la franc-maçonnerie italienne et leur curiosité de mieux comprendre ses aspects historiques, traditionnels, rituels, symboliques, à la lumière des divisions (et des… multiplications) qui le marquent malheureusement.

Reconnaissant de votre aimable attention et disponible pour une analyse et des éclaircissements plus approfondis tant sur la question que sur le problème, je vous adresse mes salutations cordiales.

Giuseppe Bellantonio

Président de la Communion de la Piazza del Gesù – Italie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES