jeu 25 juillet 2024 - 17:07

3 raisons de visiter la cathédrale de Poitiers (Par Laurent Ridel)

Par Laurent Ridel et son site decoder-eglises-chateaux.fr

Heureusement, une porte se met toujours à s’ouvrir et j’ai la surprise de voir un visiteur sortir. La voie est libre !   
Une architecture gothique à la sauce angevine.
Cette cathédrale de construction assez ambitieuse vous fera réviser les classiques de l’architecture gothique :– des portails abondamment sculptés (vous venez de les voir) – des voûtes à croisée d’ogives – des vitraux gigantesques
Mais ce gothique est mis à la sauce angevine. Déjà les voûtes vous surprendront par leur bombement exagéré : les clés de voûte sont placées haut. Ensuite, les bas-côtés de la nef sont presque aussi élevés que le vaisseau central. La nef en paraît plus large et aussi ouverte qu’une halle. 
Les plus anciennes stalles de France ?
Alors que je filmais des vues générales de l’église, j’étais gêné par deux visiteurs qui se trouvaient dans le champ de ma caméra : ils photographiaient au flash des détails dans le chœur.  Je me suis approché. Leur intérêt se portait sur les stalles. Datées du XIIIe siècle, elles seraient les plus anciennes de France. C’est possible. De construction un peu fruste, il est tentant de les balayer du regard et de passer à autre chose.  Mais nos deux photographes avaient remarqué les attachantes sculptures au haut des stalles. Précisément, les écoinçons (les coins des arcs) accueillent une multitude de personnages et animaux : dragon affrontant un lion, vierge à l’enfant attendrissante, architecte au travail, anges porteurs de couronnes… 
Résultat, j’ai fait comme les deux autres visiteurs : je me suis mis à photographier.
Le vitrail d’Aliénor
Dans le chœur, le service de la cathédrale a eu la bonne idée d’installer un écran. Un film vous détaille un merveilleux vitrail, celui que vous avez en face de vous, mais à une hauteur assez décourageante pour vos yeux. 
C’est l’un des plus anciens vitraux de France. Daté des années 1160-1170, il représente une gigantesque crucifixion et une Résurrection. Comme tout vitrail roman, le dessin est maladroit et peu réaliste, et le bleu pâle.  Le bas du vitrail est caché par une balustrade. Seul le film vous permet de vous révéler ce qu’il y a derrière : les deux donateurs, Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre et sa femme Aliénor d’Aquitaine.  Je précise ce détail, car, depuis ma dernière vidéo sur l’abbaye de Fontevraud, j’ai remarqué qu’un certain nombre d’entre vous se mettaient dans les pas d’Aliénor en visitant tous les lieux liés à sa mémoire. N’oubliez donc pas la cathédrale de Poitiers.

5 Commentaires

  1. Ce qui m’avait interpellle c’est de trouver dans la nef de gauche (si mes souvenirs sont bons) un pavé mosaïque dans l’alignement de l’édifice, alors que l’ensemble du carrelage est disposé en diagonale) …. Des tenues y ont elles y lieu ?

  2. Merci, j’ai passé 20 ans à Poitiers (SJD3V), vous me la faites redécouvrir.
    Trois ajouts pour les FF : elle aurait été bâtie par des maçons venant de York, d’où son aspect spécial, une “agora” pour que le peuple de Dieu se réunisse, en “vaisseau retourné”. Le mur sud est nu, paraît-il comme à York (je n’y suis pas allé vérifier).
    Pour ces maçons, on peut voir dans les sculptures deux hommes se tenant embrassés, mains doites unies, épaule gauche contre épaule. Les guides y voient la lutte de Jacob contre l’ange, mais précisent “d’autres y voient autre chose…” (rite d’York ?) ce qui laisse à penser qu’on a dû leur faire la remarque…
    Enfin pour la réconciliation catho-protestants, sur le mur sud est toujours encastré un boulet que l’amiral Cologny fit tirer sur la cathédrale depuis une coline la surplombant…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES