mar 23 avril 2024 - 17:04

L’étoile de David

L’étoile de David est le symbole du judaïsme. Deux triangles imbriqués la compose, l’un disposé vers le haut, l’autre vers le bas. Cette figure constitue un hexagramme, autrement dit une étoile à six pointes.

 En hébreu, elle se nomme depuis le XIVème siècle – à la naissance de la Kabbale – Maguen David, que l’on peut traduire littéralement par « Bouclier de David » (en latin, scrutum davidis.).

 Il s’agit en fait du fils de David : le rapprochement du nom et de l’astre provient d’une prophétie annonçant qu’un Roi-messie doit venir (Un astre se lèvera de Jacob et un homme surgira d’Israël).

 Le « Bouclier de David » trouve également un sens dans une légende : Lorsque David, recherché par Saül, se cache dans une grotte, une araignée tisse sa toile en forme d’une étoile à six branches au dessus de lui. Il est ainsi préservé de la vue des soldats, qui ne le trouvent pas. Les six points aux extrémités de l’étoile et les six points d’intersection des triangles représentent aussi la disposition des douze tribus d’Israël unifiées sous la royauté de David, sur la Terre d’Israël autour de Jérusalem.

 Cette étoile est considérée comme le sceau magique du roi Salomon (en latin, sigillum Salomonis). Ce symbole est très ancien : il aurait été retrouvé à Sidon (capitale de la Phénicie dans l’antiquité) sur un sceau datant du VIIème siècle avant Jésus-Christ.

 C’est un sigle magique au Moyen Age et un symbole alchimique indiquant la complémentarité des principes contraires, tels l’eau et le feu, le haut et le bas.

 L’étoile à 6 pointes décore le drapeau d’Israël (étoile bleue stylisée sur fond blanc). Cette étoile symbolise également les six jours de la semaine, le septième jour étant représenté par le centre de l’étoile. Elle a connu une large diffusion grâce à l’invention de l’imprimerie. A partir du XVIIème siècle, la communauté juive de Hollande en fit son symbole qui se répandit ensuite dans les communautés juives du monde entier.

 Imposé aux Juifs par le régime nazi dans les territoires qu’il occupait, lors de la dernière guerre mondiale – sous forme d’une étoile jaune en tissu cousue sur leurs vêtements – ce symbole est devenu synonyme de souffrance et d’horreur.

 Comme la croix pour les chrétiens, l’étoile de David est aussi à considérer avec une vision religieuse d’espérance. C’est bien ce sens, que la tradition chrétienne donne à l’étoile qui guide les trois rois mages, Melchior, Balthazar et Gaspard, vers Bethléem, pour aller y rendre hommage à l’enfant Jésus dans sa crèche.

 Il existe aujourd’hui nombre de loges maçonniques en Israël. L’emblème de l’équerre et du compas y côtoie l’étoile de David. Celle-ci, serait semblable au sceau de Salomon, lequel selon la légende, avec deux triangles inversés dans un cercle, représentait exactement l’hexagramme actuel.

Le même sujet décliné par Solange Sudarskis

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Gilbert Garibal
Gilbert Garibal
Gilbert Garibal, docteur en philosophie, psychosociologue et ancien psychanalyste en milieu hospitalier, est spécialisé dans l'écriture d'ouvrages pratiques sur le développement personnel, les faits de société et la franc-maçonnerie ( parus, entre autres, chez Marabout, Hachette, De Vecchi, Dangles, Dervy, Grancher, Numérilivre, Cosmogone), Il a écrit une trentaine d’ouvrages dont une quinzaine sur la franc-maçonnerie. Ses deux livres maçonniques récents sont : Une traversée de l’Art Royal ( Numérilivre - 2022) et La Franc-maçonnerie, une école de vie à découvrir (Cosmogone-2023).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES