mar 23 avril 2024 - 16:04

Mot du mois : « Délicatesse »

Etrange mot, dont l’ambiguïté apparaît dans les acceptions si diverses qu’il suscite !

Il y a la délicatesse d’une carnation, des traits d’un visage représenté sur une délicate miniature peinte ou émaillée, dont on admirera le tracé fin et délié. Une délicatesse souvent associée au féminin voire à l’efféminé.

Finesse du toucher sous les doigts du pianiste, dans l’exécution d’une peinture, précision dans le geste.

L’intelligence d’une rencontre suppose de faire preuve de tact dans le jugement, l’écoute, le silence ou les mots employés.

Les délices de Capoue, devenus métaphore du plaisir raffiné, du repos du guerrier, coûtèrent à Hannibal, en 215 avant JC., la victoire définitive sur les Romains. Il est vrai que ses soldats étaient harassés par une chevauchée éléphantine autour de la Méditerranée occidentale et à travers les Alpes, assortie de quelques batailles au passage, et rêvaient de délier leurs corps courbatus. Thermes, sauna de l’époque, et plaisirs de la chair et de la bonne chère, comment résister ?

Hannibal céda, les Carthaginois se ramollirent dans ce piège de la douceur. Les Romains, quant à eux, se refirent une santé militaire…

Le latin *delicatus, d’origine douteuse, exprime l’ambivalence du mot. C’est à la fois la finesse du mignon, le raffinement de la volupté jusqu’à la mollesse du tendre. Les délices manifestent ce relâchement, qui se défait de ses liens, *lax, le lacet, d’où les lacs d’amour si présents dans l’amour courtois. Plaisir et séduction perverse !

Le grec use des mots de la douceur sucrée, de la suavité associée à la mollesse qui tend à la fragilité, la faiblesse, ou encore la finesse ingénieuse et rusée.

De là à y percevoir une ruse difficile à déjouer…

Être en délicatesse dans une situation ou une rencontre ne relève pas d’un plaisir épanoui, tant une affaire délicate risque de mobiliser beaucoup d’énergie et de subtilité diplomate pour en délier les imbrications et les pièges.

D’où la réelle difficulté de traduire le mot en autre langue. Parlez de Delikatessen à un Allemand, il vous offrira des gâteaux, des saveurs de bouche !

En nos époques tourmentées de violences, la délicatesse n’est plus guère au programme des réjouissances et le mot entre en déshérence…

Annick DROGOU

Rien de mièvre ni de mou dans la délicatesse. Il faut prendre ce mot au sérieux comme on prend un oiseau dans le creux de la main et sentir ce qui palpite dans la fragilité de la vie, toucher sans forcer.  Avec délicatesse : tout est affaire de tact, ne pas blesser, agir avec pudeur. Ce qui est délicat est sensible et mobilise tous nos sens.

C’est cela la délicatesse, le contraire de la cognée du bûcheron. Aucune crispation de peur, toujours la souplesse d’une paix d’harmonie. Il y a pourtant une force dans la délicatesse, c’est la force de l’amour. On ne tue pas avec délicatesse, on ne peut qu’aimer.

La délicatesse est une légèreté qui ne s’exprime pas à la légère. C’est une légèreté attentionnée. Avec délicatesse. Action et contemplation. La délicatesse est une action née de la contemplation, qui en garde la trace et voudrait la prolonger ; et si parfois on est en délicatesse avec quelqu’un ou quelque chose, c’est qu’on n’a pas su en saisir le mystère. Mais tout reste encore possible, fragile porcelaine de nos vies. Aimer, seulement aimer.

Jean DUMONTEIL

3 Commentaires

  1. Merci beaucoup pour ces partages, ces ressentis.
    La délicatesse est un mot si puissant par le trouble et la force qu’il génère dans l’expression de sentiments profonds et indicibles.
    Ceux qui en font preuve ne sont plus légions mais lorsqu’on a la chance de croiser le chemin de ceux qui la respirent, le cadeau est sans prix et le parfum enivrant. C’est vrai qu’i s’agit seulement d’aimer mais le plus dur est d’aimer l’autre quel qu’il soit et quelles que soient sa culture, ses croyances et opinions. Un défi!

  2. Merci pour cette délicate mais profonde réflexion. <> Méditation sympathique pour ce week-end.
    Fraternellement,
    Marianne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Annick Drogou
Annick Drogou
- études de Langues Anciennes, agrégation de Grammaire incluse. - professeur, surtout de Grec. - goût immodéré pour les mots. - curiosité inassouvie pour tous les savoirs. - écritures variées, Grammaire, sectes, Croqueurs de pommes, ateliers d’écriture, théâtre, poésie en lien avec la peinture et la sculpture. - beaucoup d’articles et quelques livres publiés. - vingt-trois années de Maçonnerie au Droit Humain. - une inaptitude incurable pour le conformisme.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES