sam 20 avril 2024 - 06:04

La Sagesse, du “Je” au “Nous” !

La démarche maçonnique, qui consiste à accueillir des êtres humains désireux de se perfectionner pour réunir « les hautes valeurs morales», est belle et noble . Elle nous permet de nous rencontrer et de cultiver ce qu’il y a de plus beau dans notre existence : la Fraternité.

Depuis des siècles, l’engagement maçonnique valorise la recherche de la Sagesse pour l’initié-e ! Un biais a eu tendance à faire dériver cette recherche d’une sagesse individuelle vers une polarisation hédonique dans le culte de l’égo !

Une autre voie est possible en passant du « Je » au « Nous » et en recherchant une sagesse collective au niveau de la loge.

La sagesse c’est bien sûr  l’attribut des philosophes.

En Grèce antique, Sophia, signifie sagesse mais aussi savoir de l’homme avisé. De ce sens de « savoir » , découle une conclusion : le sage est celui qui sait prendre les bonnes décisions.

Pour les chrétiens la Sagesse est l’un des 7 dons de l’esprit saint avec l’intelligence, la science, le conseil, la force, la piété et la crainte de Dieu. Pour eux, la sagesse est par essence divine.

Dans le Regius, de 1390 : il est écrit « Le métier de maçonnerie vit son commencement quand le clerc Euclide dans sa grande sagesse fonda le métier en pays d’Égypte ».

Les alchimistes évoquent le « sel de la sagesse ». Sous le nom de Fulcanelli, paraissent en 1930 les « Demeures philosophales », il y est précisé « Or, la sirène, monstre fabuleux et symbole hermétique, sert à caractériser l’union du soufre naissant, qui est notre poisson, et du mercure commun, appelé vierge, dans le mercure philosophique ou sel de sagesse »

Il y aurait tant à citer si je devais reprendre les apports qui ont été faits tout au long des siècles ; mais une place à part doit être faite à Baruch Spinoza : En associant le travail sur soi, la recherche de la joie et des plaisirs, dans un détachement de passions, le philosophe de la Sagesse comme d’aucuns le considèrent, a considérablement enrichi le terme.

La pensée moderne donne un autre sens pour la sagesse : il s’agit de la notion d’acceptation, que l’on pourrait aussi appeler de «Acceptation de pleine conscience ». Cet acquit est indispensable pour devenir sage si on ne veut pas que la mort survienne alors que nous ne sommes pas encore arrivés au bout du chemin.

Il est clair que l’acceptation n’est possible que si l’état de « pleine conscience » nous a permis d’éliminer toutes les turpitudes et autres perversions du fonctionnement humain (et en particulier l’égoïsme, le besoin de possession, l’ambition et d’autres choses encore).

Marie Claude Haumont, Praticienne en relation d’aide, auteure de l’ouvrage « Le chemin de l’acceptation » précise :

« La clé de la sagesse passe par l’acceptation que ce soit d’un point de vue physique, psychique ou spirituel.

– Accepter c’est d’abord reconnaître ses difficultés;

– Accepter, c’est ensuite ne pas les renier et ne pas aller contre;

– Accepter c’est reconnaître sa responsabilité ;

– Accepter c’est prendre conscience que ce qui nous arrive fait partie de notre histoire et est, de ce fait, nécessaire à notre histoire ;

– Accepter c’est aussi déresponsabiliser les autres pour les torts qu’ils nous causent. Il ne s’agit pas de les excuser, il s’agit de les considérer seulement comme acteur de notre propre scénario.

L’acceptation doit être profondément ancrée au fond de soi et envahir tout l’espace. De ce fait, il n’y a plus de place pour les frustrations, les colères, les remords, les regrets et tout ce qui apporte la douleur. »

La Sagesse en Franc-maçonnerie.

Le roi Salomon a été considéré par la franc-maçonnerie spéculative comme le représentant de la Sagesse, conformément au caractère qui lui a été donné dans le premier livre des Rois (chap 5 – verset 9) – je cite  « Dieu donna à Salomon une sagesse et une intelligence très grandes, et un cœur aussi vaste que le sable au bord de la mer. »

En franc-maçonnerie, la sagesse est la première vertu de la triade comprenant la force et la beauté. La colonne “Sagesse”, de style corinthien, est placée à l’angle Sud-Est.

Dans le rituel maçonnique, la sagesse est associée  :

  • au Volume de la loi sacrée   l’une des grands lumières  
  • au Vénérable Maître   l’un des Trois officiers principaux  et plus particulièrement à son chapeau, chapeau,
  • au Soleil, l’une des Lumières mineures (avec la Lune, et les étoiles)  

On retrouve dans les rituels maçonniques les deux sens traditionnels du mot Sagesse :

  • Le savoir, en filiation avec la pensée grecque
  • Un attribut divin en référence à la Bible, première source d’inspiration de la franc-maçonnerie initiale. !

Ce dualisme complémentaire ou contradictoire, selon la croyance ou la référence philosophique, se retrouve encore aujourd’hui !

La Sagesse au 1er degré

Elle est en rapport avec notre condition humaine et au questionnement qu’elle suscite :

  • Suis-je objet ou sujet ?
  • Dois-je avoir peur des autres ?
  • Mes engagements sont-ils induits ou volontaires ?
  • Quelle est ma place dans la société ?

Et tant d’autres questions.

Être Sage c’est d’abord trouver la bonne réponse à toutes ces questions que nous nous posons. Comme cela est plus difficile que l’on croit, on ne peut s’étonner que certains aient encore besoin des dieux ! 

La Sagesse au 3ème degré

Les rituels sont des supports qui, bien qu’ils aient été, pour la plupart, conçus au XVIIIème siècle, peuvent être une base de réflexion. Ils nous laissent heureusement la liberté de dépasser leur formalisme pour aller plus loin ; c’est ainsi que l’on peut parler de travail maçonnique. Un travail de réflexion et d’action pour être plus sage que nous ne l’étions lorsque nous avons été initiés.

Il y a deux manières d’effectuer ce travail maçonnique :

  • Soit de façon individuelle, chacun se créant un monde imaginaire dans lequel il évolue,
  • Soit de façon collective : dans ce cas cela suppose un consensus pour que tous les membres de la loge acceptent d’entreprendre une certaine méthodologie.

Il est clair que le 3ème degré nous permet d’accéder à notre mort prochaine en la mettant dans la perspective d’une transmission. De la même manière que nous sommes élevés à la maîtrise après avoir réalisé l’enjambement du corps défunt, symbole de toutes ces générations de maîtres maçons qui depuis Hiram permettent à la franc-maçonnerie d’avoir une existence au-delà de la durée de l’existence humaine.  

C’est donc une autre approche de la Sagesse qui nous tend les bras : cultiver une sagesse individuelle, c’est bien mais vivre la sagesse collective, c’est beaucoup mieux ; seule celle-ci s’inscrit dans la durée.

La sagesse collective nous offre un champ d’investigation qui a l’intérêt de nous forcer à dépasser notre individualité pour explorer le champ du collectif ou plutôt du chantier sur lequel la loge dans laquelle nous travaillons peut se projeter dans un espace-temps indéfini !

Mais qu’est-ce que la sagesse collective ?

Il est parfois plus facile de définir un concept à partir de qu’il n’est pas : la sagesse collective ce n’est pas l’irrationalité des groupes humains et la déraison démocratique.

Dave Pollard, chercheur universitaire, explique  –  je le cite :  « De nombreux problèmes cognitifs, de coordination et de coopération sont mieux résolus en interrogeant des groupes de personnes raisonnablement informées, impartiales et engagées. La réponse du groupe est presque invariablement bien meilleure que celle de n’importe quel expert individuel. Cette réponse, est aussi meilleure que la meilleure réponse des experts du groupe. »

Par ailleurs qui dit sagesse collective inclut la phronesis d’Aristote que l’on traduit généralement par « la sagesse pratique » qui implique jugement et discernement.

On sait aujourd’hui que pour faire éclore une sagesse collective, une méthode de travail nouvelle s’impose : il s’agit du  travail corroboratif  en petits groupes de 4 à 5 personnes ; cette méthode complète heureusement les tenues proprement dites.

L’objectif du travail corroboratif est de permettre au groupe de dépasser la simple addition des apports individuels pour faire émerger une réflexion originale ayant une valeur consensuelle.

A partir de là, la question se pose de savoir ce qui peut déboucher d’un travail corroboratif dans le cadre de l’activité d’une loge maçonnique  : il n’y a pas de réponse univoque mais si on comprend que l’adjectif corroboratif sous-entend une valeur ajoutée à une somme de travaux individuels, on pourrait espérer avoir des résultats dans plusieurs domaines comme par exemple :

– Une meilleure connaissance de tout ce qui a trait à la recherche de la sagesse et surtout une plus grande mise en pratique de ces connaissances,

– Un réel développement de nos capacités pour faire rayonner notre loge et l’idéal maçonnique,

-La possibilité d’élaborer un modèle de fonctionnement d’une loge maçonnique qui puisse être performant et reproductif.

Il y a aussi un autre intérêt  pour travailler sur la sagesse collective : accéder à la compréhension des conditions nécessaires à la résolution des conflits

Le propre du monde vivant c’est de vivre au jour le jour des interactions et des contradictions ; dans le monde animal, cela s’accompagne inéluctablement soit d’évitements soit de conflits débouchant sur la loi du plus fort.

Les êtres humains, en plus de ces deux comportements, tentent de trouver une concertation ; le plus souvent celle-ci intervient lorsque la confrontation n’a pas donné de vainqueur. D’où des périodes de temps parfois très longues dans un état de ni guerre – ni paix.

La Sagesse pourrait alors se définir comme la capacité à trouver une conciliation pour éviter une conflagration générale et comme l’a écrit Euripide :

L’homme sage doit souhaiter de voir dans son ennemi de la sagesse et des lumières ; ce n’est qu’alors qu’il peut en attendre de la justice et des égards. (Euripide ; Les fragments – Ve s. av. J.-C.).

On retrouve là une des motivations de la création des premières loges maçonniques anglaises qui est survenue dans le contexte d’une guerre civile. A la suite du schisme anglican sous Henri VIII en 1534, une confrontation s’installe entre catholiques et anglicans. Cela durera près de deux siècles : en 1780, il y eut encore de violentes émeutes anticatholiques à Londres, à la suite du début de la guerre d’indépendance américaine.  Tous les historiens reconnaissent que les loges maçonniques ont contribué à résorber cette violence civile.

On peut penser que si les loges installées dans des pays concernés par des dissensions internes n’ont pas joué le rôle que l’on pouvait attendre (les loges parisiennes par exemple lors de la Commune de Paris) d’elles, ce le fut parce que leur fonctionnement avait connu une déviance.

De l’intérêt d’apprécier la pertinence d’une sagesse collective 

La nécessaire évaluation de ce qu’on dit et de ce qu’on fait, est inhérente à la pensée corroborative et mériterait d’être intégrée dans la pensée maçonnique moderne 

C’est pour cela que des universitaires américains ont créé ce que l’on appelle l’échelle de Sagesse à 7 éléments : je ne sais pas si ces universitaires étaient maçons mais avouer que cela nous convient bien comme formulation.

Premier critère : La Résolution, c’est la capacité à prendre des décisions

Les personnes résolues ont la capacité de rester calmes lors des moments difficiles. Ainsi, l’une des caractéristiques les plus remarquables des profils dotés de sagesse est d’examiner les défis d’un point de vue large, perspicace et innovant pour imaginer de multiples solutions au même problème.

Deuxième critère : L’autoréflexion, l’art de l’introspection

Il s’agit d’un exercice de courage à travers lequel nous sommes également capables de nous remettre en question, de détecter des attitudes ou des croyances inflexibles, des pensées irrationnelles et d’appliquer des approches plus saines.

Troisième critère : Un Comportement prosocial, les autres sont importants

Le comportement prosocial implique de se soucier des besoins des autres et de les anticiper pour y répondre. Cela signifie également se connecter avec les gens qui nous entourent et nous enrichir de leurs idées, approches et connaissances.

Quatrième critère : Une capacité de régulation émotionnelle, rester calme sous pression

Être conscient de ses propres émotions favorise un ajustement entre les pensées et les actions pour toujours agir avec sang-froid, sagesse et équilibre sans se laisser aller à pulsions agressives.

Cinquième critère : La capacité d’acceptation de perspectives différentes car la contradiction fait partie de la vie

Accepter que notre monde regorge de sons dissonants, que les voix contradictoires abondent et que le chaos se mêle au prévisible.

Sixième critère : le don du conseil, de la capacité à conseiller

Les sages font plus que conseiller, ils savent guider. En effet, ce sont des personnalités inspirantes qui ont appris de leur expérience et savent la transmettre. Ils le font sans pression et sans imposer.

Septième critère : l’existence d’une Spiritualité, comprise comme une force intérieure

La spiritualité, dans le sens d’une activité éthique dans le cadre de la liberté de conscience, favorise aussi le développement de la sagesse.

Cette échelle de la Sagesse est aussi un outil pour savoir sur quelles dimensions nous devons travailler un peu plus pour améliorer notre bien-être.

En conclusion

Ma réflexion s’est  fondée sur trois constats, une espérance et une proposition:

  • Le premier constat c’est de voir que la franc-maçonnerie ne se porte pas très bien : on a parfois l’impression que même les francs-maçons n’y croient plus !  Elle est aussi victime de que l’on appelle le syndrome du rétroviseur : revivre sans arrêt le passé rend aveugle à l’avenir !
  • Le deuxième constat a trait à l’enjeu que constitue la vie d’une loge maçonnique : tous nous souhaitons ardemment que tout se passe bien dans une loge avec des relations fraternelles avec tous, des travaux stimulants intellectuellement et le sentiment de construire quelque chose de solide et de sérieux. Quoi de plus désolant quand une impression de rendez-vous manqué nous envahit.  
  • Le troisième constat concerne la problématique du travail collectif de la loge ; dans la plupart des loges il se réduit à la fameuse synthèse dont on sait combien elle est contraire à l’intelligence collective. Ce constat doit nous inciter à découvrir le travail corroboratif seul capable de transcender l’implication des individus.
  • L’espérance, concerne le désir que nous devrions partager pour nous accepter sans exclusion avec la volonté de trouver un consensus fondé sur la bienveillance et l’intérêt collectif.
  • Une proposition : Faire du travail sur la Sagesse collective un fil rouge qui donnerait une cohérence à notre engagement maçonnique.

Cette approche mériterait d’être complétée par des éléments méthodologiques qui puissent faciliter son utilisation.  Malgré tout, conscients de nos faiblesses, confortés par cette règle collective qui doit nous animer, patients et persévérants, nous pourrons progresser vers le but tant recherché : travailler dans la fraternité sur la voie de la Sagesse!

Lorsqu’on prend conscience des différentes motivations qui engendrent les candidatures de l’initiation maçonnique, on voit bien que la plupart appartiennent à une démarche personnelle. C’est malheureusement un désir qui se réduit à une peau de chagrin car une vie ce n’est que peu de chose et elle finit toujours dans la déchéance ! Il n’y a que le mysticisme qui fait rêver les âmes dans un délire qui peut plaire mais est de l’ordre de la démarche maçonnique ?

Par contre la recherche d’une sagesse collective trans générationnelle au niveau d’une loge, cela peut avoir un sens qui peut nous projeter dans un dépassement individuel vers l’Amour universel.

Autres approches de la sagesse collective

Les Institutions de la sagesse collective

L’intelligence collective, un enjeu politique

La démarche maçonnique : une auto-formation à la sagesse, collective dans un cadre rituel !

La sagesse, un don ou un effort pour le franc-maçon ?

Freemasonry and the Ancient Wisdom

4 Commentaires

  1. Est ce que tout cela ne se résume pas tout simplement à être un vrai maçon ayant intégré les leçons des degrés et les mettant en oeuvre ? Le constat est hélas que 80% des maçons en loge n’en sont pas !

    • Si tu as bien lu , on pourrait reprendre ta formule en l’adaptant pour exprimer le concept d’une “vraie” loge ! La défi est de passer du “Je” au “Nous” en considérant que l’aventure individuelle n’a pas beaucoup d’intérêt si elle ne conduit pas à réaliser la fraternité qui, fondamentalement, implique l’aventure collective ! Dans une loge il n’y a pas de “vrais” ou de “faux” maçons ou maçonnes ! Nous sommes co-responsables de ce qui peut nous lier ; si la fraternité n’est que formelle et réduite à un clan, l’échec est avéré ! Enfin, il me semble que c’est un échec patent ! Fraternité !

  2. “Si la fraternité n’est que formelle et réduite à un clan”, c’est que ce n’est pas une loge maçonnique ! Réformer ce qui ne peut ou ne veut pas l’être est totalement vain ! Pour reprendre un aphorisme de Desproges c’est comme se masturber avec une râpe à fromage : beaucoup de souffrance pour peu d’effet !

    • Je partage ton point de vue MTCF mais la réalité nous amène à constater que c’est souvent le cas mais pas forcément pour de mauvaises intentions ; la Fraternité expression d’une sagesse collective ne se décrète pas ; elle est le fruit d’une praxis ! si celle-ci n’est pas mise en œuvre, on ne peut pas forcément blamer les victimes que sont les frères et les soeurs qui se retrouvent “désorientés” !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Alain Bréant
Alain Bréant
Médecin généraliste, orientation homéopathie acupuncture initié en 1979 dans la loge "La Voie Initiatique Universelle", à l'orient d'Orléans, du GODF Actuellement membre de la RL "Blaise Diagne" à l'orient de Dakar - GODF Auteur sous le pseudonyme de Matéo Simoita de : - "L'idéal maçonnique revisité - 1717- 2017" - Editions de l'oiseau - 2017 - "La loge maçonnique" - avec la participation de YaKaYaKa, dessinateur - Editions Hermésia - 2018 - "Emotions maçonniques " - Poèmes maçonniques à l'aune du Yi King - Editions Edilivre - 2021

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES