sam 20 avril 2024 - 05:04

Théia, la petite soeur de la Terre

Samedi 10 février la loge d’étude et de recherches Théia s’est réunie à Lyon pour sa première sortie publique. Cette loge du Grand Orient de France, refondée en novembre dernier, est dédiée à un travail maçonnique sur l’écologie. 

En Astronomie, Théia est un énorme satellite de la taille de Mars, qui est venu percuter la proto-Terre GaÏa, il y a 4,5 milliards d’années. Le choc fut terrible. Théia se disloqua. Une partie des débris se fondit avec Gaïa pour donner la planète Terre actuelle. L’autre vola en morceaux qui finirent par s’agglomérer pour donner la Lune. Dans la mythologie grecque, Théia est le mère de Séléné (La Lune) et d’Hélios (le Soleil). La loge Théia nourrit des ambitions plus modestes. Elle se veut un lieu de travail, d’échange et de prospective. (voir plus loin : Extrait de la Charte)

Trois commissions composent la loge. La première s’intéresse aux Lumières du XXIème siècle. Elle se donne pour mission d’éclairer les enjeux d’aujourd’hui et de demain, de commencer par réunir des ressources puis de produire des planches à partager sur ces questions. Elle s’appuie sur des auteurs comme Bruno Latour, Edgar Morin, Philippe Escola, Dominique Bourg, Cynthia Fleury, Valérie Cabanes, Baptiste Morizot… Parmi les chantiers ouverts par cette commission : 

  • Quel statut pour l’humain et pour les non-humains ? 
  • Qu’entend-on aujourd’hui par “émancipation” ?
  • Quels nouveaux développements du Droit sur les questions d’écologie ? 
  • Quelle place donner à la Raison ?
  • Comment les spiritualités se recomposent par rapport à l’écologie? 

La deuxième commission s’occupe des rituels. Elle explore la tradition maçonnique et les traditions cousines pour voir comment elles ont pu prendre en compte la nature dans leur manière de travailler symboliquement. La troisième commission s’est donné comme thème: l’eau, qu’elle aborde aussi bien dans ses aspects concrets d’enjeu écologique, que dans ses aspects symboliques. 

Le thème de travail de cette journée du 10 février portait sur la question “Que viennent faire les francs maçons en écologie?” Certes ils ne viennent pas faire de l’écologie militante, ni de l’écologie punitive, ou au contraire positive, ni de l’écologie des solutions  ou au contraire : des problèmes. Ils viennent faire de la franc-maçonnerie. C’est-à-dire commencer par se débarrasser de tous les discours polémiques sur l’écologie pour essayer de comprendre de quoi il retourne. La méthode est celle des francs-maçons, elle consiste d’abord à dégrossir la pierre puis à la tailler. Les outils sont ceux des francs-maçons : le fil à plomb pour poser les questions de fond, le compas pour délimiter les sujets, le pavé mosaïque pour regarder aussi bien les aspects négatifs que positifs, etc. Quant aux sujets traités,ils concernent l’humanité et ce que nous appelons “l’humanisme”, que l’écologie nous invite à réinterroger à travers les nouvelles responsabilités que l’humanité se reconnaît vis-à -vis du vivant. 

La loge Théia est souchée sur la région 6 du GODF, celle dite “des Loges de l’Est et de Suisse”. Ses participants étant assez dispersés, ils travaillent majoritairement en distanciel et par visio. Au moins trois fois par an, elle organise des tenues rituelles qui lui permettent de partager ses travaux avec d’autres loges ou d’autres FF et SS. Après cette tenue de février à Lyon, le prochain rendez-vous est fixé en mai à Bourg-en-Bresse.

Pour contacter la loge Théia : vm@ler-theia.fr

Extrait de la Charte fondatrice de la loge d’études et de recherches Théia

La loge d’étude et de recherche Théia est un lieu de travail, d’échange et de prospective où les Sœurs et les Frères partagent la conviction que :

  • l’écologie est un chemin humaniste qui participe à la concorde universelle ;
  • l’ensemble du vivant de notre planète est un patrimoine commun qui ne peut être confisqué par personne ;
  • l’avenir et l’existence même de l’humanité sont indissociables de l’équilibre des milieux qui la constituent ;
  • l’humanité exerce une influence croissante sur les conditions de la vie et met en péril sa propre évolution ;
  • la place de l’humanité au sein du vivant doit être réinterrogée ;
  • l’amélioration matérielle et morale de l’humanité passe par une société respectueuse de l’environnement autant que de la justice sociale ; cet objectif est indissociable de la recherche d’un monde toujours plus solidaire ;
  • la méthode et les outils maçonniques sont appropriés pour guider notre réflexion.

La loge d’étude et de recherche Théia se veut :

  • une force de pensée et de contribution aux travaux du Grand Orient de France ;
  • une source de soutien et de propositions pour la Commission nationale de réflexion sur le développement durable (CNRDD) dans le sillage de laquelle nous nous plaçons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Pierre Gandonniere
Pierre Gandonniere
Membre du Grand Orient de France et du Grand Chapitre Général. Journaliste, consultant, enseignant Auteur d’une thèse sur l’Ecologie de l’Information Auteur de : "L'Humanisme en Tablier Vert -L'Ecologie est-elle une question maçonnique ?" Detrad, 2023

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES