sam 24 février 2024 - 13:02

C’est quoi la franc-maçonnerie féminine ? Une conférence ce samedi à Roubaix

De notre confrère lavoixdunord.fr

La Grande Loge Féminine de France (GLFF) tient conférence ce samedi à Roubaix pour «démystifier» la franc-maçonnerie. Entretien avec Catherine Lyautey, la Grande Maîtresse de cette obédience.

Quel est l’objectif de la conférence que vous donnez ce samedi 27 janvier à Roubaix ?

Nous proposons des conférences un peu partout, parce que les gens ne savent pas forcément qui nous sommes ni comment nous rencontrer. L’idée, c’est d’aller au devant de ceux qui sont curieux, qui se posent des questions, pour y répondre, et démystifier la maçonnerie en général, et la maçonnerie féminine en particulier. Il y a toujours une suspicion autour de nous, d’idées reçues sur une société élitiste, ce n’est pas ce que nous sommes.

Nos sœurs, les robes noires…

Et donc, qu’est-ce que vous êtes?

La franc-maçonnerie, c’est une école à penser par soi-même. C’est un ordre initiatique, dont les membres travaillent sur eux-mêmes, se posent des questions pour apporter un plus à la société.

Les femmes ont un regard spécifique sur leur propre situation et ressentent donc l’envie de se retrouver entre elles pour échanger.”

Catherine Lyautey, Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France

Pourquoi donner une conférence dans un quartier populaire, les Trois-Ponts, comme vous l’aviez fait en 2018 ?

Justement parce que ça fait partie de notre objectif de démystifier la maçonnerie. Nous sommes ouvertes à tous les milieux ou tous les niveaux d’études. Si une femme a des questionnements intimes ou philosophiques, si elle veut nous rejoindre, elle est la bienvenue. Nous souhaitons donc aller partout où se trouvent les femmes.

GLFF.jpg

Vous êtes une obédience exclusivement féminine. Pourquoi ce choix?

La Grande Loge Féminine de France a été fondée en 1945, dans le contexte du combat autour du droit de vote des femmes. Il faut se souvenir que lorsque la franc-maçonnerie a été créée, elle était interdite aux femmes. Il existe donc depuis très longtemps une volonté des femmes de travailler entre elles à leur émancipation. Nous avons un regard spécifique sur notre propre situation et ressentons l’envie de nous retrouver entre nous pour échanger, ce qui ne nous empêche pas de travailler aussi avec des hommes.

Sceau GLFF
Sceau GLFF

L’émancipation des femmes, justement, où en est-on aujourd’hui ?

C’est un très long travail qui est loin d’être achevé, pour la liberté de choisir ce qu‘on veut pour son corps, pour l’égalité salariale par exemple. Il se trouve aussi que les femmes se mettent aussi souvent des barrières. Il faut qu’on arrive à prendre toute notre place, partout, dans la société.

Combien la Grande Loge Féminine de France a-t-elle de membres dans la région ?

Nous avons une loge à Roubaix, l’association Lumière des Flandres, qui compte 45 femmes. Nous avons 800 adhérentes dans le Nord. Aujourd’hui, la GLFF est la première obédience maçonnique féminine mondiale. Nous sommes 13 000 membres dans le monde, réparties dans 450 loges, en France mais aussi en Afrique ou en Europe de l’est.

[NRLR : L’association Loi de 1901 organisatrice de cette réunion porte le beau nom évocateur de « Lumière des Flandres ». Un nom ayant plusieurs éléments symboliques et historiques importants, particulièrement dans le contexte de la Franc-maçonnerie en général, féminine en particulier et de la région des Flandres…

Drapeau des Flandres.

Rappelons que le terme lumière a une signification symbolique profonde. Il représente la connaissance, la sagesse et la vérité. Chercher la lumière est souvent synonyme de recherche de la compréhension, de la connaissance spirituelle et morale. Ce concept est central dans les rituels maçonniques et dans l’ensemble du parcours maçonnique car la lumière est donnée à qui demande sincèrement à la recevoir !

Armorial Gelre Flemish Flag.

De plus, la référence aux Flandres indique, bien sûr, une connexion géographique ou culturelle avec cette grande région historique d’Europe. Les Flandres couvrent, en effet, une partie de la Belgique actuelle, des Pays-Bas et du nord de la France. Cette région a une riche histoire culturelle et a joué un rôle important dans notre histoire, celle de l’Europe, notamment dans les échanges commerciaux, l’art, et la culture au Moyen Âge et à la Renaissance.

GLFF, médaille commémorative des 50 ans.

Au sein de la Grande Loge Féminine de France, obédience exclusivement féminine, le doux nom de « Lumière des Flandres » symbolise la belle contribution et son impact dans cette région de nos très chères sœurs – idéaux maçonniques de quête de connaissance et de lumière spirituelle.

Déclarée à la préfecture du Nord le 23 septembre 2011, cette association a pour objet « Outre l’entraide entre ses membres, l’étude de sujets philosophiques, spirituels, culturels, éducatifs ainsi que toute activité s’y rapportant ». Volontairement, nous ne mentionnerons son siège social.]

Salle Richard-Lejeune, le plan.

Infos pratiques

La conférence, ouverte à tous, hommes ou femmes, a lieu le samedi 27 janvier à 14 h 30 à la salle Richard-Lejeune, 21 rue d’Anzin à Roubaix.

Inscription souhaitable au préalable sur le mail conference.ldf270124@gmail.com

Facebook Roubaix, le bandeau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES