ven 23 février 2024 - 01:02

Habituez votre esprit au doute et votre cœur à la tolérance

De notre confrère italien expartibus.it – Par Rosmunda Cristiano

La tolérance est mise à l’épreuve lorsque chacun pense avoir raison et ainsi surgissent des divisions, des guerres, du racisme ; il faut le cultiver comme une plante à semer dans les jeunes esprits ; il faut l’arroser constamment pour que ses racines s’enracinent dans la société et la protègent des parasites comme la haine et la discrimination.

Nous sommes si différents les uns des autres par la culture, la profession, les idéaux politiques et religieux, les sentiments, mais il existe entre nous un lien profond qui transcende tout cela, et c’est un lien fort et subtil : fort parce qu’il est construit sur des bases éthiques et morales. les principes , qui sont les fondements indispensables d’une évolution horizontale de l’être humain et, par conséquent, de l’humanité ; minces parce qu’ils transcendent le plan horizontal et s’élèvent vers le haut.

Ils approfondissent l’ici et maintenant et s’étendent jusqu’à prendre conscience que la tolérance implique le respect, ce qui, à son tour, invite à croire que les traditions, les cultures et les religions interprètent différemment les principes et les valeurs des droits de l’homme.

L’objectif de la Franc-Maçonnerie est de former des hommes et des femmes libres de tout préjugé, qui se mettent au service de la justice, de la morale et de la vérité dans la liberté de pensée la plus absolue.

Socrate affirmait :

Je sais parce que je sais que je ne sais pas.

Seuls ceux qui admettent leur ignorance peuvent rechercher la vérité.
La connaissance apporte l’humilité. L’humilité de toujours douter, de savoir comparer, de ne pas exiger d’être compris, d’écouter en silence et d’attendre puis de répondre, si on le permet.

La tolérance incarne une signification énorme, elle représente l’expression pratique des vertus et de l’humilité de l’individu. La tolérance n’est pas en nous dès la naissance, mais c’est quelque chose qui, petit à petit, est assimilé et mis en pratique comme fruit de la connaissance et du savoir. C’est un sentiment qui s’acquiert en grandissant et en nourrissant l’Esprit.

Dans la Franc-Maçonnerie, la Tolérance, en théorie, ne doit pas être appliquée, mais être une mise en œuvre logique, née lorsque la “Lumière” est donnée au profane, et pourtant, n’étant pas des êtres parfaits, mais perfectibles, nous devons nous consacrer au lissage constant de la pierre : la rendre rugueuse, la lisser, la finir.

Nous devons garder à l’esprit que :

La tolérance n’est pas la gentillesse.
La tolérance n’est pas une bêtise.
La tolérance n’est pas l’ignorance.
La tolérance, ce n’est pas profiter des autres.

L’objectif de la Franc-Maçonnerie est de former des hommes et des femmes libres de tout préjugé, qui se mettent au service de la justice, de la morale et de la vérité dans la liberté de pensée la plus absolue.

En suivant un chemin initiatique il semble implicite que les Principes et Valeurs que nous soutenons se concrétisent dans notre expérience quotidienne. Mais souvent, les Principes restent seulement des concepts théoriques lorsqu’il y a un manque de conscience profonde que la Liberté, l’Égalité et la Fraternité constituent les fondements d’une construction éthique, sociale et spirituelle, qui implique toute la création et tous les règnes de la nature.

Ces Principes sont universels et liés à des valeurs qui concernent un moment historique, social et culturel, mais, dans leur essence, ils sont immuables, car ils enseignent que nous sommes tous égaux dans le macrocosme des différences qui caractérise le monde de la matière. .
Le concept clé de la tolérance est qu’il n’y a pas de dogmes ni de vérités absolues, tout est en constante évolution, tout comme chacun de nous change constamment.

La franc-maçonnerie peut avoir pour seul but de former de bons francs-maçons qui savent présenter leurs propres idées et profiter de celles des autres, qu’ils soient francs-maçons ou laïcs. Ce travail continu, fait d’abord sur soi, qui ne connaît aucun arrêt, ne peut produire qu’un raffinement personnel et collégial. Ce n’est que dans ces conditions que les différents niveaux de connaissance et de conscience de chacun de nous peuvent vivre dans le même conteneur et permettre à nous et à l’ensemble de l’humanité de prospérer.

Comme les bâtisseurs des Cathédrales, nous ne verrons pas l’achèvement de l’œuvre finale, mais nous pouvons apporter notre contribution significative en faisant ce qui est en notre pouvoir : nous avons devant nous un papier blanc sur lequel écrire notre histoire orientée vers le progrès. de nous-mêmes et de « l’humanité ».

La franc-maçonnerie, depuis ses origines, est un collège d’hommes libres et de bonnes mœurs. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons également être courageux mais pas imprudents, prudents mais pas craintifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES