mer 28 février 2024 - 06:02

Laurent Ridel enquête sur une sculpture mystérieuse

Du site de Laurent Ridel decoder-eglises-chateaux.fr

Mon plaisir dans les églises est d’arriver à identifier un personnage qui n’est pas légendé. Aujourd’hui je vous soumets un cas particulièrement retors à l’entrée de la cathédrale de Senlis (Oise). Ensuite, je vous demanderai votre aide car malheureusement, je ne sais pas tout. 

Sur le portail occidental de la cathédrale de Senlis, je n’arrivais pas à identifier le 3e personnage parmi ces statues-colonnes de part et d’autre de la porte.
Il s’agit à l’évidence d’un roi au regard de sa couronne. Il semble tenir une échelle. Mais dans le détail, on devine plutôt une colonnette sculptée. Regardez la base.  Sous la colonnette apparaissent deux animaux difficilement identifiables à cause de leur état dégradé. Tout au plus, on peut deviner des quadrupèdes.  Prise de Veies, enluminure du manuscrit Fr 365
Enfin, le bras droit du « roi » fait un geste indéfini, à cause de sa main amputée. Voici les indices pour avancer dans notre interprétation.  Heureusement, les personnages voisins sont plus facilement identifiables (du moins quand on a l’habitude) :  Eglise néogothique de Vimoutiers
– Au premier plan, saint Jean-Baptiste qui baptise Jésus à ses pieds (pas facile à deviner car cassé)– Aaron qui sacrifie un agneau, symbole du Christ– Au fond, Abraham qui s’apprête à sacrifier son fils avec une épée comme Dieu sacrifiera son fils. Leur point commun ? Ce sont tous des précurseurs du Christ, autrement dit des personnages bibliques qui préfigurent le Christ. Notre inconnu doit donc en être un.  Il y a deux précurseurs du Christ qui sont souvent représentés en roi : Salomon et David, rois d’Israël. Éliminons David, car il est de l’autre côté de la porte. On ne peut pas le représenter deux fois sur le même portail. Reste Salomon mais les attributs collent imparfaitement. Certes la colonne peut représenter la construction du temple de Jérusalem entreprise par lui. Mais en général, on représente le temple en entier. Enfin cette piste ne m’aide à comprendre les deux animaux sous la statue de Senlis.   Peut-on trouver ailleurs un personnage possédant comme attribut une colonne et un quadrupède ? Oui ! En parcourant mes photos, j’ai trouvé une statue ressemblante.
Elle se trouve sur le portail nord de la cathédrale de Chartres parmi 5 personnages. C’est l’homme au centre qui nous intéresse.  Cathédrale Saint-Patrick à New York (Wikimedia Commons)
Vous le connaissez tous et toutes. Il tient une tablette, symbole des Tables de la loi que Dieu lui a remises sur le mont Sinaï, les fameux Dix commandements. Il s’agit de Moïse. Nous tenons un suspect pour la statue-colonne de Senlis.  Tout s’agence ensuite. La mystérieuse colonnette sculptée renvoie en fait à un épisode du Livre des Nombres dans l’Ancien Testament : les Hébreux, lassés d’errer dans le désert, murmurent contre Dieu et leur guide Moïse. Dieu les punit en leur envoyant des serpents venimeux (dans l’Ancien Testament, Dieu est souvent ombrageux). Après de nombreux morts, le peuple se repent. Sur ordre divin, Moïse fait dresser un serpent d’airain au sommet d’une perche. Tous ceux qui avaient été mordus sont sauvés par un simple regard en direction du serpent d’airain. Ce détail d’un vitrail dans la cathédrale d’Auxerre illustre l’épisode. 

La colonnette de notre mystérieuse statue supportait donc le serpent d’airain. On comprend alors son geste : il désigne de sa main cassée le serpent disparu. 
Écrasé par la colonnette et les pieds, l’un des quadrupèdes de Senlis correspond sûrement au veau d’or, une idole que les Hébreux avaient fabriquée pendant l’absence de Moïse et qu’ils adoraient comme Dieu. L’autre animal pourrait être un mouton puisqu’un épisode de l’Ancien Testament nous décrit Moïse berger. Il est dit aussi qu’il commande aux Hébreux de sacrifier des agneaux lors de la fuite d’Égypte.  Reste une dernière énigme à résoudre. Pourquoi Moïse est-il couronné ? Il n’a jamais été roi. Mon hypothèse avance une erreur de restauration. En 1793, lors de la Révolution, les têtes des statues-colonnes ont été décapitées. En 1845-1846, le sculpteur Robinet est chargé de les reconstituer. Comme nous, il peine à identifier les personnages. Il prend Moïse pour le roi Salomon à cause de la colonne (la colonne du temple de Salomon). Résultat, il reconstitue une tête couronnée. Le portail de Senlis montre à la vue de tous une aberration biblique : un roi Moïse. Votre aide est demandée. À l’image de l’exemple précédent, je suis content quand j’arrive à décoder une sculpture. C’est d’ailleurs le principe de cette infolettre hebdomadaire : vous aider à identifier les personnages, les symboles ou les éléments architecturaux d’une église. Parfois des choses me résistent. Une abonnée, Laure, me soumet justement cette énigme : Dans une église de Dordogne, Plazac, à l’entrée du chœur, proche de la grille de communion, est accrochée au mur une structure en bois fermée par un rideau. – avez-vous déjà rencontré ceci ailleurs ? – comment s’appelle cet élément ? – à quoi sert-il ? (statue à l’intérieur, forme de dais ?) 
Pour ma part, je n’ai jamais vu cela. Et vous ?  Vos propositions pertinentes ou loufoques seront publiées dans la prochaine infolettre.  L’œil de la providence (suite). La semaine dernière, je vous soumettais ce symbole : un œil rayonnant, souvent inséré dans un triangle. 
Quelques-uns d’entre vous m’ont montré en images ses multiples réutilisations en dehors des contextes chrétien et franc-maçon. Les exemples sont étonnants.  Fé me signale un œil rappelant celui d’Horus à la proue des bateaux maltais appelés Luzzu. 
Selon Wikipédia, ce symbole est censé les protéger contre les aléas de la mer et favoriser la pêche.  Un autre abonné, Lionel, nous emmène jusqu’au Vietnam. Là-bas, est née dans les années 1920 une religion : le caodaïsme. Elle synthétise des éléments du bouddhisme, du taoïsme, du confucianisme et du christianisme. L’œil de la providence fait partie des symboles repris. 
Mais c’est Pascal dont l’image m’a le plus amusé. Sur les murs des bistrots flamands, on peut rencontrer cette affiche à l’attention des clients incorrects. 
« God ziet mij, her vloekt men niet ». Bien qu’ayant des origines flamandes, je suis incapable de traduire l’inscription mais Pascal m’a soufflé la réponse : « Dieu me voit, ici on ne jure pas ».  En Flandres, on ne plaisante pas avec le blasphème. 

2 Commentaires

  1. Je vous signale qu’en allant sur le site des Hauts de France ( portail de la vierge de Senlis )
    On trouve les mêmes personnages et Moïse est bien reconnu comme le personnage avec couronne
    https://www.youtube.com/watch?v=E3yJo9o5lN4
    Par contre sur le site Persée Ce N’est pas Aaron qui immole un agneau mais Samuel ( bulletin monumental 1945) Les 3 personnages Abraham , Samuel et Moïse annoncent le sacrifice du calvaire tandis que de l’autre côté David, Isaïe et Jérémie ont prédits la passion du Christ et les 2 personnages restant J.Baptiste et Siméon présents dans le Nouveau testament représentent le lien entre l’Ancien et le Nouveau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES