jeu 22 février 2024 - 02:02

Lieu symbolique : La fontaine Stravinsky

Une fontaine également connue sous le nom de fontaine des Automates, est située à Paris, en France. Elle est célèbre pour ses sculptures colorées et whimsiques, c’est-à-dire qui évoque quelque chose de fantaisiste, d’amusant et de capricieux, souvent d’une manière charmante ou séduisante, et qui s’inspirent des œuvres du compositeur Igor Stravinsky. Les figures abstraites, les formes géométriques et les créatures fantaisistes qui composent la fontaine jaillissent de l’eau, créant un spectacle visuel animé et dynamique.

La fontaine se trouve à proximité du Centre Pompidou, dans le 4e arrondissement de Paris, et est devenue un point de repère culturel et artistique de la ville.

Si « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde », écrivait Camus en 1944 – formule toujours d’actualité – commençons donc par donner l’étymologie de fontaine. Ce terme trouve son origine dans le latin fontana, qui dérive de fons ou fontis, signifiant source ou abondance d’eau. Un mot qui a évolué pour désigner un aménagement architectural qui canalise et décore une source d’eau naturelle ou artificielle. Dans de nombreuses cultures, les fontaines ont été des lieux centraux dans les villes, à la fois pour leur utilité pratique et leur importance esthétique et sociale.

Quid du symbolisme de l’eau ?

Riche et variée, la symbolique de l’eau est souvent associée à la vie, au renouveau, à la pureté et à la transformation. Dans le contexte de la fontaine Stravinsky, l’eau en mouvement représente le flux constant de la création artistique et de la musique de Stravinsky, toujours en évolution et jamais statique. Elle peut également évoquer la fluidité de la collaboration entre Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle, où l’eau agit comme médiateur entre les œuvres mécaniques et les formes colorées. De plus, l’eau dans les fontaines publiques invite à la rencontre, à la détente et à la contemplation, enrichissant l’espace urbain de ses qualités esthétiques et sensorielles.

La fontaine Stravinsky

C’est un ensemble de sculptures fontaines créé en 1983 par Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle. Elle est située à côté du Centre Pompidou, située rue Brisemiche et place Igor-Stravinsky à Paris dans le 4e arrondissement. Les sculptures sont des représentations abstraites et colorées de thèmes tirés de la musique du compositeur russe Igor Stravinsky.

Voici une description des statues que vous pourriez visionner dans notre diaporama :

-le Rossignol : Inspirée par l’opéra de Stravinsky, cette sculpture représente un oiseau en mouvement, généralement peint dans des couleurs vives.

-la Clef de Sol : Faisant référence à la musique, cette pièce est souvent métallique et stylisée, dominant l’espace avec sa forme familière.

-l’Éléphant : Tiré du ballet “L’Histoire du Soldat”, l’éléphant est une sculpture mécanique qui peut évoquer un orgue de barbarie.

-le Renard : Basée sur le conte russe et l’œuvre “Renard”, cette statue a des traits anguleux et une forme dynamique.

-la Sirène : Une figure semi-abstraite qui évoque la mythologie et la musique aquatique de Stravinsky.

-le Serpent : Représentant le mal dans “L’Oiseau de feu”, le serpent est une structure sinueuse et colorée.

-la Grenouille : Inspirée du “Sacre du Printemps”, elle symbolise le renouveau et la nature.

-la Diagonale : Cette sculpture abstraite peut représenter les changements directionnels dans la musique de Stravinsky.

Ragtime : Une œuvre qui évoque le jazz et le style de musique du même nom, souvent avec des éléments géométriques.

-l’Amour : Représentant le “Rossignol”, cette sculpture peut comporter des éléments romantiques ou passionnés.

-la Vie : Symbolisant le flux constant de la vie et la musique, cette pièce est dynamique et peut-être interactive.

-la Mort : S’inspirant peut-être de “L’Histoire du Soldat”, elle peut contenir des éléments sombres ou macabres.

Ces sculptures sont faites en matériaux divers, comme l’acier peint et la fibre de verre, et elles sont toutes équipées de mécanismes qui les font bouger avec l’eau de la fontaine. La collaboration entre Tinguely, connu pour ses sculptures cinétiques, et Saint Phalle, célèbre pour ses Nanas colorées et voluptueuses, a donné naissance à un dialogue artistique entre mouvement mécanique et formes ludiques.

Une fontaine, mais avec quel symbolisme ?

Cette fontaine est un exemple remarquable de l’art public qui combine l’héritage culturel avec le dynamisme de la modernité. Les sculptures qui la composent sont pleines de symbolisme et sont directement inspirées par les compositions musicales d’Igor Stravinsky. Voici quelques éléments de symbolisme associés à la fontaine et ses sculptures :

L’interaction entre les sculptures de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle symbolise l’harmonie entre le masculin et le féminin, le noir et le blanc, l’industriel et le coloré. Tinguely a créé les éléments mécaniques en métal noir, qui représentent la machinerie et le caractère inévitable de la modernité, tandis que Saint Phalle a introduit les formes colorées, voluptueuses et joyeuses, exprimant la vie et la créativité.

Les œuvres de Stravinsky : Chaque sculpture reflète un aspect de la musique de Stravinsky. Par exemple, « Le Sacre du Printemps » est représenté par la grenouille, qui peut symboliser la renaissance et la fertilité avec ses liens à la nature et au printemps.

La mobilité des sculptures : Les pièces mobiles de Tinguely suggèrent la fluidité et le changement constant, reflétant l’innovation et l’expérimentation dans la musique de Stravinsky.

Les éléments aquatiques : L’eau en mouvement sert non seulement d’élément esthétique mais aussi de métaphore pour la fluidité, le changement et la nature transitoire de la vie, ainsi que la pureté et le renouveau.

L’emplacement de la fontaine : Située à côté du Centre Pompidou, la fontaine crée un lien entre le passé musical de Stravinsky et la modernité architecturale du centre, symbolisant un pont entre l’histoire et le progrès contemporain.

Les couleurs vives et les formes ludiques : Elles reflètent la joie, l’énergie et l’accessibilité de la musique de Stravinsky à un large public, et l’idée que l’art devrait être intégré dans la vie quotidienne et accessible à tous.

La fontaine Stravinsky est donc une célébration de l’art sous toutes ses formes : visuel, musical et performatif, et elle incarne l’esprit de la collaboration et de l’innovation.

Les biographies Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle et Igor Stravinski

Jean Tinguely.

Jean Tinguely (1925-1991) était un artiste suisse connu pour ses sculptures cinétiques, appelées Métamatics, qui sont des machines construites pour créer de l’art de manière autonome. Ses œuvres sont souvent considérées comme des critiques ironiques de la production de masse industrielle et du monde mécanisé. Il a commencé à acquérir une renommée internationale dans les années 1950 avec ses sculptures en mouvement, et sa philosophie artistique était souvent associée au mouvement de l’art nouveau réaliste. Tinguely, fasciné par le bruit de l’eau et la mécanique, a exploré l’art cinétique et le nouveau réalisme dans son œuvre​​​​.

Niki de Saint Phalle en 1964 par Erling Mandelmann.

Niki de Saint Phalle (1930-2002), née en France et ayant passé une grande partie de sa vie aux États-Unis, était une artiste autodidacte célèbre pour ses sculptures voluptueuses, les Nanas, qui célébraient la féminité. Elle a également travaillé avec des peintures, des films et des performances.

Niki de Saint Phalle, connue pour son engagement féministe a commencé sa carrière comme mannequin avant de s’orienter vers l’art. Tinguely, fasciné par le bruit de l’eau et la mécanique, a exploré l’art cinétique et le nouveau réalisme dans son œuvre​​​​.

Saint Phalle a souvent collaboré avec Tinguely, son mari, et d’autres artistes. Ses œuvres étaient fortement influencées par les questions de genre et les rôles sociaux, et elle a utilisé des couleurs vives et des formes ludiques pour exprimer ses idées.

Igor Stravinsky par Robert Regassi.

Né le 17 juin 1882 et décédé le 6 avril 1971, Igor Stravinsky était un compositeur, chef d’orchestre et pianiste russe, qui a été l’un des musiciens les plus influents et novateurs du XXe siècle. Il est célèbre pour ses contributions au développement de la musique moderne avec des œuvres comme « Le Sacre du Printemps », « L’Oiseau de feu » et « Petrouchka ». Sa musique est connue pour sa diversité stylistique, son utilisation novatrice des rythmes et des harmonies, et sa capacité à incarner les tendances artistiques de l’époque, y compris le primitivisme, le néoclassicisme et le sérialisme à différentes périodes de sa carrière. Il est devenu citoyen français, puis américain, et a influencé de nombreux domaines de la création musicale au-delà de la composition classique. La collaboration entre Tinguely et Saint Phalle sur la Fontaine Stravinsky a combiné leurs esthétiques distinctes : les éléments mécaniques et industriels de Tinguely avec les formes colorées et expressives de Saint Phalle, le tout en hommage à l’innovation et à la complexité de la musique de Stravinsky.

Pour ses 40 ans, une première rénovation

La fontaine a bénéficié pour la première fois en quarante ans d’une rénovation complète, achevée en 2023. Elle est emblématique du quartier de Beaubourg et a été conçue pour apporter couleur et joie dans l’espace urbain. La rénovation coïncide avec le 40e anniversaire de la fontaine, inaugurée en 1983. La Ville de Paris, dans une impulsion pour soutenir l’art contemporain, a confié ce projet à Tinguely et Saint Phalle, qui ont conçu cette fontaine interactive et mécanisée, reflétant l’esprit de la musique de Stravinsky et encourageant la participation du public​​​​.

Pour marquer cette restauration, l’IRCAM* a commandé des œuvres musicales en ligne inspirées de la fontaine et des artistes. Les sculptures de Tinguely, caractérisées par leur aspect industriel, contrastent avec les figures colorées de Saint Phalle, ce qui souligne la complémentarité de leur collaboration artistique​​.

La fontaine Stravinski.

*L’Institut de recherche et coordination acoustique/musique est un centre français de recherche scientifique, d’innovation technologique et de création musicale, fondé par Pierre Boulez avec Michel Decoust et quelques autres, et dirigé depuis 2006 par Frank Madlener.

Sources : Wikimedia Commons ; photos © Yonnel Ghernaouti, YG ; Montage : LFDFMD1717

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES