lun 24 juin 2024 - 14:06

Giuseppe Cambareni, rosicrucien, franc-maçon, espion et magicien

Partie n°2 de notre confrère katholisches.info – Par le Père Paolo M. Siano* – Découvrir la partie 1

4. De la chute du fascisme à l’après-guerre (1943-1948)

Après le 8 septembre 1943 (jour où l’Italie du maréchal Badoglio conclut l’armistice avec les Alliés), Giuseppe Cambareni, civil mais agent du Service de renseignement militaire (SIM), devient une référence importante pour les services secrets britanniques SIS  et bien plus encore pour l’ Office américain des services stratégiques ( OSS). Les Britanniques et les Américains ont utilisé Cambareni pour établir leur propre réseau de renseignement en Italie (voir Corvisieri, op. cit., p. 147).

Deux groupes se constituent au sein de l’OSS opérant en Italie :

(a) le groupe de Peter Tompkins (1919-2007), jeune démocrate progressiste qui préférait recruter des éléments issus du cercle des socialistes et des antifascistes de gauche.

b) le groupe d’agents du SIM dirigé effectivement par Cambaréni. Ce dernier combat aux côtés des forces de gauche contre les fascistes et les troupes d’occupation allemandes.

En fin de compte, c’est la direction « de droite » qui l’emporte au sein de l’OSS, qui est prêt à utiliser des fascistes connus (et même dans l’après-guerre des fascistes extrémistes de la République sociale italienne de Salò) pour des « opérations spéciales » (voir p. . 149f)… Cambareni est au service de la direction « droite » de l’OSS (voir p. 150f).

Cambareni préfère l’OSS aux renseignements britanniques (qui se concentrent sur la famille royale savoyarde et le général Badoglio), reconnaissant que les Américains auront une grande influence dans l’Italie post-fasciste. Cambareni est prêt à travailler avec les parties de l’OSS qui veulent barrer la route à la gauche italienne et recycler l’appareil du régime monarchique-fasciste de 1922 à 1943 (voir p. 153).

Habilement, Cambareni ne rompt pas avec les services britanniques, mais souligne ses bonnes relations avec les services secrets britanniques après la libération de Rome (1944) (voir p. 154).

Le général franc-maçon Bencivenga

De nombreux dirigeants de l’OSS, de James Angleton (1917-1987) à André Bourgoin, sabotent le groupe OSS de Peter Tompkins, considéré comme prosocialiste, afin de favoriser les structures appartenant à la gauche, composées à l’époque de communistes et de socialistes. le Parti d’action libéral de gauche a été adopté, mais rejeté (cf. p. 160f).

Le 5 juin 1945, Cambareni reçoit la Médaille d’argent de la bravoure des mains du général Roberto Bencivenga (1872-1949) en récompense à ses activités antifascistes depuis 1942… Après quelques mois, Cambareni reçoit également un certificat de remerciement de William Donovan (1883-1959), directeur général de l’OSS, pour son soutien aux États-Unis dans la libération de l’Italie du fascisme nazi (voir p. 201)… Corvisieri écrit à juste titre que Cambareni a fourni une grande preuve de « maîtrise caméléon » (p. 204).

À l’été/automne 1944, Giuseppe Cambareni, déjà dirigeant en Italie de la Fraternitas Rosicruciana Antiqua ( FRA) de l’allemand Krumm-Heller, 33e degré de la franc-maçonnerie, président de l’Union démocratique, agent du SIM italien et de l’OSS américain , a fondé le mouvement pour les États-Unis d’Europe, un mouvement antibolchevique qui lutte pour une confédération européenne dans laquelle les États membres aboliraient les barrières douanières entre eux tout en préservant leur indépendance politique (voir p. 204).

En septembre 1945, grâce au financement et à l’engagement de Cambareni, est lancée la revue « Umanesimo » ( « Humanisme »), se présentant comme une « revue de pensée universelle »… Parmi les auteurs figurent les francs-maçons Dunstano Cancellieri [Grand Orient d’Italie ], Umberto Gorel Porciatti [Grande Loge d’Italie] et Giuseppe Cambareni lui-même, qui a signé « Cagliostro ». Les thèmes du magazine incluent également les relations entre Giuseppe Mazzini et la Carboneria, la magie (voir p. 211)…

Depuis 1945, Dunstano Cancellieri est une figure marquante de la réorganisation de la franc-maçonnerie italienne, même appréciée par les dirigeants de la franc-maçonnerie américaine de rite écossais. Ce fait ne semble pas plaire à Cambareni, qui, du moins en apparence, décrit sa Fraternitas Rosicruciana Antiqua comme la seule véritable fraternité rosicrucienne, capable d’influencer même la franc-maçonnerie (voir p. 223).

En 1946, Cambaréni se rendit compte que la droite politique n’aurait aucune place pertinente dans l’Italie d’après-guerre et que l’avenir serait chrétien-démocrate (le Parti chrétien-démocrate DC était apprécié à la fois par le Vatican et par les Américains). Cambareni a de grandes ambitions qui ne sont en aucun cas démocratiques : il veut être le leader d’un grand mouvement spirituel et une ville sainte… Il cherche donc des terres lointaines pour réaliser son utopie. En 1946, il commence une série de voyages en Afrique, en Asie et en Amérique, voyages qu’il entreprend parfois dans le cadre de missions économiques et diplomatiques ou pour les services secrets italiens ou américains, ou directement pour rechercher le lieu où il a trouvé sa ville sacrée pour l’Universel . Confrérie blanche de l’archange Michel (voir p. 224).

Le couple Cambareni (Iole Fabbri était l’intermédiaire par lequel parlait « Maître Ergos »), à droite l’insigne des services secrets américains OSS, dont Cambareni était un agent.

En avril 1946, il reçut un laissez-passer de service du ministère des Affaires étrangères et put échapper au questeur de Rome (ministère de l’Intérieur) et se rendre en Suisse, en Angleterre, en France, en Espagne, au Portugal, au Brésil, en Argentine, au Chili, au Mexique et à Saint-Domingue. , les États-Unis, se rendant en Égypte, en Australie et en Nouvelle-Zélande pour accomplir une mission qui lui a été confiée par le ministère des Affaires étrangères, notamment pour financer certaines industries italiennes et établir des relations pour la fourniture de biens et de matières premières (voir p. 224f). ).

En septembre 1946, Cambaréni se rend également à Cuba et au Canada pour le compte du ministère italien des Affaires étrangères. Il veut se rendre à Washington pour parler avec le président américain Harry Truman, mais (selon Vincenzo Lanzone, membre de la Fraternité Michaelienne de Cambareri) le FBI ne lui permettra d’entrer aux États-Unis. A l’issue de ces voyages, Cambareni décide de retourner au Brésil en 1948, d’où il était parti 14 ans plus tôt (voir p. 225).

5. Retour au Brésil

En 1948, Giuseppe Cambareni voyage au Brésil et en deux ans, grâce au soutien de frères rosicruciens et d’autres amis influents, il devient :

  • un grand et riche fazendeiro qui investit beaucoup d’argent ;
  • Conseiller en chef (c’est-à-dire magicien, « psychologue ») du gouverneur de l’État de São Paulo, l’État le plus important de la fédération brésilienne ;
  • Agent payeur d’un réseau de « chasseurs de pots-de-vin » ;
  • Chef d’une secte petite mais influente, la Fraternité Blanche Universelle de l’Archange Michel ( voir pp. 227-236).

En 1949, Cambareni fut expulsé de la Fraternitas Rosicruciana Antiqua ( FRA) brésilienne car, bien que les rosicruciens affirmaient le développement du potentiel intérieur, Cambareni et ses partisans (la Fraternidade Branca Universal do Arcanjo Mickael) qui se rassemblaient autour de sa fazenda, mais le « nouveau Jérusalem ” ou vouloir construire la ” ville sainte ” et prétendre suivre Maître Ergos , qui parle par la bouche de l’épouse de Cambaréri, Iole Fabbri… Cela domine tous les membres de la secte michaélienne, même son mari Giuseppe (voir pages 235 à 237). La religiosité de Cambareris Fraternidade est un mélange d’éléments chrétiens, gnostiques, bouddhistes et égyptiens… De nombreux enfants des Disciples reçoivent les sacrements des prêtres catholiques. Mais en même temps, Cambareni développe son « propre » rite, par exemple pour le mariage. Ergos Iole se révèle, qui en transe régule le fonctionnement de la fazenda mais aussi la vie privée des familles et des membres individuels de la confrérie, par exemple en prescrivant ou en interdisant les mariages (voir p. 240).

Symbole de la Cité de Michel du Saint-Esprit

En 1950, les activités économiques de Cambarení étaient déficitaires. Une catastrophe économique se profile. Fin 1958, toutes les fazendas de Cambarenda furent hypothéquées. Ses élèves se rendent compte trop tard qu’Ergos /Iole a provoqué la catastrophe avec ses mauvais conseils. Cambareni a également suivi aveuglément Ergos/Iole dans ses investissements et ses projets (voir pp. 240-243). Vers 1964, d’anciens élèves de la Fraternidade (dont Vincenzo Lanzone) écrivaient que le couple Cambareni-Fabbri/Ergos n’était pas des personnalités éclairées, mais simplement des aventuriers qui s’enrichissaient dans leur dos et sur leur crédulité (voir p. 244f). Les activités du Fazendeiro n’ont pas seulement échoué : en 1958, des rumeurs circulaient dans la presse brésilienne selon lesquelles la « ville sainte » de Cambareris était impliquée dans des ventes d’armes et de mèche avec des criminels et des agents péronistes qui voulaient organiser une milice au Brésil et en Amérique latine pour lutter pour le retour de Péron au pouvoir en Argentine. Ce message vient d’Antonio Osorio Pinheiro, un agent de contre-espionnage de la marine brésilienne qui a infiltré la secte Cambareni et en est même devenu le secrétaire spécial. Osorio envoie plusieurs rapports à ses supérieurs, mais l’enquête est bloquée par deux amiraux amis de Cambareni (voir pp. 246-249).

Pose de la première pierre du Temple rosicrucien de la Fazenda São Roque au Brésil (Cambareris Ville de Michel du Saint-Esprit) 

6. Comme Lopez-Rega et Licio Gelli ?

L’auteur Silverio Corvisieri voit certaines similitudes entre Cambarení et l’Argentin José Lopez Rega (1916-1989), surnommé le « brujo » (sorcier).

Lopez Rega et Cambareni ont passé leur enfance et leur jeunesse dans les bidonvilles de Buenos Aires ; Ils avaient une passion pour le théâtre (Cambareni comme imprésario, Lopez Rega comme chanteur d’opéra amateur) et pour l’ésotérisme, l’astrologie, la franc-maçonnerie et les complots politiques (voir p. 250).

Lopez Rega rejoint la police. Il fréquente l’école d’une secte spiritualiste, entretient des contacts étroits avec une association rosicrucienne, est membre d’une « Loge Anael » dédiée à l’occultisme et entretient des contacts avec l’extrême droite. Giancarlo Elia Valori (franc-maçon) rapporte qu’après la destitution de Péron, Lopez Rega se rendait fréquemment au Brésil pour participer aux rites d’une secte religieuse. C’est Valori qui présente Lopez Rega à Licio Gelli. Lopez Rega rejoint donc la Loge P2 (Propaganda 2) de Gelli (voir p. 250). Compte tenu de son passé au sein de la police argentine et de son rôle ultérieur dans l’escadron de la mort de l’AAA (Alliance anticommuniste argentine), il est probable que Lopez Rega ait travaillé au Brésil pour organiser une milice péroniste. Dans son livre « Astrologie ésotérique » (1962), Lopez Rega écrit qu’il voulait se préparer au nouvel âge… Comme Cambareni (et Krumm-Heller), Lopez Rega est aussi un amateur de senteurs magiques. Lopez Rega achète un terrain au Brésil pour le développer plus tard à des fins touristiques. Magie, affaires politiques et économiques : telles sont les passions communes de Cambarení et Lopez Rega. Corvisieri rapporte la présence de Licio Gelli au Brésil, à São Paulo, en 1950, lorsque Gelli était le représentant de la Banco Financeiro en Italie (voir pp. 250f). Je cite Corvisieri :

Juan Domingo Péron avec sa seconde épouse Isabel et Lopez Rega (à droite)

« Pendant deux décennies, Cambareni, Lopez Rega et Licio Gelli ont souvent opéré dans les mêmes environnements et dans les mêmes lieux, avec des modalités et des objectifs très similaires. Tout cela ne suffit pas pour conclure que les trois appartenaient à la même organisation, mais cela fournit un contexte politique et sectaire ésotérique qui sous-tend les révélations du Diario de Noticia et d’Onorio Pinheiro sur l’implication de Cambareri dans le recrutement . des milices péronistes clandestines au Brésil dans les années 1950 le rend, au moins en partie, crédible » (p. 252).

En octobre 1972, Cambareni meurt d’une crise cardiaque dans un hôpital de São Paulo. Le 17 novembre 1972, un vol spécial d’Alitalia transporte le caudillo Péron, son épouse Isabel, Lopez Rega, Licio Gelli et 150 amis vers l’Argentine (voir p. 252).

(La suite demain…)

Le Père Paolo Maria Siano appartient à l’Ordre des Franciscains de l’Immaculée (FFI) . Le docteur en historien de l’Église est considéré comme l’un des meilleurs experts catholiques en matière de franc-maçonnerie, à laquelle il a consacré plusieurs ouvrages de référence et de nombreux essais. Dans sa publication la plus récente, il vise à prouver que la franc-maçonnerie contenait dès le début des éléments ésotériques et gnostiques, qui justifient encore aujourd’hui son incompatibilité avec la doctrine de l’Église.

Traduction : Giuseppe Nardi
Image : Wikicommons/MiL/Facebook/HRCB (captures d’écran)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES