dim 16 juin 2024 - 04:06

Pourquoi les jeunes haïtiens s’initient-ils dans des sociétés ésotériques ?

De notre confrère ayibopost.com – Par JUNIOR LEGRAND et WETHZER PIERCIN

Plusieurs raisons motivent leur choix dont, notamment, l’insécurité grandissante, une quête de protection contre le mal et la possibilité de se prémunir contre les maladies dites surnaturelles.

Johnson Jean-Pierre ne s’était pas toujours intéressé aux sociétés ésotériques, ces groupes mystiques qui se consacrent à la pratique et à la transmission de connaissances réservées aux initiés.

Élevé dans la religion protestante par des parents conservateurs, un tel choix serait perçu comme un affront par ces derniers.

Mais un jour, un des professeurs de Jean-Pierre à l’école de droit et des sciences économiques des Gonaïves (EDSEG) tombe grièvement malade. Il était dit que ce dernier était victime d’une fulgurante attaque mystique.

C’est à ce moment que Jean-Pierre, ayant fraîchement prêté serment pour devenir fondé de pouvoir, s’est dit que pour mener à bien son métier d’avocat, il lui fallait une protection, afin d’éviter que pareil malheur ne lui arrive.

En 2021, le jeune avocat intègre la secte Métalogie, une secte mystique qui se veut être l’étude du sacré, ayant vu le jour en Haïti en 2013.

Logo de la Métalogie.

Ces dernières années, de plus en plus de jeunes s’initient dans des sociétés ésotériques. Plusieurs raisons motivent leur choix dont, notamment, l’insécurité grandissante, une quête de protection contre le mal et la possibilité de se prémunir contre les maladies dites surnaturelles, selon deux leaders spirituels et quatre jeunes initiés de quatre sectes mystiques différentes contactés par AyiboPost.

Jean-Pierre est originaire de Petite-Rivière de l’Artibonite. Protestant depuis qu’il était plus jeune, il a dû faire face au mécontentement de ses parents lorsqu’il a décidé de s’initier à la Métalogie en novembre 2021.

«Dans ce pays, à cause de la méchanceté des gens, avoir la connaissance académique ne suffit pas pour exceller», explique-t-il à AyiboPost. «Il faut s’octroyer une protection mystique», ajoute-t-il.

Basée à Marchand Dessalines, la Métalogie compte aujourd’hui près de huit académies, réparties un peu partout à travers le pays. Celle de Port-au-Prince compte jusqu’à 80 membres.

Ces académies sont ouvertes aux jeunes filles et garçons à partir de dix-huit ans.

Si au départ Jean-Pierre a intégré cette secte afin de se protéger contre les forces du mal, il affirme pourtant qu’il n’a pas tardé à modifier ses objectifs initiaux, vu les opportunités d’apprentissage qui lui ont été offertes.

«Au-delà de la protection contre le mal, il y a la paix intérieure que procure la spiritualité, à travers la méditation. Et aussi une meilleure connaissance de soi. Un meilleur rapport à soi et à l’autre. C’est très important pour moi », fait savoir le jeune avocat.

Marche de victoire de la Métalogie organisée chaque 16 novembre pour remercier le Grand Architecte.

En 2008, lorsque la sœur de Dierry Jeudy a été retrouvée, foudroyée par la folie, sous le pont Morin à Turgeau, sa famille conclut sans pronostic médical que la jeune fille a été victime d’une attaque mystique.

Plus tard, ce sera une autre de ses sœurs qui tombera en syncope plusieurs fois sur ses feuilles d’examens lors des évaluations officielles ou sa mère clouée au lit des suites d’une maladie grave et son père, victime d’un «lanmen monte», qui fermeront le cercle des persécutions qualifiées de mystiques dirigées contre la famille Jeudi par les «malfaiteurs» du quartier de Bourdon où elle élisait domicile.

Voulant trouver un moyen de mettre fin à ce qu’il qualifie de «cycle impitoyable de vengeance mystique», le jeune Dierry Jeudy ne voyait d’autres options que de se faire initier à la franc-maçonnerie.

La Respectable loge les Coeurs-Unis à la Rue du Magasin de l’État. 11-11-2023. | © Jean Feguens Regala/AyiboPost

Ayant des racines historiques remontant au Moyen-Age, la Franc-maçonnerie, organisée en obédiences, est, entre autres, une institution philosophique et philanthropique qui prodigue un enseignement progressif à l’aide de symboles et de rituels, implantée en Haïti dans le courant du 19e siècle.

«C’est en cherchant à parer les coups dirigés contre ma famille que j’ai commencé à explorer les premiers linéaments du domaine mystique», explique Jeudi à AyiboPost.

Grand buveur, le père de Jeudy prenait souvent part à des parties de hasards ou de dominos sur son quartier.

Selon Jeudy qui a étudié les sciences du développement au centre de formation professionnelle d’Haïti, son père a dû attirer la foudre des gens du quartier sur sa famille en leur traitant de propos que ces derniers ont dû trouver humiliants.

En 2017, Jeudy décide de se faire franc-maçon. «Depuis lors, les persécutions mystiques dont ma famille était victime ne sont plus que de pâles souvenirs», dit-il à AyiboPost.

La Respectable loge l’Amitié des FF. RR à la Rue du Magasin de l’État. 11-11-2023. | © Jean Feguens Regala/AyiboPost

Les sectes mystiques voient leurs admissions exploser. «Ces cinq dernières années, trois personnes sur cinq que nous avons initiées se trouvent dans la fourchette de 21 à 35 ans», déclare Dierry Jeudy.

Élie Laurent Andral avait 21 ans lorsqu’il a poussé les portes de l’École Kabbale de Moshe d’Haïti (Ecamoh), l’une des branches de la tradition mystique echo cosmique (T-MEC) en 2020.

Trois années plus tard, le jeune homme s’est hissé au grade de «Hiérophante», l’équivalent du vénérable dans les autres loges présentes en Haïti.

«Je voulais trouver des réponses aux questions et grands mystères qui peuplent le monde et la vie», dit-il à AyiboPost.

L’École Kabbale de Moshe est l’un des quatorze temples qui composent la tradition mystique echo cosmique. Elle compte plusieurs dizaines d’adeptes, notamment dans la région métropolitaine.

Cette organisation mystique, implantée en 2019 en Haïti par le Comte de Sabatha, kabbaliste, tend vers un travail sur l’âme pour transformer la matière.

«Notre confrérie compte un nombre croissant de jeunes, soit près de 70 %», révèle Sabatha à AyiboPost.

De plus, poursuit-il, plusieurs de nos temples mystiques ont pour vénérables des jeunes de 23 ou 26 ans.

D’après Andral, l’une des raisons qui expliquent la présence croissante de ces jeunes dans la confrérie est la façon dont celle-ci s’offre au public ainsi que sa philosophie libérale qui laisse le champ libre aux jeunes qui peuvent, notamment, se faire initier dès l’âge de 21 ans.

En 2023, l’école Kabbale de Moshe d’Haïti compte déjà près d’une dizaine de promotions et elle dispose d’une véritable structure académique, comme les écoles classiques.

Des frais d’admissions de 7 500 gourdes, et 2 875 gourdes de mensualités pour le premier grade sont parmi les exigences faites pour y rentrer.

D’autres sectes mystiques aux origines lointaines comme le Reiki attirent les jeunes. Cette secte comporte une méthode de guérison non conventionnelle d’origine japonaise, fondée sur des soins dits énergétiques par «imposition des mains».

Implanté en Haïti le 14 mai 2018, date à laquelle eût lieu la pose de la première pierre de son temple, le Reiki apprend aux initiés à canaliser l’énergie universelle de guérison et de vie dans le but de se guérir ou de guérir les autres.

Vanessa, surnommée mystiquement «Mère Freda», est une jeune femme qui a intégré le Reiki en 2021 à l’âge de 25 ans, après avoir travaillé dans l’administration de l’institution pendant trois semaines.

«Mes parents n’ont pas apprécié que j’y rentre. Mais après la guérison miraculeuse de ma sœur en 2019, grabataire depuis 2014, après trois séances de Reiki, je me suis inscrite», explique la jeune femme.

Vanessa vit actuellement au Canada, mais elle prend toujours part aux séances de Reiki à travers des applications de réunion en ligne.

Aujourd’hui, selon Vanessa, la communauté réikienne, répartie un peu partout à travers le monde, compte plus de 500 initiés et le nombre de jeunes qui en font partie, notamment en Haïti, est considérable.

«Notre communauté haïtienne est assez jeune, soit à près de 95 %», souligne Vanessa. «Il m’est possible de compter sur les doigts le nombre d’initiés qui avancent en âge», ajoute-t-elle.

Mes parents n’ont pas apprécié que j’y rentre. Mais après la guérison miraculeuse de ma sœur en 2019, grabataire depuis 2014, après trois séances de Reiki, je me suis inscrite

Vénérable de l’académie de Métalogie de Port-au-Prince comptant près de 80 jeunes, Fabien Garil Poliscar reconnaît l’engouement de la jeune génération pour la spiritualité et les sectes mystiques de nos jours. Même si pour lui, ce n’est pas un phénomène tout à fait nouveau.

Marche de victoire de la Métalogie organisée chaque 16 novembre pour remercier le Grand Architecte.

«Avant, c’étaient les personnes plus âgées qui s’intéressaient à ça. De plus, il y avait trop de restrictions, pour l’âge par exemple. Cela cassait l’enthousiasme des plus jeunes», explique-t-il à AyiboPost.

Mais, poursuit le vénérable, depuis 2010, avec l’arrivée de nouvelles confessions plus ouvertes et plus libérales, de plus en plus de jeunes haïtiens intègrent les sectes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES