ven 24 mai 2024 - 17:05

L’égrégore à tire « d’elles »

Quel objet d’admiration que le chemin maçonnique ! Du cabinet à la tenue, dans les degrés bleus, harnachés des suivants, qualifiés sans vergogne de « supérieurs » un peu partout. Et on se pâme devant cette superbe pédagogie. En fait le nom propre est « psychagogie », pour signifier la transmission de messages initiatiques, je constate que ce cheminement n’a guère de solidité psychagogique.

Même si l’on prétend que le chemin maçonnique passe en revue notre existence passée pour remédier à nos errances, il reste beaucoup à reprendre comme je le développe dans mon « Plaidoyer pour la survie de la Franc-maçonnerie ».

            Mais au fond peu importe peut-être : les miettes psychagogiques se ramassent quand le Frère, la Sœur, le désirent. Alors pourquoi s’échiner à vouloir faire un chemin maçonnique conforme aux normes professionnelles de la transmission des savoirs-être et des savoir-faire ? Ce serait faire dégringoler dans nos sensibilités un risque d’inefficacité et de désenchantement. Comme si le squelette de nos rites, mythes et symboles se contentait d’un assemblage osseux et mal articulé ? Et pourtant, notre cheminement sacré fonctionne pour une bonne partie d’entre nous. Comment est-ce donc possible ?  Ma bien ancienne expérience maçonnique m’a fait prendre conscience, à un âge vénérable, d’un mystère. Il parcourait, sans trembler, le défilé des degrés. Ce dispositif caché et puissant est au cœur battant de la fraternité. Qui détient le secret. Comment l’appeler ? Je propose, faute de mieux, car mon expression est compliquée : « La déclinaison de l’acquisition de la sensibilité fraternelle ».

Pour être plus clair : parfois le Frère, la Sœur parcourt les quatre strates, sans se forcer, grâce au travail en tenue(s) sur tel ou tel arcane ; du vécu strictement personnel jusqu’à l’impression de vivre, avec les autres, une lecture universelle. Cette dernière strate dépasse la seule Franc-maçonnerie en rejoignant d’autres cheminements initiatiques, spirituels. Que les initiés(es) en soient plus ou moins conscients, l’affaire n’est pas là ; l’important, c’est le frémissement ensemblier des plongées initiatiques. Elles sont bien tapies sous notre attirail symbolique merveilleux. En fait les deux ; les contenus échangés et les strates de la fraternité sont souvent mêlés. Le propos est ici de les distinguer arbitrairement. Le seul travail sur les arcanes, cache, en fait, la naissance renouvelée et la croissance de la fraternité. Et là, en catimini, nous chantons parfois ensemble, dans le couloir sans fin de l’union vers la lumière. Je te propose donc cette lecture chuchotée et peu publicitaire. Mais qui livre peut-être, le bien-être cardiaque de la Loge, dans une fraternité diamantine.

            Je ressens quatre strates de ressenti de nos arcanes, de la plus individuelle à la plus unifiante, « UniversELLE ». Et je rappelle, une fois encore que la manière dont les arcanes sont travaillés s’enlace avec la progression éventuelle des strates de la fraternité. Les deux phénomènes s’embrassent sans cesse mais un des partenaires reste dans l’ombre, celui de la naissance, de la croissance et de l’éclatance de notre fraternité. Voici donc les quatre strates.

  • D’abord l’appréhension « Personn-ELLE » que j’ai de tel ou tel arcane : mythe, rite, symbole.Elle est dictée par ma spontanéité ou pendant la tenue, grâce au déploiement du rite. Un exemple que je vais faire défiler, celui des colonnes de l’entrée de la Loge, les historiques Jakin et Boaz. Ma lecture Personne-ELLE pourrait être : « Les deux colonnes, c’est l’entrée dans la Loge et non dans le Temple comme on l’entend dire abusèrent
  • Vient la phase « Interpersonnelle » . Je sens bien que ma première lecture est partagée, dans ce qui est proféré ci et là, à ce sujet, sur les colonnes ; mais surtout dans les mimiques imperceptibles perçues lors des premières prises de parole ; et dans le vécu commun du rite qui oriente les regards dans la même direction. Les ressentis diffèrent encore mais s’alignent sur l’immuabilité du rituel. Les deux colonnes marquent toujours l’entrée de la Loge. On s’en aperçoit les uns, les autres à travers nos déclarations et nos regards. La lecture est la même et on la sent partagée.

            Avant de présenter la strate 3, je voudrais bien insister sur un point : pas de dualisme tueur ; il n’y a pas, d’un côté, le travail en tenue, bien visible relaté par le(la) Secrétaire; et de l’autre, les quatre strates de l’accouchement de la fraternité.

            Les partenaires s’aiment et enfantent l’universalité humaine. A noter que cette intégration successive des quatre ELLES ne signifie pas que le sens des colonnes s’enrichisse nécessairement. C’est capital : nous ne sommes pas avec les ELLES, dans une réflexion, un approfondissement de tel ou tel arcane, mais dans sa diffusion dans les cœurs, de plus en plus large, des compréhensions PersonnELLES à la dernière, l’UniversELLE. Mais c’est une lecture cachée sous l’approfondissement des contenus, l’objet des planches et des prises de parole, qui reste la partie la plus visible, et l’objet officiel d’un travail en tenue. Pas d’oukase ! Strates et travaux sur les sens symboliques se mêlent : ce n’est pas parce que nous arrivons à la strate 3 : L’Intrapersonn-ELLE que la Loge aurait progressé sur les sens symboliques des deux colonnes ; pour continuer l’exemple.

  • Justement, dans la strate 3, citée ci-dessus : la relation « Intrapersonn-ELLE », ajoute à la lecture raisonnée ( ?) des deux premières, une autre dimension ; l’union ne se fait plus seulement sur les savoirs, le dit, la raison. Continuons l’exemple… Les deux colonnes vibrent sourdement ou en tonitruance, cela dépend des Loges et de la conduite des travaux. Non ! Les deux colonnes descendent, sous les mots, dans les sensibilités partagées. Affleure alors l’alliance avec l’autre dimension classique de la lecture symbolique, celle du partage de l’émotion. Pour toi comme pour moi, les deux colonnes me font vivre une verticalité double un peu troublante ; et je sens que nous partageons cette vibration sensitive, sensuelle.
  • Enfin, dans les meilleurs des cas, la strate est ou tend à être, « Univers-ELLE ». Alors, les Frères, les Sœurs se retrouvent, soudés(es), dans une perception sensible et spirituelle des deux colonnes. Être debout, silencieux devant soi et le monde, en toute verticalité. Le taoïsme, l’hindouisme, la chrétienté… chantent aussi cette relation Univers-ELLE. Alors le cheminement maçonnique est aussi une voie d’unité partagée. Avec le rêve de plus en plus ténu : la lente métamorphose de « l’homo démens » car il n’a jamais été sapiens, on le sait bien aujourd’hui en « humanimal naturens ».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Jacques Fontaine
Jacques Fontaine
Jacques Fontaine est né au Grand Orient de France en 1969.Il se consacre à diffuser, par ses conférences, par un séminaire, l’Atelier des Trois Maillets et par une trentaine d’ouvrages, une Franc-maçonnerie de style français qui devient de plus en plus, chaque jour, « une spiritualité pour agir ». Il s’appuie sur les récentes découvertes en psychologie pour caractériser la voie maçonnique et pour proposer les moyens concrets de sa mise en œuvre. Son message : "Salut à toi ! Tu pourrais bien prendre du plaisir à lire ces Cahiers maçonniques. Et aussi connaître quelques surprises. Notre quête, notre engagement seraient donc un voyage ? Et nous, qui portons le sac à dos, des bagagistes ? Mais il faut des bagagistes pour porter le trésor. Quel est-il ? Ici, je t’engage à aller plus loin, vers cette fabuleuse richesse. J’ai cette audace et cette admiration car je suis un ancien maintenant. Je me présente : c’est en 1969 que je fus initié dans la loge La Bonne Foi, à Saint Germain en Laye, au Rite Français. Je travaille aussi au Rite Opératif de Salomon. J’ai beaucoup voyagé et peu à peu me suis forgé une conviction : nous, Maçons latins, sommes en train d’accoucher d’une Voie maçonnique superbe : une spiritualité pour agir. Annoncée dès le début du XXème siècle. Elle est en train de se déployer et nous en sommes les acteurs plus ou moins conscients mais riches de loyauté.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES