mer 22 mai 2024 - 13:05

Un chemin, un parcours, une quête, une vie, un homme, mon oncle et frère Jean François Pluviaud

Nous avons demandé à son frère, neveu et  homonyme Jean-François Pluviaud de bien vouloir rendre hommage à la mémoire de l’écrivain maçonnique Jean-François PLUVIAUD, passé à l’Orient éternel à Suresnes, le 26 juillet 2023, à l’âge de 93 ans. On se souviendra notamment de ses livres Critique de la raison maçonnique, Heurs et malheurs du grand architecte de l’univers ou de ses « réflexions » sous forme de Vagabondages maçonniques, tous ces  ouvrages parus chez Dervy, tout comme de sa « conversation » intitulée : Le vieux maçon et l’apprenti, de son recueil : Le phantasme maçonnique et autres chroniques,  préfacé par Marc HENRY, ou de ses regards sur le Rite Écossais Ancien et Accepté rassemblés sous le titre : Le fabuleux voyage maçonnique de celui qui un jour devint Guibulum, parmi d’autres volumes encore qui peuplent la bibliothèque et le souvenir de maints frères et sœurs de nombreux Orients, à côté de ses contributions à la revue de la Grande Loge de France, Points de Vue Initiatiques, dont il fut longtemps un des animateurs. Sont ici repris sous forme écrite des propos prononcés sans notes lors des obsèques du regretté essayiste, fabuliste, humoriste et poète. (Christian Roblin)

Par Jean-François Pluviaud (neveu et frère)                     

Mon oncle Jean-François était né en 1930 dans un village creusois qui fut jusqu’à la fin de mes études secondaires l’épicentre de la famille Pluviaud.

Ses parents étaient des gens simples et joyeux, mon grand-père garagiste et ma grand-mère aubergiste.

Nous avons grandi dans les mêmes décors mais dans des situations différentes, lui avec le poids de la guerre, moi sans. C’était le monde rural des années cinquante/soixante.

Mon oncle était le cadet d’une fratrie de trois (deux frères, une sœur), Michel, mon père était l’aîné et ma tante Geneviève la benjamine.

Un des traits de caractère de la famille Pluviaud est l’humour. Jean-François n’en a jamais manqué et l’illustration que je garde en mémoire était le moment où ses yeux se mettaient à friser à l’idée que la saillie qu’il allait lâcher ferait sourire voire rire ses amis et proches.

Jean-François était quelqu’un de simple et de curieux qui voulait voir le monde et profiter de ce que celui-ci avait à offrir.

Mon Père et lui ont fait leurs études dans un collège catholique dans lequel je fus également pensionnaire pendant dix ans (messe à 6h30, sorties réduites, foot et travail scolaire)

J’ai eu des profs qu’ils avaient eus et je me souviens de l’économe qui me disait : « si ton oncle et son copain Bernard Maury revenaient, je m’en irais ». Je pense qu’ils lui en ont fait voir de toutes les couleurs, ainsi qu’à quelques autres.

Après Guéret, il est venu à Paris pour poursuivre ses études mais il y a plutôt fait ses humanités découvrant consciencieusement les possibilités festives à sa disposition. Puis, il s’est installé en Bourgogne dans un village rural du nom de Mirebeau. Il travaillait alors pour un fabriquant de jouets situé dans ce village. À ses moments perdus, il faisait de la peinture sur assiettes, ouvrage auquel il nous initiait, mes cousins et moi.

Puis, il est revenu à Paris, bien décidé à profiter de la vie. Son aisance en société lui a ouvert des portes qui n’existaient pas dans la Creuse.

J’ai quelquefois évoqué cette époque avec lui, en le questionnant sur ces univers qui s’ouvraient à lui. Il me répondait qu’au début, « il n’avait pas les codes ». Il les a donc appris.

La vie d’alors a passé et je pense qu’il manquait de réponses à son questionnement existentiel. Il en a cherché en lisant, notamment une revue dénommée « Planète ».

C’est ce questionnement qui l’a conduit à envoyer une candidature spontanée à la Grande Loge de France pour y entrer.

Il fut initié un soir de mai 1978, jour de l’enterrement de mon père.

Là aussi, il a dû apprendre les codes. Il a parfaitement illustré cet apprentissage dans un de ses derniers ouvrages : « Le vieux maçon et le jeune apprenti ». C’est un dialogue au travers duquel le vieux maçon répond aux questions de l’apprenti qui veut comprendre là où il est, ce que l’on y fait et le but de la démarche.

Évoquer cet ouvrage me permet de mettre en avant quelques unes des singularités de mon oncle.

Avant de poursuivre, je tiens à préciser – et c’est une conviction profonde – que la maçonnerie fut le grand œuvre de sa vie.

Non seulement à force de travail sur les rituels, par ses planches, ses ouvrages, ses poèmes mais surtout grâce aux échanges qui l’entraînaient tard dans la nuit, de préférence accompagnés d’un bon cigare associé à l’un des breuvages qui s’y accordent si bien, le tout avec ses frères.

Il en a tiré une vision personnelle, authentique, qu’il a su partager et transmettre avec patience, bienveillance et fraternité.

Sa singularité la plus marquante à mes yeux fut sa grande capacité à rendre simples et accessibles des concepts qui, pour beaucoup d’entre nous, ne le sont pas.

Non seulement la maçonnerie a structuré sa vie en lui donnant les moyens de répondre à ses interrogations existentielles mais elle lui a aussi fait prendre conscience de sa place et de la façon de l’occuper. En cela, il a dépassé ses manques, il a fait siens les codes et il n’a eu de cesse que de les partager.

Je l’en remercie affectueusement et fraternellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Christian Roblin
Christian Roblin
Christian Roblin est le directeur d'édition de 450.fm. Il a exercé, pendant trente ans, des fonctions de direction générale dans le secteur culturel (édition, presse, galerie d’art). Après avoir bénévolement dirigé la rédaction du Journal de la Grande Loge de France pendant, au total, une quinzaine d'années, il est aujourd'hui président du Collège maçonnique, association culturelle regroupant les Académies maçonniques et l’Université maçonnique. Son activité au sein de 450.fm est strictement personnelle et indépendante de ses autres engagements.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES