sam 22 juin 2024 - 17:06

Première interview de Sylvain Zeghni, nouveau Grand Maître National du DROIT HUMAIN

Du 25 au 27 août 2023, la Fédération française de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN a tenu son Convent annuel. Une édition qui a rappelé les 130 ans de la création, le 13 avril 1893, de la première loge mixte de l’histoire de la franc-maçonnerie universelle réunissant, en pleine égalité de droits et de responsabilités, hommes et femmes dans un même rituel.

Durant ce Convent, les 39 Conseillers nationaux ont élu Sylvain Zeghni en qualité de Grand Maître National pour l’année maçonnique 2023-2024.

Le nouveau Grand Maître National a accordé à 450.fm sa première interview.

450 : Pourquoi ce qualificatif de Grand Maître National (GMN)

Sylvain Zeghni : À l’origine, il y avait qu’un Président du Conseil National qui est une fonction administrative et afin que l’on soit reconnu comme une obédience, notre dénomination étant Fédération française du DROIT HUMAIN, dans l’esprit des gens cela semblait compliqué et ils ne savaient pas ce qu’était le DROIT HUMAIN ainsi qu’une fédération de surcroît française qui pouvait faire penser à une association humanitaire et donc, bien évidemment, il fallait trouver un titre pour que nous soyons effectivement bien identifié comme Grand Maître, sauf que nous appartenons à un Ordre et que le Grand Maître de l’Ordre est le Très Puissant Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil. LE DROIT HUMAIN étant organisé en fédération, fédérations pionnières, loges pionnières, etc., il fallait trouver une appellation. C’est ainsi qu’au Convent de 2015 a été voté cette appellation, celle de Grand Maître National, pour bien spécifier qu’il s’agissait du Grand Maître d’une fédération.

Nous nous sommes donc inspirés de la Belgique qui disposait déjà de ce titre pour son Président de Conseil National et donc, désormais, pour la Fédération française, c’est Grand Maître National (GMN). Alors, en interne, c’est Président du Conseil National et en externe, afin d’être plus visible, c’est Grand Maître National. Mais la tendance actuelle est d‘utiliser seulement le vocable de Grand Maître National ce qui est dommageable.

450 :  Quel est votre parcours profane ?

SZ : J’ai 59 ans et j’ai fait des études de sciences économiques à l’université de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. J’ai obtenu un doctorat qui portait sur les thématiques d’équité, justice et redistribution. C’était une époque où on parlait beaucoup de choses avec notamment des débats sur l’utilisation des théories de Rawls* en économie.

Ensuite, j’ai travaillé dans une université qui venait de se créer, celle de Marne-la-Vallée (Université Gustave Eiffel) et j’y ai fait ma carrière en changeant d’orientation pour travailler plutôt sur l’économie des pays en transition à une époque – c’est-à-dire les pays sortant du communisme essentiellement les pays d’Europe centrale orientale (Russie, Chine) et les pays d’Asie mettant en place des économies de marché –, ce qui m’a amené aussi à travailler sur l’international, sur les mobilités, etc. Les hasards de ma carrière m’ont amené aussi à travailler sur les problématiques du tourisme et notamment tout ce qui tourne autour des mobilités touristiques et leur impact sur l’environnement. Mais mon dada, mon péché mignon en quelque sorte, est de travailler, aussi, sur l’économie du sport. C’est donc avec grand plaisir que je suis intervenu récemment à la « Conférence Paris 2024, Jeux Olympiques : un regard pluridisciplinaire », un colloque organisé par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

450 : Et sur le plan maçonnique ?

SZ : J’ai été initié au DROIT HUMAIN en l’an 2000, au sein de la loge « Travail et Liberté », à l’orient de Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines en région Île-de-France. En réalité, il s’agit d’une ancienne loge, créée au tout début des années 20 par Alphonse Houbron.

Maria Deraismes (1828-1894), féministe, oratrice, femme de lettres et première femme initiée à la franc-maçonnerie en France.

C’est sous son Vénéralat, et en présence de Georges Martin, que la loge « Les Libres Penseurs » du Pecq initie le 14 janvier 1882, selon les pratiques du Rite Écossais Ancien et Accepté (REAA), Maria Deraismes. Ma loge « Travail et Liberté », fermée pendant la Seconde Guerre mondiale, a repris ses activités en 1961 et a décidé de changer de nom. Un nom qui fait référence à la ‘’devise’’ des camps de concentration car elle avait pour membres des anciens déportés ou des frères issus du milieu de la Résistance. Un nom choisi comme un pied de nez à cette période la plus sombre de notre histoire. J’en ai été son Vénérable Maître. Puis, les hasards de mon lieu d’habitation font qu’aujourd’hui je suis à loge Zoroastre, à l’orient de Marne-la-Vallée, où je me sens d’ailleurs très bien. J’ai suivi mon parcours initiatique dans les hauts grades du REAA. Je suis membre du Conseil National depuis 2019 et j’ai occupé la fonction de président de la commission droit de l’homme et laïcité , ce qui nous a donné l’occasion d’être entendu par le Sénat et l’Assemblée nationale.

Par ailleurs, j’ai participé aussi à deux émissions de France Culture – une belle expérience – une sur la laïcité (Le Droit Humain – La laïcité, génératrice de libertés), l’autre sur l’engagement (Droit Humain – Les Francs-Maçons du Droit Humain ne vivent pas dans une bulle, ils s’engagent !).

C’est d’ailleurs, sur cette même antenne et toujours dans « Divers aspects de la pensée contemporaine »,  une émission confiée en alternance aux différentes obédiences maçonniques et à la libre pensée, que je dévoilerai, au mois d’octobre, le plan d’action que je compte mettre en œuvre auprès des loges et les initiatives que l’on va prendre au cours de l’année 2023-2024.

450 : Pouvez-vous nous éclairer quant aux spécificités de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN et de la Fédération française

SZ : Bien sûr. L’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN, souvent appelé LE DROIT HUMAIN International, obédience maçonnique mixte fondée en 1901, est l’évolution structurelle à vocation internationale de la première obédience mixte fondée en 1893 par Georges Martin et Maria Deraismes sous le nom de « Grande Loge Symbolique Écossaise de France : Le Droit humain ». Il est fort justement issu de la volonté de Georges Martin afin d’avoir une optique universelle. S’adressant au monde entier, l’idée était de développer un Ordre mixte au niveau mondial.

Louis Goaziou (1864-1937), fondateur et animateur de la Fédération américaine du DROIT HUMAIN.

À ce jour, elle compte plus de 30 000 membres et est présente sur les cinq continents, dans plus de soixante pays. Un Ordre qui s’est développé tout d’abord aux États-Unis sous l’impulsion de Louis Goaziou puis dans tout le monde anglo-saxon grâce à la théosophe Annie Besant. Pour notre développement, nous procédons dans un premier temps par l’implantation de loges pionnières, puis des fédérations pionnières, c’est-à-dire qui ne sont pas encore suffisamment grandes en termes de loges et d’effectifs, et enfin la création d’une fédération quand le nombre de loges et les effectifs le permettent.

L’Ordre international tient le Convent tous les 5 ans. La Fédération belge – près de 8000 membres –, et la Fédération française – 15 200 membres à ce jour, soit plus de 23 000 frères et sœurs au total, devraient normalement avoir les deux tiers des voix. Toutefois, de façon démocratique et de manière à laisser la place justement à de plus petites fédérations, nos deux fédérations ne bénéficient que de 40 % des voix. Ce qui a permis à des fédérations comme celles d’Islande ou de Suisse d’accéder aux plus hautes fonctions.

Quant à la Fédération française, fondée en 1921, elle est aujourd’hui forte de 740 loges en métropole et en outre-mer. Nous fonctionnons comme une obédience classique mais nous devons rendre des comptes au niveau international et nous avons donc un représentant au Grand Conseil de la Fédération Française que nous appelons le Très Puissant Grand Commandeur. Notre fédération marche sur deux pieds : un initiatique, le Grand Conseil et un autre administratif le Conseil National (administration, immobilier, finances) avec tout de même un pouvoir initiatique par délégation puisque nous installons les loges symboliques et pour certains d’entre nous pourvus des hauts grades, les loges de hauts grades jusqu’au 30e degré.

450 : Parlons Rite. Quelle est la grande spécificité du DROIT HUMAIN ?

ZS : Notre spécificité est que nous travaillons au Rite Écossais Ancien et Accepté. Au sein de la Fédération française, nous avons trois loges qui maçonnent à des rites inspirés par les Anglo-saxons, le « Lauderdale » – qui tient son nom de la rue où se trouvait la Fédération britannique à une époque. Il est imprégné de la pensée théosophique puisque conçu par Annie Besant et Charles Webster Leadbeater. Nous avons aussi deux loges de La Marque. Par contre, dans d’autres fédérations en Europe du Nord et en Grande-Bretagne, ainsi que dans d’autres fédérations plus éloignées, nous avons des rites d’inspiration anglo-saxonnes, tous dérivés du Rite Émulation avec des spécificités. Du reste, en Angleterre, nous avons les Knights Templar et le Royal Order of Scotland.

450 : Sur quel livre les frères et les sœurs prêtent-ils leur serment ?

SZ : Nous prenons nos engagements sur la Constitution internationale du DROIT HUMAIN, l’équerre et le compas et depuis les années 60-70, nous avons la lumière, la flamme dite éternelle. Dans un nouveau rituel, nous avons également la règle. Une règle toutefois non graduée représentant le symbole de l’infini.

450 : Avez-vous des loges de recherche ?

SZ : Non, mais il y a 6 à 7 ans , nous avons introduit des groupes de recherche qui normalement sont réservés aux titulaires du 30e degré, avec quelques exceptions, et un des résultats fut le livre Voyages au cœur des nombres-Du 1er au 33e degré dans le REAA (Les Voyageurs de la Table Ronde – APHDH, 2022).

Sur notre Intranet, des groupes travaillent, par exemple, sur les épées, les chants maçonniques, et nos membres peuvent y trouver de nombreux travaux. Le groupe sur les nombres avait pour ambition de publier un ouvrage, mais ce n’est pas une obligation.

Mais pour vous répondre plus précisément sur le pourquoi de ne pas avoir de loge de recherche, c’est que, tout simplement, pour nous une loge doit pouvoir initier. Cela pourrait aussi créer une sorte d’élitisme. Mais à notre dernier Convent, il y a eu un vœu demandant la création de loges de recherche prouvant ainsi que les sœurs et les frères sont intéressés.

450 : Quelle dynamique souhaitez-vous insuffler ?

SZ : D’abord, le premier axe est celui de la formation des Officiers, notamment de Vénérables Maîtres, des 1ers et 2ds Surveillants ; le second axe est d’aller vers une décentralisation et d’introduire plus de subsidiarité dans notre organisation administrative.

Mon souhait est surtout de s’ouvrir davantage sur les autres obédiences françaises, y compris celles qui ne pratiquent pas le REAA. La tendance que nous avons eu est de toujours aller vers les grandes obédiences traditionnelles qui sont nos amies, mais nous voulons avoir plus de relations avec d’autres obédiences. Nous souhaitons aussi nous ouvrir et trouver le moyen de parler aux jeunes. Il y a trois ans déjà, nous avons lancé un grand chantier sur la jeunesse et maintenant, nous allons passer à l’opérationnel.

Sur le plan initiatique, et c’est en lien avec la formation, il faut donner envie de travailler et de progresser à nos frères et sœurs. Pour transmettre !

Certaines de nos treize régions – dont deux ultra-marines (Caraïbe et Pacifique-Indien) – organisent des séminaires de formation. Nous avons des régions qui couvrent un très large territoires et c’est à elles de trouver le moyen le mieux adapté à leur situation afin de dispenser la formation.

450 : En matière de rencontres culturelles maçonniques ou de salons du livre, quelle est votre politique ?

SZ : Nous sommes favorables à ce type d’événements et sommes très présents à Lyon, Nantes et Lille, car des sœurs et des frères s’investissent, depuis des années, dans ces manifestations. Nous souhaitons également développer notre engagement dans la biennale de Bordeaux.

450 : Nouveau site Net, pouvez-vous nous en dire plus ?

Nouveau site, capture d’écran.
Nouveau site, capture d’écran.

SZ : En fait, au mois de janvier dernier, nous avons décidé de faire appel à une société privée de développement de site Internet. Nous avons réellement commencé à travailler fin févier début mars, le défi étant qu’il soit terminé pour notre Convent. Pari tenu ! Nous avons souhaité construire le site de façon à ce qu’un profane puisse, entre autres, découvrir des choses, mais sans trop révéler… à mettre en évidence notre histoire et le côté franc-maçon. D’ailleurs, avec cette nouvelle configuration qui nous a fait passer de la préhistoire au XXIe siècle, nous connaissons un niveau élevé de fréquentation mais aussi de demande de candidature.

450 : Quid de votre revue Perspectives ?

SZ : Créée en 2018, Perspectives, n’a pas encore connu le succès qu’’elle mériterait d’avoir. Nous tenons à elle car elle est notre image de marque, à la fois au sein de l’obédience mais aussi envers le monde profane. L’idée est de s’orienter vers une nouvelle présentation en faisant appel à des frères et des sœurs d’autres obédiences dans le comité éditorial, mais aussi à de nouvelles plumes y compris profanes. Elle restera semestrielle. Le thème du prochain numéro, que nous attendons tous à l’automne, est « Habiter la Terre ». Un événement entourera cette ‘’nouvelle naissance’’ et nous envisageons aussi de réaliser, à chaque fois, une courte vidéo de présentation.

450 : Quels seront vos deux grands événements 2024 ?

SZ : Le premier sera sur la défense des valeurs maçonniques en Europe, les prochaines élections européennes étant prévues en juin prochain.

Anneaux olympiques
Anneaux olympiques

Et le second portera sur un événement interobédientiel au sein des Jeux olympiques. Je proposerai de faire une grande tenue à Paris et en province réunissant ainsi des maçons du monde entier, sportifs ou non, et proposerai aussi des tenues d’été traitant des valeurs de l’olympisme, du sport, de nos valeurs, etc. Une façon pour nos obédiences d’aller vers la jeunesse du monde entier.

Siège de la Fédération française du DROIT HUAMIN, Paris XIIIe.

450 : Pour conclure, que faites-vous à l’occasion des Journées Européennes du patrimoine ?

SZ : Nous ouvrons, bien évidemment, nos portes !

L’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN, 5 rue Jules Breton – Paris XIIIe.

Souhaitant encore plus rayonner dans le cité, les 16 et 17 septembre prochains, les frères et les sœurs du DROIT HUMAIN ouvrent leurs temples parisiens du 13e arrondissement, du siège de la Fédération française du DROIT HUMAIN au 9 rue Pinel (de 10h à 17h), mais aussi celui du site historique de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN situé au 5 rue Jules Breton  (de 14 à 18h).

Cher Grand Maître National, très cher frère, très cher Sylvain, 450.fm tient à vous remercier pour le temps que vous nous avez consacré. Nous vous souhaitons un très beau mandat.

Portrait du philosophe John Rawls en 1971.

[NDLR : *John Rawls (1921-2002) est un philosophe libéral américain. Professeur à Harvard, il publie en 1971 sa célèbre Théorie de la justice dans laquelle il défend une société basée sur une justice redistributive qui réduirait les inégalités.

L’ouvrage connait un succès rapide aux États-Unis, où la lutte pour les droits civiques et la guerre du Vietnam ont soulevé des questions liées à la notion de justice. Chez Rawls, le bien s’entend comme une notion individuelle. La société juste doit dès lors permettre de faire cohabiter différentes visions du bien. Dans sa Théorie de la justice, Rawls dégage les principes qui régissent une société juste. Il cherche à réconcilier deux principes qui s’opposent souvent, mais qui sont au cœur de l’idéal démocratique : la liberté et l’égalité.]

Nouveau site, capture d’écran.

2 Commentaires

  1. J’ai sincèrement apprécié votre développement.
    Recevez mes encouragements et félicitations
    Notre édification sur la franc-maçonnerie.
    Je souhaiterais mon initiation dans votre obédience de mon pays la Côte d’Ivoire.
    Espérant une suite favorable,je vous prie de recevoir mes sentiments distingués.
    Koffi Innocent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES