sam 20 juillet 2024 - 09:07

Découvrez les Mystères des Templiers en Franc-Maçonnerie !

De notre confrère thesquaremagazine.com

Plongez dans le monde fascinant où la chevalerie et le symbolisme s’entremêlent. Analyser le lien entre la franc-maçonnerie et les Templiers. Avant de se plonger dans les liens potentiels entre la franc-maçonnerie et les Templiers , il est essentiel de comprendre le contexte historique des deux organisations.

La franc-maçonnerie est une organisation fraternelle dont les racines remontent à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Ses origines sont principalement liées aux guildes de tailleurs de pierre opératives, qui ont évolué vers une organisation plus symbolique et philosophique au fil du temps.

Les Templiers, quant à eux, étaient un ordre militaire chrétien médiéval établi au début du XIIe siècle.

Ils ont d’abord été formés pour protéger les pèlerins chrétiens se rendant en Terre Sainte, mais ont ensuite joué un rôle plus important dans les croisades . L’ordre était largement connu pour ses prouesses militaires et son expertise stratégique.

Diplôme des Templiers : un développement au XVIIIe siècle

Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que les premiers liens entre la franc-maçonnerie et les Templiers ont commencé à émerger.

Le diplôme des Templiers, un nouveau diplôme maçonnique incorporant des éléments de l’ordre militaire légendaire, a été introduit à cette époque.

Ce diplôme a emprunté des thèmes de chevalerie et de symbolisme médiéval à l’image romancée des Templiers, accentuant leur histoire et leurs compétences tactiques pendant les croisades.

Franc-maçonnerie écossaise : s’appuyer sur des thèmes templiers

Au début du XIXe siècle, la franc-maçonnerie écossaise a développé davantage le lien entre les deux organisations en incorporant des diplômes supplémentaires liés aux Templiers, tels que «l’Ordre du Temple».

Ces diplômes ont développé les thèmes templiers et construit un récit liant la franc-maçonnerie à l’ordre militaire médiéval.

Cependant, il est crucial de se rappeler que ces diplômes sont principalement symboliques et rituels, et non indicatifs d’une lignée historique directe entre la franc-maçonnerie et les Templiers.

Analyse approfondie : Ordres maçonniques liés aux Templiers

Comme mentionné précédemment, il existe plusieurs diplômes et ordres maçonniques inspirés des Templiers. Ici, nous explorerons certaines factions maçonniques importantes liées à l’histoire, au symbolisme et à la mythologie des Templiers.

York Rite: Un chemin dans la franc-maçonnerie

Le York Rite est une collection d’organismes maçonniques séparés et de diplômes associés qui retracent leurs origines aux guildes médiévales de tailleurs de pierre de York, en Angleterre.

Le York Rite se compose de trois organes principaux: le Royal Arch Chapter, le Cryptic Council et la Knights Templar Commandery. Chaque corps est conçu pour conférer et préserver des diplômes maçonniques spécifiques.

Commanderie des Templiers

La commanderie des Templiers , le dernier organe du rite d’York, se concentre spécifiquement sur les aspects chevaleresques et chrétiens de la franc-maçonnerie. Cet organe confère trois degrés :

1. Ordre de la Croix-Rouge2. Ordre des Chevaliers de Malte3. Ordre du Temple

L’Ordre du Temple, sans doute le plus reconnaissable des trois, est un lien direct avec l’héritage des Templiers.

Les aspirants à ce diplôme subissent une cérémonie d’initiation hautement symbolique qui suit le parcours d’un chevalier chrétien.

Les rituels et les enseignements de ce diplôme mettent l’accent sur la bravoure, la piété, l’humilité et l’autodiscipline, établissant des parallèles clairs avec les valeurs des Templiers.

Rite écossais : un système parallèle de degrés

Le rite écossais est un autre système au sein de la franc-maçonnerie comprenant 32/33 degrés, chacun s’appuyant sur les leçons du degré précédent.

Au sein du rite écossais, un intérêt particulier est porté aux enseignements historiques et philosophiques. Bien qu’ils ne soient pas aussi directement liés aux Templiers que la commanderie du rite d’York, les diplômes du rite écossais contiennent des liens thématiques avec la chevalerie médiévale et les ordres de chevalerie.

Le rite écossais NMJ

Le Rite Écossais SJ

Rose Croix : une leçon du passé

Le 18e degré du rite écossais, la Rose Croix , présente un intérêt particulier pour les Templiers en raison de son accent sur le symbolisme chrétien et ses liens avec la chevalerie médiévale.

Les rituels du diplôme mettent l’accent sur les thèmes de la résurrection, de l’espoir et du renouveau, mais incluent également le symbolisme et les leçons liées aux idéaux des premiers Templiers.

Rite écossais rectifié : un rite ancré dans la mythologie templière

Le rite écossais rectifié, également connu sous le nom de rite de stricte observance , est un rite maçonnique chrétien européen qui, bien que moins connu que le rite York ou écossais, a une perspective unique sur le templarisme.

Ce rite, conçu par le baron von Hund au 18ème siècle, fonctionnait sous la prétention que ses origines pouvaient remonter aux Templiers historiques.

Le rite de stricte observance de Hund incorporait plusieurs diplômes axés sur l’histoire des Templiers, y compris des rituels et des enseignements qui considéraient la persécution de l’ordre et sa dissolution éventuelle.

Cependant, les preuves historiques soutenant une lignée directe entre le Rite de la Stricte Observance et les Templiers originaux restent spéculatives et non fondées.

Le Rite Écossais Rectifié , également connu sous le nom d’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Ville Sainte ou Chevaliers Bienfaiteurs de la Ville Sainte (en français : Chevalier bienfaisant de la Cité sainte) est un rite maçonnique chrétien fondé à Lyon (France) en 1778.

Comprendre le rôle des ordres templiers

En résumé, plusieurs ordres maçonniques, tels que la York Rite Commandery, le Scottish Rite et le Rectified Scottish Rite, relient la franc-maçonnerie à la philosophie des Templiers.

Ces ordres emploient un riche symbolisme et des rituels inspirés de l’héritage des Templiers, mais il est essentiel de se rappeler que leur objectif principal est de transmettre des leçons morales et des enseignements spirituels aux aspirants maçonniques.

Bien qu’un lien historique direct entre ces ordres maçonniques et les Templiers d’origine reste spéculatif, les thèmes, mythes et valeurs partagés indéniables à travers ces organisations continuent d’être d’un intérêt significatif pour les érudits et les passionnés maçonniques.

Perceptions modernes et théories du complot : explorer la vulgarisation de la connexion

Le Saint-Sang et le Saint-Graal : un catalyseur pour la spéculation

Le 20e siècle a vu une fascination accrue pour le lien présumé entre la franc-maçonnerie et les Templiers, en grande partie en raison de la publication de “Le Saint Sang et le Saint Graal” par Michael Baigent, Richard Leigh et Henry Lincoln.

Ce livre présentait une série de théories du complot élaborées et de récits fictifs, impliquant une mystérieuse continuation des Templiers au sein de la franc-maçonnerie.

Bien que les affirmations des auteurs n’aient pas été étayées par des preuves historiques crédibles, le livre a suscité un large intérêt pour les liens potentiels entre les deux organisations et leur symbolisme.

Holy Blood, Holy Grail: The Secret History of Christ & The Shocking Legacy of the Graal – Acheter sur Amazon

Le Da Vinci Code : un récit fictif renforçant le lien

Le roman à succès de Dan Brown “The Da Vinci Code” a encore popularisé l’idée d’un lien entre la franc-maçonnerie et les Templiers. Semblable à “Le Saint Sang et le Saint Graal”, l’œuvre de fiction de Brown offrait un scénario captivant basé sur des théories du complot et des sociétés secrètes et dépeignait une histoire cachée des Templiers au sein de la franc-maçonnerie.

Bien que ce best-seller ait propulsé des discussions mondiales sur le lien potentiel, il est essentiel de souligner que le travail de Brown est purement fictif et que les preuves historiques crédibles à l’appui de ces affirmations sont rares.

Analyser le symbolisme : éléments clés reliant la franc-maçonnerie et les templiers

Alors que la preuve historique d’un lien direct entre les deux organisations est limitée, certains symbolismes et rituels partagés relient la franc-maçonnerie aux Templiers. Voici les principales caractéristiques reliant les deux groupes :

Thèmes chevaleresques et religieux

Les organisations de la franc-maçonnerie et des Templiers mettent fortement l’accent sur la chevalerie, la foi religieuse et la fraternité. Les Templiers étaient réputés pour leur engagement farouche envers la protection des pèlerins et des principes chrétiens, tandis que la franc-maçonnerie englobe divers diplômes maçonniques (tels que le diplôme des Templiers) liés aux valeurs religieuses et chevaleresques.

Symboles partagés

Divers symboles sont associés à la fois aux Templiers et à la franc-maçonnerie, tels que l’équerre et le compas, la croix et d’autres formes géométriques. Bien que les significations de ces symboles puissent différer, ils servent à relier les organisations à un niveau symbolique.

Rituels et Cérémonies

La franc-maçonnerie est bien connue pour ses rituels et cérémonies élaborés, dont beaucoup figurent également dans les diplômes liés aux Templiers. Ces rituels comprennent des costumes complexes, des insignes et des rites ou des jetons spécifiques, créant un lien atmosphérique entre les deux organisations.

Dissiper les mythes et évaluer le lien

Bien que la franc-maçonnerie et les Templiers partagent de nombreux liens symboliques et thématiques, il est crucial de faire la différence entre ces liens et les affirmations des théories populaires du complot.

Les ordres maçonniques templiers sont une partie essentielle de la tradition maçonnique, s’inspirant de l’histoire et du symbolisme templiers pour enseigner des leçons morales et philosophiques.

La fascination entourant le lien entre la franc-maçonnerie et les Templiers reflète une préoccupation culturelle pour les sociétés secrètes, les liens mystiques et l’histoire cachée.

Cependant, ces connexions supposées doivent être considérées avec une perspective critique et analytique, en distinguant soigneusement les faits historiques et la spéculation sensationnaliste.

En résumé, le lien entre la franc-maçonnerie et les Templiers existe principalement dans le domaine du symbolisme et du rituel, plutôt que dans une lignée historique factuelle.

Les Templiers, les croisades médiévales

Les croisades étaient une série de campagnes militaires lancées par l’Europe chrétienne en réponse à l’expansion de l’islam au Moyen-Orient. Les Templiers, un ordre militaire chrétien médiéval, ont joué un rôle de premier plan dans plusieurs de ces croisades. Voici une liste des principales croisades impliquant les Templiers, classées par ordre chronologique :

Première croisade (1096-1099): La première croisade a été lancée en réponse à l’appel de l’empereur byzantin Alexios I Komnenos à l’aide contre les Turcs seldjoukides. Les Templiers ont participé au siège de Nicée, à la bataille de Dorylée, au siège d’Antioche et à la prise de Jérusalem.

Deuxième croisade (1147-1149) : La deuxième croisade visait à reprendre la ville d’Édesse, tombée aux mains des musulmans. Alors que les Templiers étaient impliqués dans la campagne, leur rôle était relativement mineur par rapport aux autres forces croisées.

Troisième croisade (1189-1192) : La troisième croisade a été déclenchée par la reprise musulmane de Jérusalem en 1187. Les Templiers, ainsi que d’autres ordres croisés, ont participé à la campagne menée par des personnalités telles que Richard Cœur de Lion d’Angleterre, Philippe II de France et Frédéric Ier, empereur romain germanique.

Quatrième croisade (1202-1204) : La quatrième croisade, initialement destinée à reprendre Jérusalem, prend une tournure inattendue lorsque les croisés finissent par saccager la ville chrétienne de Constantinople. Les Templiers ont joué un rôle important dans la campagne, mais leur implication dans les événements qui ont conduit à la chute de Constantinople reste controversée.

Cinquième Croisade (1217-1221) : La Cinquième Croisade visait à capturer l’Égypte afin d’affaiblir le pouvoir musulman dans la région. Les Templiers ont participé au siège de Damiette, mais la croisade s’est finalement soldée par un échec.

Sixième croisade (1228-1229) : La sixième croisade était unique en ce qu’elle impliquait la diplomatie plutôt qu’une confrontation militaire pure et simple. L’empereur romain germanique Frédéric II a négocié un traité de paix avec le sultan d’Égypte, permettant aux chrétiens de reprendre le contrôle de Jérusalem sans bataille. Les Templiers ont participé à cette campagne, souvent appelée la « croisade de Frédéric II ».

Septième croisade (1248-1254) : La septième croisade, menée par le roi Louis IX de France, visait à capturer l’Égypte. Les Templiers ont activement participé à la campagne, mais elle s’est finalement soldée par une défaite et la capture de Louis IX à la bataille d’Al Mansurah.

Les Templiers, en tant qu’ordre militaire, ont été impliqués dans diverses actions et conflits militaires au cours de leur existence. 

Expansion et opérations défensives :

After the establishment of the Knights Templar in 1119, the order quickly gained prominence and support. They established a network of fortified castles and commanderies throughout the Crusader states, including in the Kingdom of Jerusalem, County of Tripoli, and the Principality of Antioch.

The Templars engaged in defensive operations against Muslim forces, protecting Christian pilgrims and the territories held by the Crusader states. They often participated in skirmishes, raids, and sieges against Muslim armies.

Battle of Montgisard (1177):

The Battle of Montgisard was a significant engagement during the Crusader period. A combined force of Knights Templar, Hospitallers, and other Crusaders, led by Baldwin IV of Jerusalem, successfully defeated a much larger Ayyubid army led by Saladin.

Reconquista in Iberia:

The Templars played a role in the Christian Reconquista in the Iberian Peninsula, where they fought against Muslim forces alongside other Christian kingdoms. They participated in various battles and sieges, including the famous Siege of Almeida in 1170.

Baltic Crusades:

The Knights Templar participated in the Baltic Crusades, a series of campaigns against the pagan tribes in the Baltic region during the 12th and 13th centuries. They joined forces with other Christian military orders and kingdoms to conquer and Christianize the lands of present-day Estonia, Latvia, and Lithuania.

Conflict with the Assassins:

Les Templiers se sont affrontés avec les Hasashin (Assassins), une secte islamique secrète. Ces conflits ont principalement eu lieu au Levant et comprenaient des batailles, des sièges et des assassinats. Un événement notable fut le siège d’al-Kahf en 1163, où les Templiers défendirent avec succès leur forteresse contre les Assassins.

Luttes internes et défis politiques :

Les Templiers ont dû faire face à des conflits internes et à des défis externes. Ils se sont parfois affrontés avec d’autres factions chrétiennes, comme les Hospitaliers, pour le pouvoir et l’influence.

Au début du 14ème siècle, les Templiers ont été de plus en plus surveillés et persécutés par la monarchie française et l’Église catholique.

Les accusations d’hérésie et d’autres accusations ont conduit à la suppression de l’ordre en 1312.

Les Templiers ont joué un rôle important dans la finance, le commerce, la diplomatie et le développement des infrastructures pendant la période des Croisés.

Voici un aperçu de leurs contributions dans ces domaines :

Templiers et finances :

Les Templiers ont établi un réseau financier sophistiqué à travers l’Europe et le Moyen-Orient. Ils ont développé un système bancaire qui permettait aux pèlerins et aux croisés de déposer leurs richesses à un endroit et de les retirer à un autre, réduisant ainsi les risques associés aux voyages longue distance.

Les Templiers ont émis des lettres de crédit, agissant comme premiers banquiers, ce qui a facilité les transactions financières sûres et efficaces.

Ils ont accordé des prêts aux monarques, aux nobles et à d’autres individus, gagnant ainsi une richesse et une influence substantielles.

Commerce:

Les Templiers se sont engagés dans le commerce international, transportant des marchandises et des marchandises à travers différentes régions. Ils avaient leurs propres flottes de navires, ce qui leur permettait de participer au commerce maritime et d’établir des postes de traite dans les principaux ports.

Les Templiers ont facilité le commerce entre les États croisés et l’Europe, aidant à fournir des biens et des ressources à la Terre Sainte.

Ils ont également importé des biens de valeur, tels que des épices, des textiles et des articles de luxe, qui ont contribué à la prospérité économique des États croisés.

Templiers et diplomatie

Les Templiers avaient des liens diplomatiques étroits avec diverses puissances chrétiennes et musulmanes. Ils ont négocié des traités, des alliances et des trêves au nom des États croisés, travaillant à assurer la stabilité politique et la coexistence pacifique.

Les chevaliers templiers agissaient souvent comme intermédiaires entre différentes factions, aidant aux efforts diplomatiques et résolvant les conflits par la négociation et la diplomatie.

Templiers et développement des infrastructures

Les Templiers étaient des bâtisseurs et des ingénieurs qualifiés, impliqués dans la construction de fortifications, de châteaux et d’installations militaires.

Ils ont joué un rôle crucial dans la fortification des positions clés, la création d’un réseau défensif et le renforcement de l’infrastructure des États croisés.

Ils ont développé leur propre style architectural, incorporant des éléments d’influences occidentales et orientales.

Des exemples notables d’architecture templière incluent leur siège à Jérusalem, connu sous le nom de Mont du Temple, et la célèbre forteresse de Krak des Chevaliers dans la Syrie actuelle.

Templiers et développement agricole et économique :

Les Templiers ont investi dans l’agriculture, établissant des fermes, des vignobles et d’autres entreprises agricoles. Ils ont introduit de nouvelles techniques et technologies agricoles, améliorant la productivité et contribuant à la croissance économique dans les États croisés.

Par leurs vastes propriétés foncières et leurs activités économiques, les Templiers sont devenus d’importants propriétaires terriens et ont contribué au développement des systèmes féodaux dans les régions où ils opéraient.

Dans l’ensemble, l’implication des Templiers dans la finance, le commerce, la diplomatie et le développement des infrastructures a contribué à façonner le paysage économique, politique et social des États croisés, faisant d’eux une force importante au-delà de leurs contributions militaires.

Le parchemin de Chinon et ce qu’il a à voir avec les Templiers :

En septembre 2001, Barbara Frale, paléographe italienne aux Archives secrètes du Vatican, a fait une découverte historique intrigante connue sous le nom de Parchemin de Chinon. Ce document important met en lumière des événements remontant à 1308 lorsque le pape Clément V a pris des mesures pour absoudre Jacques de Molay, le dernier Grand Maître des Templiers, ainsi que le reste de la direction des Templiers, des accusations portées contre eux lors de l’Inquisition médiévale. .

Le parchemin de Chinon est spécifiquement daté du 17 au 20 août 1308 et provient de Chinon, en France. Il a été rédigé par trois cardinaux : Bérenger Fredoli, Etienne de Suisy et Landolfo Brancacci, qui ont occupé respectivement des postes à Saints Nereus et Achileus, Saint Cyriac à Thermis et Sant’Angelo à Pescheria.

Une copie authentique du Parchemin de Chinon est conservée par le Vatican, référencée Archivum Arcis Armarium D 218, l’original étant étiqueté D 217 (une autre version du Parchemin de Chinon a été publiée par Étienne Baluze en 1693). Ce document d’importance historique offre des informations précieuses sur l’absolution des dirigeants templiers au cours d’une période cruciale de l’histoire médiévale.

On a longtemps supposé que le document en question existait. Dans la bulle Faciens misericordiam, publiée en août 1308, Clément V déclare que les chefs des Templiers devaient être amenés à Poitiers pour être interrogés par le Pape lui-même. Cependant, certains d’entre eux étant trop malades pour voyager, trois cardinaux ont été envoyés à Chinon pour mener les enquêtes nécessaires au nom du pape.

Ces envoyés nommés ont été chargés de créer un compte rendu officiel de leurs enquêtes. Selon la bulle, ils sont revenus avec des aveux écrits et des témoignages du Maître et des Commandants susmentionnés, documentés comme un dossier légal par attestation notariée, qu’ils ont présentés au Pape.

Par ailleurs, il existe une lettre, prétendument écrite par les trois cardinaux au roi Philippe IV, l’informant de l’absolution accordée aux officiers supérieurs des Templiers. Cette lettre a été publiée par Étienne Baluze. Le contenu du Parchemin de Chinon trouve un appui supplémentaire dans les documents trouvés dans le registre Avignonese 48 des Archives secrètes du Vatican, tel que publié dans Processus Contra Templarios.

Article de Margaret S.

Margaret S. est une conférencière à la retraite et consacre une grande partie de son temps à l’écriture théologique et philosophique.

Elle a été nommée franc-maçon dans l’Ordre international de la franc-maçonnerie pour hommes et femmes – Le Droit Humain.

(Margaret S. est son nom de plume pour tous ses papiers maçonniques)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES