dim 23 juin 2024 - 05:06

Le fils d’un révolutionnaire russe Franc-maçon a remporté les Jeux olympiques pour la France

De notre confrère russe sport-express.ru – Par Roustam Imamov

Le destin fou de Vladimir Aitov, rugbyman, médecin, fils de Franc-maçon et prisonnier des camps de concentration allemands.

Une fois, nous vous avons déjà parlé de Walter Winans, le premier natif de Russie – le champion olympique. Et si nous allions plus loin et nous demandions qui a été le premier vainqueur olympique parmi notre diaspora d’émigrants de la première vague ? Un candidat possible dans ce cas serait Vladimir Aitov. Docteur en médecine, fils d’une figure éminente de la franc-maçonnerie russe  (David Alexandrovitch Aitov – 1854 – 1933), en France s’est retrouvé en Europe en raison des activités politiques de son père. Et il s’est montré sous différentes qualités – non seulement en tant que personnalité publique, scientifique et diplomate, mais aussi en tant qu’athlète. Vladimir était l’un des joueurs clés de l’équipe de France de rugby qui a remporté les Jeux olympiques à domicile en 1900.

Le fils d’un émigrant Narodnaya Volya est resté en contact avec la Russie

Aitov est une personne tout à fait unique pour qui le sport était un domaine important, mais loin d’être le seul et clé de la vie. Vladimir est un immigré de deuxième génération et est né à Paris. Son père David Aitov, cartographe et révolutionnaire, a été contraint de fuir Kazan vers la France. Entre deux enquêtes géographiques, Aitov Sr. fréquente les cercles radicaux de gauche et est l’un des partisans du célèbre mouvement “Aller au peuple”.

Initialement, la Narodnaya Volya s’est fixé pour objectif de comprendre la “Russie profonde”, c’est-à-dire d’apprendre la vie des paysans et des petits bourgeois, qui constituaient la majorité de la population du pays. Mais peu à peu, les expéditions ethno-sociales ont commencé à être complétées par des attentats terroristes. Et bien que David lui-même n’ait pas participé à des actions violentes, il a intéressé le troisième département avec ses relations avec les partisans de la « virilité divine ». Et pour ne pas réaliser cet intérêt pour la pratique, il a été contraint de déménager en Europe, où son fils Vladimir était déjà né. Néanmoins, même si la famille Aitov vivait à l’étranger, elle n’a jamais interrompu son lien avec la patrie et, en plus du français, depuis son enfance, Vladimir a également enseigné le russe et le tatar. De plus, Aitov Jr. a même réussi à vivre à Saint-Pétersbourg, où il a étudié pour devenir médecin.

Il n’y avait que trois équipes dans un tournoi de rugby en 1900

Et pourtant, la jeunesse d’Aitov a été consacrée au sport. Depuis son enfance, Vladimir rêvait de rugby, un jeu alors extravagant que les Britanniques ont apporté sur le continent. En France, elle a rapidement gagné en popularité, Aitov n’a donc eu aucune difficulté à trouver un club pour s’entraîner et se développer. Vladimir Aitoff (c’est ainsi que son nom de famille tatar a été traduit en français) jouait déjà avec des adultes à l’âge de 15 ans, et vers 18 ans, il a commencé à être invité à s’entraîner avec l’équipe nationale. Vladimir a également été appelé aux Jeux olympiques de 1900 à Paris. Le rugby alors en tant que sport a été présenté aux Jeux pour la première fois. Seules trois équipes ont atteint la capitale de la France – en plus des hôtes, elles étaient les fondateurs du «jeu des gentlemen» de Grande-Bretagne et, de manière inattendue, l’équipe allemande. Les Britanniques étaient considérés comme les favoris évidents, mais ils ont perdu dans le dernier match face aux Français.

Pour le plus grand plaisir des Parisiens, les tricolores ont d’abord battu non sans mal les Allemands, ne surmontant leur résistance qu’en fin de seconde période, mais ensuite dans le dernier match, ils ont gagné avec confiance contre la Grande-Bretagne. Fait intéressant, les Britanniques ont été contraints de partager la deuxième place avec l’Allemagne – les organisateurs ont refusé d’organiser le match pour l’argent et le bronze. En général, le rugby a toujours été un sport problématique pour le pays hôte. À un moment donné, il n’y avait même pas assez de participants pour remplir le piédestal complet. Il n’est donc pas surprenant qu’après 1924, plus aucune compétition de rugby n’ait eu lieu dans le cadre des Jeux. En 2016, pour le bien du mouvement olympique, ils ont commencé à développer une version plus « budget » avec du rugby à 7.

Vladimir Aitov

Photo wikipedia.org

Il a soigné à Saint-Pétersbourg jusqu’à la Révolution d’Octobre

Néanmoins, la victoire des Français aux JO de 1900 est significative et mémorable, et la fédération locale de rugby la considère toujours comme l’une des principales réalisations de son histoire. À cause d’Aitov, bien qu’il n’y ait eu aucune tentative dans les matchs décisifs, la contribution de Vladimir au succès est également significative. Les historiens du sport français écrivent qu’il était l’un des meilleurs défenseurs et qu’il jouait souvent en position de fermeture – arrière. Et c’est grâce à lui que les Britanniques en finale n’ont pu réaliser qu’une seule tentative, puis après la mi-match. Néanmoins, le sport n’était pas encore un moyen de gagner sa vie, donc après la victoire olympique, Aitov a dû se chercher dans un nouveau domaine. Et ils sont devenus des médicaments. Deux ans plus tard, il entre à l’Université de Paris, où on lui propose un stage… dans la Russie tsariste.

Pour Aitov Jr., l’opportunité d’aller dans la patrie de son père était un vieux rêve, qu’il réalisa en 1905. Vladimir a travaillé comme médecin à l’hôpital français de Saint-Pétersbourg. Certes, il devait confirmer son diplôme pour avoir le droit de pratiquer la médecine en Russie. À l’hôpital Sainte-Madeleine, le jeune médecin est rapidement apprécié et est rapidement nommé chef du service thérapeutique. Vladimir pensait qu’il resterait pour toujours à Saint-Pétersbourg, et s’il allait en Europe, alors en tant que touriste. Pas étonnant, car il y a vécu plus de 13 ans au total. La Première Guerre mondiale et les bouleversements sociaux qui l’ont suivie ont changé la vie d’Aitov. En 1916, Vladimir est enrôlé dans l’armée. Cependant, pas au front, mais avec une mission médicale et diplomatique. Il était médecin dans un hôpital français, mais en plus du travail médical, il a également effectué d’importantes missions informelles.

A travaillé pour la Croix-Rouge et a été un membre actif de la Loge maçonnique

Malgré les opinions de gauche de son père, il était évident que sous les bolcheviks, Aitov Jr. ne serait pas le bienvenu à Petrograd. Oui, et Aitov Sr., vers la fin de sa vie, a renoncé aux idéaux révolutionnaires. Par conséquent, sans trop d’hésitation, en 1918, Vladimir, avec la mission militaire française, retourna en France. Où il aide les personnes qui ont fui la Russie en flammes. Aitov est devenu l’un des fondateurs du comité d’organisation pour aider les réfugiés sous la Croix-Rouge. Vladimir a pris la parole lors de réunions de la Société des Nations et connaissait Fridtjof Nansen, un scientifique et voyageur norvégien qui a créé le “passeport Nansen” pour les apatrides. Il n’a pas oublié la guérison et s’est également étroitement engagé dans la science. De plus, contrairement à de nombreux médecins de ces années, il fournissait régulièrement une assistance gratuite aux patients et était l’idéologue du système universel de médecine de l’État – le prototype de l’assurance moderne.

Trésorier de la Société russe de coopération intellectuelle, membre de l’Association des médecins russes à l’étranger. Membre à long terme du conseil d’administration de la Société Mechnikov des médecins russes. L’un des organisateurs de “l’hôpital russe”, où travaillaient de célèbres médecins russes – la vie à Paris pour Aitov a recommencé à bouillir. En 1923, il rejoint le comité de la Ligue de lutte contre l’antisémitisme nouvellement formée, tout en n’étant pas juif et ayant des racines musulmanes. En 1927, il est devenu co-fondateur du Fonds d’assistance mutuelle pour les travailleurs russes et, un an plus tard, d’un comité mixte d’organisations techniques et d’ingénierie. Mais l’influence la plus active sur sa vie dans l’entre-deux-guerres fut la loge maçonnique. Vladimir aurait peut-être été initié à la franc-maçonnerie en 1919, immédiatement après son retour de Russie. En 1926, il serait devenu le vénérable maître de la loge russe “Astrea No. 500” mais nous n’avons aucune preuve de cette information.

A survécu à quatre camps de la mort et est rentré chez lui

Si vous vous intéressez à l’histoire de la franc-maçonnerie russe au XXe siècle, vous tomberez d’une manière ou d’une autre sur la figure d’Aitov. Elle en était presque la clé, puisque Vladimir était membre de toutes les loges qui existaient alors, et des réunions avaient souvent lieu dans son appartement. Certes, après le début de la Seconde Guerre mondiale, le lien avec les francs-maçons et le mouvement antisémite ne lui a pas profité. Vladimir n’a pas fui Paris, où les Allemands sont entrés en 1940, et s’est retrouvé sous l’occupation nazie. Il a été envoyé au camp de Buchenwald, où il a failli être tué. Mais d’une manière ou d’une autre, il a survécu à la grande purge et s’est retrouvé dans un autre camp de la mort – Langenstein, puis dans le tristement célèbre Auschwitz. A la fin de la guerre, il est retrouvé au camp d’Alderstadt. Vladimir ne pesait que 34 kilogrammes. Il n’avait pas de dents et deux doigts.

Et pourtant, l’essentiel était qu’il survive à ce cauchemar et rentre à Paris. Là, il a été reconnu comme l’un des vétérans du mouvement de la Résistance, ainsi que comme membre du Commonwealth des partisans volontaires russes. Vladimir a aidé la clandestinité du mieux qu’il pouvait dans les camps de la mort et s’est également rapproché de la communauté orthodoxe. A tel point qu’en 1946, il décide d’abandonner l’islam et adopte la foi orthodoxe. Et il a même travaillé pendant une courte période comme recteur du temple de Gallipoli dans la capitale française. Aitov n’a pas oublié son travail actif d’avant-guerre, il est revenu à la vie politique du pays et s’est activement impliqué dans des œuvres caritatives. Pendant ses 84 ans, Vladimir a vécu une vie telle que tout le monde ne pouvait pas gérer même en plusieurs vies. Chevalier de la Légion d’honneur, la plus haute distinction de France, Aitov décède en 1963 et est inhumé au célèbre cimetière du Montparnasse à Paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES