lun 24 juin 2024 - 16:06

La Sœur Laurence Taillade est une souris qui se noie dans la crème…

Des milliers de maçons œuvrent dans le silence et la discrétion, alors que d’autres recherchent la Lumière… des projecteurs. On peut affirmer que c’est le cas de la Sœur Laurence Taillade. Son histoire est passionnante à plusieurs titres.

Son père est cadre bancaire et sa mère assistante de direction. Elle arrive au monde à La Garenne-Colombes un 13 avril 1973. Trente cinq and plus tard, elle reçoit la Lumière (maçonnique) à la Grande Loge Mixte Universelle, c’était le 19 octobre 2008. Puis sa Loge, avec armes et bagages, décide de migrer au GODF de Conflans-Sainte-Honorine, devenu (presque) mixte au début des années 2010. Ainsi, elle se retrouve parmi les pionnières maçonnes à appartenir à la plus grande et à la plus ancienne Obédience française.

Comme nous le verrons dans quelques minutes, elle n’est pas du genre à rester les bras croisés. La preuve, elle reçoit le 7e prix de la Laïcité du Grand Chapitre Général du Rite Français du Grand Orient de France en décembre 2017, des mains de Philippe GUGLIELMI, Très Sage et Parfait Grand Vénérable et Philippe FOUSSIER, Grand Maître d’alors. Cela augurait plutôt bien pour sa « carrière » maçonnique.

Le mot carrière n’est évidemment pas choisi par hasard, car son parcours professionnel est impressionnant. Commençons par son appartenance politique. Elle démarre en 1995 en militant pour le candidat UDF aux municipales à Herblay-sur-Seine (département du Val-d’Oise, en région Île-de-France).

Puis elle devient :

  • Secrétaire nationale du PRG (Parti radical de gauche) ;
  • Présidente du Parti républicain solidariste ;
  • Présidente de Forces Laïques ;
  • Fondatrice de l’Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise.

Quand il lui reste du temps, elle écrit :

« L’urgence laïque » (9 mars 2017 – Éditions Michalon),
« Être une femme en 2020 » (Éditions Michalon).

Elle est aussi coauteur du livre dirigé par Georges Bensoussan, sorti en janvier 2017, « Une France soumise », qui fait un état des lieux de la montée de l’islam politique dans notre pays.

Dans ce cadre, elle fait parler d’elle en février 2016 lorsqu’elle reçoit un courriel de menaces de mort émanant d’un site islamiste, Hizb-ut-Tahrir, l’informant que :

« Le décret est tombé. Vous êtes condamnée à la peine capitale. C’est désormais une question d’heure (sic) ».

Ce qui lui vaut d’être mise sous protection policière. Elle s’était mise à dos l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) et les Frères musulmans. Jusque là, on pourrait dire qu’elle force l’admiration par son dynamisme et le courage de ses initiatives, surtout lorsqu’elle écrit : « Où en est cette France que j’ai vue chaque jour reculer face aux assauts obscurantistes, face aux menaces sur les droits des femmes, cette France qui refoule son histoire en qualité de figure de proue de l’émancipation, incarnant un humanisme universaliste ? »

Car la laïcité, c’est sa quête à elle. C’est une jouteuse et qui pourrait s’en plaindre ?

Pour preuve elle fait encore parler d’elle en 2020 lorsque lors d’un débat Lors sur RTL, elle tient des propos qui dérangent les antiracistes et les indigénistes. Elle est face à la journaliste, militante féministe Rokhaya Diallo, qui diffuse une vidéo de quelques secondes, visiblement retravaillée, où la Sœur Laurence Taillade évoque le casier judiciaire d’Adama Traoré. Elle se retrouve une fois de plus menacée, insultées, son adresse personnelle est divulguée.

Mais alors elle n’a que des qualités, cette Sœur ?

… malheureusement non !

La vie lui a donné l’occasion de mettre en pratique les bienfaits acquis en Loge. Le résultat fut moins probant.

En effet, en mars 2020, elle décide avec son époux de retourner sur la terre natale du Cantal. Ils y possèdent déjà une résidence secondaire, l’installation devrait être facilitée. Une fois les cartons déballés et tout mis en ordre, elle part en quête de la Loge locale du GODF. Elle se trouve à quelques kilomètres, à Aurillac précisément.

Malheureusement, si le GODF a voté la mixité il y a bientôt 13 ans, les Loges restent libres de l’appliquer ou non, selon le vote individuel des Ateliers. Et justement, à Aurillac, la Loge du GODF n’est pas mixte. Cependant, elle a obligation de recevoir les visites féminines. Cela permet donc à Laurence Taillade de participer aux travaux régulièrement. On peut penser que certains Frères n’ont pas vu cette présence féminine régulière d’un bon œil, puisqu’elle a rapidement senti qu’elle n’était pas intégrée, ni accueillie comme elle l’aurait souhaité.

C’est là que tout se gâte, car elle fait le forcing et ne comprend pas que la volonté majoritaire de la Loge ne souhaite pas sa présence trop régulière. Pour couronner le tout, sa Loge mère, dont elle est absente depuis 3 ans lui réclame des capitations.

En résumé, les hommes auraient dÛ l’accueillir avec la voute d’acier, et sa Loge mère, la faire payer exclusivement à la présence.

Mais voilà, une Loge maçonnique, ce n’est pas un parti politique. C’est un ordre initiatique avec des règles qui ne se négocie pas aussi facilement, surtout en criant à la misogynie ou au manque d’humanisme. C’est précisément ce qui se nomme : « Se confronter au cadre de l’équerre pour aider le maçon à grandir. »

Franck Fouqueray, auteur du « Manuel de Survie pour Apprenti maçon voulant démissionner », affirme que : « Le réel travail du Franc-maçon débute lorsqu’il se confronte aux règles de la Franc-maçonnerie ou aux désaccords divers avec les autres maçons. Beaucoup de Sœurs et de Frères ne comprennent pas que l’épreuve initiatique se trouve justement là, dans le frottement des pierres. »

En cas de difficulté, certains vont fuir, d’autres vont entrer en conflit… mais très peu vont comprendre que c’est précisément dans la manière de mettre en pratique l’Art Royal que le maçon en ressortira grandi. Il semblerait que notre Sœur Laurence ne l’a pas entendu de cette oreille.

La preuve, elle vient de démissionner après 15 années de bons et loyaux services. Elle en ressort avec plus de rancœur que de sagesse.

Lire à ce sujet l’article du journal local scarlettemagazine.
Logo Catch Me if You Can.

Puis qu’elle conclut en déclarant qu’« elle ne souhaite pas changer de “crèmerie” », la rédaction va lui offrir une petite histoire allégorique issue du film de Steven Spielberg de 2002 « Arrête-moi si tu peux » (Catch Me If You Can). L’acteur Christopher Walken incarne le père de Leonardo DiCaprio. Il raconte une petite histoire symbolique à qui veut l’entendre pour montrer qu’il est résistant et opiniâtre dans l’épreuve :

« Deux petites souris sont tombées dans un seau de crème. La première souris abandonne rapidement et se noie, mais la seconde souris se bat tellement qu’à la fin, elle arrive à faire du beurre avec cette crème et qu’elle parvient à s’en sortir. Amen. »

Il conclut à chaque fois en précisant qu’il est semblable à la deuxième souris.

Il semblerait que Laurence Taillade, quant à elle, était plutôt la première des deux souris. Comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, nous considérerons qu’elle est juste en sommeil et qu’elle reviendra plus tard, lorsque la sagesse lui aura permis de maîtriser ses passions.

13 Commentaires

  1. « Je ne souhaite pas changer de crèmerie. J’ai choisi le Grand Orient de France et le rite français pour ses valeurs et son orientation sociétale. Ailleurs, je n’y trouverai pas mon compte » nous dit la soeur Laurence . Pour ma part les aléas de la vie (déménagements en zone rurale) m’ont fait j’ai changé 2 fois de crémerie – je n’ai y trouvé que du bonheur en me frottant à d’autres rites que celui qui m’a fait naître…. Est-elle sûre qu’au DH (présent à Aurillac), elle n’y trouverai pas son compte ? Pas très gentil pour cette loge, affirmation bien rapide, non ? L’orientation sociétale du DH est assez affirmée me semble-t-il. Mais c’est sur, au DH, la qualité de femme ne sera jamais un accélérateur de carrière maçonnique (la qualité d’homme non plus du reste)…

  2. Depuis l’ouverture du GODF à la mixité, j’y ai croisé quelques sœurs (initiées dans cette obédience ou transfuges de la GLFF, DH, GLMU…) qui rayaient le parquet, confondant visiblement le principe d’égalité (normale) sur le tableau de loge et les colonnes avec celui de parité, voire de discrimination positive (absurde en franc-maçonnerie) dans les collèges d’officiers… Laurence Taillade pensait-elle faire une carrière express au GODF en forçant la main de ses frères d’Aurillac par son insistance à vouloir changer leur projet associatif ? La loge voisine du Droit Humain à Aurillac, (obédience qui a réglé la question de la mixité depuis 130 ans déjà…) doit observer consternée cette tempête dans un verre d’eau en faisant un gros soupir de fatigue… Bref, n’est pas Maria Deraismes qui veut !

  3. L’expérience aidant je me méfie de plus en plus de ces sœurs qui quittent leur obédience féminine ou mixte pour rejoindre le GODF et militent pour plus de mixité. Hormis quelques exceptions géographique dans des régions peu peuplées le départ de leur obédience d’origine pour ne pas s’orienter ver le DH grosse obédience bien implantée ou une de toutes ces moins importantes obédiences mixtes qui pullulent me semblent suspect. En effet est ce que ce premier départ n’est pas le témoignage d’un malaise entre la sœur et l’atelier ou l’obédience? Est ce qu’elle ne continue pas à alimenter des malaises? Est ce qu’en voulant rejoindre le GODF ou la mixité n’est pas à la hauteur des obédiences statutairement mixtes elle ne cherchent pas à se bâtir une “place” et à apparaître au devant de la scène?
    La nature humaine est ce qu’elle est…

  4. En faire une sainte (laique) est aussi puéril que de la charger de tous les maux.C’est une personne de qualité et de talent qui ne veut pas céder sur aucun plan.C’est son choix.
    Une loge dans laquelle une individualité n’est pas bienvenue n’a pas à forcer la main.Elle ne voulait ni changer de Rite ni d’Obédience,bien, ce choix ne l’obligeait pas à quitter l’Ordre. Elle pourra y revenir un jour
    si cela lui manque sinon elle fera autre chose, c’est tout.

  5. Il y aurait beaucoup à dire sur le contexte et les conditions dans lesquelles la mixité au GODF a été arrachée du Convent aux termes d’une guerre d’usure de plusieurs années.
    Je pense double langage du Conseil de l’Ordre (soucieux du respect du règlement mais d’une lacheté écoeurante dès qu’un Conseiller de l’Ordre, ès qualités, cautionnait de sa présence des initiations irrégulières) : je pense également aux procès en misogynie, aux menaces d’actions en justice pour discrimination, aux diverses leçons de bien-pensance ; je pense aussi aux inquiétudes de la rue Cadet face à la montée en puissance de la GLNF dont les effectifs étaient en passe d’être supérieurs à l’époque à ceux du GODF (c’était juste avant la grave crise interne de la GLNF) ; j’en passe et des meilleures.
    J’ai été délégué de ma loge en 2010 et j’ai assisté aux débats.
    Je me souviens que le fameux vote sur l’initiation des femmes, qui devait avoir lieu, en matinée, avait été finalement présenté aux suffrages en fin d’après-midi, prenant de cours nombre de délégués qui avaient déjà rejoint leurs hôtels (il faisait une chaleur écrasante à Vichy et plusieurs heures de bavardages sur les vœux et réglements dans une grande salle à 30°c en avaient calmé plus d’un).
    Il faudrait pouvoir visionner l’intégralité du Convent (car il existe une archive filmée), confronter l’ordre du jour annoncé, les déclarations du président du Convent, les conclusions de l’Orateur avec le tempo des débats.
    Je me trompe peut-être mais j’ai le sentiment qu’on serait surpris.
    Laissons le soin aux historiens d’effectuer un jour ce travail de vérification si toutefois il peut présenter un intérêt.
    De toute façon, le mal est fait. Le GODF est non mixte tout en l’étant sans l’être.
    Ce gloubi boulga institutionnel explique les déconvenues des Laurence Taillade que l’on trouve dans l’obédience.
    Cette décision a été votée sans égard pour les obédiences mixtes qui n’ont pas été consultées.
    C’est normal que ces soeurs soient surprises.
    En effet, on n’a pas pris le temps de leur expliquer que les loges étaient libres et souveraines, que la liberté d’association consiste à s’associer comme on le souhaite, qu’une loge peut rester strictement non mixte si elle le veut. Mais c’est oublier que simultanément, d’autres veulent imposer la mixité à ces ateliers qui n’en veulent pas. Une sœur du GODF, disent-ils, doit pouvoir aller dans n’importe quel atelier, quitte à jeter le trouble ou la discordre sur les colonnes. Et en cela, ils n’ont juridiquement pas tort. En opportunité en revanche, c’est tout autre chose, surtout quand on est attaché au respect de la souveraineté des loges.
    Je suis intimement persuadé que la décision de 2010 conduira un jour à une scission. Je pensais personnellement qu’elle arriverait plus vite. Mais elle est à mon sens inéluctable.
    Lorsque les ateliers non mixtes comprendront un jour que le cadre obédientiel ne leur garantit pas de poursuivre sereinement leurs activités, ce jour là, ils commenceront à sérieusement s’interroger et, peut-être, à bouger.
    Pour ma part, j’ai renoncé à attendre et, près de 13 ans après le vote sur l’initiation des femmes (comme quoi on saurait me reprocher de l’impulsivité), je suis en partance vers une autre obédience.
    Bien entendu, je ne quitte pas le GODF uniquement à cause de la mixité (bien que dans mon département, il soit impossible de travailler en non-mixité au GODF) mais aussi pour diverses raisons qu’il n’y a pas lieu d’exposer ici parce que je serais hors sujet.
    Pour le reste, je rejoins la plupart des commentaires et la tonalité générale de l’article de la Rédaction de 450 FM. Il existe pléthore d’obédiences mixtes.
    Je pense qu’il doit exister au moins une loge du DH à Aurillac ou ailleurs dans le Cantal. Ses membres ne sont-ils pas assez dignes de la soeur Taillade ?
    J’observe que sur d’autres blogs – Hiram.be en particulier – les réactions aux propos de la sœur Laurence Taillade sont également sévères dans l’ensemble.
    Il semble que les mésaventures de la pauvre petite parisienne éclairée chez les bouseux obscurantistes, ne déchaînent guère les passions. Du moins pour l’instant…

  6. Cet article est le contraire d’un point de vue maçonnique.
    Il n’est ni tolérant, ni charitable, ni fraternel.
    C’est un pamphlet à charge malveillant et malhonnête.
    Quand on commence par dire que le Grand Orient est l’obédience la plus ancienne, c’est déjà une fakenews historique.
    La suite est de même acabit. Ça suinte l’aigreur et la mauvaise foi.
    Bref pas glorieux !

    • Cher Merlin 75,
      A la rédaction de 450.fm, nous nous amusons toujours des intervenants qui se cachent derrière des adresses fraichement constituées pour l’occasion. Quel crédit apporter à de telles écrits anonymes ?

      Cet article est une réelle information, un point c’est tout. Que celle-ci vous touche personnellement ou non. Une relecture du mythe de Cassandre vous sera très utile pour comprendre qu’un journal n’est pas un outil de promotion et de “caresse dans le sens du poil” et qu’il peut parfois nous irriter par certains articles. Cela n’en fait pas pour autant un torchon ou un outil de propagande.

      En revanche, plutôt que de vous cacher pour venir déverser votre venin dans notre journal en guise de réaction d’un article, nous vous invitons à reprendre vos livres d’histoire maçonnique. Vous pourrez ainsi retracer la génèse de la création du GODF et constater que nous avons totalement raison.

      Un journal qui se veut informationnel se doit de traiter tous les sujets, sans exception et sans parti pris. Pour ce qui est de cet article, il a été choisi par la rédaction suite à l’intervention de notre Soeur Laurence Taillade en personne, dans les colonnes du magazine local de sa région Scarlette Magazine, où elle décide de donner sa version de l’histoire et dévoiler en même temps son appartenance maçonnique (c’est donc son choix que nous respectons).

      Pour ce qui est du fond de cet article, à la relecture, il nous semble au contraire plutôt bienveillant, puisqu’il invite notre soeur à revenir en Loge, lorsque ses passions auront été dominées. C’est d’ailleurs ce que nous vous invitons à faire, vous aussi, dans nos colonnes, lorsque vous aurez fait le même travail d’apaisement et de réconciliation. Nul n’est obligé de s’imposer quotidiennement la lecture de notre prose s’il ne l’aime pas.

      Fraternellement

      Franck Fouqueray
      Directeur de la publication
      450.fm

    • Cher Merlin75,
      Vous écrivez :
      « Quand on commence par dire que le Grand Orient est l’obédience la plus ancienne, c’est déjà une fakenews historique. »
      Nous nous permettons donc cette mise au point, en sachant qu’il est communément admis, dans le paysage maçonnique français, cette chronologie quant aux dates de fondation des Obédiences :
      1773 – Grand Orient de France
      1893 – Le Droit Humain
      1894 – Grande Loge de France.
      1913 – Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et les Colonies Françaises devenue, en 1948, Grande Loge Nationale Française.
      1945 – Grande Loge Féminine de France,
      1958 – Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra
      1965 – Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm
      1968 – Loge Nationale Française devenue, en 2018, Loges Nationales Françaises Unies
      1973 – Grande Loge Mixte Universelle
      1973 – Grande Loge Indépendante et Souveraine des Rites Unie
      1974 – Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal
      1982 – Grande Loge Mixte de France
      2012 – Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française

      Par ailleurs, nous apportons à nos lecteurs, afin d’étayer cette « frise historique », les éléments suivants :

      – L’adoption de l’appellation Grand Orient de France en 1773 marque une étape importante dans le processus de construction progressive de cette Obédience. Le GODF trouve son origine en 1728 par la désignation du duc de Wharton comme premier Grand Maître des Francs-Maçons en France. La constitution de Loges en une première forme obédientielle en 1737, engagea la progression vers la forme aboutie de 1773 qui inscrit la fédération de la Franc-Maçonnerie française au cœur de la période des Lumières.

      – Cette étape fut franchie par la transformation de la première Grande Loge de France en un « Grand Orient » qui en est continuation. Elle marque le caractère libéral et adogmatique de l’obédience qui s’illustre par l’abolition de la propriété de la patente par le seul Maître de la Loge, la renonciation aux fonctions ad vitam et la pratique de l’élection pour les fonctions tenues dans les Loges.

      – Ainsi à l’expression de Pierre Mollier, bibliothécaire et historien français, spécialisé en maçonnologie, directeur de la bibliothèque du Grand Orient de France et conservateur du musée de la franc-maçonnerie, mais également rédacteur en chef de la revue d’études maçonniques « Renaissance Traditionnelle », qui nous explique qu’« au XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie était l’école du soir de la démocratie », nous pouvons nous pouvons ajouter son rôle de sentinelle de la République pendant la période de fort engagement de ses membres dans la société et pour la période contemporaine celle de porteuse de l’espérance universaliste de préservation de la nature et de l’humain. »

      – Rappelons aussi que le GODF, dispose d’un « Premier saut de 1773 » prouvant l’ancrage de cette Obédience au cœur des Lumières. Après analyse, il s’avère qu’il s’agit probablement des armoiries de l’obédience, qui firent fonction de saut par impression dans le premier registre de la Chambre d’Administration en 1773.

      – Retenons que la permanence de la symbolique maçonnique du GODF est signalée au travers de trois dates : 1728, 1773 et 2023 (commémoration de l’anniversaire de la fondation du GODF). Ce sont les étapes marquantes de son développement qui sont l’arrivée de la franc-maçonnerie en France, celle de sa constitution en Obédience structurée et enfin la période contemporaine.

      Cher Merlin75, nous attendons donc que vous développiez votre argumentation mais aussi que vous nous donniez vos sources.
      Si vous bénéficiez de documents d’archives non connus à ce jour, faire œuvre de transmission permettrait d’éclairer nos Sœurs et Frères cherchants…

      Avec toute notre fraternelle affection.
      Yonnel Ghernaouti
      Directeur de rédaction

  7. Tout à fait d’accord avec Merlin 75.
    L’intention même de cet article est nauséabonde.
    C’est bien plus du Voici que du Le Monde.
    C’est article c’est juste une attaque en règle avec le but d’humilier une sœur, en révélant par celà même son identité maçonnique et donc en violent le secret d’initiation.

    Et après ça se permets de donner des leçons d’Arts Royal !!!

    • Cher Jonathan,
      Puisque vous semblez en parfait accord avec Merlin75, nous vous invitons à découvrir la réponse qui lui a été faite, car elle s’adresse de facto à vous aussi.
      Si vous êtes Franc-maçon, vous devez certainement vous rappeler de vos enseignements du second degré et plus particulièrement, celui qui concerne le pas de côté ?

      Peut-être aurait-il été utile de le pratiquer pendant que vous lisiez dans son intégralité notre article ! Cela vous aurait évité de vous perdre en accusations infondées. Au delà de la passion de colère qui semble vous avoir habité durant cette lecture, vous auriez pu vérifier que nous n’avons rien dévoilé du tout. Nous n’avons fait que de commenter un article de la presse du Cantal dans laquelle, Laurence Taillade a décidé de se dévoiler pour dénoncer la Loge d’Aurillac qu’elle n’avait pas aimé (et peut-être réciproquement).

      Ainsi, vous pouvez constater que nous ne sommes absolument pas motivés par un quelconque esprit de dénigrement ou de dénonciation. A la rédaction, nous avons été interpelés par la présentation qu’elle fait d’une certaine maçonnerie, qui en réalité, nous semble être tout simplement un problème qui ne touche qu’elle-même.

      Visiblement, vous êtes quelques-uns à souffrir de « victimite aiguë ». C’est probablement un signe des temps modernes. Ou peut-être alors une nouvelle tendance en Franc-maçonnerie à vouloir contester toute autorité et souhaiter redéfinir toutes les lois qui la constituent.

      On ne peut évidement pas plaire à tout le monde et comme le disait Sacha Guitry : « Plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui ».

      Fraternellement

      Franck Fouqueray
      Directeur de la Publication
      450.fm

  8. Lorsque je suis entré en FM, mon parrain de coeur m’a dit qu’inéluctablement, je serai déçu par des Franc-maçons (et ceci s’est vérifié) mais jamais par la FM. Persévérance…
    Ce qui me heurte est le non paiement des capitations. Sans doute que notre soeur ignore que son atelier continue à régler pour elle : son loyer, sa redevance à la Province etc. et ceci tant qu’elle n’a pas démissionné ou tout au moins, tant qu’elle n’a pas demandé son retrait temporaire.
    Les FF de sa Loge mère ont eu beaucoup de bienveillance en n’engageant pas à son encontre une procédure de radiation.

  9. Laurence taillade me fait penser à ces parisiens qui débarquent dans un bled de province en faisant une remarque désobligeante à l’épicière de ne pas trouver dans la supérette du patelin le produit qu’ils ont l’habitude d’acheter dans leur supermarché de Paname… pas de mixité au rite français au GODF ? Que diable, prenez donc de la mixité au REAA au DH pour vous nourrir !

  10. Extrait d’un article de Slate qui traite du recrutement des femmes au sein des meilleurs orchestres philharmoniques.

    ” Ce parcours du combattant fait de l’orchestre philharmonique de Vienne un ensemble unique, prestigieux, exigeant, et peut-être l’un des meilleurs orchestres au monde. Fondé en 1842, il a subi quelques évolutions, notamment à travers les chefs qui venaient le diriger, mais la plus importante reste probablement l’ouverture aux femmes en 1997 “.

    155 ans pour accepter une musicienne comme quoi il n’y a pas que la Franc-maçonnerie qui a des difficultés a accepter la mixité …

    Lire le post de Slate :
    https://www.slate.fr/story/155816/orchestre-philharmonique-vienne-musiciennes#:~:text=En%20février%201997%2C%20après%20de,musicienne%2C%20la%20harpiste%20Anna%20Lelkes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES