mer 24 juillet 2024 - 23:07

L’étoile flamboyante à contempler ou à suivre en Franc-maçonnerie ?

Quand ils aperçurent l’étoile, ils furent saisis d’une très grande joie.

MATHIEU 2,10

Figurant déjà parmi les graffitis néolithiques, l’étoile apparaît, dans la mythologie égyptienne, comme représentant Isis, déesse du mariage et de la famille. Sur le plafond des tombeaux royaux, elle indiquait le monde où séjournaient les dieux. Le hiéroglyphe égyptien qui désigne l’au-delà est une étoile à 5 branches. Lorsque Pharaon, considéré par le peuple comme un dieu vivant, rejoignait au crépuscule de sa vie l’Orient éternel, une nouvelle étoile était censée s’allumer dans le ciel. En Égypte, il n’y eut jamais d’autres formes d’étoiles que celles à cinq branches.

Au IVe siècle av. J.-C., elle sera utilisé pour orner les sceaux de la ville de Jérusalem. À la même époque, il orne également les monnaies de nombreuses autres villes du bassin méditerranéen.

Dans la mythologie grecque, l’étoile flamboyante possédait une valeur thérapeutique en tant que pantalpha de la vie et de la santé. Les pythagoriciens faisaient figurer les lettres YGEIA, formant le nom de la déesse Santé, à chacune de ses pointes? L’utiliser en guise de signature, c’est souhaiter bonne chance et santé au destinataire de la lettre.

Les pythagoriciens choisirent l’étoile à cinq branches pour emblème et en firent le centre de leur méditation. Ils traçaient le pentagramme étoilé d’un seul trait continu (mais il est classique de le tracer à l’aide d’un compas et d’une règle). L’adoption de ce symbole est directement liée à l’observation de la planète Vénus, l’étoile du berger, le troisième objet naturel le plus brillant du ciel (après le Soleil et la Lune) qui peut être vu même de jour.  

L’étoile flamboyante est figurée par la coupe d’Hermès, le vase cosmogonique de Platon, l’urne des anciens mystères, l’emblème de la matrice universelle ; elle contient le feu illuminateur et générateur, symbole de la gnose qui n’est pas la connaissance dans le sens commun de ce terme mais une compréhension de la cause et du processus de la vie du monde.

Dans l’iconographie symbolique, l’étoile sert à désigner aussi bien la conception que la naissance. La Vierge est souvent représentée nimbée d’étoiles. Quant au Fils, l’étoile lui est parfois associée spécifiquement avec ses cinq blessures : ses deux mains, ses deux  pieds perforés, plus la perforation de son côté par la lance du soldat. Ce concept se reflète dans une image du  XVIe siècle créée par Valeriano Balzani (il fut secrétaire du cardinal Jules de Médicis, connu comme pape ClémentVII) dans son Hieroglyphica, sive, De sacris Aegyptiorvm literis commentarii (ce livre présente in fine un index étonnamment remarquable). 

Plus que tout autre polygone régulier, l’étoile à cinq branches inscrite dans le cercle est représentative des lois de l’harmonie, symbolisant le macrocosme et le microcosme.

Je vous invite à lire le développement très érudit sur le sujet de la quintuple forme par François Secret et Jean-Pierre Laurant, Pentagramme, Pentalpha et Pentacle à la Renaissance.

La terminologie Blazing Star (étoile flamboyante) apparaît vers 1700 dans le Manuscrit Sloane 3329 (p.48). Elle est même considérée comme un des trois bijoux de la Loge avec le square pavement (la pierre cubique) et le Danty tassley (bordure dentelée ?).

L’étoile flamboyante, permanence de l’idéal, light of Gospel, se présente sous la forme d’un cercle rayonnant, avec en son centre un G (Lettre) comme illustrée dans le Dialogue de Simon and Philip  de 1740 (p23).

Sur les tableaux de loge de compagnon, près des deux luminaires, on trouve un pentagramme pouvant représenter les cinq autres planètes de l’astronomie traditionnelle : Saturne, Mercure, Jupiter, Vénus et Mars. Pour les Rosicruciens, l’interprétation est que les cinq pointes du pentagramme sont les caractères romains correspondant aux lettres qui épellent le nom mystique Yeheshua.

Dans certains rituels, après les cinq voyages, il est demandé au compagnon de CONTEMPLER l’étoile flamboyante.

L’infini recule indéfiniment devant celui qui marche à sa conquête, il se donne à celui qui le regarde sans avancer. En ce sens, dans l’immobilité de la contemplation, «l’étoile divine est intérieure et invisible ; elle éclaire l’âme du voyageur et non le chemin où il marche ; elle nous donne assez de foi pour aller au-delà de tout, mais elle ne dispense de rien»,(Gustave Thibon, L’ignorance étoilée). Alors, l’étoile n’est pas un astre mais une représentation héraldique de la divinité. « Le feu central et l’étoile inaccessible ne font qu’un. Ne peut me pénétrer à fond que ce qui me dépasse à l’infini. L’intimité absolue a pour corollaire la distance incommensurable. Dieu est à la fois le centre et l’au-delà de tout. » Cette étoile flamboyante correspond à la vision intérieure avec l’œil du cœur. Voir avec l’œil intérieur signifie connaître ; le flamboiement étant la lumière à l’œuvre. Le compagnon s’assimile symboliquement à l’étoile flamboyante s’il devient ce qu’il voit, un feu ardent.

De même, dans le Catéchisme ou instruction pour le grade d’adepte ou apprenti Philosophe sublime et inconnu, rédigé par le Baron de Tschoudy, il est expressément expliqué à propos de l’étoile flamboyante : D.8. Quelle idée me donnerez-vous de la nature ? R. Elle n’est point visible, quoiqu’elle agisse visiblement, car ce n’est qu’un esprit volatil, qui fait son office dans les corps, & qui est animé par l’esprit universel, que nous connaissons en Maçonnerie vulgaire, sous le respectable emblème de l’Étoile Flamboyante. « D9. Que représente-t-elle positivement ?  R. Le souffle divin, le feu central et universel, qui vivifie tout ce qui existe.»

REAA. La place de l’étoile flamboyante est modifiée dans le temple au 3ème degré, elle est à l’occident ; elle était [normalement] à l’Orient au 2ème  degré. Lors de la marche à reculons de la cérémonie d’élévation au 3ème degré, il peut être ainsi dit dans le rituel : Compagnon contemplez l’étoile flamboyante qui vous fait face.

Il n’y a pas de contemplation de l’étoile Flamboyante durant une cérémonie maçonnique du Rite Anglais Style Émulation. Par contre, il y a bien la présence de l’étoile Flamboyante sur le Tableau de Loge du 1er Grade.

La contemplation d’une étoile serait « Voir de l’intérieur de l’être pour le projeter aussitôt à l’extérieur afin d’en révéler le secret aux autres. »

Mais on trouve aussi cette admonition : « Va, et que l’Étoile flamboyante illumine ton CHEMIN. »

Au Moyen Âge, l’étoile flamboyante constituait un symbole important des guildes de maçons. L’étoile, marque forte du compagnonnage, fut le point de convergence des chemins de Saint Jacques en un petit village dont le nom espagnol est significatif, La Estella. Pour le pèlerin comme pour le compagnon, la route aux étoiles, chemin partant de Paris et aboutissant à ce village.

En évoquant un chemin, il ne s’agit donc pas d’une contemplation nocturne mais d’une mise en progression de l’être. En découvrant l’étoile, le compagnon voit un chemin tracé par elle. Elle peut-être le flambeau de la connaissance qui perce les ténèbres les plus profondes. Mais pour le croyant, comme on le trouve dans Le maçon démasqué…elle marche devant nous, semblable à cette colonne de feu qui brilla pour guider le peuple dans le désert“(p.43).

Pour Jung, l’étoile est un symbole du soi, c’est-à-dire de la plénitude  psychique que la gnose psychologique est supposée permettre d’atteindre. Car la route rentre pour ainsi dire dans le voyageur, et le transforme. Plus encore : la voie est toute intérieure : elle consiste dans cette transformation du voyageur. “Les rites initiatiques se veulent Initium et télété représentant les deux aspects de la démarche initiatique maçonnique. L’un est la mise en chemin, l’autre, le chemin et le but. L’initiation maçonnique est un moment/passage (ou plusieurs) et un processus dans la durée (très variable, voire sans fin sur la terre) qui font sens, à la fois comme signification et direction.” Ainsi en parle Yves Hivert-Messeca dans son article L’initiation maçonnique entre tradition et modernité. N’oublions pas que ce chemin est collectif tant en tenue que dans le monde profane !

Un extrait de la réception au degré d’Intendant des bâtiments, donne une autre interprétation morale de l’étoile. Q. Pourquoi l’Étoile n’a-t-elle que cinq rayons ? R. Cela fait allusion aux cinq ordres d’architecture dont on fit usage pour la construction du Temple, aux 5 points de la fidélité, aux 5 sens, pour que l’homme soit parfait, aux 5 lumières de la maçonnerie et aux 5 parties du monde habitées par les maçons. Q. Quels sont les cinq points de la fidélité ? R. D’agir, d’intercéder, de prier, d’aimer et de secourir ses Frères.

L’étoile est contenue dans le volume de la pierre cubique, elle apparaît quand la pierre est fendue sub ascia.

« J’ai vu l’étoile flamboyante », c’est ainsi que s’identifie un compagnon franc-maçon. Et voilà que la nuit et la lumière s’enlacent dans une présence scintillante à la verticale, mais n’oublions pas que le jour éteindra presque toutes les étoiles. Restera à parcourir, dans l’horizontalité de l’altérité, le chemin de lumière entrevu .

1 COMMENTAIRE

  1. bonjour
    dans certains rituels à la contemplation de l’étoile flamboyante, on diffuse la chanson de BREL : “la quête ” qui clôture parfaitement la cérémonie.
    merci pour vos articles.
    salutations fraternelles.
    JLV

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solange Sudarskis
Solange Sudarskis
Maître de conférences honoraire, chevalier des Palmes académiques. Initiée au Droit Humain en 1977. Auteur de plusieurs livres maçonniques dont le "Dictionnaire vagabond de la pensée maçonnique", prix littéraire de l'Institut Maçonnique de France 2017, catégorie « Essais et Symbolisme ».

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES