jeu 01 décembre 2022 - 22:12

Qu’est-ce que la franc-maçonnerie en Italie ?

De notre confrère italien ilpost.it

Elle existe depuis des siècles et son histoire a été mêlée à certaines des transactions les plus sombres de l’histoire italienne, mais elle exerce toujours un certain charme aujourd’hui.

Les membres de la franc-maçonnerie en Italie sont plus de 40 000 et leur nombre ne cesse de croître depuis quelques années. Les membres du Grand Orient d’Italie (GOI), la principale obédience (c’est le nom des associations maçonniques), sont actuellement 23 mille. Il y en avait 4 000 dans les années 1960, 12 600 en 1998, 18 100 en 2007. Aujourd’hui, la moyenne des nouvelles demandes d’admission est de 1 000 à 1 500 par an. Dans le Grand Orient d’Italie les femmes ne sont pas admises, car pour elles il existe une organisation féminine, les Etoiles d’Orient, composée principalement d’épouses et de compagnes de francs-maçons affiliés au Grand Orient d’Italie.

La deuxième plus grande obédience est la Grande Loge d’Italie des anciens maçons libres acceptés qui compte environ 9 000 membres. C’est une obédience mixte : les femmes, qui représentent 34% des affiliés, peuvent gravir tous les échelons de l’échelle dite initiatique jusqu’au plus haut niveau, soit 33. Il n’y a pas de données précises mais la Grande Loge assure que la les questions des femmes se multiplient. La troisième communion (un autre terme désignant l’obéissance) la plus répandue en Italie est la Grande Loge Régulière d’Italie , née d’une scission du GOI : elle compte 2 500 affiliés.

Il existe également des dizaines d’associations maçonniques mineures. Pour n’en nommer que quelques-uns : Centre d’Activités Maçonniques Acceptées ; Grande Loge Unie d’Italie; Grande loge nationale la plus sereine des anciens maçons libres acceptés ; Grande Loge Féminine d’Italie (ouverte uniquement aux femmes); Grande Loge Maçonnique Générale; Grand Orient Italien de Stricte Observance; Ordre symbolique de rite égyptien.

Si jusqu’à il y a quelques décennies, la franc-maçonnerie apparaissait souvent dans l’actualité, devenant même parfois centrale dans l’interprétation des nouvelles et des phénomènes, c’est aujourd’hui une forme d’organisation apparemment marginale pratiquement inconnue de beaucoup, surtout des plus jeunes. Pour ceux qui sont éloignés du monde de la franc-maçonnerie, il est difficile de s’orienter parmi des dizaines de termes, rites initiatiques, symboles, serments, qui paraissent facilement ridicules. Les obédiences maçonniques ont aujourd’hui des sites Internet, elles sont présentes sur les réseaux sociaux mais en même temps elles continuent d’avoir le secret comme principe fondamental.

Les mêmes raisons pour lesquelles les gens adhèrent encore à la franc-maçonnerie aujourd’hui ne sont pas si claires, et ceux qui l’étudient les ramènent à deux types d’intérêts différents. « Le secret, les rites traditionnels immuables, la possibilité de vivre une expérience complètement distante et séparée du monde dit profane, c’est-à-dire non-maçon, exerce encore beaucoup de charme » dit Massimo Rizzardini, qui a écrit le livre All ‘Oriente d ‘ sur la franc-maçonnerie. Italie. Les fondements secrets des relations entre l’État et la franc-maçonnerie .

« C’est un monde absolument différent et opposé à celui où tout est partagé, filmé, photographié, communiqué via les réseaux sociaux. La franc-maçonnerie a survécu pendant des siècles aussi parce qu’elle est toujours restée fidèle à ses rites, à ses formules qui la font ressembler, avec tout le respect et toutes les proportions, à un grand jeu de rôle ».

Les raisons de devenir maçons peuvent être diverses, et sont souvent présentées de manière très différente par ceux qui en font partie, et ont donc une opinion plus bienveillante et absolutiste, et par ceux qui étudient le phénomène de l’extérieur. Ferruccio Pinotti, auteur du livre Masonic Power. La fraternité qui commande l’Italie : politique, finance, industrie, médias, justice, crime organisé , se concentre, par exemple, sur les raisons qui remontent aux aspects les plus opaques, voire louches, de ce type d’organisation.

« La plupart des francs-maçons sont constitués de pigistes issus de nombreux domaines. Il s’agit de réseautage pur, de relations. La grande présence de loges qui existe dans toute la réalité italienne constitue un formidable outil de connaissance. La fraternité n’est pas seulement étude et épanouissement personnel mais c’est aussi une entraide concrète dans le travail, dans la profession et puis dans ses formes les plus perverses elle peut devenir un instrument d’affaires immondes ». Derrière la triple étreinte, la salutation typiquement franc-maçonne, il y aurait, selon Pinotti, surtout une rencontre d’intérêts.

Dans le livre Masonic Power , les propos de la chercheuse Eleonora Salina sont cités : « parmi les raisons d’entrer en franc-maçonnerie, le besoin de spiritualité et la recherche de réponses aux questions existentielles occupent certainement encore une place digne de considération. Mais des réponses [ à une série de questions posées par le chercheur aux francs-maçons et anciens francs-maçons, ndlr ]  il ressort qu’un autre motif d’entrée est la volonté de faire des affaires, de tenter des évolutions de carrière en entrant en contact avec une série de personnes qui peut aider dans ce sens ». 

Rizzardini admet qu’« il est tout à fait clair que l’appartenance à la communion maçonnique peut favoriser les relations entre ceux qui, pas par hasard, s’appellent frère ». Mais il estime qu’il ne faut pas « confondre cette relation de fraternité avec une relation d’intérêt et de convenance. Bien sûr, rien n’empêche les affiliés d’aider un autre membre de la communion maçonnique, mais exactement comme cela se passe dans n’importe quelle association ». Rizzardini estime donc que les perspectives « d’approfondissement des questions culturelles, ésotériques, philosophiques, scientifiques, historiques et actuelles, principalement de notre monde, celui de l’Occident, sont d’une plus grande importance ».

Ce sont deux aspects différents de la franc-maçonnerie, probablement tous deux vrais à leur manière : d’une part, la franc-maçonnerie (autre nom de la franc-maçonnerie) est vue et racontée comme une société initiatique et philanthropique, d’autre part elle reste intrinsèquement une organisation qui, derrière le bouclier du secret, il noue des relations avec le monde dit « profane », c’est-à-dire extérieur, pour les intérêts de ses affiliés. Et parfois, pour ces intérêts, la frontière entre la légalité et l’illégalité a été franchie. 

Selon Pinotti, la franc-maçonnerie est l’une des deux grandes « structures systémiques » qui se disputent historiquement le pouvoir en Italie : d’une part, celle des francs-maçons, avec une forte présence dans le temps en Italie de 300 ans ; de l’autre, celle de l’Église catholique, puissance forte par excellence.

L’entrée du siège du Goi à Milan (Photo LaPresse – Mourad Balti Touati)

Les loges maçonniques sont nées au Moyen Âge, à partir des corporations, ou corporations de maçons. Le nom dérive du maçon français  qui signifie maçon. Les loges sont les groupes individuels qui composent l’obéissance. Comme l’écrit Antonella Beccaria dans le livre Les secrets de la franc-maçonnerie en Italie, « Le mot loge apparaît pour la première fois en 1278. Il est contenu dans les papiers qui dressent les plans d’une abbaye française et identifient une sorte de casemate, un entrepôt où étaient entreposés outils et matériaux de construction (…) ils rassemblait maîtres, tailleurs de pierre, apprentis et toujours ici on discutait, planifiait, étudiait et élisait l’architecte. Il représentait une zone libre, indépendante du pouvoir territorial des seigneurs féodaux, des évêques ou des nobles qui régnaient dans cette région. C’est pourquoi les maçons qui se pressaient autour des chantiers et des loggias sont définis comme libres ». La franc-maçonnerie est donc née des corporations de tailleurs de pierre et de bâtisseurs.

C’est au XVIIIe siècle que la franc-maçonnerie commence à se transformer d’une corporation regroupant des groupements d’artisans et de maîtres maçons en une association d’études où sont également abordés de grands thèmes philosophiques. La naissance de la franc-maçonnerie moderne remonte à 1717 lorsque les loges des maçons anglais se sont regroupées en une seule loge, la Grande loge, également ouverte aux personnes extérieures à la soi-disant « maçonnerie ». Au fil du temps, la Grande Loge, et les loges qui suivirent, abandonnèrent complètement la connotation opérationnelle pour se consacrer à des intérêts culturels et d’études.

En 1723 furent rédigées les constitutions qui devinrent en pratique les lois de la franc-maçonnerie. Les Constitutions imposaient aux affiliés de ne pas traiter de questions politiques et religieuses et de toujours respecter les règles des pays auxquels ils appartiennent. La franc-maçonnerie (une autre définition qui désigne la franc-maçonnerie) s’est rapidement implantée dans les élites aristocratiques et dans les classes militaires, mais elle est également devenue un lieu de rencontre symbolique pour des personnes qui discutaient ouvertement. La société civile de l’époque se formait dans les loges. Depuis l’établissement de la Grande Loge en Angleterre, les francs-maçons se heurtent à l’Église catholique : en 1738 le pape Clément XII établit, sous peine d’excommunication, l’interdiction d’affiliation à la confrérie (autre terme pouvant remplacer la franc-maçonnerie).

L’intérêt de la franc-maçonnerie pour la politique a commencé à se manifester à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Les francs-maçons ont commencé à s’intéresser aux lois et aux gouvernements et à tenter d’intervenir dans les processus décisionnels de leur propre pays. Dans de nombreux pays, l’obéissance a défié le pouvoir des dirigeants en faisant avancer des idéaux égalitaires. 

En Italie les premières loges voient le jour en 1730-1740, tandis que la naissance officielle du Grand Orient d’Italie est datée de 1805. Le grand maître est alors le vice-roi d’Italie, Eugenio di Beauharnais : Ugo Foscolo fait également partie de sa loge. La franc-maçonnerie italienne s’identifie aux classes dirigeantes libérales au XIXe siècle : lorsque la Grande Loge d’Italie voit le jour en 1908, elle est très active politiquement et se fixe comme objectif déclaré la modernisation et la sécularisation du pays. Contre la politisation excessive des loges, cependant, naissent aussi des courants plus spiritualistes, concentrés sur les études théosophiques et qui considèrent l’intérêt politique comme une dégénérescence. 

En 1925, ce que Benito Mussolini appelait des « lois très fascistes » interdisait effectivement la franc-maçonnerie en Italie. La franc-maçonnerie s’est reconstituée en 1944, assumant depuis lors un rôle fondamental et souvent conditionnant dans l’économie et la politique, jusqu’à la dégénérescence des années 70 et 80 et le scandale de la loge P2.

La  loge Propaganda 2 , plus connue sous le nom de P2, a été fondée dans le Grand Orient d’Italie par Licio Gelli : les listes secrètes des membres ont été découvertes dans sa villa de Castiglion Fibocchi, dans la province d’Arezzo, en mars 1981. L’ordre de recherche a été signé par les juges d’instruction milanais Gherardo Colombo et Giuliano Turone qui enquêtaient sur l’enlèvement présumé du banquier lié à la mafia, Michele Sindona .

La loge P2 comprenait des membres politiques, des hauts gradés militaires, des journalistes, des agents des services secrets et des acteurs importants de la finance. En plus d’être couverte (les membres ne figuraient pas sur les listes officielles du Grand Orient d’Italie), la loge P2 était subversive : l’objectif poursuivi était de conditionner et d’orienter, par tous les moyens, les décisions de l’État et de contrôler le gouvernement de la République. La loge a développé ce que Gelli a appelé le «plan de relance démocratique»: son objectif ultime était la formation d’un gouvernement marqué par l’autoritarisme.

Des enquêtes ultérieures ont révélé que P2 avait joué un rôle important dans la stratégie de tension et dans la conception et l’organisation de certains des massacres qui ont eu lieu en Italie entre les années 1960 et 1980. Les membres du P2 étaient Silvio Berlusconi et Maurizio Costanzo, Vittorio Emanuele di Savoia, le chef du Bureau des affaires confidentielles du ministère de l’Intérieur Federico Umberto D’Amato, les banquiers Michele Sindona et Roberto Calvi , le directeur du Corriere della Sera Franco Di Bella et l’éditeur Angelo Rizzoli, les hommes politiques Enrico Manca, Fabrizio Cicchitto, Pietro Longo, Emo Danesi, Publio Fiori, Silvano Labriola. La liste des membres a été rendue publique par la présidence du conseil le 21 mai 1981. 

Licio Gelli a été expulsé du Grand Orient d’Italie et la loge P2 a été dissoute. Cependant, ce n’était pas une loge née de rien : sa création avait été autorisée par les dirigeants du Grand Orient d’Italie. Le scandale P2 a été suivi d’autres ainsi que de nombreuses enquêtes judiciaires ces dernières années qui ont mis au jour des liens entre francs-maçons et organisations criminelles. Pourtant la confrérie continue d’attirer de nouveaux membres et d’exercer un charme considérable, même dans des tranches d’âge insoupçonnées.

Le nombre de membres italiens de la franc-maçonnerie est loin de celui des pays dans lesquels la franc-maçonnerie s’est de plus en plus enracinée, comme le Royaume-Uni, où la Grande Loge d’Angleterre compte à elle seule 200 000 membres et 6 800 loges, la France (150 000 membres), le Canada (70 mille) ou aux États-Unis où l’on compte même 1,3 million de francs-maçons (mais ils étaient 2 millions dans les années 1990). Cependant, le nombre de francs-maçons italiens est supérieur à celui d’autres pays comme l’Allemagne et l’Espagne, et surtout la franc-maçonnerie italienne attire de nouveaux affiliés malgré le fait que ces dernières décennies, les enquêtes de la justice ont fait ressortir des côtés sombres et dangereux dans de nombreuses loges. . Dans divers cas, des liens ont été prouvés entre les loges maçonniques et la Camorra, la mafia et la ‘Ndrangheta.

La région italienne avec le plus grand nombre de loges maçonniques est la Toscane, et Florence est la ville où vivent le plus de maçons, environ 2 mille. Il y a un franc-maçon pour 183 habitants. Après Florence vient Turin, puis Rome et Milan. Les données sont contenues dans le livre de Pinotti.

Le symbole de la loge Ausonia à Turin, l’une des plus anciennes d’Italie (© SILVIO FIORE / LAPRESSE)

Les chiffres officiels ne comprennent pas les loges dites couvertes qui regroupent des personnes qui ne veulent pas faire savoir qu’elles font partie de la franc-maçonnerie. Ce sont souvent des personnages très en vue, dont les noms ne sont inscrits dans aucune liste mais sont seulement « dans l’oreille »: c’est ainsi que sont les francs-maçons dont le nom n’est connu que du Grand Maître, ou Vénérable Maître, le chef de la loge. identifié. Les loges couvertes sont agréées par la confrérie et font partie de l’histoire de la franc-maçonnerie. Mais il y a aussi les loges dites parasites, c’est-à-dire des loges non autorisées et non reconnues par les confréries officielles : en Italie elles seraient même 200, parfois créées pour favoriser des intérêts criminels.

Licio Gelli (Ansa)

La tranche d’âge entre 40 et 60 ans constitue la principale composante parmi les adhérents de la franc-maçonnerie italienne (environ 40%). Le deuxième groupe est celui des 60 ans et plus. Au Grand Orient d’Italie 6% des membres ont entre 18 et 25 ans, tandis qu’à la Grande Loge le groupe le plus jeune représente 9%. La tranche d’âge entre 25 et 40 ans représente 22% des membres du GOI et 25% de la Grande Loge.

L’image de la franc-maçonnerie n’est souvent associée qu’à des personnalités célèbres ou à des personnalités historiques éminentes. En réalité ce n’est pas le cas, car n’importe qui peut appartenir à la franc-maçonnerie. Il est vrai que Mozart, Garibaldi, Foscolo étaient des francs-maçons, pour n’en citer que quelques-uns, mais à côté d’eux il y avait de petits artisans, des gens de toute origine.

Dans la loggia du Palazzo Giustiniani (ainsi, de son siège romain historique, le Grand Orient d’Italie est indiqué), les ouvriers ne représentent aujourd’hui que 2%, les enseignants 20%, les employés 11%, les indépendants 30%, les entrepreneurs 15%, les retraités 22 %. Dans la Grande Loge, communément appelée Piazza del Gesù, où elle est basée, les indépendants sont 45%, dans la Grande Loggia régulière d’Italie, ils sont 42%. Quant aux diplômes, les données sont plus ou moins homogènes pour les trois obédiences : environ 25 % des inscrits ont un diplôme d’études secondaires, 70 % sont diplômés, tandis que 5 % n’ont terminé que le collège. .

Le siège actuel du Grand Orient d’Italie, villa il Vascello, à Rome (Photo Goi)

Approcher le monde de la franc-maçonnerie, c’est aborder un langage bien particulier. L’ agape est par exemple la réunion conviviale des francs-maçons, l’ apprenti est le premier degré acquis après affiliation, être brûlé entre les colonnes  signifie être expulsé avec indignité, l’ exeat est l’autorisation de passer d’une loge à l’autre, le tableau d’accusation  est le série d’accusations dans un procès maçonnique. On n’arrête pas d’être maçons, ceux qui quittent la franc-maçonnerie vont dormir . Lorsqu’un franc-maçon meurt, il se rend dans l’ Orient éternel . L’année maçonnique ne va pas de janvier à décembre mais de mars à février, en observant la tendance du zodiaque. 

Pour comprendre le monde de la franc-maçonnerie, il est utile de connaître son premier rituel, c’est-à-dire l’affiliation. C’est un rituel long et complexe, composé d’anciens symboles et formules qui paraissent incompréhensibles et qui finalement rappellent toujours le même concept : la fraternité, la défense des autres affiliés, le partage de secrets qui ne peuvent être révélés. Le candidat à entrer dans une loge arrive au temple (le nom ronflant avec lequel le siège est indiqué) au jour fixé, à l’heure symbolique de midi, et est confié au Maçon qui a la position de maître préparatoire expert, qui lui bande les yeux et le prive des objets métalliques et de l’argent qu’il a sur lui.

L’enseignant préparatoire expert prononce la phrase « Je suis votre guide, faites-moi confiance et suivez-moi ». Le candidat entre dans ce qu’on appelle un cabinet de réflexion, une petite pièce au tapis noir, le bandeau retiré et laissé seul. Peu de temps après, le professeur préparatoire revient et dit au candidat : ​​« Profane, la Société dont tu veux faire partie veut que tu répondes aux questions que je te présente. Vos réponses feront décider à l’Assemblée si vous pouvez ou non être admis ». Le candidat remplit alors une feuille en double exemplaire, avec pour en-tête A : .G : .D : .G : .A : .D : .U :., écrit exactement comme ceci, avec trois points après chaque lettre. C’est l’acronyme de « A la gloire du grand architecte de l’univers ». Les questions sont : Que devez-vous à l’humanité ? Que devez-vous à la Patrie ? Que vous devez-vous ? 

Les réponses constituent le soi-disant Testament et sont ensuite discutées par la loge, qui les approuve ou les rejette, rejetant, dans ce second cas, la candidature. Le profane est alors retiré de sa chemise, laissant l’épaule gauche et le côté libres. La jambe droite est découverte. Le professeur préparatoire explique au profane les raisons de ces gestes rituels. Le flanc gauche est découvert en signe de sincérité et de franchise et signifie selon la tradition « qu’aucun sentiment égoïste ne doit isoler le franc-maçon de ses frères ». La découverte de la jambe droite symbolise plutôt « l’imperfection de l’esprit obscurci par les erreurs, les préjugés et les superstitions ».

On lui fait enlever la chaussure du pied gauche et enfiler une pantoufle : « Cela fait référence à une coutume des Orientaux qui se déshabillaient avant de fouler le sol d’une enceinte sacrée ». Ensuite, le profane se fait passer une corde autour du cou : « La corde symbolise le cordon ombilical qui retient le bébé à sa matrice dans l’effort suprême pour se faire jour. Puis à nouveau le bandeau lui est mis sur les yeux : « Ce bandeau signifie, avec un aveuglement apparent, votre ignorance de la franc-maçonnerie. » Suivent d’autres formules très longues, des phrases récitées, des gestes répétés. À la fin, l’aspirant maçon est admis dans le temple, de forme rectangulaire, décoré en bleu et avec une seule porte qui doit être orientée vers l’ouest. Le vénérable, c’est-à-dire le grand maître de la loge, est assis sur un trône. 

Après que le profane a été introduit dans le temple, un des frères de la loge pointe une épée vers son cœur et le vénérable maître dit : « L’épée qui est pointée dans la direction de votre cœur – toujours prête à punir le parjure – est un symbole de remords qui vous torturera si vous trahissez cette institution dont vous voulez faire partie, ou si vous avez demandé l’admission afin d’utiliser la franc-maçonnerie pour obtenir des avantages sociaux et économiques ». On explique alors à l’aspirant maçon qu’il devra garder le secret de ce qu’il entendra à l’intérieur du temple, qu’il devra pratiquer la vertu, toujours aider ses frères, prévenir leurs besoins, atténuer leurs malheurs. 

A la fin de la longue cérémonie, après d’autres passages symboliques, les membres de la loge se rangent autour du candidat coiffé d’une cagoule, puis pointent leurs épées vers celui qui s’apprête à être initié. Le profane est fait s’agenouiller sur son genou droit, puis le vénérable, descendu du trône, dit : « Je vous initie. Je te maquille. Je fais de toi un apprenti franc-maçon ».

Les mots sont ponctués de traits de la chemise, symbole du commandement maçonnique, sur l’épée. Le vénérable professeur fait lever l’initié, lui fait trois bisous et lui dit « tu es mon frère ». À ce stade, l’initié reçoit deux symboles : un tablier et une paire de gants blancs. La franc-maçonnerie, à ce moment-là, a un nouvel affilié. Toute la cérémonie symbolise le passage d’une vie antérieure à une nouvelle vie. Le tablier, qui pour les apprentis est en cuir blanc (le blanc représente la pureté) était un élément fondamental de l’uniforme des maçons, tailleurs de pierre et contremaîtres.

Un bijou avec les symboles maçonniques de l’équerre et du compas réalisé par un prisonnier de guerre français capturé par les Britanniques pendant les guerres napoléoniennes (Photo de Jack Taylor / Getty Images)

Tout au long de l’histoire, Giordano Bruno, Napoleone Bonaparte, Camillo Benso comte de Cavour, Niccolò Paganini, Cesare Beccaria, Giovanni Pascoli, Gabriele D’Annunzio, Enrico Fermi, Giosuè Carducci, Carlo Collodi, Ugo ont subi ce rituel. Mais aussiRobert Stephenson Smyth Baden-Powell, fondateur du Scoutisme, Buffalo Bill, Sigmund Freud, Mustafa Kemal Ataturk, fondateur de la Turquie moderne, l’entrepreneur Henry Ford, l’aviateur Francesco Baracca, l’astronaute John Glenn, les acteurs John Wayne, Clark Gable, Totò, Gino Cervi, Oliver Hardy, l’amiral britannique Horatio Nelson, le révolutionnaire vénézuélien Simon Bolivar, le maire de New York Fiorello La Guardia, Benjamin Franklin. Le franc-maçon était le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, et de nombreux présidents américains étaient des francs-maçons, dont George Washington, Theodore Roosevelt, Franklin Delano Roosevelt, Gerald Ford. 

C’est l’union entre tous les membres, leur relation, qui crée la puissance de la franc-maçonnerie. Dans une loge moderne, vous pouvez rencontrer le directeur d’un journal, le chef d’une grande entreprise, un général des carabiniers et le secrétaire d’un parti politique. Ce qu’ils disent lors des réunions maçonniques reste secret par règle. La conséquence est que la fraternité, avec ses réunions de pouvoir, a en quelque sorte influencé et influence encore la politique, la finance, l’économie, les affaires. Pinotti dit : « La franc-maçonnerie est le pouvoir fort qui lie depuis plus de trois siècles les hautes fonctions de l’État et les rôles clés de la politique et de l’économie, le ciment invisible qui unit des figures apparemment éloignées ». 

Un exemple de pouvoir maçonnique est lié à la montée et à la chute du fascisme. De nombreux Sansepolcrins, soit dix-neuf novices, étaient des francs-maçons, c’est-à-dire ceux qui ont rejoint le fascisme le 23 mars 1919, au moment de sa fondation, sur la Piazza San Sepolcro à Milan. Mussolini puis en 1925 fait promulguer par le parlement une loi sur la discipline des associations, obligeant de facto les obédiences à se dissoudre : les loges italiennes sont reconstruites à l’étranger. Le 25 juillet 1943, lorsque Mussolini est destitué, la plupart des membres du Grand Conseil du fascisme qui votent contre lui sont des francs-maçons.

Que de nombreux politiciens italiens, entrepreneurs, personnalités financières aient été et soient toujours affiliés à la franc-maçonnerie est bien connu. « Un tiers des membres de l’Assemblée constituante étaient des maçons », dit Pinotti : « sur 556 membres, il y avait 185 maçons ». Il s’agissait des francs-maçons Enrico De Nicola, premier président de la République, et Giuseppe Saragat, cinquième président. C’étaient les francs-maçons Giuseppe Garibaldi et probablement Giuseppe Mazzini.

Aujourd’hui, il est difficile de nommer les politiciens maçonniques, et les personnes concernées nient et souvent poursuivent. Les politiciens sont pour la plupart affiliés sur la pointe de l’épée, ou sur l’oreille, c’est-à-dire sans que le nom soit transcrit et avec un degré de secret encore plus grand. En septembre 2014, un éditorial écrit par le rédacteur en chef du Corriere della Sera de l’époque , Ferruccio de Bortoli, a suscité une grande controverse, qui a écrit sur le gouvernement Renzi et le soi-disant pacte nazaréen avec Silvio Berlusconi : della Repubblica, peut-être début 2015 Il conviendrait de connaître tout son contenu réel. Le libérant de divers soupçons (est-ce que cela concerne aussi Rai ?) et, last but not least, de l’odeur renfermée de la franc-maçonnerie ».

Avant les élections de 2018, Stefano Bisi, Grand Maître du Grand Orient d’Italie, a déclaré dans une interview que tous les partis ont nié avoir des maçons sur leurs listes :

Malheureusement en Italie, comme dans d’autres pays, il y a encore un préjugé anti-maçonnique. Comment expliquez-vous que la veille un candidat est fiable, bon et le lendemain, parce qu’il s’avère qu’il est franc-maçon, il n’est plus bon ? Cela me semble un préjugé très fort. 

Bisi a ensuite répondu à la question de savoir quel était le lien entre la franc-maçonnerie et la politique : 

Il peut y avoir un lien dans le sens d’appartenance d’un frère, d’un franc-maçon à un parti, à un mouvement politique. Un franc-maçon n’est pas un citoyen de seconde classe, c’est un citoyen comme tous les autres, des citoyens de seconde classe, une personne qui peut décider de consacrer son temps à la vie publique, à la vie sociale, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Il existe un deuxième niveau de franc-maçonnerie, comme l’explique Pinotti, qui exploite l’utilisation du secret comme moyen de pouvoir échappant au contrôle de l’État. Au fil du temps, cela a favorisé l’établissement de relations avec le monde du crime organisé ou des services secrets déviants et avec le terrorisme, comme dans le cas de P2.

Selon la Commission anti-mafia, il existe plus de 200 loges irrégulières ou illégitimes, souvent infiltrées. « La vérité », dit Rizzardini, « c’est que l’on sait très peu de choses sur la franc-maçonnerie déviante. Les listes P2 elles-mêmes qui ont été trouvées étaient probablement incomplètes. Cependant, chaque confrérie maçonnique doit malheureusement savoir qu’elle peut avoir des phénomènes de déviation interne. Ensuite, il y a un autre aspect qui est celui de la franc-maçonnerie déviée avec une inclination à des fins criminelles. Des organisations telles que la Mafia, la Camorra, la ‘Ndrangheta utilisent la franc-maçonnerie comme couverture pour encourager l’agrégation à d’autres fins ». Selon Rizzardini, il s’agit en tout cas de « cas isolés ».

Le temple du Grand Orient d’Italie à Milan (Photo LaPresse – Mourad Balti Touati)

Pourtant, ces liens existent. Il y a ceux qui font remonter la relation entre la mafia et la franc-maçonnerie à la Seconde Guerre mondiale, lorsque la maçonnerie présente dans les services secrets et les hauts commandements américains et britanniques a utilisé des infiltrés maçonniques italo-américains pour entrer en contact avec la mafia afin de faciliter le débarquement de les alliés en Sicile. « Les prémisses ont alors été créées pour cette relation » déviante, explique Pinotti. « Ensuite, le lien a continué sous le radar et s’est parfois transformé en un dialogue entre des éléments du crime organisé, les soi-disant cols sales, et les mondes de l’économie officielle. »

De nombreux collaborateurs de justice ont soutenu que Matteo Messina Denaro , le chef fugitif de la Cosa Nostra, a eu des contacts fréquents avec des loges maçonniques. Quelqu’un spécule qu’il est lui-même franc-maçon. Stefano Bontade, un autre chef de la mafia, a fondé la loge du Trecento, établissant une alliance organisée entre la franc-maçonnerie et la mafia qui cherchait des canaux de blanchiment d’argent et d’insertion dans les circuits légaux. « Le magistrat Nicola Gratteri », dit Pinotti, « a expliqué qu’en Calabre il y a une réalité, appelée le Saint, qui fait de la relation avec la franc-maçonnerie un fait organique ».

Une loge couverte en soi n’est pas synonyme de loge illégale, ni de membres qui veulent contourner la loi. Pinotti dit : « les loggias couvertes ont toujours existé et existent toujours. Par exemple, on dit que les hauts gradés militaires italiens préfèrent participer à des loges réservées ou couvertes établies à l’étranger, précisément parce qu’ils ne veulent pas que leur nom apparaisse dans une liste italienne ».

Le siège du Goi à Naples. Notez les éléments qui doivent être présents dans le temple : le drapeau national, deux tables, la statue de Minerve, l’œil dans le triangle, l’épée, le candélabre à sept lumières, le soleil qui doit toujours être à droite du Grand Maître. (Gérer)

Le secret, selon Rizzardini, ne doit pas nécessairement être considéré comme un élément négatif : « Le secret est une caractéristique typique de la culture occidentale, toutes les connaissances occidentales en termes d’académies, d’expériences, d’inventions techniques sont caractérisées par le secret. Tout ce que vous vouliez protéger était défini comme secret, qu’il s’agisse d’un savoir ou d’une technique de traitement, même les couleurs de la peinture de la Renaissance étaient tenues secrètes. Ces concepts de garde et de protection ont été hérités de la franc-maçonnerie contemporaine. Le lien du secret n’est rien d’autre que la protection de quelque chose qui doit être gardé et qui ne doit pas apporter d’aspects sinistres. La règle maçonnique est la suivante : dans la société, chacun doit divulguer ce qu’il veut, mais dans le temple, le secret doit être gardé ».

L’article 18 de la Constitution italienne dit : 

Les citoyens ont le droit de s’associer librement, sans autorisation, à des fins qui ne sont pas interdites aux personnes par la loi pénale. Les associations secrètes et celles qui poursuivent, même indirectement, des buts politiques par l’intermédiaire d’organisations à caractère militaire sont interdites.

Mais la franc-maçonnerie n’est pas une association secrète et ses membres ne sont pas tenus de cacher leur appartenance à une loge. Il appartient à chaque membre de décider s’il appartient ou non à la fraternité. Mais il ne fait aucun doute non plus qu’il y a des aspects de l’appartenance à la franc-maçonnerie qui restent nébuleux et occultes. En 1982, après le scandale P2, la loi n.17 du 25 janvier 1982, dite Spadolini-Anselmi, a été approuvée, qui dit :

Sont considérées comme associations secrètes, comme telles interdites par l’article 18 de la Constitution, celles qui, même au sein d’associations manifestes, dissimulent leur existence ou gardent en commun des buts et des activités sociales secrets ou font ignorer, en tout ou en partie et même réciproquement, la actionnaires, mènent des activités visant à entraver l’exercice des fonctions des organes constitutionnels, des administrations publiques, y compris celles à régime autonome, des organismes publics, y compris économiques, ainsi que des services publics essentiels d’intérêt national.

La loi n’établit cependant pas de critères précis et surtout ne permet pas aux préfectures et au ministère de l’Intérieur de prendre possession des listes des membres de la franc-maçonnerie. En 2017, la commission anti-mafia dirigée par Rosy Bindi demande au Grand Orient d’Italie les noms des membres des loges, mais l’obédience refuse de remettre les listes. C’était la Guardia di Finanza qui se rendait dans les temples maçonniques des régions où le mélange entre organisations criminelles et franc-maçonnerie était considéré comme plus fort, et pour les acquérir.

« Ensuite, il y a une question très délicate dont on parle rarement », conclut Pinotti, « et c’est la double appartenance de la magistrature et de la franc-maçonnerie ». Comment un juge se comporterait-il s’il devait juger quelqu’un appartenant à sa loge ? Aucune loi n’oblige un magistrat à déclarer publiquement qu’il est maçon. Cependant, la région de Sicile et la région de Toscane ont approuvé des règles qui obligent ceux qui exercent une fonction publique à déclarer leur éventuelle appartenance à la franc-maçonnerie. Ces deux lois ont donné lieu à des recours auprès de la Cour européenne des droits de l’homme.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES