jeu 08 décembre 2022 - 08:12

Le temple de David retrouve sa splendeur d’antan

De notre confrère lagazette-yvelines.fr – Par Céline Crespin

L’inauguration du temple de David, restauré, a eu lieu le 24 septembre. Le public venu nombreux, malgré la pluie, semblait sous le charme de ce lieu historique.

« Un jour historique. » Cet avis est partagé par plusieurs personnes venues le 24 septembre au fond du parc du château épônois pour assister à l’inauguration du temple de David restauré. Ce jour-là, malgré la pluie, le public était nombreux à avoir fait le déplacement pour l’occasion. Parmi les personnes présentes se trouvaient de nombreux élus de vallée de Seine ainsi que le président LR du Département, Pierre Bédier. Cet intérêt envers ce temple maçonnique, l’un des plus anciens connus sur le territoire national, n’est pas anodin. Malgré sa petite taille, il fait effectivement partie intégrante du patrimoine historique de la commune et même de France.

« L’histoire veut que Robespierre et quelques révolutionnaires [comme] Danton et Saint-Just y aient rédigé la première constitution en 1791 », explique Pascal Dagory, maire-adjoint en charge notamment de la culture et du patrimoine. Il rappelle également que Marie-Jean Hérault de Séchelles (1759-1794), dernier seigneur épônois et un des principaux acteurs de la Révolution française, est à l’origine de la construction du temple en 1785 conçu par le peintre Jacques-Louis David pour célébrer la signature du traité d’alliance de 1778 entre la France et les États-Unis d’Amérique. Près de deux siècles après son édification, en 1958, Michel Debré et quatre autres ministres y sont même venus, sur demande du général de Gaulle, pour l’élaboration de la constitution de la ­cinquième République.

Pour que ce patrimoine historique perdure, sa restauration s’avérait nécessaire. Comme le confie l’architecte du patrimoine, Riccardo Giordano, le temple maçonnique en avait besoin. « Son état de délabrement était assez évident. Pour ceux d’entre vous qui l’ont connu avant ce jour, il était caractérisé par des tags à l’extérieur, des graffitis, des dégradations de toutes les parties […] et en plus on avait des infiltrations importantes par le toit qui avaient pourri la charpente », résume-t-il en insistant sur le fait que la restauration a nécessité un véritable travail d’archives pour redonner le plus fidèlement possible au temple de David son aspect originel.

Le temple de David est un des plus anciens temples maçonniques connus sur le territoire national. Selon l’architecte du patrimoine, Riccardo Giordano, sa restauration a nécessité un véritable travail d’archives pour lui redonner, le plus fidèlement possible, son aspect originel.

« Maintenant qu’on le voit restauré, on a vraiment du mal à croire dans quel état dégradé il était avant. Il faut l’avoir vu pour le croire. [Les restaurateurs] ont vraiment fait du beau travail », reconnaît un Epônois tout en insistant sur la durée particulièrement longue des travaux. Comme le relatait La Gazette en 2017, la municipalité qui avait pour objectif de restaurer cet édifice patrimonial avait effectivement voté dès le conseil du 2 février 2017 une demande de subventions pour permettre la restauration du temple maçonnique. « Après moult péripéties, nous arrivons à termes », concluent Pascal Dagory et l’édile, Guy Muller (LR).

Selon le site internet de la Ville, le montant des travaux a été estimé à « 271 074 euros hors taxes ». Il a été subventionné à hauteur de « 30 % [par] le Département des Yvelines » et de « 30 % [par] la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) ». La Région Île-de-France a, elle, contribué à hauteur de « 20 % ». Pour réduire la part communale, « estimée à 20 % », une cagnotte avait été lancée sur le site internet de la fondation du patrimoine. Toujours active, elle indiquait, le 28 septembre dernier, que sur les « 40 000 euros » espérés, « 3 200 ­euros » avaient été ­recueillis.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Ce plus ancien temple maçonnique de France, considéré comme un symbole d’amitié franco-américaine, a connu, en son temps, des heures de gloire !
    En effet, ce monument, conçu par le peintre Jacques-Louis David, a été construit en 1785 par le seigneur d’Epône Marie-Jean Héraut de Séchelles pour célébrer la signature du traité d’alliance de 1778 entre la France et les jeunes Etats-Unis d’Amérique.
    D’ailleurs, Benjamin Franklin, négociateur de ce traité pour les Etats-Unis, a travaillé à cet endroit.
    Puis Hérault de Séchelles entouré de Danton, Robespierre et Saint Just y ont rédigé le prémices de la première constitution de 1791 et de la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, votés par la suite à Versailles.
    En 1958, sur demande du Général De Gaulle, Michel Debré et 4 autres ministres se sont retrouvés dans ces lieux pour l’élaboration de la Constitution de la Ve République.
    À partir du moment où la conservation d’un monument/bâtiment présente un intérêt public, au point de vue de l’histoire de l’art ou simplement de l’art, le temple de David a été classé monument historique en 1947, la ville d’Epône en devenant propriétaire en 1981.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES