dim 25 septembre 2022 - 17:09

La connexion maçonnique manquante

De notre confrère dhr.virginia.gov

Beaucoup a déjà été écrit sur l’histoire du démantèlement et de l’ouverture de la boîte de pierre angulaire récupérée de la section du piédestal de ce monument, cependant, d’une importance particulière pour certains, étaient les artefacts maçonniques qu’il contenait. Dès mes premières conversations, avec les personnes très aimables du Département des ressources historiques de Virginie, il est devenu évident que les termes « maçonnique » et « franc-maçonnerie » étaient reconnus, mais n’étaient pas bien compris.  

Washington comme maçon.  , Californie.  1868. Publié par Currier Ives.  Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès
Washington en maçon vers 1868. Publié par Currier Ives. Image reproduite avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès

Avec cet article, j’espère clarifier ces termes, car une recherche rapide sur Internet vous présentera une multitude de désinformations. Savoir ce qu’est vraiment la franc-maçonnerie aidera mon explication, plus loin dans ce commentaire, des artefacts découverts dans la boîte en cuivre de la pierre angulaire.

La franc-maçonnerie (ou maçonnerie) est la plus ancienne organisation fraternelle au monde et est tout sauf une société secrète ! Bien que ses origines remontent aux tailleurs de pierre et aux constructeurs de cathédrales de l’époque médiévale, la franc-maçonnerie reste une force vitale dans la vie quotidienne de millions d’hommes à travers le monde.

À travers une série de diplômes et de cérémonies, les valeurs de la franc-maçonnerie sont transmises de génération en génération, de maçon à maçon, dans un effort intemporel et inlassable pour rendre meilleurs les hommes bons. Ces diplômes fournissent un cadre qui affecte tous les aspects de la vie moderne et sont basés sur les valeurs d’amour fraternel, de soulagement et de vérité.

Chaque année, dans pratiquement toutes les villes et villages d’Amérique, des milliers d’hommes rejoignent les rangs de la franc-maçonnerie. Des hommes d’honneur et d’intégrité. De charité et d’obligation. Chacun avec le vœu d’être le meilleur possible.  

Les principes éthiques de la franc-maçonnerie concernent la compassion et la tolérance envers toute l’humanité.

Les francs-maçons n’utilisent pas leur position dans la fraternité pour faire avancer un programme, qu’il soit politique, professionnel, religieux ou laïc.[1]

[1] https://grandlodgeofvirginia.org/about/being-a-mason/

Certificat d'adhésion des francs-maçons.  Californie.  1861. Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès
Certificat d’adhésion des francs-maçons. Californie. 1861. Image reproduite avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès

Aujourd’hui, les États-Unis sont le plus grand pays maçonnique du monde. En moyenne, les maçons américains donnent un peu plus de 2 600 000 $ par jour à des œuvres caritatives.

Alors que tous les maçons appartiennent à une loge locale, un enrichissement personnel supplémentaire pour le maçon de base peut être obtenue en rejoignant des organes auxiliaires au sein de la famille maçonnique. Il s’agit principalement de Shriners International, de la branche Scottish Rite – Rite Écossais dans ses Ateliers supérieurs – et de la branche York Rite. Ces branches couvrent différents aspects de la franc-maçonnerie, qui à leur tour contiennent des organes supplémentaires. Par exemple, The York Rite a la Loge à sa base, qui progresse vers les maçons de l’arche royale qui, à leur tour, peuvent progresser vers les Templiers.  

Tous ces corps maçonniques soutiennent actuellement des œuvres caritatives notables. Les principaux sont :

La Loge => La maison maçonnique de Virginie

Shriners International => les hôpitaux Shriners pour enfants

Rite Écossais => les centres d’orthophonie

L’Arche Royale => l’association Alzheimer

Knights Templar => la Fondation des yeux des Templiers

De cette très brève introduction à la franc-maçonnerie, on peut déterminer que les maçons sont de bons hommes avec un fort soutien de nombreuses organisations philanthropiques. En effet, bon nombre des artefacts découverts dans la boîte en cuivre appartiennent à la Loge, aux Shriners International, aux Royal Arch Masons et aux Knights Templar. Alors pourquoi les maçons déposeraient-ils de tels objets sous la base d’un personnage très connu qui n’était pas un maçon ? Rien n’indique que le général Robert E. Lee s’intéresse même à la franc-maçonnerie !

La réponse réside dans le fait que le monument Lee avait une pierre angulaire.  

Depuis qu’elles existent, les pierres angulaires ont eu un objectif de construction important, qui a ensuite évolué vers un objectif hautement symbolique. Les pierres angulaires, comme tous les grands blocs de construction, sont taillées dans la roche solide. Elles sont particulièrement lisses, carrées et précises. La pierre angulaire est la première pierre posée dans la construction d’une fondation en maçonnerie. Toutes les autres pierres sont serties en référence à cette pierre ; ainsi, il détermine la position de toute la structure.

Le président George Washington pose la première pierre du Capitole des États-Unis en 1793 par John D. Mellius, trente-troisième degré franc-maçon.  Domaine public
Le président George Washington pose la première pierre du Capitole des États-Unis en 1793 par John D. Mellius, trente-troisième degré franc-maçon. Domaine public

Une telle pierre est devenue symbolique lors de la construction du temple du roi Salomon, achevée en 957 av. J-C. C’est de la construction de ce Temple que les francs-maçons tirent leur symbolique à la fois « opérative » et « spéculative ». Les francs-maçons ont une longue histoire de pose de pierres angulaires avec beaucoup de cérémonie. En effet, le 13 octobre 1792, le président George Washington posa la première pierre de la nouvelle résidence présidentielle, la Maison Blanche. Un an plus tard, le 18 septembre 1793, il posa la première pierre du bâtiment du Capitole des États-Unis, encore une fois avec tous les rites maçonniques. (George Washington a été le premier des quatorze présidents des États-Unis qui étaient des francs-maçons.)

Ainsi, tout au long de l’histoire récente des États-Unis, des pierres angulaires ont été posées lors de la construction de structures importantes. En 1887, le monument Robert E. Lee était considéré comme une structure très importante. Donc, il avait une pierre angulaire. Qui de mieux placé pour superviser la pose d’un élément aussi important que les francs-maçons ; ils étaient experts en la matière.

Semblable à de nombreuses organisations, la personne clé pour faire quoi que ce soit est le secrétaire.   

L’extrait suivant est tiré du Richmond Magazine : 

«William B. Isaacs, grand secrétaire des maçons, a demandé que des objets et artefacts uniques liés à la guerre civile ou à Richmond soient placés à l’intérieur de la capsule Lee – et Richmond a répondu. George Fisher a contribué une histoire de l’église monumentale. Cyrus Bossieux a ébréché sa collection de boutons confédérés. JW Talley a fait don d’une équerre et d’un compas fabriqués à partir d’un arbre poussant sur la tombe de Stonewall Jackson. JW Randolph & English, éditeurs, ont fait don d’un exemplaire de « Detailed Minutiae of Soldier Life in the Army of Northern Virginia » de Carlton McCarthy, ainsi qu’un guide de Richmond avec des cartes de la ville et de la Virginie, entre autres. Lors de la planification du monument Lee, il a été convenu qu’une capsule de cuivre d’environ 14 pouces sur 14 pouces sur 8 serait créée par le capitaine JE Phillips, l’un des ingénieurs embauchés pour creuser la propriété. Cette boîte et son contenu seraient placés à l’intérieur de la pierre angulaire du piédestal Lee, qui a été taillée par Thomas J. Smith and Associates, puis scellée avec un couvercle épais. La pierre, mesurant 48 x 48 x 24 pouces, avec le capuchon de près de 18 pouces de profondeur, serait ensuite placée dans la fondation du piédestal lors d’une cérémonie élaborée prévue pour le 27 octobre 1887. « [2]

[2] Brumfield, Dale. Richmond Magazine, A Monument Avenue Mystery : La base de la statue de Robert E. Lee recèle-t-elle un étrange trésor ? 3 décembre 2017.

Très Vénérable Frère Isaacs, n’était pas seulement le Grand Secrétaire de la Grande Loge de Virginie, mais aussi un membre du Richmond Royal Arch Chapter et un membre de la Richmond Commandery No. 2, Knights Templar. Il n’est donc pas surprenant de trouver les artefacts suivants contenus dans la boîte en cuivre de la pierre angulaire. 

Il est à noter qu’il y avait jusqu’à vingt-deux articles maçonniques séparés confinés dans la boîte en cuivre. Beaucoup d’entre eux sont des livres et des papiers, toujours conservés dans des congélateurs en attendant d’être traités et analysés par les experts. Les artefacts référencés ci-dessous sont ceux qui ont été photographiés, en très haute résolution, et transmis à l’auteur pour commentaire.

Lettre du Shrine Recorder à WB Isaacs :

Ce document, écrit à la main sur du papier à lettres du sanctuaire, est de William H. Sands, l’archiviste du sanctuaire de Richmond, au grand secrétaire de la grande loge de Virginie, WB Isaacs. Ça lit:  

« 24 octobre 1887  

Vénérable WB Isaacs 

Cher Monsieur et Frère,

Je joins l’avis de convocation de l’ACCA. Temple Nobles of the Mystic Shrine et contribuez-le pour la boîte dans la pierre angulaire.

Fraternellement vôtre,

William H. Sands, 

Enregistreur. »

Lettre de sable et recto du programme.  Image reproduite avec l'aimable autorisation du Département des ressources historiques
Lettre de sable et recto du programme. Image reproduite avec l’aimable autorisation du Département des ressources historiques
Lettre de sable et programme inverse montrant l'image de Lee.  Image reproduite avec l'aimable autorisation du Département des ressources historiques
Lettre de sable et programme inverse montrant l’image de Lee. Image reproduite avec l’aimable autorisation du Département des ressources historiques

Cette lettre a été écrite trois jours seulement avant la pose de la pierre angulaire et, en raison de sa brièveté et du moment de celle-ci, semblerait être une considération de dernière minute.

Avis de convocation de l’ACCA Richmond Temple :

Ce document n’est pas seulement un « avis » mais également le programme de leur première réunion de l’année et devait initier les candidats à devenir de nouveaux membres du sanctuaire. Certains des noms des candidats sont répertoriés. Il convient de noter en particulier que la réunion de 19h00 devait avoir lieu le même jour que la pose de la pierre angulaire du monument Lee.  

Robert E. Lee et la pierre angulaire ne sont référencés que sur la couverture arrière de ce programme. Cela peut indiquer qu’il s’agissait également d’une considération tardive, l’imprimante ayant surimprimé un programme terminé. La quatrième de couverture, cependant, a un contenu intéressant :

Le titre se lit « Le Gris, assisté par le Bleu »,   je ne doute pas qu’il s’agisse d’une référence directe au fait que Robert E. Lee a servi dans les armées de l’Union et des Confédérés, portant des uniformes gris et bleus. Elle révèle également le fait que la représentation confédérée était considérée comme prenant les devants et n’était « assistée » que par la délégation syndicale.

Directement sous le titre, il y a une « gravure » du général Lee qui a été commandée en mars 1864. Il est intéressant de noter qu’en tant que général à part entière, il ne portait que trois étoiles, contre quatre aujourd’hui.

Le bas de la page continue avec : 

« Sera

Consacrer et poser la pierre angulaire

du

Monument Lee

Ce jour-là.

Je trouve « On This Day » un peu étrange, car aucune date réelle n’est donnée nulle part. Est-il possible qu’au moment de l’impression, le jour précis n’ait pas été connu, ou a-t-il été arrangé pour être à la date de la première réunion du Sanctuaire cette année-là ?   

Richmond Commandery No. 2, Knights Templar Card :

Cette petite carte de poche pliante est intéressante, en ce sens qu’elle n’a qu’un seul but. Cela reviendrait à déclarer les officiers et les membres de la commanderie de Richmond n° 2 pendant un an. L’année suivante, tous les officiers gravissaient généralement un poste, rendant cette carte obsolète.  

Le fait que Sir Knight James H. Capers ait signé son nom au dos de cette carte, en utilisant le suffixe « PEC » signifiant « Past Eminent Commander », conduit à suggérer que cette carte date d’une année avant 1890, et n’était pas la carte actuelle, car il est répertorié comme le « Commandant » à l’intérieur. (Pour en savoir plus sur les cartes d’appel trouvées dans la boîte de pierre angulaire, consultez notre autre article à leur sujet sur https://www.dhr.virginia.gov/blog/cornerstone-contributions-calling-cards-an-introduction-from-the- passé/)

Sans compter les membres honoraires, la commanderie No.2 de Richmond a eu la chance de compter 179 membres pour une si jeune commanderie, il n’y avait que 7 anciens commandants au moment de l’impression.

Chartes :

Deux formulaires de charte sur parchemin ont été trouvés dans la boîte en cuivre.  

  1. Une Charte vierge de la Grande Loge de Virginie.
  2. Une charte vierge du Grand Royal Arch Chapter of Virginia.
Formulaire de charte du Grand Arch sur parchemin.  Image reproduite avec l'aimable autorisation du Département des ressources historiques
Formulaire de charte du Grand Arch sur parchemin. Image reproduite avec l’aimable autorisation du Département des ressources historiques
Formulaire de Charte de la Grande Loge sur parchemin.  Image reproduite avec l'aimable autorisation du Département des ressources historiques
Formulaire de Charte de la Grande Loge sur parchemin. Image reproduite avec l’aimable autorisation du Département des ressources historiques

Une fois dûment remplie, une telle charte deviendrait la possession du prix de la loge ou du chapitre de l’arche royale pour laquelle elle avait été créée. Sans ces Chartes, ladite Loge ou ledit Chapitre ne pourrait exister. En effet, si l’un ou l’autre corps cessait d’être en mesure de fonctionner, ou était impliqué dans une situation non maçonnique, le Grand Maître ou le Grand Souverain Sacrificateur pouvait annuler la Charte, provoquant ainsi immédiatement la cessation d’existence de cet organe.

En cas de décès d’un membre, il est d’usage de draper la Charte d’un tissu noir jusqu’à la prochaine réunion indiquée, ou au moins un mois. Il existe une cérémonie pour mener à bien cette tâche dans une Loge, un Chapitre Royal Arch et une Commanderie de Templiers.

Enveloppe contenant deux sculptures en bois :

L’inscription au crayon à l’extérieur de l’enveloppe indique :

« Drapeau de bataille + équerre + boussole fabriqués à partir de l’arbre qui a été pris de Jacksons Grave à Lexington, en Virginie par le capitaine JW Talley »

L’enveloppe elle-même est imprimée dans le coin supérieur gauche et indique :

« Si vous n’êtes pas appelé dans dix jours, retournez voir William B. Isaacs, Grand Secrétaire, Richmond, VA. »

Il semblerait certainement que la présence du Vénérable Frère Isaacs puisse être trouvée dans de nombreux endroits !

Les artefacts en bois eux-mêmes sont petits, mesurant un peu plus de 2″ à leur plus grande dimension. Le drapeau de bataille confédéré n’a aucune signification ou utilisation maçonnique. L’équerre et le compas, en revanche, sont très significatifs. L’équerre et le compas sont le symbole universel de la franc-maçonnerie. Ils font allusion aux outils de travail des tailleurs de pierre d’origine, que les francs-maçons utilisent maintenant dans le symbolisme de leurs cérémonies.

Le fait que les deux artefacts en bois aient été sculptés dans un arbre prélevé sur la tombe du général Jackson est en soi très symbolique, liant ainsi post mortem deux généraux confédérés. (Pour en savoir plus sur ces deux artefacts en bois, lisez notre autre article https://www.dhr.virginia.gov/blog/cornerstone-contributions-reconciliation-and-reconstruction-in-two-hand-carved-wooden-keepsakes/ )

En résumé :

Il semblerait certainement que William B. Isaacs ait vu une opportunité en créant une boîte de pierre angulaire à la demande de la pose solennelle de la pierre angulaire du monument Lee. Pour sa défense, il a non seulement obtenu des souvenirs maçonniques, mais également de nombreux éléments de la riche histoire et de l’état culturel de Richmond.

De plus, je suis absolument certain que William B. Isaacs et le capitaine JE Phillips n’ont jamais envisagé que leur boîte métallique voie le jour en seulement 134 ans. Lorsqu’ils ont été enterrés sous le piédestal de Lee, ils ont dû penser qu’il était caché depuis mille ans. Le monument a été construit pour durer aussi longtemps.

Sir Knight Peter R. Spring, KCT

Très éminent ancien Grand Commandeur

La Grande Commanderie des Templiers de Virginie

D’autres articles de la série Cornerstone Contributions peuvent être trouvés dans les archives des blogs d’archéologie de DHR . 

•••

[1] https://grandlodgeofvirginia.org/about/being-a-mason/

[2] Brumfield, Dale. Richmond Magazine, A Monument Avenue Mystery : La base de la statue de Robert E. Lee recèle-t-elle un étrange trésor ? 3 décembre 2017.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES