jeu 08 décembre 2022 - 07:12

Comment la crise affecte-t-elle les organismes de bienfaisance maçonnique ?

De notre confrère anglais mcf.org.uk

La hausse du coût de la vie signifie que davantage de personnes ont besoin d’aide et que les organismes de bienfaisance se retrouvent submergés de demandes de renseignements. De plus, les dons continuent de descendre en dessous des niveaux d’avant la pandémie.

La spirale de l’inflation est dans toutes les têtes depuis quelques mois. Voir les prix augmenter quotidiennement peut causer beaucoup d’anxiété car les gens ne savent pas s’ils pourront payer leurs factures ou mettre de la nourriture dans leur assiette. Selon l’Office for National Statistics, 77 % des adultes au Royaume-Uni ont déclaré se sentir très ou quelque peu inquiets de la hausse du coût de la vie, et 50 % de ceux qui ont déclaré être très inquiets y pensent presque tous les jours. L’inflation est actuellement de 9 % et la Banque d’Angleterre s’attend à ce qu’elle culmine à 13,5 %, comme annoncé lors de sa dernière revue économique trimestrielle.

crise du coût de la vie

Les gens craignent de mettre de la nourriture sur la table, de pouvoir se payer le transport pour se rendre au travail ou envoyer leurs enfants à l’école. Payer pour le gaz, le carburant et l’électricité peut être une lutte pour de nombreuses personnes et beaucoup d’entre elles doivent faire des choix difficiles sur les coûts à laisser derrière elles. Les dons de charité sont l’un des coûts que beaucoup de gens ne peuvent plus se permettre. Une étude publiée par la Charities Aid Foundation (CAF) a montré qu’entre janvier et avril 2022, environ 4,9 millions de personnes en moins ont déclaré avoir fait un don à une association caritative, par rapport aux mêmes mois en 2019, avant la pandémie.

La hausse du coût de la vie signifie également que davantage de personnes ont besoin d’aide et que les organismes de bienfaisance se retrouvent submergés de demandes de renseignements. Selon les recherches de la CAF, 86 % des organisations caritatives s’inquiètent de l’effet que le coût de la vie aura sur ceux qui dépendent de leurs services, et 71 % se sont dits préoccupés par la gestion de la demande accrue pour leurs services . COVID-19 a eu un impact énorme sur les revenus des organisations caritatives et maintenant, cette crise nationale fait craindre aux organisations de pouvoir continuer à fournir leurs services et 35 % pensent que leur organisation caritative aura du mal à survivre à la crise, selon les recherches de la CAF.

Sans surprise, les banques alimentaires subissent une pression intense alors qu’elles tentent de nourrir ceux qui étaient déjà en difficulté avant la crise actuelle, ainsi que ceux qui ont dû se tourner vers les banques alimentaires en raison de la flambée des dépenses quotidiennes. Dans une enquête menée par l’Independent Food Aid Network, 80 % des banques alimentaires ont déclaré avoir été aux prises avec des problèmes d’approvisionnement alimentaire au cours des quatre derniers mois, et 78 % ont remarqué une baisse des dons alimentaires et financiers . Avec l’augmentation du nombre de ceux qui dépendent des banques alimentaires, mais une diminution des dons, il y a un sentiment d’anxiété quant à la façon dont ils vont répondre à la demande alors qu’elle continue d’augmenter.

Un organisme de bienfaisance (parmi tant d’autres) qui a fait face à une récente augmentation de la demande pour ses services est WILD Young Parents Project , qui a récemment reçu une subvention de 63 770 £ – soit 73 711 € – du MCF pour l’aider à financer son projet de soutien aux jeunes parents et aux familles de Cornwall. L’équipe a signalé l’impact de la crise du coût de la vie et a remarqué une augmentation significative de la fréquence des jeunes parents demandant de l’aide pour le coût de la nourriture, des factures de services publics et du transport – ce qui signifie qu’ils ont dû réduire la fréquence des appels de leur enfant, visites des crèches et des aires de jeux communautaires.

Les francs-maçons de Cornwall rencontrent les bénéficiaires du projet WILD Young Parents

Après l’impact de la pandémie, nous sommes vraiment inquiets de la façon dont nos familles les plus jeunes et les plus vulnérables passeront cet hiver. Les « bébés du confinement » de ces deux dernières années méritent mieux que cela. Jo Davies, directeur général du projet WILD Young Parents.

Mais tout n’est pas catastrophique; avec l’aide de notre subvention, WILD s’efforce de répondre à ces problèmes en formant un groupe de travail sur le coût de la vie, qui se concentre sur l’offre d’un soutien pratique et d’urgence, ainsi que sur la liaison avec d’autres organisations caritatives locales pour trouver des moyens collaboratifs de soutenir les gens à travers la crise. WILD participera également à un rassemblement multi-agences appelé « Turning the Tide on Cost of Living Summit », à l’université de Falmouth, où les secteurs prévoient de travailler ensemble pour aider les personnes les plus vulnérables à traverser la crise du coût de la vie.

Nous sommes fiers de soutenir des organisations caritatives comme WILD Young Parents Project et bien d’autres qui font un travail vital pour soutenir leurs bénéficiaires à travers la crise du coût de la vie, y compris les familles, les enfants, les jeunes et les personnes âgées.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES