mar 06 décembre 2022 - 18:12

Le Pélican, animal spirituel et symbolique en Franc-maçonnerie ?

De notre confrère spbdnevnik.ru – Youri Nezhinsky

Le blason de l’Université pédagogique d’État russe Herzen représente une scène terrifiante : un pélican déchire sa poitrine et, mourant, nourrit ses enfants, petits pélicans gourmands, avec sa propre chair. On dit aux étudiants qu’il s’agit d’un symbole de sacrifice pédagogique envers leurs élèves. Devenus enseignants, les diplômés diffusent ces informations, les introduisant dans l’esprit des écoliers. Mais les « savants« , bien sûr, comprennent qu’il s’agit en réalité d’un terrible symbole maçonnico-rosicrucien, signe d’alchimistes et de théurgistes spiritualistes.

Et tu sais quoi ? En fait, les deux ont raison.

Commençons par le début, c’est-à-dire avec des « bestiaires » médiévaux, des descriptions d’animaux, n’ayant pour la plupart rien à voir avec la réalité, mais très fantasmagoriques, curieuses et instructives. 

Le pélican était décrit dans les bestiaires comme un oiseau qui, en cas de faim, déchire sa poitrine et nourrit ses poussins en se sacrifiant. 

Il semble que l’image soit née du fait que chez certaines espèces de pélicans, les plumes de la poitrine de la femelle sont parfois colorées en rouge.

Le célèbre théologien médiéval Thomas d’Aquin a probablement été le premier à comparer le sacrifice d’un pélican au sacrifice expiatoire de Jésus-Christ. En conséquence, le pélican est devenu un élément commun de l’héraldique et du symbolisme chrétien. Rappelons simplement que le christianisme fait du pélican le symbole du sacrifice, du martyr et de la résurrection, comparant l’oiseau au Christ se sacrifiant pour la rédemption des pécheurs. Il symbolise également pour les chrétiens l’amour paternel qui ne recule devant aucun sacrifice. 

Les bestiaires étaient largement utilisés non seulement par les théologiens et les chevaliers médiévaux, mais aussi par les alchimistes et les magiciens de la Renaissance. Ils aimaient se référer au prototype antique tardif des bestiaires médiévaux « Physiologue » (II-III siècles av. J.-C.).

Dans un sens alchimique, le pélican se déchirant la poitrine est devenu un symbole des Rose-Croix. Qui sont-ils ? Au début du XVIIe siècle, plusieurs manifestes sont apparus dans lesquels un groupe de magiciens et de sages ont déclaré leur existence, ce qui est apparu grâce à un certain chevalier médiéval Christian Rosencreutz, qui s’est rendu en Terre Sainte et a uni les connaissances mystiques de l’Orient et de l’Occident. Apparemment, les manifestes rosicruciens étaient à l’origine un canular de plusieurs intellectuels. Mais ils ont fait une forte impression sur les contemporains.

En conséquence, des groupes occultes apparaîtront de temps à autre en Europe pendant plusieurs siècles, prétendant être les mêmes mystérieux Rosicruciens. Au milieu du XVIIIe siècle, les « successeurs » suivants se sont déclarés être de vrais Francs-maçons dans le sens où la Franc-maçonnerie a été créée précisément par les rosicruciens, mais seulement imitée en tant que maçons.

La Franc-maçonnerie domestique a réagi à cela de différentes manières. Certains ont accepté sans condition de mystifier les frères des degrés symboliques avec des histoires sur les maçons, et seulement dans les plus hauts, après avoir effectué une sélection importante, leur révéler la vérité sur les Rose-Croix. Ces Francs-maçons ont eu de la chance : bien qu’ils fussent minoritaires, c’est d’eux que fut conservé le plus grand nombre de documents, ce sont eux qui ont été les mieux étudiés, ce sont eux qui ont fait le plus autorité sur les mystiques maçonniques : c’est le célèbre éditeur et dissident de l’époque de Catherine II Novikov, qui était assis dans la forteresse Pierre et Paul et à Shlisselburg, il s’agit de Alexander Labzin (1766–1825), figure de proue des Lumières russes qui a développé un système mystique idiosyncrasique et a fondé une loge maçonnique influente à Saint-Pétersbourg , The Dying Sphinx. Labzin en est le Vénérable Maître. Cette loge maçonnant à l’Orient de l’île Vassilievski, et de Pozdeev, le prototype du maçon-mentor Pierre Bezukhov de Guerre et Paix.

Le « résurrecteur » suivant du rosicrucianisme fut Papus, un magicien qui évoqua pour Nicolas II l’esprit de son père à Tsarskoïe Selo en 1905 et créa en fait une école occulte en Russie au début du XXe siècle, qui, comme toujours, prétendait être « la vraie Franc-maçonnerie ».

D’autres Francs-maçons ont simplement incorporé le rosicrucianisme comme un ou plusieurs de leurs diplômes, comme la « Franc-maçonnerie française », qui comprenait, par exemple, A. S. Stroganov, le propriétaire du palais Stroganov sur Nevsky Prospekt et le laboratoire alchimique qu’il contient (et aussi le créateur du  bœuf Stroganov, recette traditionnelle de la cuisine russe) ou DPSHU, selon lequel la majorité des maçons domestiques modernes « travaillent« , y compris à Saint-Pétersbourg.

Yuri Nezhinsky: « À propos des vrais pélicans » – Candidat en sciences historiques, auteur de livres et de cours d’histoire, de critique d’art, d’études culturelles sur le symbole du sacrifice pédagogique

Une autre chose est que vous ne trouverez pas le pélican rosicrucien sur les façades et même à l’intérieur des bâtiments de Saint-Pétersbourg. Mais celle « traditionnelle », liée au thème du sacrifice, est très courante. Et sur la façade du bâtiment principal de l’Université Herzen, à l’origine une maison d’enseignement, et à l’intérieur du bâtiment du conseil d’administration de l’orphelinat de Kazanskaya, 7.

Articles en relation avec ce sujet

2 Commentaires

  1. Le pélican qui nourrit ses petits de son propre sang symbolise la connaissance, le don total de soi-même, et la fraternité entre les compagnons. Sur les trois couleurs des Charpentiers indiens, le pélican est brodé sur la couleur rouge.
    En Égypte on trouve la légende d’une femelle vautour nourrissant ses petits de son propre sang, parangon d’amour maternel, d’où sa présence sur les couronnes de Pharaon et la coiffe des femmes.
    Mais pour Héléna Blavatsky, que l’espèce de l’oiseau soit cygnus, anser ou pelicanus, cela ne fait rien, du moment que c’est un oiseau aquatique nageant ou flottant sur les eaux, comme l’Esprit, et sortant ensuite de ces eaux pour donner naissance à d’autres êtres. La vraie signification du symbole du dix-huitième degré des Rose-Croix c’est précisément cela, bien que, plus tard, on l’ait poétiquement transformée en sentiment maternel du pélican déchirant son flanc pour nourrir de son sang ses sept petits (H.P. Blavatsky, La Doctrine Secrète, partie 1, commentaire stance III, p.59 : ).
    Cet animal apparaît dans le Physiologos du IIe siècle.
    Rapporté par Albert G.Mackey dans son Encyclopédie de la Franc-maçonnerie au mot «Pelica» () : Le pélican est très tendre avec ses petits, quand ils commencent à grandir, ils se rebellent dans leur nid contre leur parent et le frappe avec leurs ailes, volant autour de lui, et l’a tellement battu qu’ils ont blessé ses yeux. Puis le père les frappe et les tue. Et la mère est d’une telle nature qu’elle revient au nid le troisième jour, et s’assied sur les jeunes morts, et ouvre son côté avec son bec et verse son sang sur eux, et les ressuscite ainsi de la mort;
    Eusèbe de Césarée et saint Augustin le mentionnent au début du IVe siècle. L’oiseau, dorénavant étroitement lié à la symbolique chrétienne. Pour saint Jérôme, qui explique cette histoire, le pélican mâle, qui a détruit son jeune, représente le serpent, ou principe maléfique, qui a amené la mort dans le monde ; tandis que la mère, qui les ressuscite, est le représentant de ce Fils de l’homme dont il est déclaré, «sauf si vous buvez mon sang, vous n’avez pas de vie en vous».
    En alchimie les pélicans sont des cornues dont le bec est recourbé de sorte que le distillat soit reconduit dans le corps de chauffe. Le pélican serait également une image de la distillation des produits qui serviront à digérer l’antimoine. Le pélican représente aussi l’œuvre au blanc, les trois oisillons étant respectivement le Sel, le Soufre et le Mercure ou encore l’image de la pierre philosophale éparpillée dans le plomb liquide, où elle se dissout et se décompose pour le transformer en or. Le pélican alors symbolise l’aspiration à la purification. Il est aussi le symbole de la nature humide qui disparaît sous l’effet de la chaleur solaire pour renaître en hiver ; ou necore symbole du sang et de l’eau, du blanc et du rouge,… ().

  2. Bonjour… Dommage que je ne puisse vous transmettre des photos…
    Avec bonheur je vous aurez transmis les Ailes que le Ciel m’a offert pour toute l’humanité.
    C’est d’ailleurs curieux que vous parliez des Ailes biologiques du Pélican. Il faudrait que je me remette dans mon blog que j’ai depuis un certain temps par manque de temps abandonné un peu.
    Ou alors modifié le votre afin que l’on puisse vous transmettre des photos. Attention vous aurez de ma part aucun fake ou photos truquées.
    Vous allez voir certainement l’irrationnel face à un événement vécu ou prévu… Mais c’est la réalité que Moi même je suis surpris. Une chose est sûre… Surtout ne doutez pas de l’après.
    Car là j’ai des preuves…Qui sont miennes mais vécues. A+++

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES