dim 25 septembre 2022 - 16:09

Lorsque Ferrari pilotait le Grand Orient d’Italie

De précieux documents relatifs à Ettore Ferrari, artiste, homme politique et Grand Maître du Grand Orient d’Italie, sont revenus en Italie du Mexique

Un total de 1271 documents relatifs à Ettore Ferrari (1848 1929), artiste et homme politique, qui a dirigé le Grand Orient d’Italie (GOI) de 1904 à 1917, ont été rendus à l’Italie. C’est une collection précieuse, destinée à donner un nouvel éclairage sur ce personnage extraordinaire, à l’occasion du centenaire du siège de l’ambassade du Mexique en Italie, par le propriétaire Arturo Zamora Jiménez, féru d’histoire et de culture. Cette information a été rapporté par le portail Esfera Noticias. (Lire à ce sujet notre article du 16 avril dernier)

Un véritable trésor, qui, par la volonté du propriétaire, est rentré en Italie, enrichissant la collection Ferrari présente aux Archives centrales de l’État depuis le 17 octobre 1991. D’autres ensembles documentaires qui lui sont consacrés se trouvent à la Galleria d’Art moderne et à l’Institut d’histoire du Risorgimento à Rome, de la Domus Mazziniana à Pise et du Grand Orient d’Italie. Ce dernier, par le biais de sa Fondation, a promu l’année dernière la publication d’un volume intitulé « Ettore Ferrari Grand Maître et artiste entre le Risorgimento et l’Antifascisme », consacré aux documents importants conservés dans ses archives.

Sculpteur, peintre, homme politique, député de l’extrême gauche radicale de 1882 à 1892, conseiller de la municipalité de Rome de 1877 à 1907, Ettore Ferrari fut Grand Maître du Grand Orient d’Italie de 1904 à 1917 et Souverain Grand Commandeur du Rite Écossais Ancien et Accepté de 1918 jusqu’à sa mort en 1929. Il ne faut surtout pas le confondre avec son homonyme, le célèbre constructeur de voitures de prestige Enzo.

Ettore Ferrari est né à Rome le 25 mars 1845 et a appris de son père Filippo, également sculpteur, non seulement l’amour pour l’art mais aussi pour la politique. Il a fait un lien de ses deux passions en devenant le protagoniste de la célébration artistique du nouvel État laïc né avec l’unification de l’Italie. Il a suivi les cours de littérature et de droit à l’université de Rome, a été élève de l’Académie nationale de San Luca, professeur de longue date à l’Institut supérieur des beaux-arts, membre de l’Académie d’Arcadie ainsi que fondateur membre et secrétaire, en 1870, de l’association artistique internationale anti-académie. 

Les premières œuvres de Ferrari démontrent sa « foi » en tant qu’homme politique radical. Parmi les monuments qu’il a réalisés figurent ceux de Giuseppe Garibaldi à Vicenza (1886), Pise (1892), Tortona (1895), Rovigo (1897), Macerata (1895), Massa Marittima (1904), Cortona (1895) et Bevagna ; à Quintino Sella à Rome (1893); à Terenzio Mamiani à Pesaro (1896); à Engel à Vicosoprano, Suisse (1899); à Carlo Cattaneo à Milan (1893) ; à Gabriele Rosa à Iseo (1914) ; à Giovanni Bovio à Trani (1914) ; à Giuseppe Verdi à Philadelphie (1887); à Antonio Meucci à Staten Island, New York (1923) ; à Trajan et Decebalus à Cluj, Roumanie (1927); à ceux qui sont morts pendant la guerre mondiale à Alexandrie en Égypte (1924) et Marino (1927) ; les bustes de Francesco Carrara dans le Camposanto de Pise ; à Jakob Moleschott à l’Université de Rome. La renommée d’Ettore Ferrari est liée notamment à deux œuvres, toutes deux à Rome : 

Giordano Bruno, Campo de’ Fiori

Giordano Bruno inauguré à Campo de’ Fiori le 9 juin 1889 avec un événement public grandiose, et Giuseppe Mazzini de la période 1902-1911 (mais imaginé dès 1890) sur l’Aventin. En raison de leur signification politique, les deux œuvres s’opposèrent : la statue de Giordano Bruno paya de lourdes limitations par rapport à l’idée originale et attendit longtemps avant d’être inaugurée ; un sort similaire suivit le monument à Mazzini qui ne fut inauguré qu’en 1949, après la naissance de la République italienne, avec la censure du Vatican qui jugea certaines représentations anticléricales. 

Monument à Mazzini

Ettore Ferrari était un organisateur dans le monde de la culture et de l’art. Il fut mécène des peintres et des sculpteurs, président de l’Institut supérieur des beaux-arts, président du Musée artistique industriel de la Piazza Crispi à Rome, membre du Conseil supérieur des arts, conseiller auprès des ministres de l’instruction publique. 

Non moins important, le rôle d’Ettore Ferrari dans la politique et au sein du Grand Orient d’Italie. En 1867, il participa à la tentative d’insurrection ratée qui devait éclater à Rome contre le gouvernement pontifical. En juin 1877, il fut élu conseiller municipal de Rome, dirigé par le Circolo di Belle Arti et le journal « Il Popolo Romano ». Il y resta, avec une brève interruption, jusqu’en 1907. L’une de ses premières initiatives fut la proposition de construction du Palazzo delle Esposizioni dans la Via Nazionale. Député au collège de Pérouse de 1882 à 1892, Ferrari siégea au Parlement sur les bancs de l’extrême gauche démocrate. En républicain convaincu, il refusa toujours de rencontrer le roi. En 1919, il refusa sa nomination comme sénateur à vie, proposée par le ministre Nitti. 

Au fil des ans, son atelier près de Porta Salaria accueillit d’importantes réunions politiques, des assemblées d’organisation et même des congrès. Son engagement s’exerça en Italie et à l’étranger : en 1879, il participa aux travaux pour la fondation de la Ligue de la Démocratie ; en 1881, il fut parmi les organisateurs du Comizio dei Comizi à Rome en faveur du suffrage universel ; politiquement lié au radical Felice Cavallotti.

Il fut en 1890 parmi les architectes du congrès au théâtre Costanzi qui se termina par le Pacte de Rome, signé par des radicaux, des socialistes, des irrédentistes et des républicains ; en 1896, il entra au comité pour la réorganisation du parti républicain dans le Latium ; anticolonialiste. Il se mobilisa en faveur de la résistance cubaine contre la domination espagnole ; en 1897, dans sa maison, il organisa l’expédition des volontaires Garibaldi à Candie ; à partir de 1899 et pendant un an, il fut membre du Comité central du parti républicain, dont il garda toujours la carte ; à l’automne 1900, Ettore Ferrari se rendit en Roumanie et en Turquie où il établit des relations étroites avec les forces réformatrices de ces pays. Il fut parmi les inspirateurs du projet politique « Jeunes Turcs » d’Atatürk.

Entre-temps, Ettore Ferrari avait rejoint la franc-maçonnerie en entrant à l’été 1881 à la Loggia Rienzi de Rome, dont il fut le vénérable professeur en 1892. Quatre ans plus tard, il devint Grand Secrétaire auprès des Grands Maîtres Adriano Lemmi puis Ernesto Nathan auprès de qui il toujours resté attaché. Le 15 février 1904, il est élu Grand Maître du Grand Orient d’Italie, succédant à Nathan. Ferrari a donné à la Communion italienne une forte impulsion progressiste et sous sa direction, le Grand Orient a atteint le sommet du prestige. Sa grande aspiration était de rassembler et de structurer toutes les forces laïques et réformatrices en Italie pour s’opposer victorieusement à la majorité modérée. Cependant, le projet se heurtait à la réalité d’un monde catholique de plus en plus présent en politique et de formations plus enclines à exalter les différences mutuelles qu’à trouver des points de rencontre. Tout aussi forte était l’attention portée à l’école, lieu dédié à la formation des citoyens de demain.

En juin 1917, Ettore Ferrari participa au congrès de Paris où la franc-maçonnerie de l’Entente, sans les britanniques, se réunit dans le but de mettre en place un projet de Société des Nations. 

Craignant que la délégation italienne ne vote une résolution en faveur du principe d’autodétermination des peuples, une campagne hostile se déchaîna dans la presse qui conduit Ferrari à reprendre le mandat de Grand Maître le 25 novembre de la même année. 

En avril 1918, il fut élu Souverain Grand Commandeur du Conseil Suprême du Rite Écossais Ancien et Accepté, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort. En 1919, il fut nommé Grand Maître Honoraire. 

Dès la fin de 1922, il consacra tous ses efforts à renforcer le Rite Écossais. L’année suivante, il voyaga dans toute l’Italie et il est évident que l’institution se concentra pour se défendre des attaques fascistes, même avec l’entrée d’exposants du rite symbolique parmi les Écossais. 

En mai 1923, Ferrari réorganisa les Chambres supérieures et décida de publier « Lux », le bulletin mensuel du Rite, pour poursuivre une pensée libre qui fusionnait les enjeux socioculturels avec les enjeux ésotériques. 

Toujours à la fin de 1924, il engaga les francs-maçons à défendre les valeurs laïques du Risorgimento. Adversaire du fascisme, il renonça à toutes fonctions publiques afin de mener une pensée libre qui mêlait les enjeux socioculturels aux enjeux ésotériques. 

Ettore Ferrari n’a pas dissous son organisation, même après l’approbation de la loi antimaçonnique de novembre 1925 voulue par Mussolini. 

Son atelier fut envahi à plusieurs reprises par des escouades et dans la nuit du 1er novembre 1926, lors d’un assaut, la statue de la Victoire destinée au monument à Giuseppe Garibaldi fut détruite. Encadré par la police, il fut dénoncé le 25 mai 1929 pour tentative de réorganisation de la franc-maçonnerie et fut l’objet d’un blâme. Il était en effet en correspondance avec Giuseppe Leti, avocat et antifasciste bien connu, émigré en France et son lieutenant, à qui en mai 1929 il transmit les pleins pouvoirs.

Il mourut à Rome le 19 août 1929. Sur ordre des autorités, seuls les membres de la famille furent autorisés à assister aux funérailles.

Articles en relation avec ce sujet

2 Commentaires

  1. Désolé, mais hélas cet article sur Ferrari, certainement traduit par l’intelligence artificielle.. est par moment incompréhensible.
    Il aurait été judicieux de relire avant de publier.
    Espérons que la rédaction ne commettra plus ce genre d’erreur

    • En effet, l’article était passé au travers de la relecture. Les vacances entrainent parfois des oublis et du relâchement. Cela a été réparé aussitôt ce matin.
      Merci pour ta vigilance et pour l’alerte.
      Fraternellement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES