jeu 18 août 2022 - 10:08

Le Frère Emmanuel Pierrat, écrivain et avocat, condamné à deux mois d’interdiction d’exercer suite à un soupçon de harcèlement

La presse nationale s’est faite l’écho la semaine dernière de la condamnation en première instance (à la suite à cette décision, un appel est en cours) du Frère Emmanuel Pierrat, membre de la loge Montmorency-Luxembourg du Grand Orient de France. Ce frère est bien connu au GODF, puisque son cabinet assure la défense des intérêts de ladite Obédience.

Depuis le mois de novembre 2021, le Frère Pierrat était visé par une procédure disciplinaire du Conseil de l’Ordre des avocats de Paris pour des soupçons de harcèlement (lire à ce sujet l’article du Figaro du 16/02/22 la liste des griefs est assez impressionnante).

La sanction est tombée ! Il a été condamné jeudi…

pour des soupçons de harcèlement, à deux mois ferme d’interdiction d’exercice à l’issue d’une audience disciplinaire du conseil de l’ordre des avocats de Paris

a appris l’AFP mardi 5 juillet de source proche du dossier. Contacté, l’avocat n’a pas donné suite dans l’immédiat. Son conseil, Me Jean-Didier Belot, a indiqué n’avoir pas reçu la décision.

Par ailleurs, selon le site « Les univers du livre ActuaLitté » — journal en ligne qui apporte des informations nécessaires à une meilleure vision du monde de l’édition —, lisez l’article « Emmanuel Pierrat jugé coupable de manquements déontologiques » sur https://bit.ly/3Ir1Hl3

Extrait : « … Rappelons que suite à une assignation contre ActuaLitté, Emmanuel Pierrat avait été condamné à indemniser notre publication et son directeur, le 12 mai dernier. N’ayant toujours pas obtenu les sommes — pourtant loin d’être exorbitantes —, et du fait de saisies sur comptes infructueuses, nous avons dû saisir l’Ordre des avocats pour une plainte déontologique. »

Et selon Wikipédia, célèbre et fort bien informée encyclopédie universelle et multilingue, « … En juillet 2022, une audience disciplinaire du conseil de l’ordre des avocats de Paris prononce sa condamnation à neuf mois, dont deux fermes, d’interdiction temporaire d’exercice en raison de soupçons de harcèlement… »

Sur l’encyclopédie libre, à lire sur la page du romancier, traducteur, essayiste et acteur – qui avait, en son temps, présenté sa candidature à l’Académie française*, au fauteuil n° 24, celui qu’occupait Max Gallo – le chapitre « Controverses – Affaires judiciaires » ainsi que « Controverses – Accusations de harcèlement de ses collaborateurs » https://bit.ly/3PkORGW, reproduit ci-dessous :

 Controverses Affaires judiciaires

Il est évincé de la présidence du Pen Club français en 2020 et a été suspecté d’abus de confiance à la suite d’une plainte de cette institution. Un avis de classement sans suite a été rendu par le procureur de la république. Le magazine Livres Hebdo constate « Le tribunal judiciaire de Paris indique que la procédure lancée en janvier dernier contre Maître Emmanuel Pierrat, collaborateur à Livres Hebdo, ne justifie pas de poursuite pénale ».

Outre des irrégularités comptables, le Pen Club français lui a reproché un comportement agressif contre des membres de l’association, des agissements contraires à la loyauté et la bonne foi et une violation des décisions du comité directeur. Il a répondu à ces accusations et Libération et ActuaLitté ont publié son droit de réponse. Il a indiqué notamment avoir porté plainte dès juillet 2020 pour diffamation et chantage. En parallèle, Pierrat entame deux procédures contre ActuaLitté, dont l’une pour diffamation ; le plaignant réclame 10 000 € « pour le préjudice professionnel et moral » causé par l’article. En novembre 2021, le tribunal de Nanterre annule cette seconde assignation et condamne Pierrat à « verser 2000 € — respectivement pour ActuaLitté et le directeur de la publication, Nicolas Gary — ainsi qu’aux dépens ».

En avril 2022, Libération rapporte que Pierrat est condamné par les prud’hommes de Creil pour « travail dissimulé » et « licenciement sans cause réelle » après avoir congédié, en mars 2020, la gardienne de l’immeuble qu’il chargeait de l’entretien de son domicile dans le quartier de Port-Royal.

Accusations de harcèlement de ses collaborateurs

En 2021, le journal Libération publie une enquête au sujet d’Emmanuel Pierrat résultant d’entretiens avec une vingtaine de ses anciens collaborateurs. L’article décrit une ambiance de terreur régnant dans son cabinet et pointe l’inefficacité et les difficultés financières qui en résultent. Selon le journal, Emmanuel Pierrat invective de façon permanente ses collaborateurs et stagiaires. Le journal explique aussi qu’il n’aurait pas écrit seul ses cent ouvrages, tout en ne créditant pas ses collaborateurs qui ont rédigé parfois des chapitres entiers. Emmanuel Pierrat nie ce dernier point, de même que l’information selon laquelle une de ses anciennes assistantes personnelles aurait tenté de se suicider dans les locaux de son cabinet. Le 24 février 2021, Libération publie son droit de réponse.

À la suite de l’article de Libération et du droit de réponse de Pierrat, l’Ordre des avocats de Paris ouvre une enquête déontologique sur les conditions d’exercice professionnel au sein du cabinet. En juillet 2022, une audience disciplinaire du conseil de l’ordre des avocats de Paris prononce sa condamnation à neuf mois, dont deux fermes, d’interdiction temporaire d’exercice en raison de soupçons de harcèlement ; la bâtonnière des avocats de Paris annonce son intention de faire appel. »

Nous notons, déjà en date du 6 janvier 2020, un article publié dans « Le Club de Médiapart » et intitulé « LE PANIER DE CRABES – EMMANUEL PIERRAT, GABRIEL MATZNEFF ET LEURS COPAINS. Pour information, Emmanuel Pierrat est un des nombreux copains de Matzneff, le philopède, comme il aime s’appeler, et dont on parle beaucoup aujourd’hui… » https://blogs.mediapart.fr/jacques-delivre/blog/060120/le-panier-de-crabes

Rappelons seulement que « Le Club de Mediapart » précise « Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation. Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication. »

* Le site de l’Académie française https://bit.ly/351z0rv annonçait l’élection de M. François Sureau (F24). L’Académie française (27 votants), dans sa séance du jeudi 15 octobre 2020, a procédé à l’élection au fauteuil de M. Max Gallo (F24). Avant l’ouverture du scrutin, elle a enregistré le retrait de la candidature de M. Gilles Dargnies. Les voix obtenues au premier tour de scrutin sont les suivantes : M. Gérard de Cortanze : 5 ; M. Emmanuel Pierrat : 3 ;
M. François Sureau : 19 ; Bulletin blanc : 0 ; Bulletin blanc marqué d’une croix : 0

M. François SUREAU, haut fonctionnaire, avocat – nommé avocat le plus puissant de France par GQ (à l’origine Gentlemen’s Quarterly, soit littéralement « trimestriel des gentlemen ») magazine masculin mensuel, en 2019 –  et écrivain français, est élu au premier tour de scrutin par 19 voix.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. Je m’interroge sur l’intérêt d’un tel article qui n’est qu’à charge, collectant un ensemble d’informations sans aucun intérêt sauf celui de nuire à Emmanuel Pierrat. Après le « Facebook de la Franc-Maçonnerie », voici le « France-Dimanche de la Franc-Maçonnerie »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES