jeu 18 août 2022 - 09:08

Le parcours initiatique d’un Apprenti : La Terre

De notre confrère italien expartibus.it – Par Rosmunda Cristiano

Le « voyage » est la métaphore d’un voyage à la recherche du vrai ou du sacré et est toujours accompagné de deux autres symboles : celui d’un voyage, d’un chemin ou d’une voie ; et celui de voyageur ou de pèlerin. Cela peut être exotérique et ésotérique et leur différence est évidente.

Dans la première, le pèlerin se déplace physiquement d’un lieu à un autre, avec l’intention de voir, de toucher ou de piétiner, de manière tangible, la représentation matérielle de son propre idéal.

Dans le second, cependant, il ne bouge plus physiquement, mais se pousse vers la perfection, ou la sacralisation, en restant à la même place physique, car ce n’est pas son corps qui bouge, mais sa conscience, son mental, son esprit.

Dans le monde profane, l’homme voyage par envie et, parfois, par le besoin d’explorer de nouveaux pays, pour une aventure ou une rupture avec la vie et le stress quotidien.

Mais que recherche l’initié et qu’est-ce qui le pousse dans le Voyage ésotérique et symbolique ? Quel est le sens du voyage maçonnique ?

Esotériquement, le Voyage représente un voyage intérieur, qui conduit l’être humain à la recherche d’étapes supérieures, de vérité, de connaissance de son propre être. Puisque la Vérité n’est jamais une mais infinie, qu’il y a de vies, chaque initié cherchera ce qu’il estime être le sien, mais qui, vivant dans un monde profane, est caché par les vices et les préjugés.

Voilà donc que les outils de la symbologie maçonnique peuvent aider l’initié dans ce cheminement de recherche, à trouver la Voie par laquelle il peut Connaître et pouvoir Voir : cette connaissance est la Lumière, la Vérité, qui est absolue pour celui qui le possède, l’initié, mais, en même temps, il est un parmi tant d’autres pour le chercheur, le néophyte.

Dans le cheminement maçonnique, l’initié ne se déplace jamais physiquement, mais se pousse plus loin, vers la perfection ou la sacralisation de son propre ego ; ce qui avance, c’est sa conscience, son intelligence et son esprit.

Le plus beau voyage reste, sans l’ombre d’un doute, le premier, celui de l’apprenti, le Profane qui demande la Lumière et qui, lors de l’initiation, expérimente les quatre éléments.

Les voyages symboliques qui, métaphoriquement, parcourent les quatre coins de l’Univers, mais qui, en réalité, se déroulent dans l’espace de la Loge, qui représente l’image par procuration de l’Univers.

Le Profane commence par faire un voyage de la Terre au Ciel, de l’ignorance à la connaissance, de la périphérie vers le centre de lui-même, vers son cœur, pour accéder au Temple de la sagesse.

Le premier voyage représente la phase infantile de l’Humanité. C’est le début du chemin évolutif, que certains décrivent avec un Labyrinthe, où chaque choix semble un chemin confus et mystérieux. C’est la phase de l’inconscience, où la raison, encore dépourvue de Lumière, est incapable de discriminer et de développer une connotation intellectuelle claire.

En fait, au début du travail de reconstitution intérieure, l’aveuglement règne et tout semble sombre et mystérieux, de sorte que l’ignorance, les peurs et les superstitions marquent le monde de la première sphère émotionnelle dont la connotation prédominante est, en fait, l’obscurité. L’individu, comme l’humanité, est dépourvu de Lumière, de discrimination spirituelle et n’a pas encore développé l’intellectuel, la conscience de Soi.

Le premier voyage commence dans le Cabinet de la Réflexion, symbole du ventre terrestre ou grotte initiatique.

C’est l’état de Mineral Man. Les ténèbres prédominent et tant pour l’homme individuel que pour l’humanité, cet état d’aveuglement de conscience est appelé le « hall de l’ignorance ».

Le voici qui tombe sur une inscription : VITRIOL Visit Interiora Terrae, Rectificando Invenies Occultum Lapidem , ou Visit the interior of the earth, en travaillant avec droiture tu trouveras la pierre cachée .

C’est là que tout commence.

Emblème de fertilité et de régénération, la Terre nourrit et accueille le corps après la mort. En son sein se cachent richesses et pierres précieuses et le Trésor, la gemme précieuse, ne se trouve que dans le premier élément, il est généralement enfoui au sous-sol, dans des grottes.

Ses recherches ont été maintes fois racontées, associant le trésor matériel au spirituel et moral, aux vicissitudes et aux batailles, aux monstres et aux brigands, qui à leur tour représentaient les obstacles d'ordre moral et spirituel, ainsi que les monstres intérieurs à gagner.

L’arbre a ses racines dans la Terre, reproduisant le cosmos vivant en régénération continue et communiquant ses trois niveaux : le souterrain, les racines, la surface, le tronc et le ciel, à travers les branches.

L’évolution vitale complète de la matière à l’esprit, de la raison à l’âme sanctifiée, toute croissance physique, cyclique ou constante, et aux organes de régénération, toute forme de maturation psychique, sacrifice et mort, mais aussi renaissance et immortalité.

C’est un symbole de fécondité et de régénération, depuis l’aspect physique de la nature minérale, végétale, animale, jusqu’à celui plus subtil de la transmutation intérieure. La figure qui se rapproche le plus d’elle est celle de la mère : qui engendre, nourrit, protège tout.

Chaque Maître était un apprenti, quel que soit le temps ou le lieu où il vivait, il écoutait l’appel et parvenait à l’harmonie avec le Ciel et la Terre.

Lire le 1er épisode sur l’Eau : https://450.fm/2022/07/10/le-parcours-initiatique-dun-apprenti-eau

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES