jeu 18 août 2022 - 10:08

Retour de Don Camillo et Peppone en Calabre… ou le maire maçon et le secrétaire du Vatican

De notre confrère italien iacchite.blog

Cosenza est une petite commune italienne de 67 000 âmes en Calabre, c’est-à-dire dans le sud de la botte italienne. Donc rien à voir avec la commune de Brescello dans le nord, avec ses 5600 habitants, cette ville rendue célèbre dans les années 50 grâce à la série de nombreux films mettant en scène l’irremplaçable Fernandel en curé baptisé Don Camillo.

Pour revenir à Cosenza, le maire qui est Franc-maçon refuse d’aller à la messe avec le secrétaire d’état du Vatican et envoie un « garçon de chœur »

La suite de cette histoire nous est narrée par le Blog local

Des choses qui n’arrivent qu’à Cosenza. Depuis plus de trois ans, le diocèse de Cosenza gouverné par Monseigneur Francesco Antonio Nolè (encore un an …) a prévu de célébrer le 800e anniversaire de la consécration de la cathédrale (1222-2022) après le tremblement de terre de 1184. Un invitation importante, à tel point que le numéro deux du Vatican fut envoyé à Cosenza , le secrétaire d’état (ainsi que légat du pape) Pietro Parolin , un Vénitien (comme Pie X et Jean-Paul Ier) qui a été dans la diplomatie service du Saint-Siège depuis 1986 et depuis le 31 août 2013 travaille « côte à côte » avec le pape François.

Et que fait le maire franc-maçon de Cosenza ? Il ne participe pas au moment le plus important. Sur la piazza XV Marzo une grande scène (style Brunori de l’autre soir…) et des milliers de chaises (beaucoup resteront vides) attendent que l’événement institutionnel ait lieu. Les bannières, le préfet, les autorités militaires, les parlementaires, les conseillers et les conseillers régionaux, la toujours souriante présidente de la province de Cosenza Rosaria Succurro (a stu priazzu ,,,) escortée par son mari puis plus de 60 maires, mais il n’y a pas celle de Cosenza.

Franz Caruso, le maire franc-maçon de Cosenza, n’est pas là. Pourtant, sur l’ inutile journal diocésain dirigé par Don Enzo Gabrieli, Word of Life (le périodique le plus prolifique de nouveaux journalistes inscrits dans l’Ordre de Calabre …) le maire déclare: « Je suis honoré d’accueillir et je considère que c’est un immense privilège pouvoir saluer le Cardinal Parolin » (des mots, rien que des mots …) ; « C’est un événement historique que notre communauté accueille le légat papal avec beaucoup d’enthousiasme et avec les honoraires et solennités qui lui sont dus » (des mots, des mots et rien que des mots).

Franz Caruso, le maire franc-maçon de Cosenza, n’y mettra pas les pieds sur la Piazza XV Marzo. Concluant son message « misérable », le maire écrit : « Cette journée, si significative et à forte valeur historique, restera gravée longtemps dans la mémoire collective de notre commune. Merci merci merci! ». Trois fois merci (il pourrait même dire 33 mercis et tout le monde sait ce que ce nombre signifie).

Mais sur la piazza Franz, le maire Mason de Cosenza n’est pas là. Et qui envoyez-vous pour représenter notre ville ? Après le maire, il y a l’adjointe au maire, l’ingénieur Maria Pia Funaro, mais elle n’est pas là non plus, certains des assesseurs (qui ne se parlent pas et ne s’entendent jamais) ne sont pas là non plus dans l’espace de l’autorité. Heureusement, au moins ils n’ont pas envoyé l’infâme Premier ministre, car toute la ville rirait de bon cœur maintenant. 

Alors qui représente Cosenza avec la bande tricolore ? Le voici, l’expert agricole Francesco Turco, alias l’enfant de chœur de la Serra Spiga , la dernière roue de la charrette à accueillir et remettre « un cadeau » de la Municipalité au Cardinal Parolin. Il semble que dans le discours de l’archevêque Nolè il y avait aussi un passage pour Franz, le maire franc-maçon de Cosenza, mais n’étant pas présent, le bon Nolè l’a omis.

Beaucoup se sont demandé : est-il possible que Franz n’y aille pas et n’envoie pas l’adjoint au maire Funaro ? Les bien informés de la Piazza dei Bruzi disent qu’il n’y a pas de mauvais sang entre Franz le franc-maçon maire de Cosenza et la fille de l’ingénieur Ernesto Funaro, après tout il est facile de prouver qu’il ne lui a JAMAIS permis de porter la ceinture tricolore ( nous avons pris la peine de parcourir l’album sur fb… et il n’y a pas une seule photo).

Peut-être que la sortie de Funaro en faveur du directeur Massimo Ciglio pour l’histoire du tronçon de Via Roma, a considérablement fissuré les relations entre les deux, du moins c’est ce que dit Radio Palazzo ; d’ailleurs sur la piazza XV Marzo, Massimo Ciglio suivait également la messe. Que peut-être fera-t-il aussi un clin d’œil à la franc-maçonnerie d’Occhi mais au moins sauvera les apparences. Comme d’ailleurs Occhiuto l’a fait et le fait encore, qui jongle très bien entre la franc-maçonnerie et l’Église.

Mais revenons en arrière pour voir qui représentait la ville avec Parolin. Nous l’avons dit : pour agir comme « hôte » d’une ville laïque et socialiste comme Cosenza, il y avait l’enfant de chœur de Serra Spiga, ce qui est bien quand il représente le maire dans la procession du Crucifix, de San Francesco et Corpus Domini , mais au revoir comment pouvez-vous être représenté à une occasion aussi importante par le « délégué pour les relations avec les communautés religieuses » (avec cette délégation Franz envoie pour représenter la ville de Cosenza auprès du numéro deux du Vatican).

Mais qui est l’expert agricole Francesco Turco, qui représente Cosenza avec la bande tricolore ? Francesco Turco a été élu conseiller municipal dans la liste de Franz Caruso avec les voix des charismatiques et néocatéchumènes de Serra Spiga et avec un petit soutien électoral de Giuseppe Giudiceandrea (le célèbre communiste au cul des autres). C’est le quatrième tour électoral auquel il participe. Maintenant, avec tout le respect que je dois aux enfants de chœur, Cosenza ne peut pas être représentée comme «l’Athènes de la Calabre» (comme le titre de la salutation de Franz Caruso sur Word of Life) à personne.
Certains « méchants » ont dit que Franz, le maire franc-maçon de Cosenza, ne pouvait pas représenter la ville sur cette place où une plaque maçonnique contre l’église se dresse à côté du théâtre Rendano. Peut-être. Cours et appels d’histoire ? Pendant ce temps, Parolin a été accueilli par l’enfant de chœur de la Serra Spiga. Notre pauvre Cosenza !

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES