ven 20 mai 2022 - 16:05

CHILI : Interview de Sebastián Jans Pérez, Grand Maître de la Grande Loge du Chili

De notre confrère chilien granlogia.cl

Le Grand Maître de la Grande Loge du Chili, Sebastián Jans Pérez, a été interviewé par le journal La Región de Coquimbo, profitant de la visite de l’autorité maçonnique dans la région. Voici une transcription de l’interview :

Sebastián Jans, chef de la franc-maçonnerie au Chili :

« La Convention fait le travail qui lui a été confié, et s’il y a des avis différents, cela nous semble positif »

 En visite dans la région, le Grand Maître de l’ordre a parlé de politique, notamment des mythes et légendes qui ont entouré une institution par laquelle sont passés les présidents de la nation. Et il a aussi parlé de football…

Pendant des siècles, on a dit qu’ils étaient une institution sombre, pleine de rituels, d’occultisme et de pouvoir. C’est qu’il y a beaucoup de croyances autour de ce groupe et des hommes qui ont eu dans leurs rangs d’anciens présidents du Chili et des intellectuels de divers secteurs.

« Il y a beaucoup de transversalité », répond Sebastián Jans (68 ans), le Grand Maître de la franc-maçonnerie chilienne, essayant peut-être d’expliquer la variété des professions, des pensées politiques et des croyances religieuses que partagent les francs-maçons.

Il est à la tête d’une institution composée de 12 000 membres, qui se réunissent en loges réparties dans toutes les régions du pays sous la devise « liberté, égalité et fraternité ».

« Actifs nous sommes comme 12 mille, et c’est ce qui compte pour nous. Bit? Ce qui se passe, c’est qu’il y a un niveau de demande dans le travail de formation et c’est précisément pour trouver les bonnes personnes, même si notre souhait n’est pas d’avoir une institution renflée.

Cependant, je crois que nous devons faire des efforts pour augmenter le nombre de membres, car il y a beaucoup d’intéressés et il y a des formulaires d’inscription sur le site Web et nous recevons un grand nombre de candidatures », souligne-t-il.

« Avec les membres de notre institution à Coquimbo, une loge assez ancienne et maintenant Sebastián Jans, leader de la franc-maçonnerie au Chili : (hier) nous sommes allés à la commune d’Illapel, une loge qui fête ses 75 ans. Dans ce contexte, nous nous promenons et cela fait partie de notre tâche de visiter les loges et de parler avec nos membres », explique-t-il.

Il est en fonction depuis 2018, succédant au « frère Luis Riveros », à un poste élu par l’assemblée de la Grande Loge, « qui est composée de tous ceux qui ont été présidents de loge. Nous avons 246 loges dans le pays, donc environ deux mille personnes votent et la période dure quatre ans », explique-t-il.

Ils disent pratiquer des rituels médiévaux. Qu’ils se reconnaissent par des gestes et qu’ils ont leur propre langage, toujours chargé de symbologie. Cependant, aujourd’hui, ils ont des pages Facebook et même un site Web pour ceux qui veulent entrer et peuvent lire leurs bases et postuler.

Qui sont les maçons ?

«Le maçon par essence est un citoyen qui a une préoccupation fondamentale pour ce que signifie la condition humaine à chaque époque historique, pour laquelle nous sommes très préoccupés par ce qui assure la condition humaine et les valeurs fondamentales pour garantir la protection de l’être . Nous sommes donc essentiellement une institution éthique qui promeut ses membres.

Avez-vous un plan dans la société?

« La franc-maçonnerie n’a pas de projet à réaliser dans la société, si ce n’est de l’enrichir de grandes valeurs transcendantales, puisqu’on parle toujours de la trilogie : liberté, égalité et fraternité. Mais nous avons aussi toujours fortement promu la justice sociale, la tolérance, et ces valeurs fondamentales sont adossées à ce que signifient l’évaluation et l’évolution des différentes conditions qui marquent le développement des sociétés.

Quelles sont les conditions à remplir pour être maçon ?

« Pour être franc-maçon, la seule exigence est d’avoir le désir de l’être et d’avoir la volonté d’étudier, car on ne naît pas franc-maçon, mais on le devient. Nous sommes des gens très réfléchis, donc la connaissance est essentielle pour nous, en dehors d’une discipline dans le but de pouvoir suivre nos processus d’enseignement.

Pour le reste, il y a beaucoup de transversalité, puisqu’il y a toutes les positions politiques, religieuses et philosophiques. En tout cas, ce qui nous importe c’est essentiellement d’être une institution fraternelle et cette diversité doit s’exprimer dans le respect de chacun, pour que nous n’aimions pas seulement vivre la fraternité, mais aussi la projeter».

Mais quand on parle de franc-maçonnerie, on parle d’occultisme, d’ésotérisme…

«Nous avons un concept ésotérique qui vient de l’école de la sagesse ancienne, en ce sens que les processus de formation se déroulent dans la conscience, et en ce que nous générons un espace favorable et avec nos formules de travail, mais il n’est pas caché, puisqu’il a son siège identifié avec ses symboles et il n’y a pas non plus de secret. Il y a une conception de l’ésotérisme et bien sûr, dans le respect du processus de formation que chacun vit et en vertu de nos valeurs et principes, vous avez le droit de dire si vous êtes maçon ou non. En fait, les loges accueillent généralement des personnes que tout le monde connaît, il n’y a donc rien de caché.

Existe-t-il des femmes maçonnes ?

« Oui, et elles sont organisées dans la Grande Loge Féminine. En raison de facteurs historiques et du droit qu’elles considèrent, elles ont construit leur propre organisation mais nous entretenons une relation étroite. Il existe aussi une franc-maçonnerie mixte dirigée par une femme, et en terme d’importance, du fait des circonstances historiques, la société a ses défauts et ses évolutions au fil du temps.

Est-il vrai que beaucoup entrent en franc-maçonnerie en pensant au pouvoir ?

« Ce qui se passe, c’est qu’il y a des gens qui peuvent avoir cette aspiration, mais notre processus d’entrée est un filtre très rigoureux, et si quelqu’un parvient à contourner ce filtre à temps, bien sûr, il se rendra compte qu’il n’a pas grand-chose à chercher. . »

Que fait la loge quand il y a un membre qui a fait une erreur ?

« Généralement quand il y a des situations déontologiques, il y a des tribunaux maçonniques où n’importe quel frère peut porter plainte et le processus est suivi comme dans n’importe quel système d’administration de la justice. Mais s’il y a une accusation grave, évidemment qu’il perd la qualité de maçon, c’est-à-dire qu’il est expulsé de l’ordre».

Cela vous dérange-t-il qu’on parle de la franc-maçonnerie comme d’une secte ?

« Beaucoup de choses ont été dites et en général on le prend avec humour.

Mais il y a beaucoup de professionnels exceptionnels, d’universitaires, de scientifiques et de libres penseurs qui ne sont pas ici pour faire partie d’une idée sectaire. Mais pour être une secte, il faut avoir une vérité unique et la franc-maçonnerie n’a pas une vérité unique, car chacun construit sa vérité sur la vie, le monde, comment il l’interprète, et dispose d’un environnement de liberté pour exprimer ses idées. » .

Concernant la Constitution, quelle contribution concrète apportez-vous ?

« Nous l’apprécions comme une conséquence d’un processus qui découle d’un accord pour la paix et nous soutenons fermement cet accord et la nouvelle Constitution, car après un moment dramatique pour notre pays, c’était la formule pour canaliser un débat civilisé et démocratique, et où les idées doivent être l’élément de la discussion et non de la violence. En ce sens, la Convention fait le travail qui lui a été confié, et s’il y a des avis différents, des débats, cela nous semble positif».

Mais qu’attendent-ils d’elle ?

« Nous espérons qu’ils nous conduiront à une solution qui contribuera à la paix, à la justice sociale et, bien sûr, à une meilleure démocratie. Malgré tout, nous sommes préoccupés par le problème de la violence dans le pays, en particulier dans les écoles. Je pense qu’il faut être conscient, il faut construire le respect nécessaire pour les institutions, pour les personnes qui jouent un rôle de service public…».

Que fait un Grand Maître de loge un dimanche matin ?

« En général, je vois des problèmes maçonniques, car c’est un poste 365 jours par an et il y a toujours des choses à résoudre, des raisons de s’inquiéter. C’est un poste qui demande un dévouement à cent pour cent, c’est un travail permanent, surtout en ces temps.

Regarder la télé, faire du sport…

« Je laisse toujours un espace pour au moins regarder un match de football. »

Ne me dis pas que tu aimes Colo – Colo.

«(Rires) Oui, je suis un colocolino, mais ne le mettez pas dans le titre parce qu’ils m’ont beaucoup critiqué l’autre fois quand je l’ai dit…».

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES