lun 23 mai 2022 - 00:05

Enfant insécurisé, adulte crédule, société menacée ?

« Avons-nous été, enfants, sécurisés ou non ? »Nous sommes « mangeurs de vent », aisés à embarquer dans des croyances de tout poil, ou « laboureurs » gardant les pieds sur terre en toutes circonstances. Dans les deux cas, ce qui s’est passé pendant les 1000 premiers jours de notre existence influence notre caractère. est la question à se poser, comme l’explique Boris Cyrulnik. La santé de la société, maçonnique ou profane, en dépend.

Dans son dernier livre, Boris Cyrulnik a vécu une déchirante expérience personnelle d’enfant insécurisé, orphelin juif voué lui aussi à être exécuté. Mais il a également des acquis cliniques de psychologue et de neurologue.

Boris distingue deux types de personnalité.

Il voit d’une part le « mangeur de vent », celui qui peut promptement embrasser un récit, par exemple à la faveur d’une indignation. Dans plein de cas, ce récit n’est pas enraciné dans des faits réels à la véracité avérée .

Et d’autre part, il nomme la personnalité opposée «  laboureur », homme debout les pieds dans la glaise du réel . Il avancera forcément lentement, d’autant qu’il a le doute facile, mais il risque bien moins de se perdre.

Enfant insécurisé: tout se joue, dit Cyrulnik, dans les 1000 premiers jours de la vie du petit humain.

Dans le cas heureux, une prise en charge de tous ses besoins vitaux, compense sa faiblesse extrême et on obtient un enfant sécurisé. Après s’être développé avec équilibre entre liberté et sécurité, un enfant sécurisé s’autorise à réfléchir ou à douter avant de choisir . La sécurité dont il est question ici concerne en premier chef son environnement immédiat. Ce premier cercle c’est bien sûr sa mère, et ensuite le père, la fratrie, etc.

Le besoin de se rassurer crée une soif absolue de sentiment d’appartenance.

Par suite, le mangeur de vent privilégiera une allégeance jusque dans le détail, chassant tout doute . L’appartenance se construit plus facilement « contre » ceux qui osent émettre la moindre opinion déviante. Devinez quoi :  les déviants ou « doutants » deviennent des boucs émissaires.

Étonnant de constater que ces 1000 jours correspondent pile à l’âge symbolique attribué à nos apprentis, non ?

Nos apprentis auront effectivement le choix de leur comportement devant les plus anciens chargés de les instruire. Les petits de 3 ans sortent tout juste du stade anal où ils ont appris leur pouvoir de dire non. Après avoir essayé le non à tout propos, l’enfant de 3 ans doit maintenant apprendre à l’utiliser à bon escient.

Dans nos sociétés post-soixante-huitardes, la tentation est grande, pour l’enfant-roi, d’abuser du non pour prouver sa puissance . Cela peut arriver à l’apprenti bien qu’il ait quitté l’adolescence depuis un bon bout de temps. Les problèmes d’équilibrage de vie entre profession, famille et loisirs peuvent évidemment venir brouiller le tableau…second surveillant, c’est un apostolat (laïc !).

S’il a été un enfant insécurisé, l’apprenti pourrait conserver un goût marqué pour le conformisme genre « pour vivre heureux, vivons caché ». L’ « apprenti sage » est facile à éveiller à sa propre personnalité puisqu’il est à l’écoute de son atelier.

C’est plus compliqué lorsque l’apprenti se met à suivre un maître lui-même enflammé par une cause qui contient une dose certaine de chose non prouvées. L’ancien, ainsi mué en gourou débutant, peut sentir son égo flatté . En effet, le voici suivi voire admiré par un fringant (ou une sémillante !) jeune plein(e) de fougue militante. Il peut y prendre goût ! Il conviendra alors d’éviter la création de clans idéologiques avec « conflit des vérités », menaces directes sur la qualité de l’égrégore.

Au final, ne surestimons pas le danger qui guette nos mangeurs de vent dans nos loges.

En effet, notre méthode maçonnique nous arme pour y faire face (« arme » : vilain mot ! Disons plutôt «  nous dote des bons outils » )  .

Le danger est par contre bien réel dans notre société contemporaine. Il suffit de voir comment les réseaux sociaux ont créé des bulles cognitives dans lesquelles un tribun charismatique  (non, pas de noms !) entraîne un tas de mangeurs de vent crédules à s’exprimer toujours plus violemment. La toile de fond est une victimisation propice à fournir les bonnes excuses à la haine. Tout cela prépare le passage à l’acte sur les boucs émissaires, progressivement noircis par bombardement de fake news. 

Les trois premières années d’un enfant restent capitales à fignoler , et ce n’est pas sur les réseaux sociaux que vous apprendrez comment faire.

Patrick Van Denhovehttps://www.lebandeau.net
Après une carrière bien remplie d'ingénieur dans le secteur de l'énergie, je peux enfin me consacrer aux sciences humaines ! Heureux en franc-maçonnerie, mon moteur est la curiosité, et le doute mon garde-fou.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES