sam 02 juillet 2022 - 15:07

VENEZUELA : Ouvriers d’Hiram Abiff. Le travail maçonnique… féminin

De notre confrère vénézuélien elnacional.com – Par Mario Munera Muñoz PGM

Tout d’abord, nous allons féliciter la RL féminine « Concepción Acevedo de Taylhardat No.6 » à l’Orient de Upata, État de Bolívar, Venezuela, pour son deuxième anniversaire de fondation et d’installation. 

Le VM Marycruz González de Delfino, V. Mtra. de la RL et son collège, ont élaboré un programme pour célébrer leur anniversaire.

L’un des points du programme était un Congrès maçonnique virtuel auquel étaient présents des invités et des participants : l’IL.YPH Iván Herrera Michel, président du Clipsas, qui a présenté le thème : « La Franc-Maçonnerie et les Femmes ». Elena Delgado de Orsos, de la GL Féminine du Pérou, a présenté le thème : « Histoire de la Franc-Maçonnerie Féminine ». La S∴ Yelena C. Martínez González de la RL Fem. Filles de Ruth No.35, Or. de Barquisimeto, État de Lara, Venezuela, a présenté un travail qui avait pour thème : « Devoirs et droits de la femme maçonne ». Et votre serviteur, Mario Munera Muñoz PGM, pour la généreuse invitation que son V.M, m’a proposé de présenter le thème : « L’œuvre maçonnique ». 

Dans cet article, je vais faire un résumé du sujet exposé.

Il est important de souligner que ce qui est dit dans ma chronique n’est pas le résultat de vérités absolues. Ce n’est que ma compréhension de la franc-maçonnerie. Cela sert de ligne directrice pour enquêter et méditer. La vérité sur ce plan est totalement relative. Nous ne pouvons exprimer la vérité que lorsque nous transcendons la dualité, ou revenons à l’état primitif. 

Le thème du « Travail maçonnique » est très vaste. Il a commencé lorsque nous avons été expulsés symboliquement du Paradis originel. Nous avons perdu notre état de conscience élevé et nous avons perdu l’unité avec l’univers. Nous étions Un, et avec la perte de notre Etat de Conscience nous restons emprisonnés dans la multiplicité, dans la loi de la dualité et de l’état illusoire. Notre « Travail maçonnique » a commencé ici et en plaçant la « volonté » comme une vertu essentielle pour le processus. Nous pouvons commencer à nous qualifier pour ouvrir la conscience. 

René Guénon est très clair sur ce point, si l’on n’est pas qualifié, il est impossible de comprendre ce qu’il y a derrière les symboles. Le simple fait de frapper aux portes d’une institution spirituelle est déjà un signe que vous recherchez quelque chose qui est au-delà du physique.

Le Livre de la Loi, la Bible, a des centaines de traductions et d’interprétations. Il y a une traduction de la Genèse : 3 :19 dans la Bible catholique de Jérusalem : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, jusqu’à ce que tu retournes dans le même pays d’où tu as été pris. Car tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. » 

L’interprétation que j’en donne est qu’il faut travailler au dévoilement de notre Être, jusqu’à ouvrir la conscience et revenir à l’état Primal. A partir de là, l’être humain est dans une lutte constante entre sa psyché et sa raison. Saint Benoît a défini le travail comme : « Une vertu qui permet de fuir l’oisiveté, s’entend comme un moyen d’atteindre la perfection humaine » dans ce plan. Sans travail, l’être humain ne progresse pas matériellement et en même temps cela lui donne une stabilité émotionnelle. 

Carl Marx, qui est un philosophe matérialiste, a une conception très intéressante du travail, qui dit : « Il caractérise l’homme, en tant qu’être doté du principe de mouvement, détermine son impulsion pour la création, pour la transformation de la réalité, c’est un être actif, et il lui sert pour son développement et perfection dans la société ». Il a également déclaré que « le travail ne peut être forcé » (aliénant). 

Cette appréciation se confirme avec l’histoire symbolique de l’expulsion de l’être humain du Paradis : « Tu gagneras du pain à la sueur de ton front », l’être humain est actif, non statique. L’un des principaux fondements de la franc-maçonnerie est le « travail » ou « l’art véritable », à travers lequel, au lieu de construire des œuvres physiques, vous construisez votre temple intérieur, pour révéler votre être, ouvrir la conscience. Le « travail maçonnique » a été divisé en : « opératif et spéculatif ». 

On dit qu’à partir de l’année 1717 la franc-maçonnerie est devenue « spéculative », car elle a cessé d’être opérative, c’est-à-dire de construire des cathédrales, des palais et des ouvrages physiques majestueux. C’est une erreur, ce sera toujours « spéculatif et opératif ». 

Avant, les spéculatifs il y a ceux qui dessinaient les plans architecturaux, très secrets, puis l’opération se traduisait par un travail physique. Actuellement, le spéculatif se développe dans l’interprétation et la compréhension de la symbolique maçonnique et son opération se situe dans l’intériorisation et la construction du temple intérieur.

Ce processus est appelé « Art Royal » Il existe deux versions :

Premièrement, les plans des architectes de l’Antiquité étaient secrets. C’est pour cette raison, qu’on l’appelait « Art Royal ». 

Deuxièmement : on l’appelle aussi « Art Royal », car le travail maçonnique chez l’initié qualifié, s’effectue grâce à une transmission spirituelle. Son « être réel » émerge. Cela signifie qu’il commence à ouvrir sa conscience. 

La franc-maçonnerie dans son processus est un travail maçonnique constant et évolutif. le maçon apprend à bien penser. La maçonnerie donne des lignes directrices pour ouvrir la conscience et devenir libre. C’est un processus de transformation des changements internes de l’être.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES