ven 09 décembre 2022 - 10:12

BRESIL : Franc-maçonnerie et religion

De notre confrère brésilien folhadolitoral.com.br

Il y a quelques semaines nous expliquions que parmi les règles de fonctionnement d’une institution maçonnique (et par conséquent les maçons qui la composent) peuvent être considérées comme régulières se trouve la « croyance en un être supérieur »

Il y a quelques semaines nous expliquions que parmi les règles de fonctionnement d’une institution maçonnique (et par conséquent les maçons qui la composent) peuvent être considérées comme régulières se trouve la « croyance en un être supérieur ». Cet aspect, parmi d’autres, et le fait que les francs-maçons se réunissent dans un lieu qu’ils appellent « temple », amènent les laïcs à comprendre que la franc-maçonnerie est une religion. C’est vrai? 

Sans entrer dans une philosophie plus profonde, nous voyons par définition que la « religion » est la « faculté ou le sentiment qui nous porte à croire à l’existence d’un être suprême comme cause, fin ou loi universelle », ou encore, c’est « un lien qui unit l’homme à Dieu comme source de son existence », ou plutôt, est le « système de croyances invérifiables existant pour une ou plusieurs divinités, et les pratiques qui l’accompagnent, principalement l’adoration et le sacrifice (de soi ou des autres) ».

Ainsi, on peut dire que la « religion » est « la croyance en un être supérieur », qui est alors la condition requise pour le fonctionnement de la franc-maçonnerie, mais pas la franc-maçonnerie elle-même. 

La franc-maçonnerie n’est donc pas une religion. Elle n’est rien de plus qu’une association qui vise à promouvoir l’union réciproque des hommes, au sens le plus large et le plus élevé du terme, et à cet effet elle admet les personnes de toutes croyances religieuses, sans aucune distinction.

En ce sens, il est également possible d’affirmer que, bien que n’étant pas une religion, la Franc-Maçonnerie est religieuse, car elle reconnaît l’existence d’un seul principe créateur, régulateur, absolu, suprême et infini, Dieu, considéré comme le GRAND ARCHITECTE DE L’UNIVERS, une entité spiritualiste qui s’oppose à la prédominance du matérialisme. Ces facteurs, qui sont essentiels et indispensables pour l’interprétation vraiment religieuse et logique de l’UNIVERS, forment la base et les grandes lignes directrices de toute idéologie et activité maçonniques.

De cette façon, aucun franc-maçon n’est jamais obligé d’apostasier, c’est-à-dire de renoncer à sa religion ou à sa foi religieuse, quelle qu’elle soit. La franc-maçonnerie accueille les hommes de n’importe quelle religion, tant qu’ils croient en un seul Principe Créateur, Dieu. C’est une exigence, une condition individuelle indispensable d’appartenir à la Franc-Maçonnerie, tout comme c’est une exigence d’être un homme libre de bonnes mœurs ; être conscient de vos devoirs envers votre patrie, vos semblables et vous-même ; exercer une profession ou une fonction légitime et honorable qui leur permet de subvenir à leurs besoins personnels et familiaux et de soutenir les travaux de l’Institution.

Et de même que la franc-maçonnerie n’est pas une « Église » (religion), son temple n’est pas non plus une « église » (lieu de rencontre religieux). Le temple maçonnique est simplement le lieu approprié où les francs-maçons se réunissent périodiquement pour pratiquer les cérémonies rituelles qui leur sont autorisées (sans aucun caractère d’adoration à la divinité), dans un environnement fraternel et propice à concentrer l’attention et les efforts pour améliorer le caractère et la vie spirituelle, et développer leur sens des responsabilités, leur apporter la tranquillité pour méditer sur la mission de l’homme dans la vie, leur rappeler constamment les valeurs éternelles dont la culture leur permettra d’approcher la vérité.

La franc-maçonnerie est, et les francs-maçons doivent être, absolument tolérante. La franc-maçonnerie combat l’ignorance, la superstition et le fanatisme et exige donc de ses membres la plus large tolérance et le respect de toutes les opinions, qu’elles soient politiques ou religieuses. Il reconnaît que toutes les religions et tous les idéaux politiques sont également respectables et rejette toute prétention d’accorder des situations de domination ou de privilège à l’un d’entre eux en particulier.

D’après des informations provenant de GOB-PR, du dictionnaire en ligne Michaelis et du dictionnaire de philosophie en ligne, organisés par Sérgio Biagi Gregório.

Responsable : Perseverance Store ( store159@fgsia.com ) – Jorn. Fernando Gerlach (DRT-PR n°2327)

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES