mer 26 janvier 2022 - 08:01

ROUMANIE : L’implication des maçons dans la Grande Union de 1918. Le rôle joué par Alexandru Vaida Voevod dans la victoire diplomatique de la reine Maria.

De notre confrère roumain fanatik.ro – Par Andreï Dicu

« La franc-maçonnerie ne gouverne pas le monde, mais certains francs-maçons OUI. »

A l’heure de l’anniversaire, le Souverain Grand Commandeur du Rite Ecossais Ancien et Accepté de Roumanie, Son Tout-Puissant et Illustre Frère Stelian Nistor (33e) parle de l’implication des francs-maçons, et non de la franc-maçonnerie, en tant qu’organisation, dans l’accomplissement la Grande Union de 1918.

De l’avis du Souverain Grand Commandeur en Roumanie, le sacrifice des soldats roumains, auquel s’ajoute la victoire diplomatique de la reine Maria et les actions du franc-maçon Alexandru Vaida Voevod, ont apporté à notre pays ce que nous appelons, sans guillemets, la Nation entière ou la Grande Union .

La franc-maçonnerie à elle seule n’a pas créé l’acte historique qui nous définit en tant que pays et en tant qu’espace historique. Elle a cependant fonctionné. Elle a « construit », comme disent les maçons, avec les autres pouvoirs du pays, dirigés par le « paysan soldat » et une Reine, théoriquement, « étrangère », mais « plus » roumaine que bien des compatriotes.

Alexandru Vaida Voevod, l’un des dirigeants du Parti national roumain en Transylvanie, a commencé sa carrière politique en faveur des Transylvaniens, au sommet, travaillant dans l’entourage de l’archiduc François-Ferdinand. Participant à la Grande Assemblée nationale le 1er décembre 1918. Il devient plus tard le 28e Premier ministre roumain, tandis que Iuliu Maniu conserve son poste de président du Conseil des gouverneurs. Il a été délégué par les autorités roumaines, à la place du moins efficace Ionel Brătianu, pour gérer les négociations de paix, depuis Paris…

Stélian Nistor
Frère Stelian Nistor, Souverain Grand Commandeur du Rite Ecossais Ancien et Accepté de Roumanie (source adevarul.ro)

Stelian Nistor, Souverain Grand Commandeur du REAA en Roumanie : « Les Artisans de l’Union : Le Paysan – Soldat, la « Reine Mary » anglaise et Mason Vaida Voevod, sont arrivés à la table des négociations !

La discussion avec Stelian Nistor , le Souverain Grand Commandeur du Rite Ecossais Ancien et Accepté en Roumanie, a commencé par la question naturelle, liée à l’implication des francs-maçons roumains dans la création de l’ « acte » unioniste.

Il convient de noter d’emblée que le Rite Écossais Ancien et Accepté en Roumanie est l’entité maçonnique la plus forte de notre pays. Elle est reconnue nationalement et internationalement, avec la Grande Loge Nationale de Roumanie, dirigée par le Grand Maître George Ivașcu .

La question de l’implication est trompeuse, car elle peut conduire à une idée fausse sur deux institutions opérant dans l’espace que nous appelons aujourd’hui « Roumanie ». Pourquoi est-ce trompeur ? Car la franc-maçonnerie, en tant qu’institution, ne fait pas de politique. Certains francs-maçons, oui, ils en font… mais certainement pas avec cette idée de la franc-maçonnerie qui règnerait sur le monde », c’est ainsi qu’a commencé sa thèse le plus puissant et le plus illustre frère Stelian Nistor (grade 33), selon le titre officiel.

« En se référant à l’Union Act de 1918, qui a plusieurs niveaux de compréhension, il faut dire que, depuis, on essaie de creuser le jardin de 1918 avec la bêche actuelle. La plupart du temps, il s’agit d’une attitude inappropriée. Changer de contexte entraîne un changement de perception. De mon point de vue, l’histoire est « l’attitude commode du présent sur le passé » , a poursuivi notre interlocuteur.

La personne interrogée estime que, de ce point de vue, au moins deux éléments essentiels se trouvent dans l’Union de 1918: « Tout d’ abord, nous parlons de la composante militaire, à savoir sur les énormes sacrifices consentis par le soldat roumain, qui était roumain vêtu d’un uniforme militaire, des vêtements qui lui étaient étrangers. C’était l’homme qui partit à la guerre pour défendre sa cour, les « bébés », la femme et l’église du village… Le paysan roumain, à qui le roi « étranger » de Roumanie promit de lui donner quelque chose qu’il possédait déjà, mais non c’était écrit sur du papier : terre du Pays de la Terre ! »

Le Souverain Grand Commandeur considère que c’est dans ce but qu’il a combattu, lors de la Première Guerre mondiale, le soldat roumain, « qui n’était pas entraîné au combat. Le soldat, qui était en fait le paysan roumain arraché aux mauvaises herbes de sa maison ou de son univers, avait pour consigne de n’obéir qu’aux grades supérieurs, en commençant par le caporal et en terminant par le général. Pour cette raison, l’armée roumaine a sacrifié d’immenses vies humaines. C’est le premier niveau… »

Stelian Nistor est d’avis que le deuxième « niveau » est celui diplomatique, relationnel d’un point de vue politique : « Sans aucun doute, le « champion » de l’Union roumaine de 1918 est un « étranger » : la reine Maria. Une Anglaise… La reine s’est rendue à la Conférence de paix de Paris et sur le tableau relationnel de la famille dont elle était issue, elle a réussi à obtenir, pour son pays d’adoption, un statut que, sinon, il aurait été plus difficile d’obtenir ».

S’ensuit l’intervention spectaculaire d’Alexandru Vaida Voevod qui, sans bénéficier d’une parenté avec les familles dirigeantes européennes, a compris qu’une autre voie pour accéder à la table de décision est la franc-maçonnerie….

Vaida Voevod a fait appel au levier essentiel de cette organisation universelle : Aider les Frères

Se référant aux travaux d’Alexandru Vaida Voivod Steliana Nistor il a déclaré : « En raisonnant intelligemment, il a réussi à être reçu très rapidement dans une Loge de France, nommée « Ernest Renan » et a ainsi permis l’un des leviers d’organisation spécifiques de la Franc-Maçonnerie, à savoir le aide entre les Frères. Ainsi, l’action d’Alexandru Vaida Voevod est venue en complémentarité avec le succès sensationnel de la diplomatie en coulisses de la reine Maria ».

Il est à noter que lors des négociations de paix qui ont eu lieu à Paris, la plupart des délégués étaient des francs-maçons. Vaida Voevod, dont le « Livre de Maçon » (comme on l’appelait à l’époque…) se trouve au Musée national d’histoire de Transylvanie, a déclaré dans ses « Mémoires » qu’après avoir convenu avec Brătianu, il avait déposé la demande d’admission. cette Loge parisienne.

Le défunt homme politique libéral, le franc-maçon Dan Amedeo Lazarescu, a présenté comme l’œuvre d’Alexandru Vaida Voivod : « Entre décembre 1919 et mars 1920, a dirigé le gouvernement roumain, comme, après le retour d’Ionel Bratianu, a dirigé la délégation de notre pays à la paix de Paris Conférence. Il a été ministre de l’Intérieur (n° 3 fois), dans les gouvernements formés par le Parti national paysan puis de nouveau Premier ministre. En mars 1945, il a été arrêté puis détenu de force jusqu’à la fin de ses jours. »

Cependant, avant d’assister à la Conférence de la Paix, Vaida Voevod est entendu le 7 juillet 1919, pour son Initiation, qui a lieu le 4 août. Plus tard, en tant que membre reconnu du Grand Orient de France, il a eu l’occasion de traiter avec Georges Clemenceau et Lloyd George, les chefs de l’Entente, qui auraient également fait partie de la franc-maçonnerie.

Carnet Maçonnique Vaida Voevod
« Livre maçonnique » d’Alexandru Vaida Voevod (source adevarul.ro)

La franc-maçonnerie n’est pas synonyme de pouvoir occulte

Dans son ouvrage intitulé  » L’action diplomatique de la Roumanie « , l’historien VV Tilée écrivait, en 1925, qu’Alexandru Vaida Voevod  » a su construire une base harmonisée avec les intérêts des Alliés, le rôle le plus important entre les États du Centre et de l’Est L’Europe  « .  

« Il faut souligner la capacité avec laquelle Alexandru Vaida Voevod a effectivement spéculé sur la possibilité d’utiliser certains leviers d’organisation de la franc-maçonnerie. La franc-maçonnerie est une organisation universelle. Cela leur a aussi apporté des inconvénients, car cela se heurtait à d’autres organisations universelles, religieuses ou laïques et, avec le temps, la balance a basculé d’un côté à l’autre » , a expliqué, se référant à un contexte large, le Souverain Grand Commandeur Stelian Nistor.

Une fois la balle levée, j’ai demandé à notre interlocuteur ce qu’il considérait comme la puissance de la franc-maçonnerie roumaine à l’heure actuelle, par rapport à l’année de grâce 1918. La réponse était éloquente et a démoli certaines théories du complot :

« Je pense que nous devons commencer à redéfinir le concept de » pouvoir « . De mon point de vue, la franc-maçonnerie n’a rien à voir avec le genre de pouvoir occulte, qui se cache derrière tout ce qui se fait et se déroule en politique ou dans la zone économique, dans le monde ! ».

La Loge « Mon Pays – Numéro 1918 » est née de la devise « Let’s Go FIX Forward »: Grands-parents du Souverain, soldats à Marasesti et Sébastopol

Les années ont passé, l’esprit de la Grande Union demeure, et la réalité passée, présente et surtout future est dépeinte dans la devise préférée de Stelian Nistor : « Let’s go FIX Forward » . C’est probablement la raison pour laquelle, récemment, il a formé autour de lui un Atelier affilié à la Grande Loge Nationale de Roumanie, avec le nom « Mon Pays » et enregistré sous le numéro… 1918.

Je lui ai demandé ce que cette Loge Symbolique (No. 1-3, Apprenti, compagnon et Maître) représente pour la Franc-Maçonnerie roumaine et ce que signifie être patriote, dans une « Fraternité Universelle », donc dans le contexte des valeurs… évidemment universelles.

« Il y a ici deux niveaux d’approche. Le premier est strictement maçonnique. Cette loge est née du besoin de drainer les énergies de bonne foi maçonnique, qui restaient singulières, et de les rassembler dans un creuset commun. « Mon pays » est une expression qui n’est plus utilisée « et chacun de nous devrait penser et ressentir la Roumanie comme mon pays » , nous a dit Stelian Nistor.

L’explication du Souverain Grand Commandeur se poursuit : « En 2018, à l’occasion du 100e anniversaire de la Grande Union, dans une circonstance maçonnique publique, j’ai dit que je venais de Bucovine et que mon grand-père paternel, Neculai Nistor, avait combattu à Marasesti. Mon grand-père maternel, Constantin Nica, a combattu sur le front de l’Est. Mon « vieil homme » a atteint Sébastopol, faisant partie des troupes de chasseurs de montagne (considérées par l’élite), d’où les Roumains ont été renvoyés par ordre et non par la force des armes. Mes grands-parents dorment pour toujours au pays de la Bucovine, mon pays ».

L’information est importante et vous découvrirez pourquoi

Mărăşeşti
Mausolée des héros, de Marasesti (source wikipedia)

La route d’Alba Iulia passe par la Bucovine primordiale

« Je considère que, le 1er décembre 1918, ce qui est arrivé à la Bucovine, le 28 novembre, était en réalité consacré. Mon pays s’est uni à mon pays, pour faire notre pays » , a ajouté Stelian Nistor.

Rappelons que le 28 novembre 1918, à Tchernivtsi, le Congrès national de Bucovine adopta la motion d’Union avec le Royaume de Roumanie . A l’initiative des dirigeants bucoviniens Sextil Pușcariu et Iancu Flondor, du 14 au 27 octobre, une importante Assemblée nationale a été organisée, en présence de députés du Parlement de Vienne. Les députés de l’ancienne Diète de Bucovine, ainsi que d’autres représentants des Roumains se sont prononcés en faveur de l’union de la Bucovine avec le reste des provinces roumaines, en un seul Etat national et indépendant.

« Dans le contexte dans lequel j’ai été éduqué, tout ce que j’ai créé signifie être réellement conscient de votre amour du pays. Comme d’autres concepts, développés au fil du temps, le patriotisme est parfois devenu juste un véhicule pour le pouvoir et l’argent. À d’autres moments, il s’est transformé en une boîte silencieuse. Parfois elle était démonétisée car elle était communiquée par des personnes qui n’avaient pas la crédibilité nécessaire et suffisante pour l’utiliser. Je pense que le patriotisme, c’est comme croire en Dieu. Elle est à vous et elle vous accompagne dans la poitrine, de la naissance à la mort. Théoriser cela signifie la fin de la foi » , a expliqué Stelian Nistor.

La « doctrine » de notre interviewé prend des nuances poétiques en matière de patriotisme : « Pouvez-vous nous dire ce que sent une rose ? Certaines choses sont faites juste pour « être ». Vous ne pouvez pas « dire » l’odeur d’une rose. Vous devez le sentir. Vous ne pouvez pas sentir l’odeur d’une rose par un intermédiaire. Il ne peut décrire que la forme, la couleur, en utilisant les formes déjà décrites, mais jamais l’odeur… « 

« Nous portons le patriotisme dans nos poitrines depuis la naissance, ici même dans le cœur. De temps en temps, il bat plus fort et ne se voit concrètement qu’à travers nos actions pour le pays. Si l’on n’arrête que les mots, le patriotisme reste la rose parfumée » , estime le Souverain Grand Commandeur, à propos du sentiment patriotique.

De la Grande Union, à la fête mondiale du Rite Ecossais, programmée en Roumanie en 2025

En 2025, la Conférence mondiale sur le rite écossais ancien et accepté se tiendra à Bucarest. Ce sera un moment de la plus haute importance, tant pour la franc-maçonnerie roumaine que pour le pays en général. Nous étions intéressés de savoir si un tel événement est en quelque sorte similaire à  » Union « 

« L’union de cette forme maçonnique, souveraine et indépendante, est implicite, en unissant les principes de fonctionnement. Dans le cas contraire, le terme « Union » est inapproprié car il s’agit d’un terme profane. Le Rite Écossais Ancien et Accepté dans un pays et la Grande Loge Nationale dans le même pays sont des organisations souveraines et indépendantes, les seules formes d’organisation maçonnique qui n’ont pas de leadership à l’étranger », a déclaré Stelian Nistor.

« Dans chaque pays, la Grande Loge – qui en Roumanie administre (par décret du Conseil Suprême du Rite Ecossais depuis 1923) les trois premiers degrés et le Conseil Suprême de la RSAA – qui administre les Grades 4 à 33 et Last – ils sont souverain et indépendant. Il n’y a pas de direction unique. Pour cette raison, j’ai dit que l’Union est le respect des mêmes principes, en aucun cas autrement » , a conclu le Souverain Grand Commandeur de Rite Écossais Ancien et Accepté en Roumanie.

Le 1er décembre, la conclusion concernant l’implication des francs-maçons dans la Grande Union reste pragmatique. « Chaîne maçonnique » universelle, propriétaire de la pratique rituelle « des guildes » comme elle s’appelle elle-même, fonctionne maintenant comme la Conférence de la paix à la fin de la Première Guerre mondiale . Et vous n’avez pas besoin d’être franc-maçon pour être un patriote roumain.

Parfois, il n’est même pas nécessaire d’être « né roumain ». La preuve, le cas de la reine Mary. Mais vous pouvez considérer qu’il est obligatoire d’avoir une conscience et une capacité patriotiques, comme l’a fait Alexandru Vaida Voevod.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES