sam 23 octobre 2021 - 10:10

Saint Gulier. Est-il un Être Ange ? Ses définitions sont plurielles.

Sa racine indo-européenne exprime l’unité, l’identité, et aussi l’idée de n’avoir qu’un seul côté, la moitié d’un tout.

Le grec en tire un sémantisme prolifique.

De *hêmi, on forme nombre de composés. *hémi-cycle, -plégie, -sphère, etc.

*heis, *henos, désigne l’ « un », un seul. D’où l’hénothéisme qui ne vénère qu’un dieu, sans exclure néanmoins les autres, comme le fait le monothéisme.

*homos exprime le même, l’égal, l’uniforme. D’où homo-logue, nyme, -phone, -sexuel, -phobie, homéopathie, etc.

*homalos «  égal » donne l’anomalie, rupture de l’unité, l’homélie est un entretien familier, sans heurt.

Le latin est non moins prolifique.

Renonçons ici à la liste exhaustive. Quelques exemples seulement. Semestre, similitude, sembler. Assimiler, assembler,  vraisemblance. Ensemble. Faire semblant.

Est simple ce qui est plié une seule fois. Avec ses composés. Tout simplement.

Sempiternel, qui dure une fois pour toutes. La simulation imite trop parfaitement, en ne présentant qu’un aspect de la chose. Dissimulation. Chez Lucrèce, chacun émet et disperse un simulacre, une membrane mobile dans l’espace, simultanément.

Est sincère ce qui est pur, sans mélange, d’un seul jet.

Quant au singulier, il désigne le « un par un » séparément, comme les initiales dans un sigle, comme ce grand solitaire de sanglier.

L’apparent paradoxe de la singularité fait qu’elle ne s’exprime que par la confrontation à son double antithétique, le pluriel. Un individu est singulier parce que son originalité se manifeste en miroir déformant du groupe dont il se démarque, auquel il appartient sans en être copie conforme.

Là réside l’ambiguïté subtile d’une loge, donc sa richesse, dans un équilibre instable à préserver entre ses membres dans leur singularité respective. Sous peine d’affadissement normatif. Il en va de sa survie.

Une singulière osmose en mouvement perpétuel, au-delà de la similitude réitérée des rituels, fait de chaque loge un mur de singularités emboîtées.

Combat singulier, par ailleurs, âpre et incessant, que chacun mène contre lui-même face à son propre miroir, qui lui renvoie sa vanité, sa paresse d’esprit et les compromissions qu’elle induirait. Vaste chantier sans fin, mais un horizon de sincérité…

Annick Drogou
- études de Langues Anciennes, agrégation de Grammaire incluse. - professeur, surtout de Grec. - goût immodéré pour les mots. - curiosité inassouvie pour tous les savoirs. - écritures variées, Grammaire, sectes, Croqueurs de pommes, ateliers d’écriture, théâtre, poésie en lien avec la peinture et la sculpture. - beaucoup d’articles et quelques livres publiés. - vingt-trois années de Maçonnerie au Droit Humain. - une inaptitude incurable pour le conformisme.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES