sam 23 octobre 2021 - 10:10

ESPAGNE : La franc-maçonnerie, en Espagne, pendant la seconde moitié du XIXe siècle

De notre confrère espagnol elobrero.es – Écrit par  Pablo Bahillo Redondo Publié dans Historalia

Ce n’est pas une tâche facile de saisir l’histoire de la franc-maçonnerie espagnole. L’évolution historique convulsive de l’Espagne et les dissensions mêmes qui ont surgi au sein de la franc-maçonnerie, depuis sa naissance, sont en grande partie responsables de cette difficulté.

Le Dr García-Municio de Lucas, auteur de la thèse de doctorat “Militaire et franc-maçonnerie”, déclare que : “À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le type de personnes affiliées à la franc-maçonnerie a subi quelques variations. L’exclusivité précédente a laissé le pas à la appartenance de personnes de tous types de condition et de classe sociale ” (1)

Au cours de la période historique connue sous le nom de « décennie modérée » (1844-1854) eut lieu la signature du Concordat entre l’Espagne et le Saint-Siège. Cet événement pertinent a eu lieu le 16 mars 1851 et a eu l’approbation de la reine Elizabeth II et de Juan Bravo Murillo, président du Conseil des ministres. Avec la signature du Concordat, les relations Église-État sont rétablies et l’Église retrouve une partie du pouvoir social et idéologique qu’elle avait perdu.

Dans la ville de Londres, également en 1851, une loge espagnole appelée “Amistad” a été fondée. L’année suivante, les loges suivantes ont été créées : « La Vraie Initiation » et « Les Amis de la Vertu » à Barcelone ; « Les amis de la nature et de l’humanité » à Gijón ; et “Antorcha de Israel” et “San Juan de España” à Gracia (Barcelone). (2)

En juillet 1854 débute le « biennium progressif » (juillet 1854-juillet 1856), durant cette brève période historique, la répression contre la franc-maçonnerie diminue. Cependant, après la démission d’Espartero, le 14 juillet 1856, la répression reprit. L’année suivante, dans la ville de Cadix, la loge “Moralidad y Filantropía” a été fondée.

Dans la thèse de doctorat : « L’ennemi imaginaire. Rhétoriques et discours anti-juifs, anti-maçonniques et anti-marxistes dans l’entre-deux-guerres » ; son auteur, le docteur Romero Barea, nous dit que : « En juin 1863, le Bulletin ecclésiastique de l’évêché de Barcelone affirmait que la révolution de 1820 était l’œuvre de sociétés secrètes, ainsi que l’indépendance des colonies américaines, et que La franc-maçonnerie a prospéré au cours de l’exercice biennal progressif”. (3)

Le 8 décembre 1864, le pape Pie IX promulgue l’encyclique ” Cuanta qura “, dans laquelle la franc-maçonnerie est à nouveau condamnée. Cette même année, Pio Nono publia le “Syllabus”: un “index des principales erreurs de notre temps” qui, dans sa section IV, condamnait le socialisme, le communisme et les sociétés secrètes.

En 1865, la loge « Faro del Progreso » est fondée à Barcelone et la même année, le 25 septembre, le Pape Pie IX condamne à nouveau la franc-maçonnerie dans l’Adresse : « Multiplices Inter ».

La révolution de Cadix, connue sous le nom de “La Gloriosa”, a commencé le 18 septembre 1868. Dans cette ville andalouse a eu lieu la déclaration de la marine, qui était sous le commandement de l’amiral Topete, l’armée était dirigée par les généraux Prim et Serrano. Le « sexennat révolutionnaire » (1868-1874) avait commencé. Après qu’Elizabeth II a été détrônée, le 30 septembre, elle a été exilée en France et trois jours plus tard, le général Francisco Serrano a commencé à présider le gouvernement provisoire. Un mois plus tard, le 9 octobre, la « guerre de 10 ans » commençait à Cuba.

Pour le Dr García-Municio : « La Gloriosa n’était pas une déclaration similaire aux précédentes, mais elle a changé l’organigramme politique de ses racines. La situation politique et sociale a subi un changement radical et, en ce qui concerne le sujet de la franc-maçonnerie, On peut dire que c’est à cette date qu’il a acquis la légalité nécessaire pour être montré publiquement pour la première fois de toute l’histoire.

En 1868, une période de liberté et de publicité a commencé pour l’Ordre qui était complètement différente de tout ce qui précède. En raison du harcèlement, avec plus ou moins de méchanceté, sous le règne d’Elisabeth II, la Franc-Maçonnerie a toujours eu de grandes difficultés à remplir sa fonction. La nouvelle période, de relative liberté pour l’institution, durera avec des hauts et des bas jusqu’à la guerre civile de 1936 “. En 1868 fut fondée la ” Gran Oriente Nacional de España “, cette obédience symbolique avait sous sa juridiction, jusqu’en 1895, un total de 331 loges Toujours la même année, le “Grand Orient Lusitanien Uni” fut implanté en Espagne, qui avait sous sa juridiction, jusqu’en 1890, un total de 83 loges symboliques.

La Constitution espagnole de 1869 fut promulguée le 6 juin de la même année et prévoyait, dans son article 17, le droit de réunion et d’association ; Tout cela a grandement profité à la franc-maçonnerie. Sur les 326 députés qui faisaient partie des tribunaux de 1869, il est attesté que vingt appartenaient à la franc-maçonnerie.

En 1869 fut fondé le « Grand Orient d’Espagne », cette obédience maçonnique avait sous sa juridiction, jusqu’en 1889, un total de 496 loges : 350 en Espagne et Afrique du Nord et 106 à Cuba, Porto Rico, les Philippines et Lisbonne.

Le 12 octobre 1869, un an avant l’occupation de la ville de Rome par les troupes garibaldiennes, le pape Pie IX publia la Constitution « Apostolicae Sedis » ; Dans ce document, les francs-maçons, carbonari et autres sectes qui « complotent contre l’Église et les gouvernements légitimes » ont été excommuniés.

Une série d’événements historiques importants se déroulent au cours de l’année 1870 : Manuel Ruiz Zorrilla (1833-1895), président des Cortes, est élu Grand Maître et Grand Commandeur du Grand Orient d’Espagne (20 juillet) ; après la perte des États pontificaux, il y a eu la réunification de l’Italie (20 septembre) ; Lors de la séance des Tribunaux du 16 novembre, Amadeo de Saboya fut élu roi d’Espagne ; Le général Prim, membre de la franc-maçonnerie, a subi une grave attaque le 27 décembre dans la Calle del Turco à Madrid et est décédé trois jours plus tard (30 décembre) des suites de ses blessures. Le jour même de la mort du général Prim, Amadeo de Saboya, duc d’Aoste, débarqua à Carthagène pour occuper le trône d’Espagne.

Le 15 février 1871, la loge “La Discusión” de Madrid a présenté une proposition pour l’abolition de l’esclavage à Cuba et à Porto Rico. La même année, le 24 juillet, le politicien progressiste Ruiz Zorrilla est nommé chef du gouvernement. Le professeur Ferrer Benimeli rappelle que « le gouvernement de Ruiz Zorrilla a été le premier dans l’histoire de l’Espagne à engager le processus d’abolition de l’esclavage ». Le 24 décembre 1872, le ministre des Outre-mer présente un projet d’abolition de l’esclavage sur l’île de Porto Rico.

Le bref règne d’Amédée Ier, qui n’a duré que deux ans et deux mois, a été marqué par l’instabilité. Le 21 avril 1872 débute la troisième guerre carliste et le 11 février 1873, le duc d’Aoste démissionne de la couronne d’Espagne.

La première République est proclamée par 258 voix pour et 38 contre. Cinq jours plus tard, la “Gran Oriente de España” publiait un message de paix et de fraternité.

La Première République n’a duré que onze mois et a eu quatre présidents : Estanislao Figueras, Francisco Pi y Margall, Nicolás Salmerón et Emilio Castelar. Le 20 février 1873, un projet de loi abolissant la peine de mort est présenté. La même année, le 29 mai, le pape Pie IX, dans la lettre de Quamquam, condamne à nouveau la franc-maçonnerie. La Première République prit fin le 3 janvier 1874 après le coup d’État du général Pavía. Le 29 décembre de la même année eut lieu la proclamation de Martínez Campos et le lendemain, Alphonse XII, fils d’Isabelle II, fut proclamé roi. Commence alors une nouvelle période historique connue sous le nom de Restauration (1874-1923).

En 1875, il y a eu une scission dans le Gran Oriente de España et Juan Antonio Pérez a fondé une autre obédience, du même nom, qui avait 77 loges sous sa juridiction.

Entre le 6 et le 22 septembre 1875, le Couvent Universel de Rite Ecossais Ancien et Accepté se tient dans la ville suisse de Lausanne. Elle a été convoquée par Adolfo Crémieux, Grand Commandeur du Suprême Conseil de France. Lors de cette importante réunion internationale, à laquelle ont participé 11 Conseils suprêmes sur les 22 qui existaient à l’époque, l’approbation d’un Manifeste comprenant une « Déclaration des principes du Rite » a été adoptée à l’unanimité. Toutes les résolutions qui y ont été prises ont réglé, et continuent de le faire, le fonctionnement des Obédiences et Suprêmes Conseils de Rite Écossais Ancien et Accepté rattachés au Couvent de Lausanne.

Selon le professeur José A. Ferrer Benimeli : « La période clé de l’affrontement entre l’Église catholique et la franc-maçonnerie fut précisément celle des pontificats de Pie IX (1846-1878) et de Léon XIII (1878-1903), qui engloba pratiquement toute la seconde moitié du XIXe siècle. Et ici il faut rappeler la situation socio-politique des États pontificaux, si l’on veut comprendre les plus de deux mille interventions de ces deux papes contre les sociétés secrètes en général et la franc-maçonnerie en particulier, et comment ils sont allés loin pour avoir un impact sur les campagnes anti-maçonniques lancées dans tous les pays catholiques. » Dans ce contexte, le Dr Ferrer Benimeli continue de nous dire : « l’attaque et la condamnation des sociétés secrètes ne mettent plus l’accent sur le secret, le serment et le soupçon d’hérésie, comme cela s’était produit au XVIIIe siècle,un leitmotiv qui se répète sans cesse et qui a beaucoup à voir avec les États pontificaux ». (4)

Le 7 mars 1876, Práxedes Mateo Sagasta, chef du parti libéral, est élu Grand Maître et Souverain Grand Commandeur du Grand Orient d’Espagne. Le 29 avril, le pape Pio Nono condamne à nouveau la franc-maçonnerie dans la « Lettre : Exortae ». Le 30 juin de la même année, la Constitution de 1876 a été approuvée par les Cortes et le 29 octobre l’Institution gratuite d’éducation a été fondée.

En 1878 eut lieu la fondation de la Confédération maçonnique du Congrès de Séville, avec un total de 17 loges ; l’année suivante, la Grande Loge Symbolique Régionale Catalane est créée, avec 22 loges.

Le 23 mai 1880, Sagasta est élu président du parti libéral-fusionniste ; la même année, le 18 juillet, il démissionne de son poste de Grand Maître du Grand Orient d’Espagne. L’année suivante, le 8 février, Sagasta est nommé chef du gouvernement. Toujours en 1881, la Grande Loge indépendante espagnole de Séville a été fondée.

En 1883, la première édition du “Dictionnaire encyclopédique de la franc-maçonnerie” de Lorenzo Frau et Rosendo Arús a été publiée à La Havane.

Pendant les vingt-cinq ans que dura le pontificat du pape Léon XIII (1878-1903), environ deux cent cinquante documents condamnant la franc-maçonnerie furent publiés. La plus connue d’entre elles fut l’Encyclique « Humanun genus », publiée le 20 avril 1884. Après sa parution, de nombreuses associations et revues anti-maçonniques furent fondées. Selon le professeur Ferrer Benimeli ce texte est : « le plus direct et le plus étendu contre la franc-maçonnerie, bien qu’il reste identifié dans ses buts et ses moyens avec le naturalisme ». Léon XIII considère que : « la dernière et principale de ses tentatives, à savoir : c’est de détruire jusqu’aux fondements tout l’ordre religieux et civil établi par le christianisme, en élevant à sa manière un nouveau avec des fondements et des lois tirés des entrailles de naturalisme. “. Pour le Pape Léon XIII : “(5)

Le 21 juillet 1884, Manuel Becerra est installé comme Grand Maître du Grand Orient d’Espagne. La même année, il y eut une scission dans le Grand Orient national d’Espagne et le vicomte de Ros fonda un autre Grand Orient national.

Le 25 novembre 1885, Alphonse XII mourut et la régence de María Cristina (1885-1902) commença. Plusieurs obédiences maçonniques régionales ont été fondées au cours de ces années : La Grande Loge Symbolique Régionale Catalane a été fondée en 1886 ; la Grande Loge Régionale de Castilla la Nueva en 1887 ; la Grande Loge régionale d’Andalousie en 1888 et la Grande Loge régionale de Galice en 1889.

En 1889, après la fusion du Grand Orient national et du Grand Orient espagnol, le Grand Orient espagnol est fondé et le professeur Miguel Marayta Sagrario est installé comme Grand Maître. Cette obédience en vint à avoir 262 loges sous sa juridiction.

En 1890, la Grande Loge symbolique provinciale de Malaga a été fondée, avec la juridiction sur neuf loges.

La même année, le “Manuel de la Ligue anti-maçonnique” est publié à Valladolid. Toujours en 1890, le pape Léon XIII publia une encyclique adressée aux évêques, au clergé et aux fidèles d’Italie. Cette encyclique était connue en Espagne avec le sous-titre : « La franc-maçonnerie contre la papauté ».

En 1891, la Grande Loge symbolique provinciale d’Almería fut fondée et l’année suivante, le pape Léon XIII publia deux lettres encycliques condamnant la franc-maçonnerie : « Inimica Vos » et « Custodi di Quella fede » ; Toujours en 1892, le Gran Oriente Iberico a été créé et un an plus tard, la Grande Loge régionale de Murcie a été fondée avec une juridiction sur dix loges.

En juillet 1895, l’anarchiste et franc-maçon Anselmo Lorenzo défendit à l’Athénée de Barcelone la compatibilité entre la franc-maçonnerie et le prolétariat anarchiste. Cette même année, le Comité national de l’Union anti-maçonnique a été créé en Espagne, présidé par le cardinal Sacha, archevêque de Valence. Le 19 mai 1895, le franc-maçon José Martí, leader de l’indépendance cubaine, meurt au combat.

En 1896, le député Vázquez Mella a présenté une pétition aux Cortes pour que la franc-maçonnerie soit déclarée « illégale, factice et traîtresse à la patrie ». Le 21 août de la même année, la police saisit les archives du Gran Oriente Español, du Gran Oriente Nacional de España et de l’Asociación Hispano-Filipina et arrêta leurs dirigeants. Cependant, le 8 septembre, le juge spécial chargé de cette affaire a libéré toutes ces personnes après les avoir déclarées innocentes, à la fois elles et les institutions qu’elles présidaient.

Le professeur Ferrer Benimeli nous raconte que “le 20 septembre 1896, en raison de la crise coloniale aux Philippines, l’autodissolution de la franc-maçonnerie espagnole a eu lieu et le ‘Journal officiel du Grand Orient espagnol’ a cessé d’être publié”. (6)

Le 26 septembre 1896 eut lieu le congrès international antimaçonnique de Trente. 36 évêques, 50 délégués épiscopaux et 700 délégués de diverses organisations catholiques y ont participé. L’évêque de Malaga, Muñoz Herrera, a envoyé plus de 100 000 signatures pour protester “contre la secte obscure et diabolique, ennemie de Dieu, du trône et de notre pays”. Le congrès a eu la participation spéciale de Leo Taxil et la présence du prétendant espagnol, Don Carlos. Le 30 décembre de la même année, José Rizal est abattu accusé d’appartenir à la franc-maçonnerie. En 1897, Emilio Castelar a nié dans « l’Espagne moderne » avoir appartenu ou avoir appartenu à la franc-maçonnerie.

Le 19 avril 1897, ce qu’on appelle le “Taxil Hoax” ou “Taxil Fraud” se termine de manière scandaleuse. Ce jour-là, lors d’une conférence tenue à la Société de géographie de Paris, Léo Taxil déclara que toutes les affirmations qu’il avait faites pendant douze ans sur les relations entre la franc-maçonnerie et le satanisme étaient totalement fausses.

Le professeur Ferrer Benimeli rappelle que : « Au total, de 1868 à la crise coloniale de 1898 qui entraîna la disparition pratique de la franc-maçonnerie espagnole accusée d’être la coupable de l’indépendance des Philippines et de Cuba, elles sont comptabilisées en Espagne et ses dépendances, en trente ans seulement, la création de quelque 1750 loges »  (7)

=================================================== =====================


(1) García-Municio de Lucas, Ezequiel Ignacio. Thèse de doctorat : “Militaire et Maçonnerie”. Université Complutense de Madrid. Faculté des sciences politiques et de sociologie. Madrid 2018. p.253.

(2) Ferrer Benimeli, José A. Livre : “La Masonería”. Chronologie : p. 245-249.

(3) Romero Barea, Antonio Juan. Thèse de doctorat : “L’ennemi imaginaire. Rhétoriques et discours anti-juifs, anti-maçonniques et anti-marxistes dans l’entre-deux-guerres”. Université de Séville. Faculté de géographie et d’histoire. Département d’histoire contemporaine. Séville 2019. p.128.

(4) Ferrer Benimeli, José A. “La Masoneria”. Deuxième édition. Alliance éditoriale. ISBN : 978-84-206-4789-0. Chapitre 6 : « La condamnation de l’Église catholique » : La question romaine et Pie IX contre la maçonnerie. P. 94-96.

(5) Ferrer Benimeli, José A. Livre “La Masonería”. Deuxième édition. Alliance éditoriale. ISBN : 978-84-206-4789-0. Deuxième édition. Chapitre 6 : « La condamnation de l’Église catholique » : « Léon XIII, dossier anti-maçonnique » et « Impact du genre Humanum », pp. 97-102.

(6) Ferrer Benimeli, José A. Livre : “La Masonería”. Chronologie p. 249.

(7) Ferrer Benimeli, José A. Musée virtuel de l’histoire de la franc-maçonnerie. UNED : ” La Maçonnerie en Espagne (1728-1979). Extrait de ” Les Maçons dans l’histoire espagnole contemporaine “, in José A. Ferrer Benimeli (coor.). ” Maçonnerie, Histoire 16 “, Extra IV- Novembre 1977, pp. 57- 76. Et José Antonio Ferer Benimeli, « La Maçonnerie espagnole : l’histoire dans ses textes », Madrid, 1996, pp. 11-16.

PABLO BAHILLO REDONDO

Il est diplômé en Médecine et Chirurgie de l’Université de Valladolid. DEA en Pharmacologie de l’Université de Valladolid. Médecin. Actuellement doctorant en histoire contemporaine à l’Université d’Estrémadure. Co-auteur avec Victor Berástegui et Juan Antonio Sheppard du livre ” Maçonnerie. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur cette Institution ” (Editatum). 2019. Il a présidé la Grande Loge Générale d’Espagne et le Conseil Suprême d’Espagne.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES