jeu 23 septembre 2021 - 13:09

Le chiffrage de l’Alphabet maçonnique

Il existe un cryptage kabbalistique de l’alphabet hébreu nommé Aïq Bekar qui utilise 9 chambres avec un ou deux points pour différencier chacune des 3 lettres se trouvant dans chaque portion (les lettres sont placées dans l’ordre de droite à gauche). évoqué par Albert G. Mackey dans son Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie…, au mot «cipher», ce procédé est documenté par Spartakus FreeMann. Cet alphabet aurait inspiré l’alphabet maçonnique.

L’alphabet maçonnique est un alphabet crypté, qui remplace chaque lettre à écrire par la forme d’une portion du carré de Saturne (3 x 3) ouvert, ou d’une croix de Saint-André dans laquelle elle se trouve. Ce système n’est pas sans rappeler la numérotation cistercienne. C’est la forme géométrique dans un espace dédié qui représente sa valeur.

De nombreuses variantes existent, documentées entre autres, dans Systèmes de cryptage maçonnique de Philippe Langlet, éd. de La Hutte.

La source la plus probable semble être le Khatam Pharouq ou Sceau Rompu publié en 1745 : «L’écriture Maçonne réunit à la même simplicité l’avantage d’être une écriture universelle et propre à toutes sortes de langues. Ce merveilleux alphabet consiste en deux lignes parallèles perpendiculaires, coupées de deux lignes horizontales aussi parallèles, ce qui forme au milieu un quarré régulier, quatre quarrés ouverts et quatre angles égaux. Toutes ces divisions forment neuf cases, tant ouvertes que fermées.» Pour compléter l’alphabet on utilise deux droites qui se coupent en croix de St André donnant 4 cases. Il existe plusieurs alphabets maçonniques qui placent différemment les lettres dans les 13 cases (1748, 1791, original english, improved english, original continental, United states….). C’est pourquoi on l’appelle l’alphabet pigpen. Le terme de parc à cochons vient de la manière de préparer les symboles utilisés pour substituer les lettres. On trace en effet des enclos dans lesquels est placé l’alphabet. Il suffit ensuite de copier la zone correspondant à la lettre désirée. Ainsi, pour prendre des exemples concrets de l’alphabet maçonnique actuel numérique, les lettres a et b se construisent à partir de la case en haut à gauche, tronquée dans laquelle elles se trouvent. La lettre “a” prend comme clé la case vide ; le “b” étant la lettre suivante, on inscrit un point dans cette même case . Le “c” sera la case suivante, un carré ouvert vers le haut , le “d” … On alterne case vide et case pointée ; la lettre U aura  la forme de la partie gauche de la croix de St André , le V aura la forme.. d’un V.

Dans les écrits, l’abréviation du mot loge est la lettre L codée en alphabet dit français de 1804 (dans lequel on remplace l’absence de lettres j par le i ; k par le c ; v et w par le u), figurée par carré (ou un rectangle)  avec, ou pas, un point en son milieu. Au pluriel, le mot “loges” s’écrit avec 2 carrés entrelacés que l’on retrouve sur certains pin’s.

Souvent,  les lettres M et B brodées sur les tabliers de maître sont remplacées par leur cryptage.

En rassemblant ce qui est épars, c’est-à-dire les deux structures, on obtient une figure renfermant toutes les formes des lettres de notre alphabet, ainsi que nos chiffres [qui se sont arrondis à l’usage].

Combiner les lettres avec des carrés magiques -tel celui utilisant le carré magique de Mars 5×5 d’Agrippa)- pour donner leur position ordinale dans une phrase avec un alphabet maçonnique -tel le numérique- permet de coder un message  mystérieux (sans espace entre les mots cependant).

 

Quelques alphabets maçonniques

Les hiéroglyphes qui cryptent les lettres et les nombres varient selon les lieux, les époques et les grades.

Consulter le remarquable travail de recherche de Gustave Bord dans son livre La franc-maçonnerie en France des origines à 1815, Tome1, à partir de la p. 539.

Au XIXe siècle le Dr Olivier identifia 6 formes d’alphabets
Angleterre et Hollande, p.539 : gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57547726/f573
Alphabet du Rituel du marquis de Gage, 1763

Le plus connu des alphabets de 1804, p.543  

Des curiosités maçonniques en 1804p. 542

Alphabets contemporains

Solange Sudarskis
Maître de conférence honoraire, chevalier des Palmes académiques. Initiée au Droit Humain en 1977. Auteur de plusieurs livres maçonniques dont le "Dictionnaire vagabond de la pensée maçonnique", lauréat de l'Académie maçonnique de France (Essais et symbolisme)

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES