jeu 23 septembre 2021 - 13:09

ARGENTINE : Francisco Bano, un maçon émigré qui fonda la ville argentine de Necochea

De notre confrère espagnol lavozdegalicia.es – Par MARTIN FERNANDEZ

Il a émigré très jeune avec son frère Maximino en Argentine, où les deux étaient banquiers d’affaires.

Dans son poème, La mythique Fondation de Buenos Aires , Borges s’interroge :

« Et est-ce par ce fleuve de rêves et de boue que les proues sont venues fonder ma patrie ? ». 

Et il répond lui-même :

« Il me semble que Buenos Aires a commencé : Je la juge aussi éternelle que l’eau et l’air ».

 Et peut-être que oui, Buenos Aires sera éternelle. Mais la vérité est que les émigrants madrilènes qui ont fondé, ou co-fondé, des villes et des cités sont descendus des bateaux : Manuel Candia , Copetonas, de la Brasserie ; les frères Moreno , Rivadeo, dans le parti du Puán ; Miranda Luaces de Mindon , la ville de Rafael Calzada ; et Francisco Baño , Necochea, l’une des villes touristiques d’Argentine.

Baño  était riche et MaçonIl a présidé Hijos del Partido de Vivero et a été décisif dans la construction des écoles de Xove, Cervo et Burela et dans la publication de l’ouvrage sur la navigation aérienne de son oncle, Tomás Mariño, et le financement en 1921 d’une plaque dans sa ville natale, la même dans laquelle il est né en 1850. Sa vie et son œuvre sont rassemblées dans Horas perdidas, un livre publié en 1920, et dans des œuvres de Pablo Javier Junco, Alihuen Luz et Mariel Nielsen, entre autres.

Il émigre très jeune, avec son frère Maximino, en Argentine. Les deux étaient des banquiers d’affaires : lui, directeur de la Banque d’Espagne et d’Amérique, et son frère, directeur de la Sociedad Argentina de Credits, une entité au capital espagnol également appelée Banque d’escompte et, en 1908, Banco de Castilla y Río de la Silver. Francisco opérait dans la capitale et à Tandil. En 1879, il était déjà membre de la loge maçonnique de la vallée de Quequén, près de Necochea, où il possédait un ranch et du bétail.

Vol de bétail et de femmes

La région connaît alors un grave problème : les malones indigènes font des ravages dans les fermes et les lieux, en volant du bétail et des femmes . Certains notables, dirigés par Ángel Ignacio Murga, décidèrent alors que, pour le résoudre, le mieux était de fonder une ville qui les protégerait des attaques. Ainsi naquit Necochea le 12 octobre 1881. L’acte de constitution – qui est conservé par le Musée régional – dit :

« Les frères des trois points déclarent officiellement fondée la ville de Necochea, invoquant pour cet acte le nom du Grand Architecte de l’Univers (GADLU), source de tout pouvoir et progrès, et en accordant la demande de quelques voisins l’a mis sous l’invocation de María del Carmen.

Les signataires sont le susdit Murga, Grand Maître de la Loge Sol Argentino n°160, et Francisco Baño, Pedro Iraola et Román de Lucía, membres de celle-ci, et d’autres tels que J. González, Nicanor Duarte, J. Querencio et J. Mª Muñiz. La ville – dédiée à Mariano Necochea, général de l’Armée de libération de San Martín et maître de la Loge Virtud y Unión de Lima – est définie par l’équerre et le compas, symboles de la franc-maçonnerie, et contient de nombreuses allégories, constructions et dessins.

Un centre à l’écart de la côte et de nombreux symboles de l’ordre

Lorsque les fondateurs de Necochea l’eurent conçu, ils voulurent placer le centre administratif et social sur le littoral. Mais Bano suggéra de le séparer à trois kilomètres de la mer “pour éviter les désagréments que pourraient causer les dunes, le sable et le vent”. Cette sage décision amena ses collègues à lui accorder l’honneur d’être celui qui planta le premier drapeau de la fondation.

L’orientation de Necochea est mise en évidence – en plus des églises, des bâtiments, des cinémas, des théâtres, des statues et des noms de places et de rues – dans ce qui est le premier monument maçonnique de la ville et du pays qui, en même temps, recueille l’idéologie de la maçonnerie. Il y a deux Colonnes qui représentent l’entrée du Temple du Roi Salomon : selon la Bible, l’une porte le nom de Jakin (J) et l’autre, celui de Boaz (B) et symbolise la Beauté et la Force. Le Temple est une allégorie de l’intérieur de chaque personne. Et ses initiales ALGDGADU- signifient : « A la gloire du grand architecte de l’Univers ».

La pierre est brute, elle représente l’essence naturelle de la personne. Le Maillet fait allusion à la volonté de s’éduquer et de s’améliorer. Et le Ciseau est la métaphore de l’intelligence pour modeler la pierre, afin que l’être humain se perfectionne. La chaîne c’est l’union et la solidarité que les humains doivent avoir pour aider les défavorisés. L’équerre est un symbole de rectitude et le compas, de justice. Dans la pierre sont gravés les mots Liberté, Égalité, Fraternité et au dos, les quatre vertus cardinales : tempérance, prudence, force et justice.

Necochea est situé sur la côte et l’embouchure de la rivière Quequén. Sa planification était liée à l’économie agro-exportatrice et aux loisirs touristiques dérivés de ses plages interminables. Son rapide développement fut marqué par trois facteurs : l’arrivée du train en 1892, la construction du port de Quequén en 1911 et la première station thermale en 1890.

Il présida Hijos de Vivero à Buenos Aires, l’entité qui construisit des écoles à Cervo, Burela, Xove et San Cibrao

Francisco Baño était l’un des sept partenaires que le Centro Vivariense de Buenos Aires – présidé par Francisco Donapetry – exclu en 1908 pour avoir cherché à ce que l’entité soit non seulement de loisirs et de récréation, mais aussi qu’elle se positionne politiquement et collabore avec la société Vivero et ses Shire à Cuba pour construire des écoles. Les exclus étaient influents, avaient des idées républicaines et galiciennes et étaient surtout liés à Cervo, Xove et O Vicedo. Ainsi, en 1909, ils créèrent une nouvelle société – Centro Hijos del Partido de Vivero à Buenos Aires – qui a repris ces principes et ces idées.

Dans ce document, on remarqye, surtout, Ramón Manuel Fernández Álvarez , de Daián, alma mater, promoteur et président; Miguel Crego , de Cervo, secrétaire et rédacteur des Statuts ; et Francisco Baño, de Xove, également président. Crego et Baño ont écrit une lettre à Rafael Altamira – historien, pédagogue et régénérateur lié à l’Institution libre d’éducation – le 26 juillet 1909, l’informant de sa nomination en tant que membre honoraire de Hijos del Partido de Vivero.

Le nouveau centre d’émigrants compta  300 associés et a son siège au 3761, rue Bartolomé Mitre. Ses services visaient à l’octroi de prêts, une bourse du travail, une mutuelle d’assurance, des formations et des cours du soir et l’aide apportée aux personnes défavorisées. Mais, surtout, il se distingua par la promotion et la construction d’écoles à Cervo (1919), Burela (1924) et Xove (1929) et l’achat du terrain sur lequel se dresse San Cibrao , financé par le philanthrope José Mª Montenegro et inauguré en 1931.

Article précédentLa Crise
Article suivantLe chiffrage de l’Alphabet maçonnique

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES