dim 01 août 2021 - 21:08

ALLEMAGNE : La loge maçonnique “Au Drey Huegeln an der Traun” fête ses 25 ans

De notre confrère allemand traunsteiner-tagblatt.de

Ses principes directeurs sont : la liberté, l’égalité, la fraternité, la tolérance et l’humanité. Comme dans de nombreux endroits dans le monde, les francs-maçons travaillent également à Traunstein. « Nous sommes une alliance éthique fondée sur les valeurs de l’inviolabilité de la dignité humaine », déclare Englbert Rottenmoser. Il est le Vénérable Maître de la Loge « To the Drey Huegeln an der Traun ».

La première Grande Loge de Francs-Maçons a été créée à Londres en 1717, suivie par la première en Allemagne en 1737 – à Hambourg. Les francs-maçons de Traunstein suivent également cette tradition, établie à l’époque. Le vendredi, ils célèbrent – comme on dit – le “Festival de la Fondation” : la fondation de la loge il y a 25 ans. La fête commence à 19 heures dans le club house de la Traunerstraße, le conférencier principal est le Dr. Bärbel Kofler, membre du Bundestag et commissaire du gouvernement fédéral à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire. La célébration est publique, tant qu’il y a des places disponibles, les visiteurs peuvent être invités.

Les racines du lodge de Traunstein remontent aux années 1990. Tout d’abord, les francs-maçons ont fondé une association en 1994. Avec “l’Allumage des feux”, ils ont créé le lodge en 1995. Avec elle, ils ont comblé le fossé géographique qui séparait les communautés de Rosenheim, Salzbourg et Bad Reichenhall.

La loge comprend actuellement 40 francs-maçons. Ils se retrouvent dans un bâtiment à l’arrière de la Maximilians strasse. Ils ne révèlent pas qui vient aux Tenues ni de quoi ils discutent. Selon la tradition, ils veulent rester anonymes et ne pas être vus sur les cartes. Ils veulent rester à l’arrière-plan en tant que personnes. Ils préfèrent travailler pour les bonnes œuvres.

La liste des dons qu’ils ont utilisé à des fins caritatives au cours des 25 dernières années est longue. Les francs-maçons ont beaucoup fait – à petite comme à grande échelle. Par exemple, en 2014, ils ont offert une allocation de repas pour un écolier d’un montant de 40 euros. Et en 2020, ils ont remis 6 500 euros : 3 000 chacun au centre d’assistance civile du bureau de district de Traunstein et à l’association Vergissmeinnicht Chiemgau, ainsi que 500 euros pour l’organisation d’une excursion “accrobranches”. Au total, les francs-maçons ont fait des dons pour environ 33 000 euros au fil des ans – et ils souhaitent continuer à promouvoir des causes caritatives à l’avenir.

Nous n’avons pas de structure d’enseignement dogmatique ni d’idéologie à laquelle les membres doivent adhérer

explique Englbert Rottenmoser pour lui-même et sa famille. “Les francs-maçons ne se considèrent pas comme des missionnaires, mais chacun travaille pour lui-même sur sa propre personnalité et a ainsi un effet dans son environnement personnel et aussi par l’engagement social.”

Chaque franc-maçon est libre de penser et d’agir. Il est uniquement attaché aux principes directeurs humanistes de liberté, d’égalité, de fraternité, de tolérance et d’humanité. Alors que le “Maître de la Chaire” continue, ces principes d’action humaine ont grandi au siècle des Lumières dans la “lutte contre le trône et l’autel” – contre l’État et l’église – avec leur prétention à gouverner “par la grâce de Dieu”. Et selon Rottenmoser, ces idéaux n’ont rien perdu de leur pertinence à ce jour.

On pourrait penser que les principes directeurs des francs-maçons sont depuis longtemps devenus réalité car ils font partie de la Loi fondamentale, selon Rottenmoser. “Cependant, tout le monde sait que la réalité exige un travail constant pour mettre en pratique ces droits fondamentaux et les obligations associées.”

“Nous ressentons de l’insécurité, de l’insatisfaction et de la peur de perdre”, déclare Rottenmoser. Dans cet environnement, les francs-maçons sont appelés à se poser des questions : des questions sur le rapport entre liberté et responsabilité, sur la plus grande participation possible des citoyens à la communauté et sur la conception contemporaine de l’Europe. Le « maître de la chaire » souligne : « Nous ne devons pas agir en cavaliers de principes avec une prétention absolue à la vérité.

Les francs-maçons ne doivent pas se laisser “perturber par des opinions bruyantes”, mais doivent être guidés par la demande d’Emmanuel Kant : “Osez savoir ! Ayez le courage d’utiliser votre propre intelligence”. Rottenmoser : « Chacun doit se débarrasser de l’esclavage intérieur des préjugés et se défendre contre le paternalisme, d’où qu’il soit. Cela inclut le courage et la confiance en votre propre force et votre capacité à penser. »

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES