dim 01 août 2021 - 21:08

Témoignage d’un Frère handicapé

Je suis atteint d’une paraplégie incomplète depuis 1969. J’ai marché avec une canne basse pendant des années, puis deux cannes et je suis désormais en fauteuil roulant.

J’ai été initié en 1986 à la GLNF, au Rite écossais ancien et accepté. Je conserve de la cérémonie un très vif souvenir, comme tout maçon, mais aussi parce qu’à cette époque je marchais avec une canne. Les voyages ont été une véritable épreuve physique et deux frères ont dû me soutenir de bout en bout. J’ai vécu ces moments comme l’expression de la fraternité en actes.

Parvenu à la maîtrise, je suis passé dans un Orient voisin dans la loge mère de la GLNF dans la région. C’est là que j’ai fait mon parcours maçonnique en tant qu’officier. Second, puis Premier Surveillant, Vénérable Maître, Couvreur, Orateur. Le temple était situé en sous-sol. Lorsque j’ai accédé au vénéralat, j’ai pu garer ma voiture à proximité d’une entrée directe dans les locaux, de plain-pied.

En tant qu’officier marchant (premier, second) les déplacements avec une canne basse étaient difficiles mais réalisables sans trop de fatigue. Lorsque j’ai été élu Vénérable Maître, je pouvais encore monter à l’Orient sans aide.

La version du REAA que nous pratiquions impliquait parfois plusieurs montées et descente de l’Orient au cours d’une même tenue, ce que je réussissais encore à faire. Au cours de mon vénéralat, j’ai procédé à bon nombre d’élévations au grade de Maître et j’ai souvenir que le relèvement du nouveau Maître était assez acrobatique.

En 2004, j’ai rejoint le GOdF. A cette époque je marchais encore avec une canne. Le temple est situé sur deux niveaux. Le nouveau temple est de plain-pied, donnant sur un parking extérieur. Le temple ancien est à l’étage, il est désormais desservi par un fauteuil monte-escalier. Les toilettes du rez-de-chaussée ont été agrandies pour permettre l’accès en fauteuil roulant.

Avant les travaux d’aménagement, il est arrivé que les frères me portent à l’étage en fauteuil. Actuellement, lorsque j’arrive sur le parking, j’appelle les frères ou les sœurs présents, qui viennent m’aider à sortir et à déplier mon fauteuil roulant.

Sur le plan rituel, au fil des années, j’ai progressivement cessé de me lever pour me mettre à l’ordre et je demeure sur ma colonne pour présenter une planche.

Propos recueillis par Juliette DEBOEZEN

Juliette Deboezen
Membre fondateur de la loge la lanterne de Diogène du GODF, Juliette a été initiée dans une loge DH en 1985 où elle a évoluée aux 3 grades de loge bleue. Elle a ensuite intégrée la GLMU où, dans sa loge, et dans l'obédience, elle a pu exercer tous les offices y compris celui de Présidente du congrès nord et de Gr hospitalier ; membre de la commission information et rédactrice dans le bulletin obédientiel. Elle a également œuvré au sein de Mathusalem Paris comme membre du bureau durant plusieurs années. Sur le plan professionnel, Juliette est retraitée d'un centre hospitalier de banlieue parisienne où elle a exercée comme secrétaire médicale de chefs de service.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES