mer 27 octobre 2021 - 12:10

Le saphir qu’il vous faut !

Bleu, comme une nuit de printemps ! Le saphir est (en principe) une pierre d’un bleu intense !  Il est lié à l’élément de l’air. Mais l’air est aussi variant : rose, jaune ou couleur champagne, orange, violet ou vert ! La palette des saphirs est d’une beauté légendaire et leurs qualités sont divines !  

Evoquer le saphir n’est pas chose commune car la possession de telles pierres concerne une élite de fins connaisseurs et elle se conforme à une tradition du goût très ancienne ! Le mot saphir viendrait d’ailleurs de l’hébreu sappir qui signifie « la chose la plus belle ». Ce mot trouverait ses racines dans le sanskrit « sauritana » en passant par le chaldéen, le grec puis le latin avec le terme de « sapphirus ». Cette désignation du minéral dans plusieurs langues ne témoigne-t-elle pas de l’attachement que différentes civilisations lui ont apporté et de leur convergence à voir dans ce caillou une magnificence sans égale ?

Vous portez au doigt un saphir fascinant ? Incontestablement le bijou vous pose et il vous différencie du vulgaire ! Au cou ? les saphirs coulent en rivière et invitent à l’embarcation pour Cythère. A votre col, ils sont là serrés ensemble ? Votre broche si joliment sertie attire aussitôt bien des regards ! A vos oreilles délicates, ils paraissent éclatants : quels effets merveilleux sous les lumières du lieu !  A vos poignets ? Cette rangée de bracelets de mille feux fait à la fois chic et choc ! Sur la tête ? D’emblée, en diadème ou en couronne, ils vous alignent sur la colonne des rois et des reines !

Posséder de telles pierres précieuses protège par ailleurs contre des journées de vaches maigres !  Si dans votre proximité se manifestent envies et jalousies, il n’empêche qu’avec votre saphir, la vision du royaume des cieux est devenue pour vous très accessible : elle assure votre marche sur la voie d’un monde d’une idéale splendeur ! Rêvez…rêvez à loisir devant de telles beautés fantastiques !  Jouissez de leur éclat inouï ! Cherchez le symbole en transparence dans le gemme du corindon et méditez sur la tristesse d’un monde sans pureté et sans spiritualité !

Est-ce la Bible qui le dit ? Moïse, une fois monté sur le mont Sinaï, a aperçu Dieu sur un piédestal de pierres de saphir : très respectueux de la Divinité, il n’en a pas sollicité une seule, se contentant de rapporter des tables avec des inscriptions grossièrement taillées dans la pierre brute.  Quelques uns prétendent plutôt que Moïse n’a ramené que les tablettes faites dans le minéral bleu, mais les textes sacrés sont restés discrets sur leur valeur négociable ! (Quelques marchands du temple poursuivent leurs investigations, plus par fidélité à leur métier que par souci de l’histoire sans doute ? )

Dans le livre de l’Apocalypse, le saphir a une grande importance : il compose l’une des douze fondations de la Jérusalem Céleste. Probablement, cette information contribue-t-elle à l’excitation de l’accueillir à sa descente sur terre ? Mais n’y voyez là qu’une hypothèse impie !

A partir du XIII eme siècle, le théologien Albert Le Grand attribue au Saphir la capacité d’apporter la paix et l’harmonie. Selon lui, posséder un saphir revient à jouir d’une faveur paradisiaque et à manifester foi et persévérance. C’est d’ailleurs sur décision du pape Innocent III, que les cardinaux de l’église catholique se mirent à porter une bague avec un saphir à la main droite, celle là même qui accomplit le geste de bénédiction. D’autres textes, plus vulgaires comme le Lapidaire de Louis IX  qui est un traité sur les minéraux précieux, confirment doctement qu’en méditant sur un seul saphir, on amène son âme à contempler les cieux !

Du coté des empereurs et des rois, Charlemagne portait souvent les bijoux en saphir qui lui avaient été offerts par un calife au IX siècle. Quant à  Louis XIV dit « le Bien aimé » il possédait un « Grand Saphir ». Sa forme est un losange comme une mandorle mystique et comporte six faces ciselées. Le bijou est le troisième gemme des Joyaux de la Couronne de France. Il aurait été confié au Muséum National d’histoire naturelle en 1796. Y est-il encore ?

Le saphir a d’autres vertus que spirituelles. Les manuscrits médiévaux recommandant de se soigner par les pierres, précisent qu’il peut guérir les maladies oculaires. Il permet aussi de lutter contre la fièvre et d’arrêter les saignements de nez si vous l’appliquez contre le front. Son action bénéfique est valable également sur les cheveux, la peau et les ongles et il est un bon moyen de lutte contre la calvitie par exemple. Certains avancent qu’il aiderait à soigner les problèmes d’origine nerveuse, les rhumatismes, la goutte, les douleurs articulaires. D’un point de vue psychique, le saphir est sans commune mesure : c’est un symbole d’honnêteté, de vérité, de fidélité. La sainte médiévale Hildegarde de Bingen affirmait qu’en le léchant fréquemment, on pouvait devenir plus intelligent ! (Attention toutefois à l’usure de vos papilles gustatives !). Comme les médications des temps médiévaux n’ont pas été incluses dans la nomenclature des actes et des soins remboursés par la Sécurité Sociale, leurs coûts restent à votre charge !

Sachez-le : le prix d’achat du saphir varie, selon le nombre de carats, l’éclat, la transparence et l’intensité de la couleur, et selon vos propres capacités financières ! Une bonne adresse pour trouver le saphir de vos rêves vous serait-elle utile ? Voyez du côté des joailliers de la Place Vendôme à Paris, ou, si vous êtes résolu, forcer l’entrée des mines du Cachemire ou de Ceylan et frappez fort la roche avec le ciseau et le maillet !  Frappez, frappez encore ! Il y va de votre salut  !

Claude Laporte
Cursus universitaire en Droit public, Organisation du travail, et Sociologie Politique. (Maîtrise en Droit Public (1972), à la Faculté de Bordeaux. Chargée de cours sur la « Sociologie Politique et des Institutions Internationales » aux élèves de 1ère Année de Droit (1972/1973). Puis, intégration professionnelle au sein de l’Assurance Maladie. Dernier poste occupé : Responsable de la Communication à la Direction des Systèmes d’Information à la CNAMTS. Autres diplômes : DESS Systèmes d’Information; DEA «Communication, Technologies et Pouvoir » (Université Paris-Sorbonne). Par ailleurs : des engagements dans le domaine associatif et culturel. Depuis mars 2020 une activité écriture/publications avec la création et l’animation du blog EMEREKA, journal d’opinions et d’humeurs ..

Articles en relation avec ce sujet

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES